AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean Gourmelin (Illustrateur)
ISBN : 2277119679
Éditeur : J'ai Lu (14/02/2006)

Note moyenne : 3.64/5 (sur 22 notes)
Résumé :
Innommables, oui, insoutenables au regard, presque indescriptibles, ces créatures - ces hommes'? - informes
qui semblent participer de l'animal, du végétal, du minéral...
Et qui, sous un ciel de plomb, sur une terre d'argile molle, rampent et se traînent, dormant à même la boue, se nourrissant de mousses et de lézards.
Et puis, un jour, jaillit le feu, des astres éclairent le ciel et les innommables se redressent, leur esprit s'éveille...
... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Ambages
  23 juillet 2019
"Il y a de cela environ cent vingt millions d'années" vivaient des êtres à la limite de l'homme et des minéraux, habitant dans une grotte jusqu'à ce qu'ils décident de courir l'aventure. Bon pas franchement le choix, c'est que ça faisait froid en ce temps, de temps en temps, glacial même. Ils se trainent plus qu'ils ne marchent, le cul dans la boue. Et puis ils luttent contre des êtres à mi-chemin entre le lézard et... le canard ? Je sais pas trop, mais la chance veut qu'ils découvrent une flammèche ! Bingo, les flammes vous envolent les yeux vers le ciel et quoi de mieux que de se grandir pour voir les étincelles brillantes monter là haut dans l'air… hop, station debout. Ca craque dans les vertèbres, ça tire dans les tendons, qu'à cela ne tienne, on y arrive. Purée.. on avance aussi plus vite ainsi. Ainsi va la vie de ce petit groupe d'êtres innommables, informes (certains sont des ratés de la nature, mais gentils quand même) qui continue son avancée. Mais le désert… ça vous chauffe les pieds, je vous raconte pas. Allez, la Marcelle, hop, on la met en parure genre parasol, elle grille, mais nous on avance vaille que vaille. Ca en fait des aventures tout ça. Bon Cauvin a eu pitié de moi et m'a fait une petite pause dans toutes cette épopée : intermède, page 104.
"L'une des découvertes essentielles de la littérature populaire du XIXe siècle a consisté à considérer le lecteur comme un cavalier novice, qui, entraîné à travers des péripéties galopantes, éprouverait parfois le besoin de souffler un peu. D'où l'apparition de ces chapitres intermédiaires profondément emmerdatoires (…)"
Ah ben oui, c'est Cauvin, comme je l'aime.
Je regarde la petite pierre ramassée dans un champ quand j'étais petite, je suis certaine que dans les fines esquilles qui sont fossilisées dans ce caillou, réside l'âme de Karl. C'est lui qui va finir l'histoire, la graver dans la terre. Comme ça je n'oublie pas cette tribu incroyable. Et puis si j'ai un doute, je reprends le manuscrit de Cauvin parce qu'il y a les dessins de Gourmelin dedans qui éclairent les mots de Cauvin. J'ai vraiment bien aimé ce roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          366
greg320i
  16 octobre 2013
Une surprise pour moi que ce roman vraiment court sur pattes. Grammaticalement c'est.. différent ,disons voir; et l'orthographe, mieux vaut ne pas y faire gaffe . Les Cro-Magnon qui s'envoient des gnons, et leurs petites péripéties n'en donnent pas vraiment envie j'avoue.
Ecrit avec humour c'est sur , mais dans un style écourté ,dénué de complication ou de liaison, on voit clairement le but défini de ce petit produit mignon : Divertir . Uniquement. Seulement voilà , le bas me blesse de lire tant de maladresse verbale :
Ecrit sans but donné, sans idées censées, on nage dans d'interminables innommables qui se ballade comme çà , rien à faire, sauf la petite guerre entre eux . Malheureux je vous dit.

Non que ce soit mauvais , mais j'ai oubliai déjà les trois quart de cette histoire. Encore qu'il n'y avais bien sûr rien à retenir à part peut-être les gentils commentaires de philosophie personnel de l'auteur qui les insère à peu près n'importe où comme il le souhaite .
Conclusion, avec un pseudo préhistorique " Claude Klotz " ( çà claque sous la langue hein? Bande de petits rigolos,, ) nous donne sans se forcer la version imaginé et totalement désuète d'êtres bizarre et visiblement inimitables tant leurs caractéristiques frôlent et volent près des pâquerettes.

Ps: Une fleur quand même au passage pour ce monsieur disparu récemment .13/08/2010 R .I .P
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          142
ElGatoMalo
  05 mai 2012
Lecture ancienne, j'en garde le souvenir d'une histoire fantaisiste à l'écriture jubilatoire sur les débuts hésitants d'une humanité qui se cherche dans la ... forme.
Un des personnage, par exemple, possède un cerveau en os !! de l'aveu même de l'auteur dans la préface de la réédition 10/18 de 1988 (un dessin de la BD Arzach de Moébius/Jean Giraud en couverture) , celui-ci a échappé à son contrôle et sa présence dans le livre n'est que de courte durée. Contrôle très relatif sur l'ensemble de l'oeuvre car le livre a été écrit parallèlement à un cours sur la préhistoire donné dans un collège de banlieue dans lequel les choses se sont un peu mélangées et "des costauds à crâne plats gambadaient entre les pattes de dinosaures, dans les paysages neufs et acérés des premiers jours du monde, lorsque les montagnes non érodées piquaient comme des aiguilles". Larges libertés prises avec ce qui précède l'histoire mais pas seulement. Avec la physique aussi où le concept de zéro absolu se fait un peu malmener quand la température tombe à moins 3000 degrés centigrades.
Karl, Frantz, Marcelle, Alain, Adrien forme un clan. Karl, le patriarche, se déplace à quatre pattes, peut se gratter l'oreille avec un de ses membres arrières, possède deux pénis. Comme tous les croulants, il se désole sur la dégénérescence des nouvelles générations. Adrien, son fils, n'en a plus qu'un.
Toute cette petite famille vit, avance et meurt dans un monde dont on ne sait pas grand chose ce qui laisse beaucoup de place à l'invention du romancier. Rien d'étonnant donc à ce que, à la fin, comme dans un dessin animé, ils renaissent dans des fleurs.
A lire (ou à relire) après avoir refait une déco vintage de la bibliothèque : tapisserie à larges fleurs oranges et brunes sur fond jaune clair façon années 70.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Moulinaie
  24 juin 2014
Patrick Cauvin, sous un pseudonyme, nous livre ici un roman inhabituel : les aventures d'une tribu d'hommes préhistoriques. Très documenté, avec des choix littéraires assumés (les personnages ont des prénoms actuels au lieu de grognements ridicules). Tout commence comme un documentaire, un roman passionnant et précis, puis soudain...
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
AmbagesAmbages   21 juillet 2019
Et la terre devint son livre.
Un livre constamment augmenté, pages de boue et d'eau sur lesquelles il écrivait l'aventure vécue et les noms des compagnons disparus, il pouvait à présent lire donc dire leurs exploits dans les paragraphes marécageux, sur la fange des chapitres, boue et mots mêlés, boues de mots et mots de boue, purée de terre et d'idée, livre unique et tragique qui fondrait avec l'automne, avec la molle gomme des pluies chaudes où se joue le soleil tiède des mortes saisons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
AmbagesAmbages   20 juillet 2019
(…) comme il fait doux sous l'ombrage, viens-t'en Nanette sous la feuillée au bois joli, lilas tendre et fleurs des champs, bleus bleuets, coquelicots-coco, joli-joli-joli.
STOP.
Les digressions sont trop nombreuses. Vous vous évadez trop souvent du sujet. Cela dénote un manque d'application.
8,5/20.
Or donc, il fait très beau. Elisabeth cueille des jonquilles (…)
Commenter  J’apprécie          90
AmbagesAmbages   20 juillet 2019
Au loin, un bloc de planète percuta la vase et vibra longuement : et une montagne, une.
Karl ramassa le harpon brisé. Il prit chacune des extrémités dans ses pattes de devant et le rompit définitivement. Puis, dos tourné, il jeta aux pieds de Frantz l'un des morceaux.
Premier don : 3 658 327 avant J.-C. A savoir.
Commenter  J’apprécie          100
AmbagesAmbages   20 juillet 2019
C'était fini.
Ils se regardèrent. Ils n'y croyaient pas encore.
Alors, pour la première fois dans l'histoire du monde, un mot fut proféré.
À la chaleur du brasier qui éloignait les miasmes fétides, il sonna, incongru.
Ce fut Frantz qui le prononça :
« Ouf. »
Dit-il.
Et tous surent alors que quelque chose d'important venait de se produire.
Commenter  J’apprécie          75
AmbagesAmbages   21 juillet 2019
Incapable de vaincre la faible et friable barrière, il s'éteignit, laissant échapper l'un de ces longs cris souterrains dont la terre résonna longtemps.
Vint le temps des hydrocarbures.
Sur quelle départementale un automobiliste brûlera-t-il en ses cylindres les tristes restes d'un des premiers vivants ? Il en est ainsi de l'essence de l'homme : la Shell gagne toujours.
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Patrick Cauvin (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patrick Cauvin
Une minute, un livre. Hommage à Patrick Cauvin.
autres livres classés : glaceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Claude K ou Patrick C ?

En fait c'est Claude qui a commencé à écrire le premier. L'un de ses premiers romans date de 1971, il est paru aux éditions Christian Bourgois avecdes illustrations de Gourmelin. Très tendance à l'époque. Un roman un peu limite SF, mais à l'époque préhistorique...

L'An 01
Les incunables
La famille Pierrafeu
Les innomables
Les comestibles
Les impondérables

10 questions
24 lecteurs ont répondu
Thème : Patrick CauvinCréer un quiz sur ce livre