AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782714308474
244 pages
Éditeur : José Corti (28/02/2004)

Note moyenne : 4.44/5 (sur 8 notes)
Résumé :
La place de Paul Celan en France aujourd'hui n'a rien de commun avec celle qui était la sienne à sa mort en 1970. Pourtant, malgré l'existence de traductions de plus en plus nombreuses, il m'a semblé qu'un peu à la manière de ce qui se passait pour Hölderlin, le nom de Celan, ou si l'on préfère l'aura qui entoure ce nom tendait à prendre la place d'une connaissance plus précise de sa poésie. C'est pourquoi, outre un choix de textes assez large, j'ai voulu cette fois... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Dixie39
  31 janvier 2015
J'ai lu ce recueil de poèmes de Paul Celan, choisis et traduits par John E. Jackson, essentiellement pour la présentation en introduction, complète et rigoureuse (84 pages sur les 240 du livre) et son essai sur la poésie de Celan. Je suis moins sensible à la traduction qu'il nous propose des poèmes de Paul Celan, mais tout cela n'est l'expression que de ma sensibilité et n'a en aucun cas, la moindre valeur de jugement : Autant de traducteurs, autant de sensibilités différentes qui emportent avec eux tels ou tels lecteurs...
John E. Jackson nous offre un éclairage, non seulement sur ce qui entoure la genèse des oeuvres de l'auteur mais aussi sur sa vie, ses influences, ses amitiés et détestations... tous, matériaux en oeuvre dans le «laboratoire » de la création poétique de Celan.
Paul Celan, coupe, tisse, ajuste, accole les mots de la langue allemande : il invente un sens nouveau au vocabulaire pour dire ce qui ne peut être dit, « la Shoah » : Il faut faire table rase de tout sens antérieur et se coltiner avec la matière des mots : quête toujours insatisfaite, toujours incertaine, toujours renouvelée...
J'ai découvert ce poète à un âge où on est plus enclin à lire Rimbaud et Baudelaire ; je l'ai découvert dans la langue allemande avec « Todesfuge », et je me suis précipitée pour trouver une édition bilingue. Bien souvent, j'essaie de partager cette Passion ? Admiration ? Engouement ? (je ne sais pas quel mot convient et peu importe), et les retours que j'en ai me laissent souvent perplexe : Entre ceux qui pensent à la lecture de ses poèmes que sa parole exclut (trop hermétique, trop difficile) et ceux qui estiment qu'elle se mérite (comme si elle était réservée à une élite intellectuelle ?!) sans compter ceux qui s'en fichent (ce qui est tout à fait leur droit).
Ce que je ressens, est peut être rien ou un peu de tout cela : Lire Paul Celan, c'est aller au charbon. Alors certes, c'est « difficile », et je ne sais pas « si cela se mérite » mais j'aime le lire et le reste « je m'en fiche »...
«Nous vivons sous des cieux assombris et – il y a peu de vrais êtres humains. C'est sans doute la raison pour laquelle il y a aussi si peu de poèmes
«Les poèmes, ce sont aussi des cadeaux – des cadeaux aux êtres attentifs. Des cadeaux qui portent en eux un destin.»
Lettre à Hans Bender - Paris, le 18 mai 1960. Paul Celan
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          224
ThibaultMarconnet
  18 novembre 2020
Trouer la bouche morte du ciel
« Schwarze Milch der Frühe wir trinken sie abends / wir trinken sie mittags und morgens wir trinken sie nachts / wir trinken und triken / wir schaufeln ein Grab in den Lüften da liegt man nicht eng » (« Lait noir de l'aube nous le buvons le soir / le buvons à midi et le matin nous le buvons la nuit / nous buvons et buvons / nous creusons dans le ciel une tombe où l'on n'est pas serré »). Ainsi commence "Todesfuge" ("Fugue de mort") dans l'admirable traduction de Jean-Pierre Lefebvre (celle de John E. Jackson ne l'est pas moins, puisque c'est grâce à ses traductions que je suis entré dans cette oeuvre poétique sans égale). "Todesfuge" est sans doute l'un des poèmes les plus douloureux qu'un homme ait pu écrire pour parler des camps de la mort : ces points noirs fruits d'une immonde cartographie. Cet habité du langage poétique perdit ses parents qui moururent dans un camp d'internement, après avoir creusé leur propre tombe dans le lait noir de l'aube... Cet homme, ce poète de langue allemande et d'origine roumaine ; ce juif qui échappa aux chambres à gaz grâce à un maigre sursis au sein d'un camp de travail forcé, finit pourtant par se suicider en 1970 à l'âge de 49 ans, après s'être jeté depuis le Pont Mirabeau dans la Seine, ce sale miroir couleur de boue ; son corps de plume, lourd d'une encre ténébreuse, balancé comme un boulet d'amertume dans ce Styx parisien qui lui ouvrit ses bras ainsi qu'une mère embrasse un enfant au coeur gonflé de larmes. Cet homme hanté par le sang de sa mémoire et qui avait choisi de rejoindre la cendre des siens, c'était Paul Celan : le plus grand poète de langue allemande que connut le XXe siècle.
Alors que le philosophe Theodor Adorno proclamait le fait qu'« écrire un poème après Auschwitz est barbare » ; de sa lance poétique, celui qui n'était alors qu'un inconnu, remua la poussière des morts pour témoigner de ce qui fut, pour qu'une parole puisse apporter un peu de présence aux absents dont la seule tombe fut l'implacable vide du ciel. Et cet homme tourmenté, traînant avec peine son âme ainsi qu'un éternel drap noir de deuil, à force de former dans sa bouche des mots de fantôme pour tenter d'exprimer l'indicible, devint à son tour un absent : la vie s'écoula de son sein comme l'eau qui file entre les doigts d'une main. Mais sa parole avait fendu la mer sanglante du passé et désormais rien ne serait plus comme avant.
Paul Celan avait su trouer le silence obstiné de la bouche morte du ciel. Pour finir, je tiens à laisser la parole à Henri Michaux, autre grand poète, qui écrivit ces vers pour exprimer le suicide de son ami : « Partir. / de toute façon partir. / le long couteau du flot de l'eau arrêtera la parole. »
© Thibault Marconnet
le 16 juin 2014
Lien : http://le-semaphore.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Funrider
  22 novembre 2018
Les poèmes de Paul Celan ne sont pas faciles d'accès, au sens où ses poèmes demandent une certaine connaissance de l'auteur, de sa vie, du contexte dans lequel il a écrit chacun de ses poèmes, pour les comprendre et mieux en « ressentir » leur force. L'intérêt de cet ouvrage porte aussi, et j'ai envie de dire surtout, sur l'introduction qui nous raconte ce qu'a été la vie de Paul Celan et sur l'essai présent en fin d'ouvrage sur la poésie de Paul Celan.
A la lecture de ce recueil on sent bien que Paul Celan était un homme meurtri, prisonnier de son passé et de son histoire, qui supportera toute sa vie cette terrible dualité : être juif et écrire des poèmes en allemand, cette langue comme un symbole des meurtriers de sa mère : les nazis. Il n'y a pas plus explicite que cet extrait d'une lettre datée de 1946 envoyée à Max Rychner : « Quand mes poèmes paraitront, ils aboutiront bien aussi en Allemagne et -permettez-moi d'évoquer cette chose terrible-, la main qui ouvrira mon livre aura peut-être serré la main de celui qui fut l'assassin de ma mère […] Pourtant mon destin est celui-ci : d'avoir à écrire des poèmes en allemand. »
Le poème qui m'a le plus marqué c'est « Fugue de la Mort », sur les camps de la Mort. Tout est métaphore, la répétition de certains vers, la noirceur du trait, les parallèles frappants entre la « fausse » douceur de certains vers « ta chevelure d'or Marguerite » et la noirceur d'autres « tes cheveux de cendre Sulamith », etc… rendent ce long poème terrible à lire et pourtant si « enlevé », si poétique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
Dixie39Dixie39   31 janvier 2015
D'emblée le monde de la poésie germanophone prend connaissance de l'avènement d'un poète de premier plan, d'emblée aussi, la "Todesfuge", qui occupe à elle seule la deuxième des quatre sections du volume, concentre-t-elle l'attention des lecteurs, même si, comme Wolfgang Emmerich le note avec raison, son succès repose sur une équivoque : là où Celan visait à une représentation critique du génocide dont la régularité rythmique de son poème reflétait la cruauté "mécanique", les lecteurs allemands ne voulurent entendre que la musique "transfiguratrice" d'une "passion" qui leur permettait d'oublier la responsabilité politique du régime hitlérien.
Présentation - Paul Celan, de John E. Jackson
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
PartempsPartemps   19 août 2020
RETOUR

Neige qui tombe, dense de plus en plus dense,
couleur de colombe, comme hier,
neige qui tombe comme si tu dormais encore même maintenant.
Blanc étalé très loin.
Et plus loin encore, infinie,
la trace de traîneau de ce qui est perdu.
En dessous, caché,
monte, s’ouvre et recouvre,
ce qui fait si mal aux yeux,
tertre après tertre,
invisible.
Sur chacun d’eux,
ramené au pays de son aujourd’hui,
un Moi qui a glissé dans le mutisme :
de bois, un pieu.
Là-bas : un sentiment,
amené jusqu’ ici par la bise glaciale,
qui noue solidement, couleur de colombe,
de neige, son étendard de cretonne.


HEIMKEHR
Schneefall, dichter und dichter,
taubenfarben, wie gestern,
Schneefall, als schliefst du auch jetzt noch.
Weithin gelagertes Weiß.
Darüberhin, endlos,
die Schlittenspur des Verlornen.
Darunter, geborgen,
stülpt sich empor,
was den Augen so weh tut,
Hügel um Hügel,
unsichtbar.
Auf jedem,
heimgeholt in sein Heute,
ein ins Stumme entglittenes Ich :
hölzern, ein Pflock.
Dort : ein Gefühl,
vom Eiswind herübergeweht,
das sein tauben-, sein schnee-
farbenes Fahnentuch festmacht

"Il a trente-cinq ans. Il ne revient pas au pays. Il est définitivement loin du pays. Il revient dans l’absence, la perte, dans un pays qui s’appelle disparition.

" Il s’est marié en France. Il a eu deux enfants : l’un, le premier, est mort à la naissance. Il s’appelait François, du nom du pays de l’exil, dont il vient d’obtenir la nationalité. Depuis le premier poème intitulé Retour, il y a eu la guerre, l’assassinat de ses parents dans des camps, Auschwitz. Auschwitz d’où l’on ne revient pas. Une longue saison qui n’en finit pas a commencé, un hiver de mort interminable. Dans le retour mental sur le passé s’est déployée une blancheur de deuil de plus en plus blanche, opaque et vide à la fois, et le mot qui dit cela deux fois, l’appelle aussi lui-même comme par dessous, en suggérant deux majuscules, lui, le poète qu’il est officiellement devenu, l’interpelle, le somme : Dichter und Dichter. « Poète, entend ce silence de neige de plus en plus lourd, pour le faire entendre à ton lecteur d’aujourd’hui. Ton nom même se confond avec l’adjectif répété qui dit la densité croissante de la neige qui tombe. ' Jean-Pierre Lefebvre
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Dixie39Dixie39   06 février 2015
Devenir semblables à ses "haches", - les haches que sont les paroles que le poète, veillant dans la nuit comme dans les années, peut tourner contre ses bourreaux, contre ceux qui ont, eux, abattu les troncs, les cadavres dans l'ombre desquels il a à vivre - définit comme on voit une position douloureuse mais nécessaire, d'autant plus difficile à tenir qu'elle a à s'établir entre le "faste", l'abondance et l'éclat de "ce qui est tu" et la pauvreté des mots. Celan n'emploie et n'emploiera jamais des mots comme la shoah ou l'holocauste. Sans doute pensait-il que l'écart entre (la faiblesse de) ces mots et l'horreur du génocide était trop important. La shoah, chez lui, c'est "was geschah", "ce qui s'est passé". Ici, aussi simplement, "das Verschwiegene", ce qui est tu, ce qui est passé sous silence. Le poème doit dire, mais il ne peut dire. S'il ne parle pas, il laisse les victimes à l'oubli et, par là, fait comme si les forces de mort n'étaient plus à l’œuvre. S'il parle, il trahit ou risque de trahir. "Quelque parole que tu prononces, tu la dois à la perdition" dit un autre poème. On comprend que, dans ces conditions, la poétique du recueil devienne une poétique du paradoxe ou, tout au moins, de la simultanéité des contraires, comme l'exprime, de la manière la plus directe, le vers du poème en forme d'art poétique "Sprich auch du" :
"Parle -
Mais ne sépare pas le Oui et le Non."
Présentation - Paul Celan, de John E. Jackson
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Dixie39Dixie39   29 janvier 2015
On peut penser toutefois que, paradoxalement, c'est la question linguistique qui joua le rôle décisif. Paul écrivait ses poèmes en allemand, certes. Mais cet allemand, qui avait été aussi l'allemand des bourreaux, avait à être ou du moins à devenir en même temps un allemand tourné contre l'allemand, une contre-langue, et l'on peut très bien imaginer que pour inventer cette contre-langue, il eut besoin de la distance que lui donnerait l'environnement francophone.
Présentation, Paul Celan 1920 - 1970 de John E.Jackson
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Dixie39Dixie39   06 février 2015
Accessible, proche et sauvegardée, au milieu de tant de pertes, ne demeura que ceci : la langue.
Elle, la langue, fut sauvegardée, oui, malgré tout. Mais elle dut alors traverser son propre manque de réponses, dut traverser un mutisme effroyable, traverser les mille ténèbres des discours porteurs de mort. Elle traversa et ne trouva pas de mots pour ce qui se passait, mais elle traversa ce passage et put enfin ressurgir au jour, enrichie de tout cela.
Durant ces années et les années qui suivirent, j'ai tenté d'écrire des poèmes dans cette langue : pour parler, pour m'orienter, pour m'enquérir du lieu où je me trouvais et du lieu vers lequel j'étais entraîné, pour m'esquisser une réalité.
(...)
Il en va pour cette langue, au-delà de l'indépassable diversité de l'expression, avant tout de précision. Cette langue ne transfigure pas, ne "poétise" pas, elle nomme et pose, elle cherche à mesurer le domaine de ce qui est donné et de ce qui est possible. Sans doute, la langue elle-même, la langue en tant que telle n'est -elle jamais à l’œuvre ici, ce qui est à l’œuvre est un Je qui parle à partir de l'angle d'inclinaison spécifique de son existence, et pour lequel il en va de contours et d'orientation. La réalité n'est pas, la réalité veut être cherchée et conquise.
Paul Celan dans Présentation - Paul Celan, de John E. Jackson
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Paul Celan (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Paul Celan
Paul Celan et Ingeborg Bachmann : Le Temps du cœur, correspondance (2012 / France Culture). Diffusion sur France Culture les 3, 4, 5, 6 et 7 septembre 2012. Pages choisies et présentées par Julie Aminthe. Traduction de Bertrand Badiou. Réalisation : Étienne Vallès. Conseillère littéraire : Emmanuelle Chevrière. Avec : Bruno Paviot (Paul Celan), Élodie Huber (Ingeborg Bachmann), Hélène Lausseur (Narration). Prise de son et mixage : Éric Boisset. Assistance technique et montage : Pierre Henri. Assistante à la réalisation : Lise-marie Barré. Musique : Pascal Dusapin : Arditti quartet, quatuor à cordes et trios « Quatuors II ». Pascal Dusapin : Concerto avec Sonia Wieder Atherton, Juliette Hurel, Alain Trudel « Cello ».
00:00 : Épisode 1 : Champ de coquelicots 24:44 : Épisode 2 : Et que prouve donc ton cœur ? 49:28 : Épisode 3 : Claire est la nuit qui nous a inventé des cœurs 1:14:01 : Épisode 4 : Le cœur saura vivre 1:38:43 : Épisode 5 : Nous creusons dans le ciel, une tombe.
« Les deux êtres qui se rencontrent dans la Vienne de 1948 encore occupée par les troupes alliées, sont issus de cultures et d’horizons différents, voire opposés : Ingeborg Bachmann est la fille d’un instituteur, protestant, ayant adhéré au parti nazi autrichien avant même l’accession de Hitler à la chancellerie du Reich (1932) ; Paul Celan, né dans une famille juive de langue allemande de Czernowitz, au nord de la Roumanie, a perdu ses deux parents dans un camp allemand et a connu l’internement en camp de travail roumain pendant deux ans. Cette différence tout comme la tension pour la dépasser, le désir et la volonté de renouer sans cesse le dialogue par-delà les malentendus et les conflits déterminent leur relation et la correspondance qu’ils échangent du premier jour, en mai 1948, où Paul Celan fait cadeau d’un poème à Ingeborg Bachmann jusqu’à la dernière lettre adressée en 1967. L’écriture est au centre de la vie de chacun des correspondants, dont les noms apparaissent dans les comptes rendus critiques, dès le début des années 1950, souvent au sein d’une même phrase, comme étant ceux des représentants les plus importants de la poésie lyrique allemande de l’après-guerre. Mais écrire n’est pas chose simple, ni pour l’un ni pour l’autre. Et écrire des lettres n’est pas moins difficile. L’imperfection du dire, la lutte avec les mots, la révolte contre le mutisme, occupent une place centrale dans cet échange épistolaire. » Note de l’éditeur
La correspondance entre Ingeborg Bachmann et Paul Celan est parue aux éditions du Seuil dans une traduction de Bertrand Badiou, dans la collection « La Librairie du XXIème siècle ».
Source : France Culture
+ Lire la suite
autres livres classés : poèmesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
907 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre