AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Willy Lambil (Illustrateur)
EAN : 9782800131801
48 pages
Éditeur : Dupuis (10/05/2002)

Note moyenne : 3.6/5 (sur 51 notes)
Résumé :
"I want you for the army"Quand l'armée manque de bras et que les volontaires ont cessé de se bousculer au portillon pour finir en chair à canon, que reste-t-il pour repeupler les rangs ? La conscription ! Mais un peu partout dans le pays, la révolte gronde face à cette démarche injuste et impopulaire. Afin de ramener le calme, les Bleus sont envoyés en renfort pour superviser les opérations, à New York. Mais quand les plus riches achètent au détriment des plus pauvr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
belette2911
  20 septembre 2019
Pas besoin d'avoir fait West Point (célèbre académie militaire) pour savoir qu'une guerre est énergivore en argent mais surtout en vies humaines… Dont la matière première : les soldats !
Et les Américains n'ont pas envie d'aller à la souscription, pas envie de faire la guerre, pas envie de mourir et sont en colère contre le système de tirage au sort, surtout par le fait qu'avec 300$, on peut y échapper.
Autrement dit, seuls les riches peuvent échapper au carnage et y faire échapper leurs enfants.
La colère et la révolte gronde… Les gens sont mécontents, haineux…
♫ Il suffira d'une étincelle, D'un rien, d'un geste ♪ Il suffira d'une étincelle […] Allumer le feu ♫ Et faire danser les diables et les dieux […] Se libérer de nos chaînes, Lâcher le lion dans l'arène ♪
Et l'étincelle a eu lieu et le feu a pris. C'est une révolution ? Non, sergent Chesterfield, c'est une révolte… Et vaudrait pas mieux traîner en uniforme de l'armée !
Une fois de plus, le sergent Chesterfield manquera d'intelligence et d'esprit, sans le caporal Blutch, il aurait fini taillé en pièces détachées.
Les cons, ça ose tout, c'est d'ailleurs à ça qu'on les reconnait et dans cette excellente aventure, Chesterfield sera plus con que con. Heureusement que le caporal Blutch compense et qu'il a de la suite dans les idées, lui.
Beaucoup de tensions dans cet album qui quitte les champs de bataille pour nous plonger dans le New-York de la guerre de Sécession, au moment d'une conscription et qui va nous faire vivre les émeutes de l'intérieur puisque nos deux amis vont se retrouver, sans le vouloir, parmi les émeutiers et obligés de faire pareil pour ne pas se faire repérer.
L'épisode de l'incendie de l'orphelinat Noir, Michael Mention en avait parlé dans "Manhattan Chaos" mais puisque cet album ne concerne que cette émeute là, nous aurons aussi, pêle-mêle, des exactions contre les Noirs, les journaux, les commerçants, les églises, les bourgeois, bref, tout ce qui peut être rendu responsable de cette guerre puisque les véritables responsables ne sont pas sur place pour se prendre une volée de bois vert.
On ne le dit pas dans l'album, mais ce qui pourrait être pris pour du racisme envers les Noirs n'était en fait que de la peur de perdre son job ou de ne plus en trouver. En effet, de nombreux immigrants voyaient, dans les esclaves Noirs affranchis, des concurrents pour décrocher le peu d'emploi disponible.
De plus, les émeutiers considéraient les Noirs comme les responsables de cette guerre entre le Nord et le Sud, et leur en voulaient aussi pour cette raison.
Anybref, on a des réparties cinglantes, sarcastiques, ironiques et de l'humour, mais moins burlesque que d'habitude, même si, de par son comportement débile, Chesterfield sera l'instigateur de la plupart des gags et se prendra des coups, tel un Vyle Coyote poursuivant le Road Runner.
On rit, mais dans le fond, on a les tripes qui se serrent lorsqu'on voit les journalistes du Times sortir des mitrailleuses Gatling, achetées à l'armée, on a le coeur serré en voyant des commerçants innocents se faire piller et dépouiller, des innocents se faire agresser, violenter…
De l'humour, mais dans le fond, c'est un album assez dur, assez violent et les petits gags qui le parsèment font du bien car cela évite de se trouver face à une aventure à l'atmosphère plombée et lourde suite au comportement des émeutiers qui règlent leur compte avec tout ce qui leur passe sous le nez.
L'intervention de l'armée est aussi un moment fort. Non content d'être englué dans une guerre fratricide, les voilà obligés de tirer sur les leurs, sur des civils qui ont eu le tort de se rebeller contre des décisions injustes, inégales, alors qu'on dit se battre pour l'égalité de tout les citoyens, quelque soit leur couleur de peau.
Être riche a toujours été un truc en plus et cela a toujours permis aux friqués de s'en sortir… Si nous l'étions, nous ne rouspéterions pas.
Un album excellent, de la facture d'un Bull Run, avec un scénario qui ne laisse pas la place aux temps mort et des situations qui, pour une fois, ne se mordent pas la queue en tournant en rond sans savoir dans quelle direction le récit va partir.
Dommage qu'ils ne soient pas tous de cette facture là car on est dans du tout bon.
PS : les émeutes à New-York ont eu lieu du 13 au 16 juillet 1863.

Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Fab72
  13 juillet 2014
Pour une fois, le sergent Chesterfield et le caporal Blutch ne sont pas sur un champ de bataille à charger les Confédérés. Ils sont affectés à la surveillance d'un bureau de conscription de New York. En effet, l'armée de l'Union doit combler ses pertes. Pour gagner la guerre, elle doit recruter. Mais, la conscription est impopulaire. Il est vrai qu'il est possible d'y échapper en versant une somme de trois cents dollars. Ce système pénalise les plus pauvres. En raison de cette injustice, une émeute éclate. Nos deux soldats sont contraints de se faire passer pour des civils. Tous ceux qui portent un uniforme, les noirs (rendus responsables de la guerre), les bourgeois et les commerçants sont la cible des émeutiers. Les rues de New York sont livrées aux pillages, aux incendies et à la violence. Les auteurs s'inspirent de faits et de personnages historiques : l'incendie d'un orphelinat noir, la résistance du personnel du « Times » équipé de mitrailleuses lourdes face à la révolte, les barricades dressées contre les soldats de l'Union baïonnette au canon (soutenus par l'artillerie), le meneur irlandais Patrick Merry etc. Heureusement, les gags atténuent l'aspect dramatique de la situation. Nos deux héros sont toujours aussi drôles. Notamment, lorsque le sergent Chesterfield se transforme en un pilleur très réticent. Il faut également voir le caporal Blutch avec une pancarte « Lee for President » parmi les « Lincoln pig ».
Sinon, les dessins semi-humoristiques de Lambil sont toujours aussi agréables à regarder : réalistes pour les décors et les personnages secondaires (Washington D.C. et le Président Lincoln ressemblants...), style nez rond pour nos deux protagonistes.
De par sa richesse, cet épisode est, selon moi, l'un des meilleurs de la série « Les tuniques bleues ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
bdelhausse
  03 novembre 2018
Un tome atypique très prenant et finalement fort sérieux. le comique habituel entre Blutch, cool et lâche, et Chesterfield, très obéissant et rigoureux, fonctionne finalement assez peu/mal, mais on s'en fout tout à fait (en ce qui me concerne).
Blutch et Chesterfield sont envoyés à New York pour la Un tome atypique très prenant et finalement fort sérieux. le comique habituel entre Blutch, cool et lâche, et Chesterfield, très obéissant et rigoureux, fonctionne finalement assez peu/mal, mais on s'en fout tout à fait (en ce qui me concerne).
Blutch et Chesterfield sont envoyés à New York pour la conscription. Les batailles déciment les troupes et il faut regarnir les rangs. On enrôle à tour de bras, sauf quand le conscrit peut payer 300 dollars pour être exempté d'enrôlement. Système inique qui a largement convaincu les populations que seuls les pauvres avaient le "droit" de mourir.
Blutch et Chesterfield vont se retrouver au centre d'une émeute où le racisme et l'intolérance se côtoient pour le pire... Ils vont se retrouver embringués contre leur gré dans les émeutiers et vont devoir donner le change en saccageant et pillant. Comme je l'ai dit supra, le comique fonctionne peu dans ces quiproquos. A part l'épisode de l'armoire dans laquelle les compères enferment un type chargé de les surveiller, on a un tome assez dur. Et ce n'est pas pour me déplaire.
Tome fortement documenté également. Malheureusement, à l'ancienne, Cauvin et Lambil émaillent les infos d'astérisques qui signalent le caractère authentique de l'info. Il aurait été plus indiqué de créer un petit dossier avec croquis d'époque ou photos pour étayer le récit.
Cela étant, je retrouve le souffle qui animait Bull Run, autre tome très ancré dans la réalité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Fanvin54
  03 décembre 2017
La conscription déclenche de véritables émeutes à New York ! Il faut dire que si vous êtes du côté des nantis, trois cent dollars vous permettent d'éviter l'enrôlement. Pour les autres, en revanche, pas d'autre issue que de partir au front. Au milieu de tout ce tumulte, Chesterfield et Blutch, abandonnés par leurs frères d'armes, n'ont d'autres solutions que de tomber l'uniforme pour ne pas finir lynchés...
Sympathique épisode des Tuniques Bleues, fondé sur des faits authentiques, peu reluisants pour certains.
Commenter  J’apprécie          60
PriscillaMushu
  06 octobre 2020
À force de voir mon mari lire et relire ses BD « Les tuniques bleues » je me suis dit qu'il était temps que je m'y intéresse. Et j'ai bien fait car c'est une belle découverte !
Dans ce tome ci on plonge, comme le titre l'indique, dans l'histoire des émeutes de New-York pendant la période trouble - et animée - de la guerre de Sécession.
On suit donc les péripéties du caporal Blutch et du sergent Chesterfield ( sacré duo ! ), obligés de se déguiser en émeutiers pour sauver leurs peaux. Les gags sont vraiment drôles, ça m'a bien plu.
Il y a plusieurs références à des personnages et faits historiques et ça aussi j'ai bien aimé, d'autant plus que c'est un pan de l'histoire américaine que je connais très peu.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
mamangel1mamangel1   26 juin 2015
-Vous n'allez quand même pas vous mettre à obéir aux ordres du premier imbécile venu!
-C'est vrai, au début, c'est un peu difficile!
...et puis c'est une question de routine. Regardez, moi, depuis le temps!
Commenter  J’apprécie          10
Radwan74Radwan74   07 mars 2020
- que donnent les effets de la conscription ?
- elle est profondément impopulaire !
- la grande majorité de la population trouve que la possibilité d’y échapper contre trois cents dollars la rend injuste. Que la somme est dérisoire pour les bourgeois et que ce système équivaut à acheter, pour une bouchée de pain, le sang des pauvres.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Raoul Cauvin (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Raoul Cauvin
Plongée dans l'univers de la bande dessinée avec la maison d'édition communautaire Sandawe basée sur le financement participatif et en interactivité constante avec les amoureux de la BD. Parmi leurs publications récentes, on retrouve notamment « le bâtard des étoiles » signée Raoul Cauvin, figure emblématique de la bande dessinée franco-belge...
autres livres classés : guerre de sécessionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
16724 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre