AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 229013628X
Éditeur : Editions 84 (04/04/2018)

Note moyenne : 2.54/5 (sur 13 notes)
Résumé :
Isaac est un petit garçon vide. Un corps, des yeux, mais rien à l’intérieur. Il ne parle pas – sauf quand il hurle. Ses parents se sont détruits peu à peu à coups d’amertume et de culpabilité.


Éric, le père, est épuisé et désemparé. Jusqu’au jour où il hérite d’une vieille 2 CV – une 2 CV verte. Et quand Isaac la voit, quelque chose change. Tout s’emballe : le père décide d’enlever son fils de la clinique et de partir à l’aventure au volant de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
lutinielle
  25 avril 2016
Un roman poignant sur l'amour filiale, sur la quête du lien d'un père et de son fils autiste. Road movie aux personnages picaresques, la 2CV verte est du même bois que les romans de Pagnol, portant des éclats de soleil quand les nuages du destin et du passé s'emmêlent et menacent les rares échappées possibles... Un éblouissement !

Lien : http://unlivresurmeslevres.b..
Commenter  J’apprécie          140
dadotiste
  26 juillet 2016
Une quatrième de couverture alléchante et des premières pages qui paraissent très sympathiques. Ni une, ni deux, j'ai voulu ce livre.
Ceci était une erreur.
Un conte loufoque un peu, mais surtout une histoire allongée pour remplir des pages blanches. On pourrait s'attendre à un point de vue sur le petit garçon mais c'est plus axé sur le père.
Passons aux choses sérieuses.
La psychologie des personnages est carrément inexistante, l'histoire n'a aucun intérêt, la plume n'est pas fluide mais ne présente pas non plus un bel effort d'écriture. Vous trouverez également ici des sortes de fantômes qui parlent mais qui ne servent à rien. Ne vous attendez pas non plus à une aventure trépidante au volant de la 2 CV., il ne se passe pas grand chose, ni à un quelconque voyage initiatique, il n'y en a pas non plus.
En réalité, ici, on remplit des pages. On parle d'un vieux veuf, on subit les remarques d'un chat, on écoute un gendarme penser à des champignons, on s'ennuie avec le père.
Enfin, vers la fin de l'histoire, on finit par comprendre pourquoi le père a enlevé son fils mais, comme les personnages ne sont pas travaillés, l'intérêt reste minime.
En conclusion, ce roman n'a absolument aucun intérêt. Que ce soit pour l'histoire ou pour la plume, c'est une perte de temps et d'argent. Je ne recommande vraiment pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          22
agnesrobert
  22 janvier 2017
Des personnages parfois difficiles à saisir (le père, le garçon) ou au contraire très bien construits/décrits (la mère, le gendarme, la jeune fille).
Ce roman possède parfois quelques longueurs, l'histoire des fantômes dans la 2CV peut paraître déroutante, et la fin est un peu trop "happy end", mais globalement ce fut un bon moment de lecture.
Commenter  J’apprécie          40
Bonaparte
  05 mai 2016
J'ai un avis assez mitigé à propos de ce roman... D'un côté, il possède beaucoup d'aspects originaux que je n'avais jamais vus auparavant, mais de l'autre, j'avoue que je me suis ennuyée pendant ma lecture et que je n'étais pas fâchée d'en venir à bout.
Le postulat de départ est somme toute assez simple : un enfant avec des problèmes mentaux, son père désemparé et une 2CV verte héritée d'un obscur oncle garagiste. Ajoutez à cela des personnages secondaires qui gravitent autour de ces deux-là, comme la mère détestable du gamin, un gendarme amateur de cueillette de champignons et une ado complètement loufoque et vous aurez un aperçu de la galerie de personnages que l'on rencontre dans ce roman. Ces personnages m'ont presque tous plu, à part le gamin, dont je n'ai pas vu l'utilité à part servir de faire-valoir à l'histoire, et sa mère, personne absolument détestable.
Ce que j'ai trouvé de très original, c'est le style de la narration : il est à la fois omniscient et à la troisième personne, vraiment bizarre ! La construction des phrases est elle aussi assez étrange : des phrases courtes, parfois sans construction logique sujet-verbe-complément. Je ne sauris vous dire si j'ai aimé ou pas...
L'intrigue n'a rien de bien folichon et j'ai été déçue par la fin : elle arrive comme un cheveu sur la soupe, sans queue ni tête, abrupte et elle nous laisse sur notre faim. de plus, je me suis assez ennuyée pendant ma lecture : ne m'étant pas attachée aux personnages, je n'ai pas réussi à me soucier de ce qui pouvait bien leur arriver.
En bref, une lecture étrange, qui ne me laissera pas un souvenir impérissable.
Lien : http://rhapsodyinbooks.eklab..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Felina
  26 septembre 2016
"La 2 CV verte" est un roman d'apprentissage d'un père pour son fils Isaac, semblable à une coquille vide. L'élément déclencheur - et pour le moins étonnant - de toute cette histoire, est une 2CV verte. Et c'est parti pour un road trip assez déconcertant!
Le père, Éric, se pose dès le début du récit, en anti-héros, un brin loser, qui a abandonné son fils à la garde de sa femme - plutôt terrible d'ailleurs - par lâcheté et facilité. L'enfant sert de faire-valoir à son père, véritable personnage principal de cette virée fantaisiste.
Étonnamment, a aucun moment, le lecteur n'a de véritable écho d'Isaac. Tout passe par son père et son ressenti. La psychologie de ce dernier est intéressante et crédible, mais le lecteur a beaucoup de mal à ressentir une quelconque empathie pour lui, et le personnage d'Isaac est trop vide également pour cela.
Ces deux personnages sont entourés de protagonistes secondaires atypiques et hauts en couleur, comme le gendarme cueilleur de champignons; un chaton plutôt bavard, une adolescente un peu fêlée... Cette histoire d'amour filiale, d'incommunicabilité générationnelle est ponctuée de moments d'humour, d'émotions fortes,
Le style de Manu Causse est assez étrange, dans la construction des phrases, dans la façon de nommer les personnages, ou encore dans le décalage causé par la familiarité qui ne correspond pas au ton du récit, et du coup à l'attente du lecteur. C'est assez déstabilisant et crée une distance avec l'attachement que l'on peut avoir vis à vis de cette quête de pardon, finalement. (...)
Lien : http://lillyterrature.canalb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
manU17manU17   07 novembre 2016
Dans Sons of Anarchy, le héros s’appelle Jax – diminutif de Jackson. Or, par ce surnom, que fait-on, sinon le couper symboliquement de son père, de son état de fils ? On lui coupe le son.
Commenter  J’apprécie          150
lutiniellelutinielle   25 avril 2016
Le lac est immobile. Il émerge de la nuit peu à peu, sans un nuage de brume. Les sommets l’entourent avec une affection distante, solidement.
Le père ouvre les yeux en même temps que le fils.
Commenter  J’apprécie          40
lutiniellelutinielle   25 avril 2016
La lumière s'incline par les baies vitrées sur les tables du petit déjeuner. C'est une lumière rectiligne, parfaite, une lumière qui fait croire à la beauté du monde. Elle joue sur les tasses blanches, à travers le miel qu'il étale et jusque dans les cercles concentriques du café. La lumière est une odeur, celle du pain chaud, du chocolat qui fond ; elle est le bruit de la petite cuillère qu'une main pose doucement sur la nappe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
celinefabre27celinefabre27   19 juillet 2018
C’est pas banal qu’un bonhomme puisse vivre comme ça, sans moteur, sans batterie, sans rien qui le pousse. Au début, il A bien voulu croire ce qu’on lui disait. Qu’il oublierait, qu’il changerait, qu’il ferait son deuil. Puis il’sest Rendu compte qu’il n’oublierait rien, surtout pas la douleur. Rien de rien. A part, chaque nuit, qu’elle etait morte. Et chaque matin le chagrin de l’avoir perdue. Aussi fort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
lutiniellelutinielle   25 avril 2016
Le petit reste silencieux. Et bave peut-être un peu.
- Mais là, le père arrive, dit le père. Dans un carrosse vert qui ressemble à une citrouille. Et il libère le fils de sa tour invisible.
Le gamin à l'air de se demander comment il ferait, le père, pour libérer son fils. Sauf qu'à ça, le père ne sait pas répondre. Il a beau fouiller dans sa tête, dans son imagination, rien ne lui vient.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Manu Causse (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Manu Causse
Manu Causse. Le fils de George.
autres livres classés : road tripVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Le pire concert de l'histoire du rock

Quel est le personnage qui fait un malaise pendant le concert ?

Clément
Adrien
Jean-Sébastien

6 questions
22 lecteurs ont répondu
Thème : Le pire concert de l'histoire du rock de Manu CausseCréer un quiz sur ce livre