AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782743632601
270 pages
Éditeur : Payot et Rivages (01/05/2015)

Note moyenne : 3.93/5 (sur 23 notes)
Résumé :
Chez les Colbert, un choeur de femmes mène la danse. Saphira, la mère, s'accroche de toutes ses forces aux traditions esclavagistes. Rachel, la fille, a embrassé les idées progressistes de son père : elle tente de sortir Nancy, jeune métisse au service de la famille, de sa condition. Le destin de Nancy cristallise tous les paradoxes de la guerre de Sécession, mettant à nu l'empreinte indélébile de cette part douloureuse de l'Histoire.
Avec un talent inégalabl... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Autantenemportentleslivres
  18 janvier 2018
Mon avis:
L'esclavage et la ségrégation raciale sont des sujets qui me touchent particulièrement et que j'aime beaucoup retrouver en littérature, alors lorsque je suis tombée sur ce livre par hasard en librairie j'ai tout de suite eu envie de le lire, persuadée qu'il allait beaucoup me plaire.
Willa Cather est une auteure très renommée de la littérature américaine de la fin du XIXème siècle et du début du XXème, pourtant en France elle est relativement peu connue. Je suis donc ravie que les Editions Rivages aient traduit l'un de ses romans. J'ai effectivement beaucoup apprécié ma lecture qui m'a beaucoup rappelé d'autres romans que j'ai pu lire sur le même sujet La colline aux esclaves, La couleur des sentiments... C'est au coeur d'une Amérique divisée en ce qui concerne le traitement et la place des gens de couleurs, prémisse de la guerre de Sécession qui ne tardera pas à éclater que le lecteur se retrouve plongé.
Dans la famille Colbert ces divergences d'opinion concernent surtout la mère Saphira, vieille femme esclavagiste et très attachée au respect du rang social, et sa fille Rachel une abolitionniste dotée d'un très grand coeur. C'est ce combat mère-fille qui m'avait beaucoup attiré dans ce roman car j'aimais l'idée que Rachel bien qu'ayant grandi auprès d'une mère conservatrice et raciste, ait des idées très différentes d'elle et soit au contraire favorable au progrès comme son père. le personnage de Rachel donne une vision très avancée de ce que sera l'avenir, mais aussi du présent avec des mentalités qui s'élargissent même si aujourd'hui toutes idées progressistes semblent utopiques.
Cependant j'ai été un peu déçue que ce conflit qui les divise ne soit pas plus présent dans le roman. Il faut attendre le dernier quart du livre pour entrer dans le vif du sujet, et voir arriver l'événement majeur concernant Nancy la jeune esclave noire de sa mère qui va les séparer complètement. En effet, le roman est divisé en Livres renfermant plusieurs chapitres dans lesquels l'histoire de chaque personnage nous est présentée, que ce soit celle des membres de la famille Colbert ou celle des différentes personnes de couleur à leur service. Si j'ai trouvé ces passages pertinents et indispensables au roman j'ai été déçue de ne pas trouver plus d'action, et de moments de confrontations entre blancs et noirs, et encore plus entre Saphira et Rachel.
L'auteure révèle davantage de détails sur la personnalité de la mère, alors que la fille reste souvent dans l'ombre et c'est ce qui est dommage. Elle nous apparaît comme une femme sans coeur notamment lorsqu'elle ne montre aucunes hésitations quant au fait de vendre une fille d'esclave si elle n'en a plus l'utilité. Pour autant c'est un personnage que je n'ai pas réussi à comprendre totalement car certains esclaves semblent entrer dans ses bonnes grâces. La ségrégation est évidemment bien présente mais le sort des esclaves de la famille est loin d'être invivable. S'ils sont soumis aux décisions de leurs maîtres, ils ne sont pour autant pas battus et ont même parfois des cadeaux de noël.
Ils semblent donc être plus avantagés que certains esclaves de l'époque cependant nous n'avons pas du tout leur point de vue concernant leurs conditions. A aucun moment nous sommes amenés à être dans leur tête pour savoir ce qu'ils pensent réellement. Ce constat m'a empêché de pouvoir vraiment m'attacher à eux. Il est vrai que j'ai été touchée par Nancy qui semble être une jeune fille douce, fragile et totalement dévouée à ses maîtres lors des quelques passages qui la concernent surtout lorsqu'elle se retrouve harcelée par l'un des membres de la famille Colbert, mais pas autant que je l'aurais pensé.
J'ai été également très déçue du manque de développement concernant certains passages. Je pense notamment au grand événement de la fin qui la rapproche vraiment de Rachel lorsqu'elles prennent une décision très importante pour le futur de la jeune esclave. de même j'aurais apprécié que l'auteure développe davantage le conflit que cela a engendré entre Rachel et sa mère. Malheureusement cette confrontation a été totalement éclipsée par l'auteure qui a même instauré un bon dans le temps de 25 ans à son récit, et qui laisse donc beaucoup de questions selon moi en suspens.
Pour conclure:
Un roman sur la ségrégation raciale qui donne une vision futuriste des conflits abolitionnistes que connaîtra bientôt le sud des Etats-Unis d'Amérique. Cependant j'ai été un peu déçue que les divergences d'opinion entre Saphira esclavagiste et sa fille partisante de la liberté pour tous ne soient pas plus présentes dans le roman, et que l'auteure ne donne pas plus la parole aux esclaves.
Ma note: 15/20.
Lien : http://autantenemportelesliv..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LeaTouchBook
  20 juillet 2015
Les éditions Rivages offrent la possibilité au lecteur de découvrir l'oeuvre immense et magistrale d'un grand écrivain américain : Willa Cather. Avec Saphira, sa fille et l'esclave, préparez-vous à vous plonger dans une histoire terriblement intimiste et émouvante !
Tout dans ce livre est fait pour ravir à la fois les amoureux de l'Histoire mais aussi ceux de la grande littérature américaine. J'aime la capacité de certains auteurs à mélanger des histoires privées à L Histoire publique, de mélanger des récits intimistes à des faits mondiaux, de montrer l'impact d'une vie sur l'ensemble planétaire. On comprend ainsi que L Histoire est le conglomérat de toutes les histoires de chaque individu.
Nous nous trouvons à l'aube de la guerre de Sécession, dans une famille où la question de l'esclavagisme est une controverse importante. Lorsque Saphira souhaite le maintien, sa fille et son mari ont des idées progressistes. C'est ainsi que dans un petit échantillon de la société américaine se révèle tout le conflit qui va se dérouler dans l'Amérique toute entière. Je me suis ainsi très vite attachée à Rachel pour sa volonté et son opiniâtreté à défendre ses propres idées; ainsi qu'à Nancy -l'esclave- qui est déchirée entre son destin de servilité et son envie de liberté.
L'écriture de Willa Cather est véritablement aboutie, elle met tout son savoir-faire de l'intrigue et de l'art des mots dans ce dernier livre passionnant et émouvant. J'ai aimé les protagonistes, le style et l'intrigue car ils semblent vrais, sincères comme un miroir de la société de l'époque.
En définitive, je recommande chaudement ce livre si vous aimez la littérature américaine mais aussi les magnifiques et tragiques histoires familiales.

Lien : http://leatouchbook.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
nathiec44
  04 juillet 2017
Les Editions Rivages ont eu l'heureuse initiative de rééditer les oeuvres de Willa Cather, (1876-1947) une romancière américaine célèbre et reconnue durant l'entre deux guerres ; j'ai eu la chance de recevoir un roman. "Saphira, sa fille et l'esclave" offert par les Editions Rivages que je remercie au passage. le récit commence en 1856 dans une demeure de Virginie menée d'une main de fer par Saphira, maîtresse du domaine, inflexible, attachée aux traditions esclavagistes. Sa fille, en revanche, a adopté les positions progressistes de son père. le destin de cette famille et du personnel esclave à leur service va se cristalliser autour de Nancy, jeune mulâtre vive et attachante.
L'écriture est soignée, les personnages sont attachants, tout en nuances et j'ai eu beaucoup de plaisir à en parcourir les pages.
le roman se terminera en 1878 après l'abolition de l'esclavage, une petite histoire qui croise la grande histoire.
Je conseille vivement de lire ou de relire Willa Cather, le temps de s'attacher à tous ces personnages, héros ordinaires malmenés par les évènements conservant tous une grande dignité
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Alicej
  12 septembre 2015
Par le biais d'une histoire familiale, c'est l'histoire de l'Amérique et son rapport à l'eclavagisme qui est mis en lumière.
Saphira se marie avec un homme, un meunier, de condition inférieure. Lorsqu'elle déménage, plus au Nord, pour s'installer avec lui, elle emmène dans ses bagages sa famille d'esclaves. de maîtresse bienveillante, elle devient progressivement beaucoup moins clémente lorsque des bruits courent concernant la jeune et jolie Nancy, qu'elle a tant appréciée. Sa douceur ne serait pas indifférente à M.Colbert, le maître.
Pourtant, la bienveillance de celui-ci est certainement davantage le fait de ses idées progressistes et humaines qu'à sa lubricité. Lui et sa fille, Rachel, illustrent cette Amérique nouvelle qui ne conçoit plus l'esclavagisme comme une normalité.
Tout bascule lorsque le jeune neveu de M. et Mme Colbert, Martin, se montre insistant auprès de Nancy, sous l'oeil consentant de la maîtresse de maison. La pauvre jeune femme souffre de cette situation, cherchant de l'aide, feintant pour éviter les pièges grossiers de Martin. Et puis, la seule issue qui s'impose est la fuite, vers le Nord, le Canada, pour vivre une vie meilleure où déjà l'esclavagisme est de l'histoire passée.
Le roman illustre parfaitement le glissement vers laquelle l'Amérique bascule : la considération humaine apportée (enfin) aux esclaves. Par le biais du portrait de Jézabel, la grand-mère de Nancy qui se meurt, Willa Cather démontre également que ces portraits de maîtres et maîtresses ne sont pas aussi manichéens, que des liens se tissent, des liens que l'on pourrait presque qualifier de familiaux.
Saphira, sa fille et l'esclave se lit sur plusieurs niveaux, au-delà de la petite histoire, c'est la grande histoire qui agit sur les actes et pensées des personnages.
Lien : http://leslecturesdalice.ove..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Tu_vas_voir_ce_que_tu_vas_lire
  24 janvier 2019
Dans son dernier roman écrit en 1940, Willa Cather s'intéresse à la période qui a précédé la guerre de Sécession et met en scène une riche famille de Virginie que la question de l'esclavage divise… Saphira, aristocrate accrochée à ses privilèges ne partage pas les convictions de son mari et de sa fille, qui y sont tous deux opposés. Elle règne sur son entourage avec fermeté, usant à l'égard de ses esclaves d'une attitude ambivalente mêlée de bienveillance, de condescendance et de cruauté. Pourquoi, alors qu'elle a toujours considéré la jeune métisse Nancy comme sa favorite se met-elle soudain à la maltraiter ? Serait-ce dû aux soupçons qu'elle nourrit à l'encontre de son mari, bien trop proche de Nancy ? Willa Cather excelle à dépeindre les tensions de cette époque et dresse de beaux portraits de femmes fortes, depuis l'esclave Jézabel, arrachée à l'Afrique après avoir été battue et humiliée jusqu'à Rachel, la fille de Saphira, qui fréquente les abolitionnistes et soutient le réseau d'esclaves fugitifs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (2)
Liberation   30 juin 2015
On dirait que l’histoire des Etats-Unis se déroule à toute vitesse à travers elle.
Lire la critique sur le site : Liberation
Telerama   20 mai 2015
Willa Cather déploie ce récit d'une remarquable perspicacité psychologique pour en faire le support d'une méditation grave sur la civilisation américaine.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
AlicejAlicej   12 septembre 2015
Un sentiment étouffé depuis longtemps venait de s'embraser violemment en elle - de se muer en conviction. Jamais elle n'avait entendu dire cette chose auparavant, jamais ainsi mise en mots. C'était de posséder qui était mal, la relation que cela impliquait ; peu importait ce qu'elle pouvait avoir de commode ou d'agréable pour le maître et pour le serviteur. Elle l'avait toujours su. C'était là ce qui la rendait malheureuse chez elle, ce qui faisait obstacle entre elle et sa mère. Comme elle détestait le ton sarcastique que prenait cette dernière pour réprimander les domestiques! Et elle n'en détestait pas moins ses accents de dédaigneuse clémence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Video de Willa Cather (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Willa Cather

Mathieu Lindon "Ce qu'aimer veut dire"
Mathieu Lindon "Ce qu'aimer veut dire" - Où il est question notamment de Michel Foucault et d'Hervé Guibert, de Jérôme Lindon, de Samuel Beckett, Marguerite du ras, Alain Robbe-Grillet, Claude Simon, Robert Pinget, Pierre Bourdieu et de Gilles Deleuze, d'un père et d'un fils et de filiation, d'amitié et d'amour, de littérature, de la rue de Vaugirad et de LSD et d'opium, d'impudeur et d'indiscrétion,de rencontres, de Willa Cather et de Caroline Flaubert, , et aussi des larmes aux yeux, à l'occasion de la parution de "Ce qu'aimer veut dire" de Mathieu Lindon aux éditions POL, à Paris le 13 janvier 2011
+ Lire la suite
autres livres classés : ségrégation racialeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1373 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre