AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782092591086
306 pages
Éditeur : Nathan (09/01/2020)

Note moyenne : 3.86/5 (sur 29 notes)
Résumé :
Marie, 18 ans, vient de perdre sa mère journaliste dans un accident de la route. En triant ses affaires, elle comprend qu'Irène s'intéressait aux conditions de fabrication d'un smartphone dernière génération et à un mystérieux individu lié à cette entreprise. Et si la mort de sa mère n'était pas accidentelle ?
Avec l'aide de Léo, un jeune hackeur, et de sa marraine, reporter italienne, Marie reprend l'enquête et remonte la piste d'un trafic de minerais rares ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
Analire
  13 décembre 2019
Coltan Song est le premier tome de la toute nouvelle saga jeunesse Black Bone, écrite à huit mains par un collectif de quatre auteur.e.s toulousains. Rien que cette prouesse d'écriture à plusieurs est à saluer : il n'est jamais aisé de se synchroniser, les idées doivent fuser dans tous les sens et pourtant, il faut tout synthétiser pour en sortir une histoire homogène, avec la plus-value de chacun.e. Bravo pour ce travail !
Nous faisons la connaissance de Marie, 18 ans, c'est une jeune fille métisse comme tant d'autres. Marie n'a jamais connue son père, décédé avant sa naissance, et sa mère, Irene Forget, vient elle aussi de mourir, dans un stupide accident de la route, la laissant seule, orpheline, livrée à elle-même. En faisant du rangement dans les affaires de sa mère, Marie va être mise en relation avec Léo, alias Hell-O, un jeune hacktiviste, professionnel de l'informatique, qui dit détenir des informations précieuses sur sa mère et sur les causes de sa mort. Car selon lui, l'accident de la route dont a été victime Irene n'en était pas un. Sa mort serait liée à son passé de grand reporter en Afrique et principalement à un homme blanc, victime de l'assassinat de Peter, le père que Marie n'a jamais connue.
Black Bone est un mélange de récits historiques et d'enquête policière plus traditionnelle. À intervalles réguliers, nous sommes projetés en Afrique, en Sierra Leone ou en République Démocratique du Congo, où nous assistons, impuissants, à la destruction, aux meurtres, à l'esclavagisme, à la domination des certains hommes blancs sur d'autres pauvres hommes noirs. Quoique difficile à appréhender, de part la violence des scènes qui se jouent sous nos yeux, j'ai beaucoup aimé ces immersions dans les conflits africains, qui malheureusement, perdurent encore aujourd'hui. Les mettre en avant de telle manière est une véritable plus-value, puisque cela permet aux plus jeunes, lecteurs cibles premiers, de prendre conscience des inégalités qui régissent notre monde.
Et d'autre part, nous sommes en France, à Bouillac, petite commune de l'Aveyron, dans une ferme isolée, où Marie, notre protagoniste, tente de mettre au clair le décès de sa mère. Accompagné de Hell-O, ils fouillent, fouinent et déterrent de lourds secrets, qui risquent de mettre leur vie en danger. En effet, ils découvrent une entreprise peu scrupuleuse nommée SmartGreen, qui n'est autre qu'une escroquerie planétaire, une machination mise au point par ces dirigeants pour duper un maximum de personnes et se remplir les poches. Tout en continuant de creuser, ils vont également découvrir que cette entreprise a de nombreux liens avec l'Afrique, et cache notamment un véritable trafic d'êtres humains. Conflits historiques, environnementaux, sociaux, culturels… Marie, Hell-O et Andrea, la marraine de la jeune fille, ont mis à jour une escroquerie d'envergure. Mais il n'est pas aisé de se faire entendre, de chercher des preuves assez incriminantes pour que l'ensemble de l'opinion publique puisse abonder dans leur sens.
Il faut bien s'accrocher au récit pour ne pas en perdre le fil. L'enquête de fond, à savoir le trafic planétaire de l'entreprise SmartGreen, est assez difficile à appréhender. En effet, il regroupe plusieurs problématiques assez vastes, comme les problèmes écologiques, les nouvelles technologies… le tout additionné aux problèmes sociaux qui se déroulent en Afrique, il y a de quoi se perdre. Je conseillerais ce livre à des adolescents de 14-15 ans, pas moins, puisque même moi, qui suis pourtant plus âgée, j'ai décroché à certains moments du récit, tant les problématiques partaient dans tous les sens.
Globalement, j'ai beaucoup aimé le rythme de l'histoire. On retrouve une alternance de temps dans les chapitres, avec certaines parties de l'histoire qui se passent dans les années 2000, aux côtés d'Irene, alors reporter en Sierra Leone, puis des retours dans le présent, avec Marie. Les chapitres s'enchaînent avec fluidité et sans temps mort. C'est un premier tome promettent que nous livrent ces quatre auteur.e.s toulousains. Je serai curieuse de découvrir la suite de cette histoire.
Un premier tome bien construit et rythmé, oscillant entre conflit historique et enquête policière. J'ai hâte de pouvoir découvrir la suite !
Lien : https://analire.wordpress.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
tichoulit
  26 avril 2020
Marie est une jeune fille métisse de 18 ans qui vient de perdre sa mère dans un accident de bus. Journaliste, celle-ci laisse derrière elle une enquête mystérieuse sur une société de fabrication de smartphone qui pratiquerait une extraction verte des minerais en Afrique. Sauf que le créateur de la société rappelle étrangement quelque chose à sa mère, si bien qu'elle le prend en photo et demande de l'aide à un jeune hacker Hell-O. Quelques temps après sa mort, Marie rencontre ce jeune homme qui lui parle de sa mère : et si sa mort n'était pas un simple accident mais liée à son enquête ? Aidée par Hell-O et sa marraine journaliste, Marie essaie d'assembler les pièces du puzzle qui la conduira à évoquer l'Afrique, son passé et son téléphone.
Le principe de cette nouvelle série concept : une enquête écrite à 8 mains, une histoire engagée, écologique, s'intéressant à des faits de sociétés et mettant en avant des ados courageux et black. (d'où le titre) Ici, Coltan Song est le premier tome et parle des conditions déplorables de récolte des minerais utiles à la fabrication des smartphones. de quoi remettre en cause notre modèle économique. Je n'ai pas pu m'empêcher de comparer avec deux livres merveilleux : Blue gold d'Elizabeth Stewarts tout d'abord ( qui traient de l'usage du coltan pour les téléphones) et la fille qui n'existait pas de Nathalie C. Anderson (une enquête d'une jeune fille Africaine dont la mère a été tuée). Coltan Song ne traite pas donc d'un sujet totalement original car déjà vu avec brio par le roman ci-dessus, rien de nouveau sous le soleil me direz vous ? Oui et non car Coltan Song est une histoire richement documentée, une enquête menée à la manière journalistique, glaçante de vérité et de réalisme. Et juste pour cela, c'est un thriller sur lequel se jeter.
Le roman interroge la question des délocalisations des sociétés, les conditions de travail en Afrique des jeunes enfants qui exploitent le coltan, minerai nécessaire aux téléphones, les nouvelles technologies, la domination des blancs sur les noirs... Des sujets passionnants qui indignent.
Mais le roman s'intéresse aussi aux sentiments de Marie qui vient de perdre sa mère, et tente de survivre seule face à cette catastrophe. On parle de harcèlement, de deuil, de perte, d'amour aussi. Des questions qui diluent l'enquête dans du réel et qui procure du souffle au récit.
Le rythme est haletant, l'action omniprésente mais aussi la recherche documentaire et journaliste lors d'une enquête ( recherche, recoupement des sources, piratage informatique). On apprend beaucoup de choses, c'est un roman dense auquel il faut s'accrocher. Mais ça vaut le coup ! Il y a beaucoup de tensions autour de l'enquête : Pourquoi Irène, la mère de Marie est morte ? Quelle est vraiment la société LookEe ? Qu'a découvert sa mère dans son enquête ? Qui est cet homme mystérieux sur les photos cachées par Irène ? Cette enquête a-t-elle un lien avec Marie ?
On se pose beaucoup de questions tout au long du roman, qui trouvent toutes des réponses.
Coltan Song est une enquête menée tambour battant sur un sujet de société brûlant qui embarque tout de suite. Attention: certaines longueurs et des explications documentaires auxquelles il faut s'accrocher.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
theannashaw
  22 janvier 2020
Grace à Nathan et à son chouette colis de la rentrée littéraire d'hiver j'ai eu la chance de découvrir des livres absolument géniaux, à commencer par Parée pour percer d'Angie Thomas mais également le premier tome d'une tétralogie écrite à huit mains vers laquelle je n'aurais pas été forcément attirée de prime abord, mais que j'ai été plus que ravie de lire.
À la mort de sa mère, Irène, grand reporter, Marie découvre que cette dernière enquêtait sur les conditions de fabrication d'un nouveau portable et sur les liens de l'entreprise qui le produit avec un fantôme de son passé. Ce pourrait-il que la mort de sa mère ne soit finalement pas un accident ? Avec l'aide de Léo, un jeune hackeur ami de sa mère et d'Andréa sa marraine, Marie remonte les pistes laissées par sa mère qui l'amènent bien plus loin qu'elle ne l'avait imaginé. Une enquête qui pourrait lui permettre à la fois de lancer l'alerte sur des pratiques douteuses mais également de venger la mort de ses parents. Mais deux adolescents et une journaliste font-ils le poids face à une entreprise internationale ?
Avis à tous, ce livre est absolument génial ! Je n'aime pas particulièrement les thrillers mais je dois dire que j'ai été éblouie par la qualité d'écriture, de narration ainsi que d'information que propose ce roman. C'est une lecture, vous l'aurez compris, qui m'a sortie de ma zone de confort habituelle et qui traite de sujet vraiment intéressants et très actuels encore trop peu souvent présents dans la littérature en général et plus spécifiquement la littérature pour adolescents.
J'ai aimé les personnages de cette histoire, les gentils comme les méchants parce que justement les auteurs évitent l'écueil d'une vision trop manichéenne pour choisir plutôt la neutralité propre au journalisme. Bien sûr certains personnages sont tout bonnement odieux et leurs actes encore plus mais il est intéressant de voir comment ils en sont venus à devenir ces personnes, comment les choix de vie et les influences aussi bien humains que géopolitiques dans lesquels nous baignons peuvent faire ressortir le meilleur et le pire en nous.
On est touché bien sûr par le personnage principal, cette jeune fille dont le monde s'écroule mais qui décide de se battre et dont le courage et la détermination nous émeuvent. On aime aussi ses deux acolytes : le timide et un peu étrange hackeur au grand coeur et la journaliste de guerre souffrant de stress post-traumatique, l'occasion pour les auteurs de parler de ce mal encore trop méconnu et très mal soigné. Mais on aime aussi les absents : Irène notamment dont on comprend les choix difficiles mais toujours le plus justes possibles ou encore Peter prêt à sacrifier sa propre vie pour le bien commun.
Et puis il y a les thématiques abordées bien sûr qui nous font nous interroger sur les campagnes publicitaires qui nous vantent des entreprises plus respectueuses de l'environnement, et sur la véracité de ces informations, sur les conditions de conception de nos smartphones et autres outils numériques indispensables à nos vies quotidiennes occidentales actuelles. On sent qu'il y a eu un vrai travail de journaliste pour préparer ce roman, les informations bien que complexes sont clairement exposées et le ton n'est jamais moralisateur mais nous pousse toujours à nous interroger, à remettre en question nos pratiques de consommation.
Enfin ce que j'ai aimé dans ce roman c'est son rythme. On alterne entre les points de vue des différents personnages et l'on ressent une tension du début à la fin ce qui nous fait tourner les pages à toute vitesse pour découvrir le plus vite possible le dénouement. Un dénouement doux-amer d'ailleurs de par son réalisme et sa pointe de cynisme qui offre un peu plus de réalisme encore, si cela était nécessaire, à cet ouvrage. On passe également par toutes les émotions de la peur à la colère en passant par la frustration, le soulagement ou la joie en même temps que les personnages de cette histoire.
Un premier tome très bien écrit et bien monté aussi bien sur le plan narratif que thématique qui m'a véritablement donné envie de découvrir les trois autres volumes à paraître et les thématiques que ceux-ci traiteront. Un roman brillant à la fois dans son rythme mais également dans les sujets qu'il développe et dont on sent la qualité rédactionnelle et informative à chaque page. Je trépigne d'impatience de retrouver le Collectif Black Bone dans la suite de leurs aventures.
Lien : HTTP://mabibliothequerose.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ElodieOz972
  26 février 2020
Ce récit nous présente Marie à 18 ans,
confrontée à sa vie cruelle mais réelle. Elle
n'a jamais connu son père, assassiné avant
sa naissance. Au moment où elle passe son
bac, elle fait face à la maladie de sa grand-
mère puis à la mort de sa mère. Cette
dernière, important reporter depuis des
années, menait une enquête des plus
capitales : la dénonciation de l'exploitation
des jeunes enfants dans les minerais
d'Afrique pour la création d'un smartphone,
soi-disant propre et écologique. Sur les
traces de sa mère, Marie se rend compte
rapidement que les circonstances de sa
mort ne sont pas si anodines que cela. Elle
rencontrera sur sa route une grande aide
pour percer à jour le mystère de sa
disparition, en apprenant peu à peu à lui
accorder sa confiance.
Le Collectif BlackBone est composé de
quatre auteurs : un journaliste, un ancien
enseignant devenu aujourd'hui écrivain pour
la jeunesse, une autrice et une éditrice.
Au début de ma lecture, j'était plutôt
sceptique. A part le roman best seller de
Joël Dicker qui a été un énorme coup de
coeur, je n'ai pas lu beaucoup de thriller car
ce n'est pas mon genre de prédilection. Mais
je suis rapidement tombée dans l'histoire : la
psychologie des personnages principaux
rend le récit captivant. Marie est une
adolescente noire avec du caractère et on la
suit dans son deuil. Son évolution à travers
les épreuves qu'elle rencontre reste un
modèle de force et de courage. Et le lien
créé entre elles et les autres personnages
(Léo le hacker, sa mère avant sa mort, sa
grand-mère, sa marraine la reporter
italienne, mais également ses persécuteurs)
est réaliste.
Les chapitres sont courts, ce qui permet une
lecture fluide et un rythme facile à suivre.
L'écriture est accessible au plus grand
nombre, sans difficulté particulière : difficile
de mettre en évidence une plume signature
dans un récit écrit à plusieurs mains.
En revanche, le sujet traité, qui reste un sujet
d'actualité de par son côté écologique et
dénonciateur est très intéressant. Il est
même captivant, on a envie de connaitre la
suite des événements et le dénouement
alors on ne lâche plus le bouquin. Il nous
mène sur les pistes de la fabrication d'un
smartphone et de tout ce qui l'entoure en
termes de communication et d'utilisation. La
réalité s'ouvre devant nous : l'impact
environnemental et humain est non
négligeable. Cela donne à repenser notre
façon de consommer un objet du quotidien
devenu banal mais dont la plupart d'entre
nous est accroc.
Un tome 2 intitulé « Fashion Victim » dont un
extrait est délivré à la fin du premier tome
devrait sortir en juin 2020.
Il est prometteur, je lirai la suite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
IdeesALire
  23 décembre 2019
Ce premier tome intitulé Collectif Black Bone : Coltan Song a été écrit par quatre auteurs différents, et lance une série centrée sur les réflexions actuelles, qu'elles soient économiques, écologiques ou sociales. le résumé m'a bien plu donc je me suis lancée assez rapidement dans ce récit, et je t'explique ce que j'en retiens.

Coltan Song est un ouvrage qui m'a surtout impressionnée par les recherches faites en arrière plan. Que ce soit sur le racisme, l'écologie, le journalisme ou tout ce qui concerne la fabrication d'un téléphone par exemple, on sent que les auteurs ont potassé pour coller le plus possible à la réalité des choses, et c'est ce qui rend cet ouvrage horrible. Je connaissais déjà avant de le lire les conditions de travail dans les mines en Afrique, comme beaucoup ici je suppose, et le fait de voir un roman aussi critique et penché sur cet aspect, ça change. C'est clairement un livre à charge, et c'est vraiment plaisant de voir que les auteurs ne cherchent pas à lisser tel ou tel aspect, ni même à justifier et trouver des excuses aux personnages. On apprend beaucoup de choses aux côtés de notre protagoniste et la suivre à travers ses recherches était un gros plus pour moi. On se trouve dans un mélange d'enquête et de récit historique, avec un soupçon de suspens et ça a très bien fonctionné avec moi même si l'enquête menée est parfois compliquée à suivre : on part un peu dans tous les sens, mais pour autant l'ensemble reste assez cohérent.

Les personnages m'ont par contre moins intéressée, même s'ils ne manquent pas de personnalité. Marie, la protagoniste, est une jeune femme qu'on rencontre en étant au fond du gouffre mais qui va peu à peu se relever au fil des chapitres : c'est vraiment le personnage « déterminé » type mais elle ne m'a pas touchée autant que j'aurais aimé. J'ai un peu plus accroché à Léo, le hacker du duo, qui est beaucoup plus discret dans ce récit mais doté d'une intelligence redoutable. Il n'y a pas de romance entre les deux personnages pour le moment, et même s'ils semblent prendre cette direction vu les réflexions de l'un et l'autre, je devais le mentionner parce que ça change de ce qu'on voit d'habitude…

Aussi, le roman a été écrit par quatre auteurs et j'avais un peu peur que ça se sente, mais que nenni : si on ne me l'avait pas dit, je ne l'aurais jamais remarqué. L'ensemble est très fluide, la plume est agréable à lire même si les points de vue m'ont parfois embrouillée, et globalement j'ai bien accroché à la narration. Par contre j'ai eu beaucoup de mal à suivre la temporalité, je ne sais pas trop pourquoi mais j'ai eu l'impression que des choses se déroulaient trop vite et d'autres en un claquement de doigts quand ils auraient mérité d'être plus développés. Dans le même sens, j'aurais aimé que le point de vue de la mère, qui alterne avec celui de la protagoniste, soit au passé plutôt qu'au présent : entortiller les deux points de vue est une super idée, mais celui de la mère s'étant déroulé avant celui de la fille, j'ai trouvé très perturbant cet accord de temps puisque j'ai eu l'impression que les deux histoires se déroulaient au même moment. Alors que ce n'est absolument pas le cas.

Bref, un ouvrage sympa à lire mais qui ne restera pas pour autant gravé dans ma mémoire.
Merci à Nathan pour l'envoi !
Lien : https://ideesalire.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
AnalireAnalire   12 décembre 2019
Sans les journalistes, personne ne le saurait, parce que ça se passe souvent très loin et qu'ici, on a l'impression que tout va bien. Si mes collègues et moi ne faisons pas notre métier, ce sera comme si on oubliait tous les gens qui souffrent - à cause de la guerre, par exemple. Comme s'ils n'existaient pas. Et je veux qu'ils existent et puissent s'exprimer, parce qu'ils en ont le droit et qu'ils le méritent autant que moi - ou que toi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
AnalireAnalire   11 décembre 2019
La paix, la guerre. En définitive, il s'agissait toujours de faire un choix. Celui de l'optimisme. Celui de croire qu'un jour, tout finirait par s'arranger. Que la vie triomphe toujours de la peur et de la destruction.
Commenter  J’apprécie          40
LivherynLivheryn   17 janvier 2020
Par un large trou dans la tôle encore brûlante du soleil de la journée, Irène distingue le disque aveuglant de la lune presque pleine. Elle éclaire d’une lueur crue le sol poussiéreux du village et les rares grands arbres. Autrefois, ici, il y avait des forêts luxuriantes. Les conflits armés et l’exploitation des richesses minières ont massacré la région. La région et, bien entendu, ses habitants.
Commenter  J’apprécie          10
AnalireAnalire   10 décembre 2019
On asphyxie le monde pour ne pas avoir à repeindre sa table de jardin une fois tous les deux ans.
Commenter  J’apprécie          40
AnalireAnalire   09 décembre 2019
La vérité est toujours plus simple que le mensonge, même si elle exige plus de courage.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Manu Causse (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Manu Causse
Manu Causse. Le fils de George.
autres livres classés : journalismeVoir plus
Notre sélection Jeune Adulte Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le pire concert de l'histoire du rock

Quel est le personnage qui fait un malaise pendant le concert ?

Clément
Adrien
Jean-Sébastien

6 questions
28 lecteurs ont répondu
Thème : Le pire concert de l'histoire du rock de Manu CausseCréer un quiz sur ce livre
.. ..