AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de QuandOpheLit


QuandOpheLit
  20 mai 2019
Tout ce que je veux – la vengeance

Tout ce dont j'ai besoin – la vengeance

Pardonner est divin

Mais la vengeance m'appartient
Alice Cooper, Vengeance is mine

Chronique d'une vengeance

Un notable assassiné, un braquage qui tourne mal, un flic border-line, une traque… Une quête et une soif de vengeance qui prendront fin quand ils auront tous payé…

Pour commencer, je ne vais pas vous refaire l'historique du changement de pseudo de Cédric ni vous dire que ce roman marque ce tournant. Il me semble que vous l'avez déjà beaucoup lu. En outre je compte bien éviter les redites. Cette chronique ne sera pas dithyrambique et je ne vais pas vous dire que ce roman est « le » thriller à ne pas manquer parce que je suis plus mitigée que la plupart de mes amis blogueurs. Maintenant que vous êtes avertis, entrons dans le vif du sujet.

À l'origine le terme latin vindicta désignait la baguette avec laquelle on touchait un esclave que l'on souhaitait affranchir. Avec le temps, le sens du mot a évolué. de désignation, vindicta est devenu un terme de revendication pour prendre enfin les sens qu'on lui connait aujourd'hui: punition et vengeance. Je ne vous surprend donc pas en vous disant que ces deux notions sont au coeur de ce thriller.

Une vie a été volée, il faut que justice soit faite et que les coupables soient punis. Vengeance/punition. Si ces thèmes ont déjà largement été développés dans la littérature, Cédric fait le pari de les reprendre à son compte et c'est plutôt malin. Les intrigues qui se basent sur des histoires de vengeance sont souvent génératrices d'émotions fortes. L'humain, en général, ne supporte pas l'injustice, et encore moins quand la victime est un enfant. Nous avons ce besoin de savoir que les coupables d'actes, à nos yeux répréhensibles, paieront leurs méfaits. Se pose ensuite la question de l'éthique. Loi du talion ou justice des hommes? Les deux sans doute, l'une sauvage et sans limite, la seconde mesurée et régie par des règles. Un thème qui garantissait , si ce n'était une adhésion, en tous cas un fort intérêt chez le lecteur.

Vindicta est construit sous forme de roman choral sans l'être complétement. Il y a un point de vue différent à chaque chapitre sans pour autant que ce soit un des personnage qui en soit le narrateur. Manière habile de ne pas perdre le lecteur dans la galerie des nombreux protagonistes de cette intrigue.

D'ailleurs, les personnages principaux sont particulièrement bien construits sur l'aspect psychologique. Ils sont vecteurs de multiples émotions (colère, empathie…) et forment l'ossature d'une intrigue dont l'affect et les relations humaines sont les piliers.

Sur la forme toujours, le récit est au présent mais avec des retours réguliers dans le passé. Il mêle différentes histoires et tisse, telle une araignée, une toile d'éléments complexes qui finissent par se rejoindre. Voilà le lecteur piégé, telle une mouche, au coeur de la toile de Cédric. Si pour beaucoup , le procédé a fonctionné et que de nombreux lecteurs ont effectivement été complètement transportés par ce roman, ce n'est pas mon cas.

Je ne peux pas dire que je n'ai pas aimé Vindicta, ce serait vous mentir. Mais sur le fond, plusieurs éléments sont venus déranger ma lecture.

Dès le départ, un couac. Les rapports entre services de police, tels qu'ils sont décrits, ne sont pas crédibles. Alors certes, l'imaginaire n'est pas le réel, beaucoup d'auteurs prennent des libertés avec le fonctionnement des services de police ou de gendarmerie. Quand il s'agit d'éléments annexes d'une intrigue, ça ne me dérange pas trop. Mais ici, une grande partie de l'histoire repose sur ce point ce qui a forcément influencé la suite de ma lecture.

Autre bémol pour ma part, les scènes de violences. Je ne suis pas une lectrice sensible, la brutalité et le sang ne me dérangent nullement quand ils servent à l'intrigue , mais ici, par moment , j'ai eu le sentiment inverse: que l'intrigue et notre vengeur servaient de justification à ces descriptions détaillées. Ayant lu Cédric dans ses oeuvres précédentes, je sais qu'il n'est pas dans son habitude de nous servir tripes et boyaux sans raison. Est-ce ma perception initiale du roman qui a engendré ce blocage? Sûrement.

C'est à un peu plus de cent pages de la fin que ma lecture a basculé dans le positif. Un twist inattendu et placé intelligemment. Un petit coup de fouet qui a provoqué l'addiction tant décrite chez d'autres blogueurs. Une montée d'adrénaline, un regain d'intérêt qui ne m'a pas quitté jusqu'à la dernière ligne.

Si je n'ai pas été totalement convaincue, il n'en demeure pas moins que je suis admirative du travail de construction du roman dans la forme, mais aussi sur le fond quant à la « mâche » que Cédric a su donner à ses personnages.

Vindicta est un thriller musclé qui saura ravir les amateurs du genre, toutefois, ayez le coeur bien accroché et n'oubliez pas qu'il s'agit d'une fiction…
Lien : http://www.quandophelit.fr/2..
Commenter  J’apprécie          40



Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Ont apprécié cette critique (4)voir plus