AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782226082015
206 pages
Éditeur : Albin Michel (07/03/1996)

Note moyenne : 4.2/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Préface de Michel Cassé.


Dans une vaste enquête sur les mécanismes de l'invention scientifique, sur les nouveaux modèles de la physique et de l'astrophysique, sur les thèmes métaphysiques et parfois même mythiques qui s'y trouvent mis en jeu, Michel Cazenave tente ici de montrer comment l'on pourrait, aujourd'hui, essayer de repenser une unité fondamentale du monde et de l'homme grâce à la reprise en compte de la notion de l'Être, et dans une ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Tatooa
  12 juillet 2020
Le fond est vraiment intéressant. Mais déjà difficile d'accès, de base.
Et ici, rien n'est fait pour le rendre plus accessible. le style est trop compliqué, avec trop de mots spécialisés abscons au commun des mortels, il y a de quoi dégoûter ce commun, dont je suis...
ça sonne trop comme de la branlette intello et de l'étalage de culture.
Je me doute que rapprocher science et spiritualité au niveau "compréhension raisonnable" demande une grande culture.
Mais le vrai challenge aurait été, comme un H. Reeves, par exemple, de rendre cette culture accessible à ceux qui en ont moins.
C'est pas le cas ici. Dommage.
Commenter  J’apprécie          172
Danieljean
  07 février 2016
Ce livre rend compte d'une vaste enquête sur les mécanismes de l'invention scientifique, sur les nouveaux modèles de la physique et de l'astrophysique, sur les thèmes métaphysiques et parfois même mythiques qui s'y trouvent mis en jeu, afin de montrer comment l'on pourrait, aujourd'hui, essayer de repenser une unité fondamentale du monde et de l'homme grâce à la reprise en compte de la notion de l'Être, et dans une dialectique essentielle des savoirs de l'inconscient et des processus rationnels.
Commenter  J’apprécie          20
Passemoilelivre
  16 décembre 2019
Attention ! Il faut s'accrocher, mais cela en vaut la peine ! C'est un concentré érudit des sciences et de philosophie qui donne un point de vue intéressant sur le interactions probables entre l'esprit et la matière. A la lumière du souffle quantique, on envisage des possibles impensables selon notre rationalité standard.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
DanieljeanDanieljean   07 février 2016
Nous souffrons de nos jours ; et nos gestes de malades, ce sont la drogue et les sectes, les hallucinations collectives, la lassitude générale d’une civilisation qui s’écroule, d’une société qui se dissout et libère comme toujours ce qu’elle a de plus trouble au plus profond de son coeur ; c’est cette espèce de folie qui souffle sur les masses et les entraîne à la suite de Staline, de Hitler, ou de Pol Pot au Cambodge, quand ce n’est pas, aujourd’hui de certains chefs religieux qui répandent la mort et la haine au nom d’une religion qu’avaient justifiée dans l’histoire la pureté de ses penseurs et la persécution séculaire dont elle avait été la victime ».

(…) On sait ce que pensait Nietzsche : « Lorsque je vis mon démon, je le trouvai sérieux, grave, profond et solennel : c’était l’esprit de lourdeur, c’est par lui que tombent toutes choses. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
DanieljeanDanieljean   07 février 2016
D’autres réactions, néanmoins, forçaient à réfléchir. Je n’en prendrai qu’un exemple, qui est celui que donne Jean-Marc Levy-Leblond. Cet homme à l’esprit libre, ironique et frondeur, n’écrit-il pas en effet : « La science apparaît peut-être moins intimidante et sa hautaine rationalité bien limitée, quand on voit des physiciens « marcher » naïvement face à des illusionniste, tels Uri Geller ou J.P. Girard, qui cachent leur jeu derrière un masque parascientifique, ou s’engouent pour les sous-produits gadgétisés des mystiques asiatiques : gourous pseudo-boudhistes, comme montres à quartz, la main-d’oeuvre orientale est bon marché et la demande occidentale en pleine expansion (…) Saluons donc le colloque de Cordoue comme une contribution salutaire, même si elle est involontaire, à l’autocritique de la science . » Ce à quoi il ajoute, quelques pages plus loin, au sujet de Frijtof Capra et de son Tao de la Physique- dont les thèses avaient été exposées à Cordoue : « Il est remarquable que dans la science moderne, le formalisme et l’abstraction soient parvenus à un degré tel que , lorsqu’il s’agit d’en expliciter le contenu conceptuel, on peut, semble-t-il, le faire à partir de n’importe quelle tradition philosophique et culturelle. La survivance du scientisme et le renouveau du mysticisme invitent alors tout naturellement à proposer un ésotérisme au second degré, multipliant celui d’une science moderne par celui d’une mystique traditionnelle. Il y a là tout un filon à exploiter. Après le Tao de la Physique, à quand le Soufisme de la biologie, le Vaudou de la sociologie, sans même mentionner -trop facile!- la Cabale des mathématiques?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
DanieljeanDanieljean   07 février 2016
Tout comme le reflet du soleil est à la fois réel et illusoire, ainsi l’être contingent est à la fois réel et illusoire. image, si l’on prétendait l’isoler de l’objet et le réduire à lui-même, il cesserait aussitôt d’être, puisque c’est uniquement la relation actuelle à l’objet réel qui le pose comme reflet réel . (…) Ainsi le monde entendu comme la totalité des existants est à la fois réalité et illusion (maya ), réalité en lui-même, illusion au regard de la Réalité suprême dont participe tout ce qui a quelque réalité et sans laquelle il n’est rien qui soit, sine quo nihil est . On doit bien comprendre, toutefois, que rien n’est illusoire en soi. L’illusion est toute entière en celui qui prend le reflet pour le soleil lui-même ou le monde pour la Réalité . L’illusion, c’est l’ignorance. » Ce que l’on pourrait aussi traduire en disant que la maya est amour déployé de l’Être, et qu’à la penser comme elle est, elle se donne comme appel à remonter vers l’Être -ou encore en d’autres termes : l’illusion ne représente pas la non-réalité, puisque toute réalité est effectivement réelle (et le monde existe bien, et les autres et moi-même, nous existons en effet par-delà tout doute possible), elle est la méconnaissance de ce que les réalités s’originent dans la Réalité, elle est l’illusion dramatique qui voudrait dénier l’idée que l’Être est en toute choses sans que toutes choses soient dans l’Être .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
DanieljeanDanieljean   07 février 2016
Il y a, dit Roszak, quelque chose de radicalement, de systématiquement vicié dans notre culture, une faute qui se situe à un niveau bien plus profond que ne saurait explorer quelque analyse de classe ou de race que ce soit, et qui rend vains nos efforts les plus valables pour accéder à la totalité. Je suis convaincu que c’est notre engagement indécrottable en faveur d’une vision scientifique de la nature qui nous entrave*. » Et encore prends-je Roszak parce qu’il est, finalement, dans son champ d’attitude, l’un des plus mesurés de ces hérauts d’un Nouveau Monde… D’où le glissement comme nécessaire de la réclamation à avoir aussi un coeur, vers la dénégation, puis la condamnation sans nuances de toute objectivité. N’est-ce pas le même Roszak qui s’appuie de la sorte sur la définition de la « vraie santé mentale » telle que l’avait donnée Laing (« Elle implique d’une manière ou d’une autre la dissolution de l’ego normal, de ce faux moi savamment adapté à notre réalité sociale aliénée, l’émergence d’archétypes « intérieurs » médiateurs de la puissance divine, l’aboutissement de cette mort à une renaissance et re-création d’une nouvelle fonction de l’ego, où le moi ne trahisse plus le divin mais le serve
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
TatooaTatooa   05 juillet 2020
Il est peut-être temps que chacun trouve une étoile à l'abri du monde. Quand les étoiles sont touchées par le regard, un ciel nocturne s'éveille déjà en nous.
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Michel Cazenave (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Cazenave
POÉSIE INDIENNE – La Bhagavad Gita : Enjeux d’un chant (France Culture, 1997) L’émission « Les vivants et les dieux », par Michel Cazenave, diffusée le 27 décembre 1997 sur France Culture. Invités : Ysé Masquelier et Michel Hulin.
autres livres classés : cosmologieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
329 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre