AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur Partie de neige (9)

Hardiviller
Hardiviller   06 juin 2015
Avec une clé changeante
tu ouvres la maison , dans laquelle
tournoie la neige des choses tues .
Et au gré du sang , qui sourd
des yeux, de la bouche ou de l'oreille ,
ta clé change .
Change ta clé , change le mot ,
qui doit suivre le tournoiement des flocons .
Au gré du vent qui te pousse en avant ,
s'enroule autour du mot " la neige " .
Commenter  J’apprécie          150
Dixie39
Dixie39   27 janvier 2015
Le poète assume, dans l'univers de la parole, un rôle et une voix qui sont de témoignage et non de prophétie, en même temps que de réflexion continue sur le geste singulier de l'écriture poétique. Un rôle et une voix qui ne sont pas "de composition" comme dans l'univers du spectacle, mais authentifiés jour après jour dans et par l'existence, ses jeux, ses tragédies, ses rencontres y compris verbales. Chaque journée construit le mystère de ses coïncidences matérielles et mentales, et le poème authentique respecte ces mystères, les cristallise comme une neige, au risque de l'hermétisme : les dossiers génétiques, en exhibant les différentes phases de l'écriture, manifestent bien ce respect, et le traducteur doit compenser la perte inévitable de nombreuses corrélations intimes en proposant au lecteur des éléments d'information principalement sémantique, parfois historique ou personnelle.
(...)
La partie consiste en trois opérations : faire ricocher sur la glace rayée des rêves-cailloux plats, extraire à la pioche de leur gangue dure les ombres-mots et ombres de mots, et les disposer sans fioritures selon des mesures vivantes (les abrasses de l'écriture des vers entassés) tout autour de l'outil même, du fer de pioche qui les a dégagés, dans la pierre réduite à néant par le tourbillon des eaux glaciaires, dans le trou d'eau qui est aussi la source glottale de la parole.
Notice à Partie de neige, de Jean-Pierre Lefebvre
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Dixie39
Dixie39   30 janvier 2015
NOUS LES SURCREUSÉS, esseulés
dans le sous-sol gelé.
Chaque vallée suspendue charrie un cil
vers l'empreinte des yeux,
et son noyau
de pierre.

WIR ÜBERTIEFTEN, geeinsamt
in der Gefrornis.
Jedes Hängetal karrt eine Wimper
an den Augenabdruck
und seinen Steinkern
heran.
Commenter  J’apprécie          90
Dixie39
Dixie39   27 janvier 2015
TOI AVEC LA FRONDE LANCE-TÉNÈBRES,
toi avec la pierre :

il est Au-delà-du-soir,
je luis derrière moi-même.
Viens donc me redescendre,
ne plaisante plus
avec nous.

DU MIT DER FINSTERZWILLE,
du mit dem Stein :

Es ist Überabend,
ich leuchte hinter mit selbst,
Hol mich runter,
mach mit uns
Ernst.
Commenter  J’apprécie          90
Dixie39
Dixie39   27 janvier 2015
PARTIE DE NEIGE, droit cabrée jusqu'à la fin,
dans le vent ascendant, devant
les cabanes à jamais
défenêtrées :

faire ricocher des rêves plats
sur la
glace striée ;

dégager au pic
les ombres de mots, les empiler par toises
tout autour du fer
dans le trou d'eau.

SCHNEEPART, gebäumt, bis zuletzt,
im Aufwind, vor
den für immer entfensterten
Hütten ;

Flachträume schirken
übers
geriffelte Eis ;

die Wortschatten
heraushaun, sie klaftern
rings um den Krampen
im Kolk.
Commenter  J’apprécie          31
Dixie39
Dixie39   27 janvier 2015
ILLISIBILITÉ de ce
monde. Tout, double.

Les horloges fortes
donnent raison à l'heure scindée,
à voix rauque.

Toi, coincé dans tes tréfonds,
tu grimpes hors de toi
pour toujours.

UNLESBARKEIT dieser
Welt. Alles doppelt.

Die starken Uhren
geben der Spaltstunde recht,
heiser.

Du, in dein Tiefstes geklemmt,
entsteigst dir
für immer.
Commenter  J’apprécie          30
Dixie39
Dixie39   27 janvier 2015
AVEC LA VOIX DE SOURIS DES CHAMPS,
tu remontes en couinant,

mâchoire
coupante,
tu mords ma peau à travers la chemise et t'accroches,

carré de tissu,
tu me glisses sur la bouche,
au milieu de ma
parole occupée, ombre,
à t'alourdir.

MIT DER STIMME DER FELDMAUS
quiekst du herauf,

eine scharfe
Klammer,
beisst du dich mir durchs Hemd in die Haut,

ein Tuch,
gleitest du mir auf den Mund,
mitten in meiner
dich Schatten beschwerenden
Rede.
Commenter  J’apprécie          20
Dixie39
Dixie39   30 janvier 2015
UNE FEUILLE, sans arbre,
pour Bertolt Brecht :

que sont donc ces temps
où une conversation
est presque un crime,
parce qu'elle inclut
tant de choses dites ?

EIN BLATT, baumlos
für Bertolt Brecht :

Was sind das für Zeiten,
wo ein Gespräch
beinah ein Verbrechen ist,
weil es soviel Gesagtes
mit einschliesst ?
Commenter  J’apprécie          10
Dixie39
Dixie39   27 janvier 2015
L’ANNÉE ENTAMÉE,
avec le croûton moisi
de pain délirant.

Bois
à ma bouche.

DAS ANGEBROCHENE JAHR
mit dem modernden Kanten
Wahnbrot.

Trink
aus meinem Mund.
Commenter  J’apprécie          10


    Acheter ce livre sur

    FnacAmazonRakutenCulturaMomox





    Quiz Voir plus

    Poésie et vers immortels

    Et quand viendra l'hiver aux neiges monotones Je fermerai partout portières et volets Pour bâtir dans la nuit mes féeriques palais

    Cendrars
    Baudelaire
    Musset
    Nerval

    20 questions
    93 lecteurs ont répondu
    Thèmes : poésie , sentiments , musiqueCréer un quiz sur ce livre