AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782253137696
187 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (27/06/2003)

Note moyenne : 3.11/5 (sur 57 notes)
Résumé :
"Dans la salle d'attente du docteur Pamphile, Antoine Berthier attend. Regardez-le : il n'a l'air de rien. Pas plus anonyme et passe-partout que lui.
Qui peut se douter que sa vie est cascadeuse, dangereuse, vertigineuse, amoureuse, calamiteuse et merveilleuse, cela pour une raison unique : Antoine Berthier est un menteur.
Un immense et incorrigible menteur, un aventurier du bobard, un pro du boniment, un spécialiste de l'artifice, bref, quelqu'un comm... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Ambages
  08 février 2019
Mais laissez moi rêver ! Bon sang de bonsoir ! Quel besoin avez-vous toujours à me raccrocher à la réalité ? C'est à ce moment que les ennuis arrivent. Oui je rêve, et en technicolor, un problème ? J'ai une sensibilité et une âme de poète qui vogue dans les nuages, qui voit des abricots dans le ciel quand le soleil se couche, qui pourfend les pirates sur un navire en haute mer, et alors !? Ah oui, vous il vous faut du concret.
- Alors, tu as une petite amie ?
- NON ! j'ai 17 balais et franchement une dégaine de looser… merci maman et papa.
- Quoi, tu n'as pas de petite copine ? Allez tu peux bien nous le dire…
- Maman, papa..comment vous expliquer.
- Ah ! c'est ça tu n'oses pas ?
- Mais..
- Allez, tes sorties avec Duchmol, c'est elle ?
- OUI !
Voilà, j'ai mon instant de calme, et je mange ma tarte aux blettes. La spécialité de ma mère. du dimanche, de tous les dimanches à Saint Mandé.
- Et tu nous la présentes ?
- Oh non.. (ça recommence). Oui maman, promis.
Et voilà comment je suis devenu menteur malgré moi. J'ai fait plaisir, j'ai gagné quelques instants de paix mais à quel prix.
Et toute ma vie, ce fût ainsi. Je vous dit ça parce que je suis dans la salle d'attente du toubib, et comme le dit son nom (de la salle), j'attends. Des résultats. Une confirmation. Ca va pas être jojo. C'est le moment de se faire des flashbacks, des souvenirs parce que l'avenir il est saoul. Sous les décombres de ma mémoire. Mais je vous les livre, avec tous les commentaires. La grand-mère, papa, maman, ma femme et… tout le reste (et plus encore, mais que si vous savez rêver).
J'aime, j'adore Cauvin. C'est tendre, drôle et tellement vrai.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          404
Stemili51
  07 novembre 2012
Antoine Berthier, un cinquantenaire à la vie monotone, se retrouve dans la salle d'attente d'un cabinet de médecin, attendant avec peur des résultats d'analyse. Va-t-il apprendre sous peu une mauvaise nouvelle ? Vit-il ses derniers moments d'insouciance ? le personnage, pour patienter, se remémore ses plus gros mensonges, ses petits moments de fantaisie qui lui ont souvent coûté beaucoup d'embarras ! J'ai particulièrement aimé la première partie du roman, où Antoine, alors adolescent, s'invente une petite amie pour faire plaisir à sa mère ! La situation est souvent drôle, car sa mère insiste pour rencontrer cette jeune femme, qui ne cesse bien sûr de donner des excuses pour ne pas venir déjeuner dans la famille. J'ai trouvé malgré tout qu'il y avait quelques longueurs, notamment dans la troisième partie du roman, qui m'a moins intéressée. le mensonge est tout aussi gros, mais les situations prêtent moins à rire. le personnage d'Antoine Berthier reste malgré tout attachant, car s'il se juge lui-même triste, voire transparent, sa manière de pensée, quant à elle, est bien originale. Un roman sympa, plein d'humour, qui se lit facilement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
fmanceau
  01 juillet 2015
Voilà un bouquin hilarant. Les descriptions des blettes et de la pintades m'ont fait marrer!!!
Le passage contant le séjour d'Antoine dans la cave de ses parents est à se gondoler!
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
AmbagesAmbages   07 février 2019
- Je ne peux pas, dis-je.
Mouvement de sourcils de la partie adverse. Jeunes garçons à qui on apprend dans les écoles des choses bien inutiles sur les longueurs des grands fleuves, Spinoza et le participe passé, sachez la seule chose qui vaille la peine : les sourcils des femmes sont des sources d'infinies terreurs.
- Et pourquoi tu ne peux pas ?
Commenter  J’apprécie          120
AmbagesAmbages   16 février 2019
Finalement j'ai mis la rouge à pois noirs. Je parle de la cravate. Je l'ai enlevée dans la voiture en partant et l'ai remise à l'arrivée. La peur du débraillé a été supérieure à la volonté du nonchaloir. Ca se dit encore ça "nonchaloir" ? Depuis quelques temps, je me trouve le vocabulaire daté.
Commenter  J’apprécie          70
AmbagesAmbages   08 février 2019
Je vais replonger. Au bout de ma ligne, il doit bien y avoir encore un goujon de souvenir, une ablette du passé… de quoi m'enfouir dans la mémoire jusqu'à l'instant de vérité. Je vais fermer les yeux à nouveau et remonter la canne à pêche...
Commenter  J’apprécie          70
MahpeeMahpee   17 octobre 2017
Nous sommes amants. Je la regarde, pimpante, joyeuse, avec cette mobilité qui lui fait, même assise, la hanche virevoltante, et je n'en reviens toujours pas. Pourquoi moi ? Comment ça s'est fait, comment est-ce possible, moi si filandreux, si indigne..
Commenter  J’apprécie          50
Stemili51Stemili51   07 novembre 2012
On pourrait supposer qu'un garçon aussi futé et brillant que moi, puisque distingué professeur de l'Université de Paris, aurait naturellement des pensées acérées et finement ciselées. Pas du tout. Pour être intelligent, il faut que je force. J'ai une propension à ma laisser aller au vagabondage guilleret dans les vastes et verdoyantes vallées de la stupidité. J'ai grande joie à ma vautrer sous les accueillantes frondaisons de la couillonnade.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Patrick Cauvin (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patrick Cauvin
Une minute, un livre. Hommage à Patrick Cauvin.
autres livres classés : mythomanieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Claude K ou Patrick C ?

En fait c'est Claude qui a commencé à écrire le premier. L'un de ses premiers romans date de 1971, il est paru aux éditions Christian Bourgois avecdes illustrations de Gourmelin. Très tendance à l'époque. Un roman un peu limite SF, mais à l'époque préhistorique...

L'An 01
Les incunables
La famille Pierrafeu
Les innomables
Les comestibles
Les impondérables

10 questions
25 lecteurs ont répondu
Thème : Patrick CauvinCréer un quiz sur ce livre