AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2234087163
Éditeur : Stock (02/01/2019)

Note moyenne : 4.08/5 (sur 44 notes)
Résumé :
Alors qu’elle prépare sa prochaine exposition, Billie, artiste trentenaire, parisienne, apprend la mort brutale de Louise. Sa mère, dont elle s’est tenue éloignée
si longtemps, s’est mystérieusement noyée.
Pour Billie, l’heure est venue de retourner à V., le village de son enfance.
Elle retrouve intacts l’arrière-pays méditerranéen, les collines asséchées qu’elle arpentait gamine, la rivière galopante aux échos enchanteurs et féroces, et surtout... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (41) Voir plus Ajouter une critique
Ladybirdy
  06 février 2019
On vient de retrouver Louise, la mère de Billie, noyée dans la rivière du home où elle séjournait. Accident ou suicide, le doute plane pour Billie. Sa mère n'avait plus toute sa tête et même en pleine capacité, sa mère s'est toujours montrée absente. Billie devra bien retourner dans son village de V pour revendre la maison.
Ce roman relate l'histoire de trois femmes emprises avec leurs démons: Billie, sa mère Louise et son arrière grand mère Adèle.
Beaucoup trop de longueurs dans ce roman où ni l'histoire ni le fond ne m'ont intéressée. J'ai parcouru les pages sans plaisir ni déplaisir, la tête ailleurs (c'est mauvais signe) sans le moindre attachement ou intérêt. Les heures solaires, un bien joli titre mais où est donc passé le soleil alors ?
Commenter  J’apprécie          842
alexb27
  16 janvier 2019
La violence engendre t-elle la violence ? Éloignement vaut-il oubli ? Ce sont les questions auxquelles Billie, artiste peintre, va devoir se confronter après le décès de sa mère et le retour dans sa ville natale qu'elle a quitté brutalement 20 ans plus tôt. Ce retour aux sources va être l'occasion de revenir sur l'histoire de sa famille, plus précisément sur celle de sa mère et sa grand-mère, et de découvrir des secrets qui vont la bouleverser et modifier le cours de sa vie de femme et d'artiste. Un très beau roman, à la plume superbe, portrait de 3 femmes fortes et indépendantes, écrasées néanmoins par le poids du silence. Il n'y a rien de trop dans ce texte que j'ai lu d'une traite, hymne à la nature avec la rivière très présente et le soleil du Sud, et à la liberté. Une belle découverte ! Merci à Netgalley et à Stock pour cet envoi en avant-première. #LesHeuresSolaires #NetGalleyFrance
Commenter  J’apprécie          670
Kittiwake
  15 avril 2019
Avec Les heures solaires, Caroline Caugant décline un thème récurrent dans la littérature écrite par des femmes. La relation mère fille est un excellent support de contenu romanesque. Sa complexité, son ambiguïté sont un terreau fertile pour les conflits, pour peu que des non-dits et secrets dans les placards obscurcissent encore davantage le champ de l'improbable communion.
Attirance et répulsion, admiration et mépris, rancune et reconnaissance se mêlent et s'entrelacent dans une confusion que seule l'écriture (ou la parole) peut parfois délier.
Alors qu'est-ce que fait la différence, au sein de l'abondance des écrits construits sur ce thème? L'écriture, bien entendu. Qui va orner le récit et transformer la lecture. Pour utiliser une analogie picturale, le portrait offert au spectateur se décline du bonhomme têtard à la sublime Mona Lisa. Mieux vaut pour être édité et lu pencher du côté de Léonard!
Pas de doute, Caroline Caugant a l'art et la manière. Les paysages prennent vie, nimbés d'une aura poétique et nostalgique. Les souvenirs affluent, du plus plaisant au plus sordide, et la complexité des personnages se décline tout au long de très belles pages.
Le mal plonge ses racines entrelacées sur plusieurs générations : laissant des traces indélébiles et d'autant plus perfides qu'ignorées. C'est un gigantesque travail d'introspection, enrichi au cours des rencontres suscitées par l'événement qui déclenche le questionnement, à savoir la disparition de celle qui part murée dans un silence irréversible.
C'est donc un superbe récit, sans originalité sur le thème mais porté par une très belle écriture.
Lien : https://kittylamouette.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          610
AudreyT
  23 février 2019
****
Jeune artiste peintre, Billie a fui V. depuis de nombreuses années. C'est dans ce village, là où elle a grandit, que les drames de sa vie se sont joués, bousculés et l'ont dévasté. Mais à la mort de Louise, sa mère, Billie va voir les monstres et les souvenirs revenir en force. Elle qui croyait les avoir fait taire...
Les heures solaires porte bien son nom : la lecture de ce roman est comme un flottement, une apnée, un instant suspendu...
Il y a de la poésie derrière chaque mot, chaque tournure de phrase. La construction du récit est finement étudiée et elle nous fait valser et nous berce.
Mais Caroline Caugant nous retourne aussi. Elle ne nous ménage pas...
Ce deuxième roman est parfaitement maitrisé. Trois générations de femmes se retrouvent ici ballotées par l'histoire familiale, par les secrets et les non dits. Car c'est bien de ça qu'il est sujet dans ce roman : quand tout est tu, quand rien n' est dit, quand les silences prédominent, alors les drames se devinent.
Billie porte le poids d'un lourd passé. Elle croit pouvoir l'éloigner en fuyant ce village, cette maison, sa mère. Mais c'est en leur faisant face qu'elle trouvera des réponses et qu'elle pourra alors avancer sur son propre chemin...
Un grand merci à NetGalley et aux Éditions Stock pour leur confiance. Et une nouvelle sélection des 68 premières fois prometteuse !!
Lien : https://lire-et-vous.fr/2019..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          610
viou1108
  28 janvier 2019
Billie croyait avoir oublié son passé. A force de volonté, de temps et de distance géographique, elle avait voulu croire qu'elle avait réussi à couper les ponts, que ses fantômes la laisseraient en paix. Arrivée à Paris à 18 ans à peine, la jeune femme aujourd'hui trentenaire est devenue artiste peintre, et prépare une exposition. Et puis un soir, le téléphone. Louise, sa mère, vient de mourir, noyée dans la rivière près de la maison de repos dans laquelle elle était internée. Accident, suicide dans un éclair de lucidité au milieu de sa démence ? Cette rivière en rappelle une autre à Billie, et c'est tout le passé qui remonte à la surface. le sud de la France, l'arrière-pays, le village de V. où elle a grandi avec Lila, sa seule amie, sa presque soeur, la rivière glacée où elles nageaient l'été, jusqu'à l'adolescence et ses émois, jusqu'au drame.
Billie décide de retourner à V. pour vendre la maison de sa mère, fermée depuis des années. En cherchant une chose elle en trouve une autre, en voulant rester incognito elle se heurte à Henri, et cette découverte et cette rencontre mettent en lumière des pans cachés de l'histoire de sa grand-mère Adèle, de sa mère, Louise, et de la sienne. Trois femmes, trois générations, la tache originelle d'Adèle qui influence la vie et la personnalité de Louise, puis celle de Billie. Un destin est-il conditionné par les erreurs, les fautes des parents et grands-parents ? La transgression, sous quelque forme que ce soit, se reproduit-elle d'une génération à l'autre ?
Dans la grisaille de ce début d'année, ce roman a au moins le mérite de nous baigner dans la lumière et la chaleur du sud. Il ne fait pas pour autant dans la légèreté : secrets de famille honteux, souvenirs d'enfance douloureux, relations mères-filles compliquées, personnages tourmentés, à vif, le passé est lourd à assumer. Malgré une relation entre Billie et Paul peu convaincante et une étrange obsession de l'auteure pour les chevelures de ses personnages, l'histoire, assez prévisible, est agréable à lire. Et, parmi les romans (plutôt sombres) que j'ai eu l'occasion de lire en cette rentrée d'hiver, la fin, qui annonce des « heures solaires » pour Billie, est, jusqu'à présente, l'une des plus optimistes.
En partenariat avec les éditions Stock via Netgalley.
Lien : https://voyagesaufildespages..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          564
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
nilebehnilebeh   19 avril 2019
Comme l'eau de la rivière, les secrets enfouis se faufilent, même dans le creux les plus infimes. Ils vous habitent et habitent vos enfants. Ils dégorgent, reviennent sous une autre forme. Y aurait-il eu Lila s'il n'y avait eu le soldat ? Y aurait-il eu Jean ? Aurait-il pu bouleverser leurs vies s'il n'y avait pas eu la première fêlure ?
Commenter  J’apprécie          00
LadybirdyLadybirdy   05 février 2019
Elle pense aux ondes de choc qui viennent recouvrir les surfaces des eaux calmes. À partir d’un minuscule point d’impact, celles-ci se démultiplient et se propagent, allant jusqu’à perturber les zones les plus lointaines.
Commenter  J’apprécie          320
LadybirdyLadybirdy   06 février 2019
Une lettre ne devrait jamais être déchirée. Une lettre est une mise à nu et on ne brise pas ça, cet effort à se détourner de toute pudeur.
Commenter  J’apprécie          360
elleaimelireelleaimelire   25 janvier 2019
Flip flop.
Le cerveau cerné par sa propre respiration. le souffle puissant amplifié sous le bonnet de bain.
Inspiration. Les bras musclés vont et viennent à un rythme parfait. Ils percent l'eau, droits comme des dards, et en altèrent à peine la surface.
Expiration lente. Les jambes se tendent et s'ouvrent comme un compas, tous les atomes du corps épousant parfaitement l'eau. La pesanteur désagrégée.
Inspiration. Les bras recommencent leur mouvement vers l'avant. Ils tracent la poupe d'un bateau.
Expiration.
Le corps valse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Olivia-AOlivia-A   18 janvier 2019
J'ai attendu au bord du chemin, la main encore levée. J'ai pensé qu'il allait revenir, qu'il ne pouvait pas en être autrement, parce que la guerre est absurde, parce que la Corse venait d'être libérée, que ce serait bientôt notre tour et qu'ils n'avaient peut-être plus besoin de lui. Parce qu'ils allaient le lui dire, confirmer ce fait incontestable qu'il valait mieux qu'il revienne là où vit sa bien-aimée. Parce que c'est ça qui importe le plus. Parce que le reste n'a pas de consistance. Parce que la guerre est une erreur, que c'est un état du monde passager, qui prend les vies et rend les hommes fous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Caroline Caugant (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Caroline Caugant
Caroline Caugant, "Les heures solaires"
Alors qu?elle prépare sa prochaine exposition, Billie, artiste trentenaire, parisienne, apprend la mort brutale de Louise. Sa mère, dont elle s?est tenue éloignée si longtemps, s?est mystérieusement noyée. Pour Billie, l?heure est venue de retourner à V., le village de son enfance. Elle retrouve intacts l?arrière-pays méditerranéen, les collines asséchées qu?elle arpentait gamine, la rivière galopante aux échos enchanteurs et féroces, et surtout le souvenir obsédant de celle qu?elle a laissée derrière elle : Lila, l?amie éternelle, la soeur de coeur ? la grande absente. Les Heures solaires brosse le portrait de trois générations de femmes unies par les secrets d?une rivière. Y palpitent l?enfance, l?attachement à sa terre d?origine, l?impossibilité de l?oubli. Et c?est en creusant la puissance des mémoires familiales que Caroline Caugant pose aussi cette question : les monstres engendrent-ils toujours des monstres ?
Après des études de lettres modernes à la Sorbonne, Caroline Caugant a décidé de se consacrer à l?écriture, parallèlement à son activité de graphiste.
+ Lire la suite
autres livres classés : saga familialeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Caroline Caugant (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1042 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre