AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2847050485
Éditeur : Editions Espaces 34 (20/01/2009)
Résumé :
Ascanio Celestini est un dramaturge italien dans la lignée de Dario FO. Il écrit des textes incisifs et perforateurs.
Celui-ci narre le massacre par les nazis de plusieurs centaines de Romains. Mais il est surtout le moyen pour l'auteur de faire vivre plusieurs époques de la ville de Rome au travers d'une forme tout à fait originale.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Charybde2
  18 mai 2016
Rappeler un massacre de 1944, et démonter le révisionnisme qu'il entraîna.
Sur mon blog : http://charybde2.wordpress.com/2016/05/18/note-de-lecture-radio-clandestine-memoire-des-fosses-ardeatines-ascanio-celestini/

Lien : http://charybde2.wordpress.c..
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
Charybde2Charybde2   18 mai 2016
Je dis à la toute petite…
… que lorsqu’on arrive à Rome aujourd’hui on trouve les quartiers des riches au centre ville avec les beaux magasins et les quartiers des pauvres dans les faubourgs, en banlieue. Mais à cette époque-là, au contraire, à Rome… dans un même immeuble, on trouvait autant de riches que de pauvres. La coupure était l’affaire de quelques mètres. Les riches étaient au troisième étage avec le balcon qui donnait sur Rome, et le pauvre diable était sous terre, privé de fenêtres… pourtant d’une certaine façon riches et pauvres étaient presque copropriétaires.
Et ça continue jusqu’aux années 30, jusqu’au moment où Mussolini le duce dit que Rome est la capitale de l’Empire seuls les empereurs peuvent y vivre ! Alors il prend tous les vauriens, les malheureux et les crève-la-faim, il les charge sur des autobus et les envoie tous en banlieue. Parce que les pauvres, ça vous mettrait en l’air le fastueux décor urbain du fascisme. C’est comme ça que dans les années 30 on invente les faubourgs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
fbrenierfbrenier   15 septembre 2013
Je dis à la toute petite que...
Valle Aurélia est de l'autre côté de la ville... et en 1922 depuis là-bas ils arrivèrent à pied jusqu'à San Lorenzo. On dit qu'à cette époque les briquetiers, ceux qui cuisent les briques dans les fours, ils vivaient à Valle Aurélia. Si bien que Valle Aurélia n'était qu'une vaste étendue de fourneaux, de fours à briques, de feux et de flammes qui sortaient de partout. Même que le Pape, qui habite juste derrière, ouvrit un jour sa fenêtre et quand il vit tous ces feux et toutes ces flammes qui sortaient des cheminées, il ne put s'empêcher de dire : « Nom d'une casserole, mais c'est la vallée de l'enfer. » Et c'était bien ainsi qu'on l'appelait Valle Aurélia, on l'appelait La Vallée de l'enfer. Aujourd'hui encore il y a une équipe de football qu'on appelle La Vallée de l'enfer. On pourrait penser : « Ils doivent sacrement bien jouer ceux-là. De vrais diables ! », eh bien non, ce ne sont que les petits-enfants des briquetiers...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2Charybde2   18 mai 2016
Je dis à la toute petite que…
…à l’époque où Rome devient Roma capitale, tout le monde vient à Rome. Ceux qui auparavant étaient à Turin par exemple, parce que Turin c’était l’ancienne capitale. Mais quand plus tard on a déplacé la capitale de Turin à Florence, les gens qui étaient à Turin et travaillaient dans les ministères, dans les bureaux de la fonction publique de l’État ou dans ceux qui lui sont associés, ces gens, ils sont tous partis travailler dans les bureaux à Florence. Puis quand on a emmené la capitale à Rome… tous ces gens de Turin et de Florence ils sont partis travailler là-bas. C’étaient tous des employés qui travaillaient dans les ministères et alors à Rome il a fallu construire ces bâtiments très importants. Construire les ministères et aussi construire les maisons pour ceux qui allaient y travailler, parce que les Turinois fraîchement arrivés dans la nouvelle capitale ne pouvaient quand même pas rentrer dormir à Turin ! Il fallait les construire ces maisons et pour les construire il fallait des ouvriers. C’est comme ça que sont arrivés des gens du Sud : de la Campanie, de la Sicile, de la Sardaigne, de la Basilicate, des Pouilles, du Molise. Tous ces gens qui viennent à Rome et qui se mettent à construire des choses, des maisons, des routes, des immeubles et des places. Tous ces gens qui deviennent charpentiers, peintres en bâtiment, maçons, carreleurs.
Et puis pour construire les routes, les maisons, les églises, il faut le matériau de construction. Alors autour de Rome on creuse 170 carrières et plus de 3 000 personnes y travaillent. Tous ces gens qui travaillaient sous terre pour construire cette belle ville de Rome qui s’élève peu à peu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2Charybde2   18 mai 2016
Mais au même moment, un autre journal est publié, un journal qui paraît encore aujourd’hui et qui s’appelle L’Osservatore Romano. C’est le quotidien du Vatican et il y a un curieux article dont les gens parleront pendant longtemps. On en parle encore aujourd’hui chaque fois qu’on discute de l’histoire de via Rasella. Et moi je m’imagine les gens qui voulaient savoir ce qui était écrit dans l’article… les gens analphabètes du temps de la guerre. Moi je m’imagine qu’on allait chercher quelqu’un qui pourrait vous le lire, cet article tellement important. Je m’imagine comme ça, tous ces gens qui vont au cinéma Gioiello ex-cinéma Iris au bout de la via Nomentana, à Porta Pia, chez mon grand-père Giulio et qui lui font : « M’sieur Giulio, dites un peu, qu’est-ce qu’il y a d’écrit sur L’Osservatore Romano ? » Et mon grand-père répond : « Il y a écrit : 32 victimes d’un côté, 320 personnes sacrifiées de l’autre pour les coupables ayant échappé à l’arrestation.«
Mon grand-père lit le journal… et le journal dit que les personnes tuées aux Ardéatines ont été sacrifiées, comme s’il s’agissait d’un événement biblique et non d’un crime humain. Dans le journal, les nazis deviennent les victimes et les partisans les coupables.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2Charybde2   18 mai 2016
On dit qu’à cette époque-là les journaliers de Genzano travaillaient de l’heure où le soleil se lève jusqu’à celles où sonnent les cloches de l’Ave Maria avec ça que les propriétaires allaient souvent voir les prêtres et les payaient pour sonner les cloches de plus en plus tard. Les journées de travail s’allongent… les pains rapetissent, mais eux ils gagnent toujours une lire par jour. Ils sont en colère à leur façon même s’ils ne savent rien de la lutte des classes… quelques années plus tard, à la fin du dix-neuvième siècle, ils viendront justement apprendre les premières idées du socialisme et de la démocratie quand ils iront construire, eux aussi, leur Roma capitale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

avez vous lu la boite à merveilles

que s'appelle l'auteur de ce roman?

ahmed sefrioui
victor hugo
mohemed kamal
najib mahfoud

18 questions
468 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre