AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266060864
Éditeur : Pocket (01/01/1994)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 14 notes)
Résumé :

Été 1888... À dix-neuf ans, Agnès de S. est encore innocente mais point idiote. Elle connaît, certes, quelques pratiques solitaires découvertes au couvent de l'Immaculée Conception, mais aspire à d'autres plaisirs moins égoïstes. Ces faits audacieux, Agnès ose les consigner dans un journal très intime... Elle y confesse les étapes d'une éducation sensuelle orchestrée par deux "inst... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Gwen21
  27 février 2015
Membre du cercle restreint des auteurs libertins, Jacques Cellard fut également un éminent grammairien, un pointilleux lexicologue, un prolixe chroniqueur au Monde et un ancien professeur de lettres. Une telle maîtrise et un tel amour des mots expliquent en partie son penchant assumé pour la littérature érotique car - c'est bien connu et reconnu - la littérature érotique est un registre dans lequel notre belle langue sait s'ébattre avec autant d'esthétisme que de poésie.
Comme son titre l'indique, le présent roman se présente sous la forme d'un journal, celui d'une jeune aristocrate de vingt ans, Agnès de S., plutôt dégourdie, bien qu'ayant été éduquée en institution religieuse. Contrainte de passer ses vacances d'été dans le château familial, en Provence, Agnès n'a que peu de considération pour les prétendants énamourés qui s'agglutinent autour de ses jupes comme des mouches autour d'un rayon de miel. le manque d'intérêt qu'elle leur porte est toutefois supplanté par une grande curiosité pour les choses de la nature, aussi profonde que son inculture en la matière. le spectacle de la trique de l'âne du meunier, première manifestation concrète des théories sur la sexualité totalement fantasmées qui lui farcissent le crâne, est son premier pas sur la route de la découverte de soi. Auprès des pensionnaires de son enfance, Agnès a bien tenté de percer les secrets de Dame Nature sans jamais pouvoir étayer ses hypothèses de solides expériences. En tout cas, de solides expériences mâles.
Nous sommes en 1888, au seuil de la crise du boulangisme mais Agnès va bien vite se désintéresser de la politique qui agite le salon paternel pour s'intéresser de près aux charmes de sa femme de chambre, du jeune berger inculte qu'elle a pris sous son aile et d'une bonne amie de sa mère. Pendant ses années de couvent, ses questions, ses craintes, ses appétits n'ont reçu aucune réponse, aucun aliment ; elle qui, hier encore, était sur le point de se laisser marier comme une oie blanche, sent soudain naître en elle, dans la chaleur de cet été torride, des sensations nouvelles, des émotions délicieuses et une forme d'émancipation pour laquelle elle se découvre de jolies aptitudes.
Le "Journal plutôt inconvenant d'une toute jeune fille" allie la beauté de la langue à la volupté de ses tableaux tantôt champêtres, bourgeois, saphiques et licencieux. Jamais vulgaire, très esthétique, ce récit se lit en sépia et se teinte parfois d'une couleur sadienne, mais sans jamais tomber dans la pornographie chère au divin marquis.
Toutefois, je doute que ce récit tout en simplicité séduise la nouvelle vague de lecteurs qui pense avoir découvert les cinquante nuances de la littérature érotique à travers le soft SM ; ici la cravache sert à faire avancer son cheval, les boules d'acier à pointer le cochonnet et la cravate à sublimer l'élégance des messieurs.

Challenge PETITS PLAISIRS 2014 – 2015
Challenge de lecture 2015 - Un livre avec de mauvaises critiques
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
Luniver
  06 août 2013
L'éducation d'Agnès au couvent de l'Immaculée Conception a été plutôt réussie, mais la jeune fille se rend bien compte, entre les allusions obscures et les curiosités anatomiques que peuvent présenter parfois les animaux, qu'un sujet important a été largement évité. Et ce ne sont pas les maigres informations que se partagent les autres pensionnaires qui l'éclaire particulièrement. À la veille de se marier, ce manque de connaissance devient embarrassant.
Heureusement, il y a toujours des volontaires pour instruire la jeunesse. Agnès aura la chance d'en avoir deux : sa femme de chambre et une amie de sa mère, toutes deux très expérimentées en la matière, lui apprendront tout ce qu'elles savent. Un jeune paysan dévoué, un meunier réputé dans la région pour la taille de ses noix, et un prétendant un peu timide viendront compléter l'aspect pratique : il ne faudra que quelques semaines à Agnès pour découvrir toutes les variations possibles.
Outre sa vision de la sexualité qui me plaît bien (personne ne saigne, personne ne souffre), j'apprécie que l'auteur glisse toujours des éléments d'histoire du 19ème siècle dans ses romans : dans Les petites marchandes de plaisir, on abordait l'argot, dans ce roman-ci, l'épopée du boulangisme. On ne rate jamais une occasion de s'instruire !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          242
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
Gwen21Gwen21   26 février 2015
{1888}
Quand j'y songe, ce n'est pas d'être moins fortes ou moins intelligentes, même si nous le sommes vraiment, qui nous met si bas en dessous des hommes, non ! Ce sont ces jours d'humiliation secrète, durant lesquels parfois je voudrais mourir pour ne plus sentir ce sang s'écouler de moi. On dira que j'en fais tout une affaire alors qu'il ne s'agit que d'un mauvais moment à passer. Mais C'EST toute une affaire, ce moment qui revient quoi que l'on fasse, comme pour nous rappeler à la bassesse de notre condition. Et ce n'est même pas la punition d'un péché - de quel péché, au reste ? - puisque cela atteint les vierges les plus sages comme les plus dévergondées des créatures [...].
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Gwen21Gwen21   27 février 2015
- Et... tu comptes te faire enculer souvent par ton pastouriau* ?
- Me faire... quoi ?
- Enculer, ma chérie. Que veux-tu ! Il faut appeler les choses par leur nom. Celui-ci est le plus simple, et le plus tendre à mon goût. Tu ne voudrais tout de même pas que je dise "sodomiser" ? C'est un mot de médecin ou de prêtre !

* berger (provençal)
Commenter  J’apprécie          171
LuniverLuniver   05 août 2013
Je voudrais pouvoir réunir ces messieurs, les cinq ou six qui prétendent officiellement à ma menotte, et leur dire :
— Messieurs, un seul de vous sera mon époux, et c'est moi qui le choisirai. Cela ne se jouera pas à votre fortune, j'en ai pour deux ; ni à vos quartiers, j'en ai pour trois ; ni à votre charme, j'en ai pour quatre. Non, messieurs cela se jouera à la seule chose que vous ayez et que je n'aie pas... Présentez... armes !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          124
LuniverLuniver   05 août 2013
Bien plus que le plaisir physique, c'est cela que m'auront enseigné ces vacances : cette conspiration du silence et du secret à laquelle participent tant d'hommes et tant de femmes pour couvrir leurs plaisirs, et les couvrir d'autant mieux que ces plaisirs sont plus répréhensibles. Le monde pardonne tout ce qu'il ignore !
Commenter  J’apprécie          120
boubiboubi   07 janvier 2012
... Ta mère se fait des idées bien étranges sur ce que peut lire une demoiselle de ton âge !
Et puis, ce que tu comprendras ne t'apprendra rien, et ce que tu ne comprendras pas ne peut te nuire ! (104)
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Jacques Cellard (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacques Cellard
Jacques Cellard lit "Souvenirs d'une gamine effrontée" (éditions Balland) est le n°26 de la série cinématographique "Lire". Réalisé le 28 août 1988 à Braine (France).
autres livres classés : érotiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle



Quiz Voir plus

L'érotisme en littérature

Lequel de ces romans de Diderot, publié anonymement, est un roman libertin ?

Le Neveu de Rameau
Les Bijoux indiscrets
Le Rêve de D'Alembert
La Religieuse

6 questions
256 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature libertine , érotisme , érotiqueCréer un quiz sur ce livre