AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791035610197
Éditeur : Le Serpent à plumes (30/08/2018)

Note moyenne : 4.04/5 (sur 12 notes)
Résumé :
" La population du Griessmühle devient de plus en plus navrante. Les gays trashos, ceux qui fréquentent le Lab-oratory, cette boite scato où des rouleaux essuie-tout pendent sur chaque mur, se font rares, et on voit fleurir des plate-bandes d'étudiant Erasmus en pâmoison après avoir bouffé leur premier ecsta. C'est au Berghain, le fameux club qui a fait sa réputation sur sa sélection élitiste, que le phénomène se révèle le plus flagrant. Quelques années auparavant, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
UnKaPart
  22 août 2018
Morgane Caussarieu poursuit ses allées et venues entre exploration des marges sociales (Chéloïdes) et vampires (Rouge Toxic). Techno Freaks s'inscrit dans la lignée de Chéloïdes par l'esprit tout en étant très différent dans son propos.
Roman court et dense, chapitres nerveux presque heure par heure, le rythme soutenu colle au thème de la fuite en avant. Un genre de 24 Heures Chrono mais en bien mieux, très immersif, sans facilités d'écriture (ici, la fille de Jack Bauer ne se fait pas enlever tous les deux épisodes).
Comment le qualifier ? J'ai décortiqué le bouquin dans tous les sens pour trouver un point négatif. Parce que le livre parfait n'existe pas et que je me méfie toujours du “trop beau pour être vrai”. Alors je pourrais toujours pinailler sur une ou deux phrases, formulation de ci, tournure de ça (et encore, même là, faut les chercher). Mais on serait dans l'ordre du micro détail de rien, de l'enculage de mouche gratuit (manquerait plus qu'on paye, tiens !). Aucun défaut qui saute aux yeux, rien qui fasse tiquer.
Ce roman est excellent. Une de mes lectures les plus marquantes de l'année 2018 avec Zanzara (Paul Colize) et Ames de Verre (Anthelme Hauchecorne). Trois bouquins qui, chacun à leur façon, placent la barre très haut en matière de style, de propos et de personnages. Très très haut.

De quoi parle Techno Freaks ?
Une bande de gens vadrouille de club en club en se défonçant tout du long.
Palmes académiques de la concision.
L'histoire en elle-même n'est pas importante, prétexte pour raconter autre chose : Berlin et surtout les gens.

Et je parle bien de gens, pas de personnages qui se limiteraient à une galerie pittoresque de gueules hautes en couleur. A travers eux et leur monde, le portrait plus global d'une société qui part en vrille. Pas juste les freaks – qui ne représentent jamais que le symptôme visible – mais l'ensemble du monde.
Si Goldie, Opale, Dorian, Nichts et les autres créatures de la nuit n'avaient été que des personnages, j'aurais apprécié le bouquin sans plus. Eux et moi on vit dans des mondes à douze mille années-lumière. Je ne me drogue à rien de plus costaud que la caféine, sur une échelle de 1 à 10 mon intérêt pour la techno frôle les -1000, et la dernière personne à avoir tenté de me traîner en discothèque a fini avec le bras pété. Niveau identification, ça partait moyen.
Pourtant, je me suis tout de suite glissé dans leurs godasses. Un cousinage a aidé, via le statut d'expat', les bidouillages corporels (tatouages et scarifications), le nihilisme et la conscience de l'absence de sens de l'existence. Eux ont en plus la culture de l'excès et, à leur façon, un appétit pour la vie.
Caussarieu les fait vivre, dépasser le caractère de papier, en leur injectant une dose d'humanité XXL. Difficile de dire à quoi ça tient, un mélange entre le style, le vocabulaire, la connaissance du sujet, un état d'esprit, autant dire le fond et la forme, avec quelque chose en plus, me demande pas quoi. Toujours est-il que tu es avec eux dans le bouquin. Sur les lieux. Dans leur tête. A Berlin.

Berlin, je connais peu. La dernière fois que j'y suis allé, c'était en août 44 quand j'avais dû quitter la France. Un départ dans la précipitation, parce que j'ai horreur des coupes courtes. Soi-disant que j'aurais couché avec des Allemands… J'en suis reparti en mai 1945, le coin devenait invivable. Trop de bruit, trop d'agitation, sans parler des problèmes avec les voisins. Soi-disant que j'aurais couché avec des Russes… Je suppose que la ville a dû pas mal changer depuis.
Les évolutions contemporaines imprègnent le bouquin. Berlin, capitale underground et alternative, pour combien de temps encore ? Pression immobilière, gentryfication, boboïsation, hipsterisation… Les temps, les lieux, les couches sociales et la culture changent. “Ce qui menace Berlin, c'est de bientôt ressembler aux autre capitales d'Europe.” (Sauf mention contraire, les citations sont de Morgane Caussarieu.)
Aujourd'hui, tu trouves même des agences de voyage qui te proposent la visite du Berlin alternatif. Un underground mainstream, tendance. Contradiction dans les termes.
Jusqu'à ses acteurs qui ne sont pas dupes. Dès les premières pages du bouquin, le constat de Goldie sur les codes du milieu où elle évolue ne laisse aucun doute sur l'uniformisation à l'oeuvre : quand tout le monde est tatoué dans le même style, le tatouage a-t-il encore valeur de marque distinctive ? Idem pour ces punks mentionnés plus loin, qui “exigent le droit à la différence en ne vivant qu'entre gens qui se ressemblent”.
Quand l'underground fonctionne sur la base du paraître, des boîtes avec pignon sur rue, des DJ à la mode, des listes d'invités, sur le même schéma que les réceptions de l'ambassadeur, il en reste quoi de l'alternatif ?

Chaque personnage du roman reflète ces contradictions des freaks. Se démarquer de la norme et du conventionnel. Se retrouver seul, donc paumé. Trouver d'autres freaks, les intégrer, se plier à leurs codes. Parce que, toutes contre qu'elles soient, les contre-cultures forment elles aussi des groupes sociaux avec leurs règles. Une fois dedans, essayer de se réaffirmer, de se démarquer… mais pas trop sous peine d'exclusion. Funambulisme perpétuel entre l'individualité et l'appartenance à une tribu.
Note que ça vaut pour les non-freaks. La société conventionnelle fonctionne de la même façon. A se demander qui est le freak de qui…
En lisant le périple de Goldie filant de club en club avec de la kéta plein les narines, j'ai beaucoup pensé à mon grand-père qui écumait les thés dansants et se chargeait à la camomille en se trémoussant sur du musette. Techno allemande vs Derrick, pas grand rapport à vue de nez et pourtant… Même recherche d'une sociabilité avec des gens comme soi, même envie de s'éclater après une semaine pas palpitante, d'oublier dans la musique le quotidien pépère et la mort qui rôde. Comme disait un célèbre accidenté de la route, la même “fureur de vivre” (mention contraire).

Cette folie du week-end a l'air d'une échappatoire. Dans un sens c'est le cas, comme une parenthèse éthérée entre deux semaines dans le monde réel. Sauf que le monde réel n'est pas la vraie vie, pas une vie tout court. Des journées en centre d'appel à ressasser la même rengaine, taf abrutissant, pas enrichissant dans tous les sens du terme. Nouvelle génération des forçats de la faim. Job par défaut, sans doute, mais a-t-on vraiment mieux à leur proposer ? Regarde autour de toi, le vrai monde réel, pas celui du roman. C'est le même en fait. Tout foireux, en chute libre, sans espoir de salut.
Quand tu lis la quatrième, tu te dis “c'est des petits jeunes qui font les cons, faut que jeunesse se passe, tatati tatata”. Jeunesse ne se passera pas, parce que le monde actuel n'a plus rien à offrir à cette génération. Ni aux suivantes d'ailleurs. le pire, c'est qu'elle le sait. Et le pire du pire, c'est qu'elle l'a accepté. Enfin, quand je dis “le pire”, c'est façon de parler, sans jugement de valeur, j'en ai fait autant il y a belle lurette.
Ce qui distingue les freaks de maintenant de ceux d'avant – je pense à la naissance du rock ou aux débuts du mouvement punk – c'est que la révolte a laissé place à la résignation et au fatalisme. Au consumérisme, aussi, quand on voit la place qu'occupent les fringues, le look, le paraître, le narcissisme… Plus de place pour la rébellion, parce qu'ils s'en foutent, qu'ils ont la tête ailleurs. Pas seulement à cause de la drogue, le matraquage social y est pour beaucoup, pub permanente pour un mode de vie basé sur la dévoration.
Là, tu vas me dire qu'il y a toujours une porte de sortie. Suffirait, comme propose Nichts (“rien” en allemand, la messe est dite) de quitter le “rêve berlinois”. Mirage où “tout paraît propice à la création” et où tout finit en drogue, survie précaire, projets fumeux, remise au lendemain, fuite en avant. Les expats pourraient certes retourner au bercail, oui, repartir vers un environnement plus sain, moins chargé en excès, dope, MST… Retrouver, pour les Français du lot, le président des riches, des riches toujours plus riches, des pauvres toujours plus pauvres, un chômage tel que quand le chiffre baisse de 1000 demandeurs d'emplois c'est la fête du slip. Dégoter un autre job… dans un autre centre d'appel Ipsos.
Nichts n'a pas tort sur le piège du night club géant qu'est Berlin, le chant des sirènes, le laisser-aller de tout ce petit monde plus superficiel qu'alternatif. Encore faut-il trouver l'issue de secours. Et on peut se demander si l'emprunter mènerait vraiment à mieux.

“La Fin ne va pas tarder, Dorian le sait, s'y prépare, la planète meure, on est en train de l'assassiner.” Et ça, on le sait depuis un moment. Peut-on jeter la pierre à Dorian et aux autres, qui préfèrent vivre à fond trois nuits par semaine pendant qu'il est encore temps ?
Souviens-toi les années 80, le début du chômage de masse et les premières alertes environnementales. Ils ont fait quoi nos parents et grands-parents à part se jeter dans l'actionnariat, les paillettes, la coke, le synthé et la pousse de moustaches ringardes ? Rien.
Maintenant il est trop tard. Se rebeller, agir, changer le cours des choses, c'était avant qu'il fallait s'y mettre.
Aujourd'hui, fini, rideau, plus rien à faire.
A part s'éclater pour oublier qu'on est tous déjà morts.
Lien : https://unkapart.fr/techno-f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
FungiLumini
  18 décembre 2018
Qui dit nouveau roman de Morgane Caussarieu, dit lecture décalée garantie ! J'ai pris ce roman aux Halliennales et j'ai eu une super dédicace de l'auteure. 🙂 Pas de vampires ou de surnaturel ici, même si à certains moments, on pourrait croire que les scènes auxquelles on assiste sont irréelles. On est plutôt dans la même veine que Chéloïdes, chronique de vie alternant l'alcool, la drogue et les sorties avec la vie quotidienne.
Ce livre est l'histoire de la rencontre entre deux êtres. Goldie croise Dorian dans un club : il est dealer et ils vont ensemble faire un voyage psychédélique durant lequel ils s'aperçoivent que leurs âmes sont « jumelles ». Cependant, Dorian est marié avec une autre diva du milieu, Beverly Gore… L'histoire se déroule chronologiquement, sur le temps d'un weekend. le roman est découpé heure par heure, la drogue et l'alcool coulent à flots et le manque se fait rapidement sentir. Les événements se succèdent, menant inexorablement au lundi matin.
Je dois dire que je suis assez impressionnée par le train de vie décrit, à la fois au niveau de la quantité de drogues consommées en peu de temps, de l'énergie déployée sans véritable pause, et de l'argent dépensé lors d'un weekend de fête. Certaines personnages qu'on suit font du métro-boulot-dodo la semaine pour gagner de quoi passer un weekend de folie. La plupart sont des expatriés qui ne parlent pas un mot d'allemand, mais qui se sentent pourtant mieux à Berlin que chez eux. Ensuite viennent la musique, les sensations, le feeling. La montée vers les étoiles puis la descente sur Terre, voire en Enfer. Les différents personnages sont très colorés, tous uniques en leur genre et allumés à leur manière. J'ai particulièrement aimé la Kéta Queen !
Parfois, j'avais l'impression qu'on partait un peu trop à l'extrême/l'absurde dans certaines situations, que ce soit avec le quotidien des personnages (par exemple, Goldie vit dans un squat où on réalise des films porno pour récolter des fonds pour sauver les renards et l'endroit s'appelle FFF : Fuck for Foxes) ou avec les sentiments amoureux. Après avoir lu Chéloïdes qui est beaucoup plus dur et qui traite d'un amour fort mais difficile, j'ai trouvé qu'ici, Morgane s'était un peu plus lâchée et qu'elle tournait un peu en dérision les sentiments. On se croit amoureux en quelques instants, on change de partenaires aisément, alors qu'on faisait de grandes déclarations quelques minutes auparavant.
Si tout le monde semble s'amuser lors de ses soirées, une angoisse plane sur ces moments d'égarements et de déconnexions : les maladies sexuellement transmissibles et plus particulièrement le HIV. Morgane l'avait déjà traité dans Chéloïdes, et c'est d'ailleurs au travers d'un des personnages de ce précédent roman que la maladie refait ici surface. Un personnage qui m'avait déjà glacée par son inconscience et son égoïsme dans Chéloïdes et dont l'ombre s'insinue dans les clubs et se déploie sur la clientèle insouciante.
J'ai beaucoup aimé cette visite de Berlin insolite. Je suis déjà passée par la capitale allemande, mais en faisant les musts touristiques. Morgane nous emmène ici au coeur de la vie nocturne, là où la fête ne s'arrête jamais. Des bars et boites de nuit prisés dont on visite systématiquement les toilettes ! Je dois dire que j'ai adoré la façon dont se termine ce roman, bien trash comme d'habitude, mais je ne vous en dirai pas plus ;)
Un roman d'ambiance underground berlinoise où l'alcool, la drogue et le sexe sont monnaie courante. Des personnages colorés, des rencontres qui changent une vie, pour le meilleur ou pour le pire. Un monde de rêves et d'amusement, mais aussi de maladies et de désillusions. Une lecture originale et décalée comme Morgane sait si bien les écrire !
Lien : https://livraisonslitteraire..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ConfidencesLitteraires
  31 août 2018
En acceptant de recevoir ce roman de la rentrée littéraire des éditions le serpent à plumes, je me disais que je sortirai de ma zone de confort. le monde de la drogue des nuits berlinoises : j'imaginais l'ambiance sombre et glauque, sale, déprimante.
Et pourtant. Oui, j'ai été un peu choquée par certaines scènes, que ce soit le manque d'hygiène à tous niveaux ou le VIH qui se refile sans complexe.
Mais, étonnamment, le ton est presque frais. On se laisse prendre au jeu de ces junkies qui se pensent des surhommes : meilleur style, meilleurs goûts et les hallucinations de la drogue qui ajoutent une dimension spirituelle, presque déique. Même si, bien sûr, la réalité n'est jamais bien loin, Goldie et les autres se voilent si bien la face que leur enthousiasme pour la vie telle qu'elles.ils la conçoivent est contagieux.
Et puis j'aime être choquée en douceur comme c'est le cas ici. C'est très bien écrit, malgré quelques maladresses, et le tout se lit très bien.
Je ne vivrais pour rien au monde les deux jours que je viens de passer avec Goldie, Dorian, Beverly Gore, Nichts... mais je suis contente d'avoir découvert ce monde parallèle aux lois étranges.
Si vous êtes de nature curieuse et que vous n'avez pas froid aux yeux, je vous recommande ce roman qui sent le vécu !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Agathethebook
  24 septembre 2018
Avec ce roman, découvrez l'Underground de Berlin, la capitale du « Nightclubbing »…
L'habit ne fait pas le moine. Pour le motif « délit de couverture », il est évident que je n'aurais jamais acheté ce roman, son design contrastant fort avec mon feed fleuri de jeune maman. Mais le Serpent à Plumes me l'a recommandé et je l'ai lu sans m'ennuyer une seule seconde. Au contraire ! J'ai pénétré cet univers électrique avec avidité, curieuse de ce monde inconnu et que je ne connaîtrai sans doute jamais, car à moins d'un grand malentendu je pense que je n'irai jamais sniffer de la kétamine dans les boites berlinoises…
Pendant trois jours, du vendredi ou lundi matin, plusieurs français expatriés à Berlin vont faire ce qu'ils surnomment « le marathon de la drogue » : tenir sans dormir en dosant savamment leurs différentes substances afin de danser sans s'arrêter sur de l'électro. Enchaîner les lieux de la défonce, les boites gay, acheter, revendre, passer des heures aux toilettes. Oui, bien sûr, c'est glauque mais c'est traité avec un certain détachement, voire une réelle poésie.
Prenez Goldie par exemple, tatouée et cernée, elle est performeuse, ses idéaux sont bien différents des vôtres, mais dans ce milieu, elle est infiniment respectée, notamment pour ses « suspensions ». Oui elle s'est fait suspendre par des câbles attachés à ses piercings.
Dorian regarde Goldie. Son regard dur élégamment souligné de cernes bleutés. Les veines saillantes qui courent sous sa peau ambrée. Les cicatrices sur son avant-bras, coups de rasoirs d'une adolescente en détresse. Sa peau sans une once de graisse qui recouvre des muscles nerveux. Un corps de junkie, magnifiquement ciselé par des années de défonce et de danses effrénées. Comme le sien.
Goldie rencontre Dorian, et dans leurs yeux, des serpents. Ils sont frères d'âme. C'est la Kétamine qui lui souffle ça. C'est la maîtresse absolue, ils en sniffent entre deux prises de GBL. La K leur permettent de pénétrer la musique, de la ressentir vraiment au plus profond d'eux-mêmes.
D'autres personnages gravitent autour d'eux, des queer, des toxicos en tout genres. Les murs suintent les maladies et le VIH.
Comment finiront-ils à l'issue de ces trois jours ? Accèderont-ils un jour à la transcendance ? À y bien réfléchir, leurs idéaux répondent à une certaine logique.
Bien sûr, n'attendez pas un récit lumineux, tout n'est qu'auto-destruction, mais pour ma part je l'ai trouvé assez passionnant et bien mené si le sujet vous tente !

Lien : https://agathethebook.com/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
QPerissinotto
  15 septembre 2018
Techno freaks est un roman un peu trash, original et qui fait pulser dans votre tête les soirées berlinoises. Construit sous forme d'avancée temporelle (chaque chapitre définit une heure), ce livre est une plongée dans la scène de la défonce berlinoise. Dorian est marié à Beverly Gore et tous deux vivent à Berlin et ont trouvé dans la capitale allemande une ville abritant tous leurs fantasmes. Techno freaks c'est trois nuits dans les clubs underground de Berlin, trois nuits à chanceler entre les prises de kétamine, GBL et accessoirement d'héroïne, trois nuits à éviter les corps emboîtés dans les recoins des dark rooms, à sans cesse chercher de nouveaux défis. Mais c'est aussi des dizaines d'heures qui vont mettre à mal le couple de Dorian. Dans les zébrures des stroboscopes, Goldie aperçoit une silhouette inconnue. Nimbé d'une présence surnaturelle acérée, il danse rien qu'avec les mains. Il lance dans le club des regards « dans lesquels nagent des serpents ». Il est sa prochaine étape. Ils se complètent à merveille. Elle, tatouages noirs de suie, bomber de skinhead girl, pantalon de survêt élimé ; lui veste de costume, chapeau, vernis à ongles noir, les phalanges ancrées, boucle de gitan à l'oreille. Goldie ressent l'urgence du désir. Elle ignore encore qu'il n'est pas libre. Ils font connaissance autour d'une ligne de kéta tapée sur le sexe de Dorian. Tous les deux sont irrémédiablement attirés par l'autre et les heures de défonce qui suivent vont décider de leur passage à l'acte ou non.

Sans trop de prétention, Techno freaks est un livre qui se lit avec plaisir, qui a le mérite de planter le décor dans des lieux peu représentés en littérature et qui constitue un bon moment de lecture. Sans forcément aller bien plus loin. Car si le roman se lit très bien, il n'en constitue pas pour autant une expérience littéraire mémorable. Avec une langue orale, rythmée, Morgane Caussarieu dévoile la scène techno berlinoise sans filtre. Ses excès, ses dérèglements de sens, ses pulsions. C'est un concentré du Berlin underground que l'auteur nous livre ici. Avec un regard sarcastique sur ce milieu qui s'est, comme tous les autres, boboisé. Techno freaksest une balade trash qui se lit d'une ligne. de K.
Lien : https://eterneltransitoire.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
AdalarasiAdalarasi   26 juillet 2018
"Mets une capote, d'abord.
- Non. Le lien qu'on a, c'est pour la vie. On partage tout.
- Ici on chope une hépatite rien qu'en respirant un peu trop fort l'air des toilettes!
- Je fais confiance au karma (il lui attrape la tête entre les mains) Est ce que tu m'aimes?"
Elle baisse les yeux, soupire, les relève.
"Avec toi c'est peut être plus fort qu'avec les autres...
- Si l'un de nous est malade, l'autre doit l'être aussi.
Nous mourrons ensemble, nous ferons tout ensemble."
Alors qu'il réfléchit au meilleur moyen de la convaincre d'y aller bare-back, elle le pousse à l’intérieur.
"Je prends le risque", lui murmure-t-elle à l'oreille, sur le ton d'une faveur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
JoyeuxDrilleJoyeuxDrille   07 septembre 2018
A Berlin, on privilégie la futilité, on bannit la gravité, les problèmes, et si on se prend au sérieux, on aime rire de tout. Pas de place pour la véritable dépression, l'autodestruction doit être gérée avec légèreté. Et surtout ne pas rejaillir sur l'entourage, perturber sa béatitude et s'opposer à l'hédonisme ambiant.
Commenter  J’apprécie          10
AgathethebookAgathethebook   24 septembre 2018
Enfin, ils sont à l’intérieur du Berghain. Ils déposent leurs vestes et leurs sacs au vestiaire. Opale a souvent l’impression d’y déposer son âme aussi. Elle la récupérera en sortant, avec le reste.
Commenter  J’apprécie          20
FungiLuminiFungiLumini   18 décembre 2018
– C’est l’endroit que j’ai toujours cherché pour m’éclater avant l’Apocalypse. Comme si chaque jour était le dernier. Les continents et les animaux brûleront, les pays entreront en guerre, mais Berlin continuera à danser et la techno à résonner par-dessus les cris et le sang.
Commenter  J’apprécie          10
FungiLuminiFungiLumini   18 décembre 2018
Les sons deviennent palpables autour de Goldie et de la main elle en trace les contours, tandis que, campée sur ses deux jambes, bassin en avant, elle fait passer son poids d’une pointe de pied à l’autre, non plus guidée par son cerveau mais par la musique. Son corps fait à présent partie d’un tout, partie du club, partie du son. Les variations de lumière noire activent la drogue insidieusement, comme programmées pour. Elle flotte dans une mer de brouillard, plus grand-chose n’existe à part elle, la techno, et Dorian.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Morgane Caussarieu (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Morgane Caussarieu
Avec Mélanie Fazi, Sylvie Bérard et Morgane Caussarieu
autres livres classés : undergroundVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

L'aventure continue en homophonie...Et en alexandrins. (2)

Après Sceaux me voici dans le Vaucluse au.....

tore
thor
taure
tord

7 questions
12 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre