AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782381350097
Vega (10/06/2020)
4.37/5   23 notes
Résumé :
Quelque part dans les Highlands de Papouasie-Nouvelle- Guinée, un secret s’est perdu... De nombreuses années plus tard, une étrange statuette sans visage est volée dans un grand musée parisien, et l’inspecteur Ulysse Treilhard est appelé pour enquêter.

L’esprit accaparé par l’étrangeté croissante du crime et par les souvenirs qui ressurgissent d’un passé lointain, il se laisse peu à peu entraîner vers un monde de mystères qu’il ne croyait plus retrouv... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (32) Voir plus Ajouter une critique
4,37

sur 23 notes
5
13 avis
4
6 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis

ecceom
  12 février 2022
Ulysse refait un long voyage

Ce n'est qu'une simple sculpture en bois d'une trentaine de cm, sans visage, grossièrement taillée, usée…C'est pourtant le seul objet dont vont s'emparer des voleurs, à la veille d'une exposition sur l'art tribal de Papouasie au Petit Palais.
Il faut dire que cette statuette d'apparence anodine appartenant à l'ambassadeur de Papouasie Nouvelle-Guinée en France est l'unique représentation connue de Datagaliwabe, une divinité du peuple Huli.
Dans ces circonstances, il semble logique que l'enquête de la police scientifique soit confiée à l'inspecteur Ulysse Treilhard, qui possède un doctorat en anthropologie et qui connait bien la Papouasie, pour avoir séjourné près d'une année dans les Highlands.
Mais quand l'ambassadeur est assassiné, l'enquête prend une ampleur nouvelle. Face au risque diplomatique, les autorités françaises demandent à Treilhard d'aller résoudre l'affaire sur place, accompagné de sa collègue Delavau.
Dès lors, la mission va se transformer en course-poursuite avec des adversaires puissants et déterminés, au sein d'une nature hostile, peuplée de tribus vivant encore hors du temps, dans un monde dont ils sont les derniers dépositaires.

Le roman est constitué de trois parties, chacune représentant un moment de l'enquête : à Paris, à Port Moresby la capitale de la Papouasie, puis enfin, dans les Highlands.
Mon sentiment sur ce roman est partagé.
L'écriture est vraiment très soignée, l'enquête est pleine de rebondissements, le suspense est maintenu, tous les éléments d'une enquête sur fond d'anthropologie sont réunis et, à vrai dire, ce livre d'aventures constituerait un scénario formidable pour un film.
Mais j'ai aussi éprouvé de l'impatience car comme l'auteur dont on ressent l'attirance pour son sujet, j'avais hâte de me retrouver au coeur de la jungle, parmi les Huli, pataugeant dans la boue du chemin des Damas. Or, ce temps fort du récit n'arrive qu'assez tardivement. En attendant ce moment exaltant, le récit est un peu languissant.
Il faut dire aussi que si le style est vraiment intéressant, il m'a paru parfois un peu académique, presque trop sage là où j'aurais préféré une écriture un peu plus directe, davantage de rythme, afin de ressentir davantage l'urgence et le danger.
Mais il me semble que Sébastien Cazaudehore tient là un matériau qui pourrait le conduire à produire d'autres romans exploitant cette veine anthropologique peu courante et, pour peu qu'il les caractérise davantage, faire de Treilhard et Delavau, des personnages récurrents d'une série à imaginer. Car le talent est incontestablement là et ce livre tient largement la comparaison avec des auteurs plus roublards comme Caryl Férey, par exemple.
En tous cas, Mesdames et Messieurs les scénaristes, quand vous aurez épuisé vos sempiternelles petites histoires intra-périphérique parisien, pourquoi ne pas jeter un oeil sur des histoires pareilles ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          62
Cbouzin
  02 juin 2013
Parfois nous faisons des rencontres qui nous amènent vers un livre. C'est une de ces rencontres à l'autre bout du monde qui m'a fait découvrir un nouvel auteur, Sébastien Cazaudehore et son roman, "la tourmente du Serpent". J'ai rencontré Sébastien en Equateur où je vis depuis quelques années, il est lui-même expatié là-bas et a développé son goût de la lecture vers un projet d'écriture qui a récemment vu le jour.
Il était anthropologue (la version anglaise de l'ethnologue en France) en Papouasie Nouvelle Guinée où il a vécu avec les Huli, dans les Highlands, pendant près d'une année. de toutes les histoires et les aventures qu'il a vécu dans cette contrée reculée du monde, il a crée une oeuvre de fiction, un roman policier dans lequel se mêle l'aventure, mais surtout une large base ethnologique, permettant de découvrir ce peuple étonnant.
Je me suis donc plongé dans son roman dès que j'en ai eu l'occasion, et je ne l'ai pas regretté une seconde. L'intrigue, les descriptions des paysages, les personnages, tout contribue à offrir un moment d'évasion unique et agréable. Bref, un des ces romans que l'on a du mal à poser avant de l'avoir terminé.
Le style est fluide et confortable et accompagne très bien les aventures d'Ulysse Treilhard, inspecteur de la Police scientifique, lui-même ancien anthropologue (c'est surtout là que l'on sent la part auto-biographique du roman). Dans ce roman policier, il y a d'abord un vol, puis un meurtre, mais contrairement à un polar classique, ce n'est pas le meurtre autour duquel l'intrigue va s'articuler ; non pas qu'il ne soit pas important ou qu'il soit rapidement oublié, mais ce sont surtout les raisons qui ont amené à cet assassinat et les conséquences qui sont essentielles. Je ne peux pas décrire plus longuement l'histoire sans en révéler une part trop importante et gâcher le plaisir de découvrir ce livre.
C'est une invitation au voyage, une chance de découvrir un monde et surtout une culture peu connue. Il existe d'autres romans policiers dans cette veine "ethnologique", mais c'est probablement l'un de mes préférés. Tout ce que je souhaite, c'est que Sébastien rencontre un certain succès et qu'il décide d'offrir un deuxième volet à son personnage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Dirlandaise
  24 juin 2013
Premier livre d'un charmant ethnologue, ce récit vous plongera au coeur de la jungle touffue et inquiétante de la Papouasie-Nouvelle-Guinée. Tout commence à Paris lorsqu'une mystérieuse statuette d'origine Huli est dérobée lors d'une exposition d'art tribal de Papouasie-Nouvelle-Guinée. le vol est bientôt suivi d'un meurtre et l'inspecteur Ulysse Treilhard est chargé de l'enquête en raison de sa vaste connaissance de cette culture et de sa formation en ethnologie. En effet, l'inspecteur Treilhard connaît bien cette région du globe et y possède de nombreux amis parmi les tribus Huli disséminées au fin fond de la jungle. L'enquête débute donc à Paris mais ne tarde pas à se poursuivre en Papouasie. L'inspecteur est accompagné dans son voyage par Claire, sa charmante collègue. Bien que passionnant, ce voyage s'avérera extrêmement dangereux et pénible en raison des mercenaires à la solde d'un richissime homme d'affaires qui mettra tout en oeuvre afin d'empêcher les deux policiers de parvenir à leur but ultime : Lebani. Outre les dangers provenant des hommes, la jungle constituera aussi un obstacle de taille pour les deux enquêteurs qui devront s'ouvrir un chemin à la machette afin de pouvoir progresser dans la forêt humide et très dense de cette région du globe.
Nul doute que la formation en ethnologie de l'auteur transparaît à chaque page de ce livre qui se veut roman policier mais qui se double d'un roman d'aventures exaltant. Je ne suis pas friande du genre polar mais j'avoue que celui-ci m'a conquise en raison de l'érudition et de la formation de l'auteur. L'écriture est nette et précise, l'intrigue bien développée et les personnages attachants. L'amitié et l'amour parsèment la route de nos deux héros qui heureusement seront souvent aidés dans leur périple par des indigènes bienveillants et parfois un peu moqueurs. L'intérêt du lecteur est constamment sollicité car le mystère de la statuette maintient la curiosité en éveil tout au long de la lecture. le côté instructif n'est pas à négliger car les nombreuses descriptions du mode de vie des Hulis sont très intéressantes.
Écrit par un homme de terrain, ce livre a comblé toutes mes attentes et je suis enchantée de cette lecture de qualité si enrichissante qui m'a fait découvrir une partie du monde encore habitée par des peuplades sauvages dont la culture est si captivante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
nathavh
  13 octobre 2013
Cela commence à Paris, la veille d'une exposition sur l'art de la Papouasie, Nouvelle-Guinée. Une statuette représentant DATAGALIWABE -Dieu protecteur des Hulis - est dérobée au Grand Palais.
Cette statuette appartient à l'ambassadeur de Papouasie en France. Pour éviter des désagréments diplomatiques, l'enquête est menée par l'inspecteur Ulysse Treilhard et son équipe de la police scientifique de Paris.
Nous sommes dans la première partie du livre en train de suivre un véritable épisode des "experts". Expert on peut le dire car Ulysse Treilhard a dans son passé vécu 10 ans dans les Highlands en Papouasie. En effet, anthropologue de formation, et connaissant la région, Treilhard décode et comprend que l'ambassadeur, propriétaire et gardien de la statuette est en danger, et arrivant trop tard, l'enquête de simple vol se transformera en affaire d'homicide.
Pour éviter tout conflit politique, c'est tout de même un ambassadeur qui a été assassiné, Treilhard et Claire Delavau partiront résoudre l'enquête.
L'écriture jusque là ne m'a pas passionnée outre mesure, agréable à lire mais sans plus. Une fois arrivé en Papouasie, le style s'améliore, on sent que c'est du vécu, la passion pour ce peuple Huli et pour le pays prend le dessus et le voyage au sens propre comme figuré commence vraiment.
Le suspense est bien mené, et bien relancé chaque fois que nécessaire par des éléments neufs. Jusqu'au bout, on est tenu en haleine, on a envie de savoir si nous poursuivons des légendes, des esprits, la tradition d'un peuple. le mystère est bien gardé jusqu'à la fin.

La jungle, les peuplades, leurs traditions sont bien décrites et partagées. le dépaysement et le voyage sont garantis. Une très belle aventure qui je n'en doute pas en amènera sans doute d'autres, le tandem Ulysse et Claire fonctionnant à merveille.
Un bémol cependant a gêné grandement ma lecture et il est de taille. En effet le plaisir fut gâché par les énormes fautes d'orthographe, d'accords et autres mots manquants, à tel point que je me suis demandée s'il y avait une énigme dans l'énigme, une question subsidiaire à la fin du livre ?? : Quel est le nombre de fautes d'orthographe et d'accords dans le récit??
Vraiment je suis outrée, un simple correcteur d'orthographe aurait déjà fait l'affaire, une relecture sérieuse avant la publication me semble élémentaire et essentielle.
C'est pour cette raison que ma note finale ne sera que de 7/10.
Une aventure à lire, à vivre certes en vous donnant pourquoi pas le challenge de corriger les fautes d'orthographe ??

Lien : http://nathavh49.blogspot.be..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
sebcazaudehore
  07 mai 2013
Voici les critiques qui ont été faites sur Paris Match à propos de "La tourmente du Serpent" (de la plus récente à la plus ancienne) :
Sébastien Cazaudehore poursuit son aventure littéraire. Lui, l'aventurier des contrées lointaines, entre l'Equateur et l'Amazonie, l'anthropobiologue de formation ramène toujours de ses voyages des ouvrages aux multiples facettes. Qu'il s'agisse du développement personnel dont il s'est fait une spécialité ou du dépaysement romanesque, il a cette qualité de plume qui vous transporte entre culture et suspens. C'est ce que l'on trouve dans son livre « La tourmente du serpent » (Ed. Véga). Statuette mystérieuse, enquête en profondeur, rebondissement frissonnant, le lecteur plonge ici dans les highlands de Papouasie-Nouvelle Guinée. Un volume de plus de 400 pages hypnotisant.
Tous les ingrédients de cette histoire vous entrainent loin. Très loin.
L'intrigue est une règle du genre. Les personnages, des êtres vivants qui n'ont rien de fictif.
On les croit bien réels. Ils le sont.
"La Tourmente du Serpent" ensorcelle comme un venin qui pique à l'intérieur une fois que le poison se répand, rien de l'arrête.
Ce venin crée la tourmente, jusqu'à la résurrection, la révélation de l'épilogue.
Philippe Legrand – Paris Match.com
Puis la deuxième chronique, toujours sur ParisMatch :
Sous sa plume vient de naître un livre, inspiré par ses expéditions rares, «La Tourmente du Serpent» (ILV Edition). Avec une maitrise des émotions, des ambiances, Sébastien fait apparaitre au fil des pages les personnages qui semblent sortir de l'ouvrage pour saluer le lecteur et l'embarquer dans cette saga haletante. le premier thriller amazonien dans les romans à suspens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
sebcazaudehoresebcazaudehore   21 juin 2013
La petite voiture se faufilait rapidement dans le trafic clairsemé. Treilhard regardait défiler les bâtiments anciens et élégants du front de Seine. Aujourd’hui où il pouvait sentir la Papouasie plus proche que depuis de nombreuses années, il perçut l’abîme qui la séparait de ces rues où une histoire millénaire pouvait se lire dans chaque pierre. Les Hulis, même depuis l’introduction de l’écriture par les premiers missionnaires, croyaient toujours en la mémoire individuelle et collective et ne paraissaient pas se résoudre à déléguer une partie de cette mémoire à leurs propres pierres. Depuis environ soixante ans qu’un premier contact les avait révélés au monde, seule une poignée d’anthropologues avaient pris soin de consigner cette mémoire. Une peur croissante avec chaque génération qui passait de la voir s’étioler et disparaître dans le néant de l’oubli. Treilhard sentait en lui cette part de mémoire, une partie d’un tout devenant cohérent dans un contexte humain. C’était cette part de mémoire qui s’était éveillée en présence de Wandipe Kari, essayant de retrouver la cohérence qu’elle avait perdue il y a plusieurs années de cela après le dernier retour vers la France, vers une nouvelle vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
nathavhnathavh   13 octobre 2013
Normalement, un crime était commis par une personne ayant, momentanément ou non, perdu pied avec la réalité des choses, finissant par en venir à un geste malheureux et dramatique. S'il était difficile, voir impossible d'accepter les raisons motivant l'acte, il était toutefois possible de les comprendre. Le cumul de leurs expériences, culture et études permettait généralement de pouvoir envisager ces raisons et de faire progresser l'enquête en fonction.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
nathavhnathavh   13 octobre 2013
Cette aversion s'expliquait surtout sur du fait qu'il n'avait jamais pu se faire une véritable opinion véritable sur le fait de savoir si les politiciens ou hauts fonctionnaires étaient impitoyables et condescendants parce qu'ils avaient la charge de la vie et du destin de leurs concitoyens, ou s'ils l'étaient parce que c'est le seul moyen d'accéder à ces postes d'importance tant convoités.
Commenter  J’apprécie          20
nathavhnathavh   13 octobre 2013

Les souvenirs restaient imprimés comme de vieilles photos dont les détails s'estompaient avec le temps qui passait, mais il les affectionnait, il s'y accrochait comme si ce qu'elles avaient figé lui appartenait un peu. Ces souvenirs avaient fin par façonner la personne qu'il était devenu, ils laisseraient toujours une empreinte invisible.
Commenter  J’apprécie          20
ecceomecceom   12 février 2022
Il s’efforçait d’imaginer ce que tous ses amis avaient pu devenir après tant d’années, mariés certainement, mais avec combien d’enfants, combien de femmes, combien de cochons ?
Commenter  J’apprécie          32

Videos de Sébastien Cazaudehore (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sébastien Cazaudehore
Interview par Bob Bellanca sur BTLV dans le cadre de la sortie de mon livre "L'apologie de la mort" aux éditions Quintessence.
CONVERSATIONS et QUESTIONS sur ce livre Voir plus
autres livres classés : papouasieVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2417 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre