AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782070300617
187 pages
Gallimard (15/02/1967)
3.98/5   108 notes
Résumé :
Comme l'indique Claude Leroy avec une réjouissante exactitude dans son introduction aux Poésies complètes, «poète, Cendrars n'aimait pas le genre poète.» Car il était de ceux qui vivent la poésie avant de l'écrire, de ceux qui ne se contentent pas d'un destin sur le papier. «Cendrars, précise Claude Leroy, a voulu être celui par qui la modernité arrive - comme un scandale permanent. C'est le profond aujourd'hui qu'il s'attache à célébrer dans son jaillissement, sa p... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique

Blaise Cendrars, de ses aventures, voyages et souvenirs de guerre, n'a pas tiré que des romans, mais aussi de magnifiques poèmes. Lorsqu'il écrit, il se consume jusqu'à la cendre, d'où son nom de plume. Symboliste, il expérimente comme Apollinaire de nouvelles formes poétiques, mais la plupart de ses poèmes rompent avec les écoles et, mêlant imaginaire et réel, vers libres et prose au service de l'émotion, font surtout ressentir l'accélération du monde moderne en ce début de XXème siècle. Il participe à inventer un nouveau lyrisme en se faisant reporter photographe du monde qui l'entoure, tournant le dos au romantisme centré sur je je et le tu. Sa poésie a un côté brut, non polissé, qui peut déstabiliser le lecteur : dans du monde Entier, Les Pâques à New York annoncent la couleur : des alexandrins faussement classiques : la métrique y est savamment cassée, à l'image des expériences personnelles que Blaise Cendrars s'impose à l'époque, et la musicalité qui s'en dégage est donc atypique.

Oui, vraiment, un recueil de poésies méconnu (2 critiques et 8 citations à ce jour sur Babelio), fait d'immédiateté, et autant nourri de l'émotion du poète qui sait capter la beauté de l'instantané que de l'expérience d'un voyageur passionné.

Commenter  J’apprécie          294

S'il fallait qualifier Cendrars d'un mot, on pourrait dire: bourlingueur, si le terme n'était pas galvaudé.

Et dans sa poésie le voyage aventureux tient une place de choix, sinon la première.

Le voyage accompli, New York, le Brésil, ou le voyage rêvé, l'Afrique, la Sibérie.

Tout ce recueil ne se lit pas avec la même intensité. Les morceaux les plus connus, Les Pâques à New York, la Prose du Transsibérien, méritent bien leur notoriété.

J'ai trouvé le reste plus inégal, voire prosaïque à force de vouloir être moderne. Les poèmes du Brésil se lisent avec agrément, sans être bouleversants. Certains textes ont manqué d'intérêt pour moi. C'est le propre des oeuvres complètes. S'il faut tout publier on ne choisit forcément pas le meilleur.

Cette édition est pourvue de notes abondantes et éclairantes sur le milieu littéraire et les influences dont Cendrars a bénéficié: Rémy de Gourmont, Apollinaire, ou les personnages qu'il apprécie moins (Cocteau).

A ce qu'il me paraît c'est d'Apollinaire qu'il était le plus proche, sauf peut-être dans leur vécu de la guerre de 14.

Donc, sans être une révélation sans pareille, la poésie de Cendrars témoigne joliment de la vie littéraire et du monde de son temps.

Commenter  J’apprécie          230

La poésie de Blaise Cendrars est une splendide invitation au voyage au pays de mon grand père (né en 1888) et de ma grand-mère (né en 1892). Un univers de mots qui deviennent image, qui deviennent sensations, qui deviennent souvenir.

Pourtant mes grands parents étaient juste des paysans d'Auvergne, ayant connu deux guerres effroyables. Et ce qu'ils n'ont pas eu le temps de ma raconter, Blaise Cendrars par sa poésie me l'évoque.

Merci a celui qui m'a invité à le lire. Il se reconnaitra.

Commenter  J’apprécie          40

La Prose du Transsibérien est magnifique. Deux autres poèmes longs. Les autres font voyager. On peut les trouver un peu faciles et opportunistes. Sachant que Blaise Cendrars est connu pour rester flou sur ses propres voyages... ça casse un peu le mythe de l'aventurier moderne qu'il voulait paraître.

Commenter  J’apprécie          10

Les thèmes et le style ne font pas partie de mes goûts.

Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation

Les grands fétiches

I.

Une gangue de bois dur

Deux bras d'embryon

L'homme déchire son ventre

Et adore son membre dressé

II

Qui menaces-tu

Toi qui t'en vas

Poings sur les hanches

A peine d'aplomb

Juste hors de grossir?

III

Noeud de bois

Tête en forme de gland

Dur et réfractaire

Visage dépouillé

Jeune dieu insexué et cyniquement hilare

IV

L'envie t'a rongé

Je menton

La convoitise te pipe

Tu te dresses

Ce qui te manque du visage

Te rend géométrique

Arborescent

Adolescent

v

Voici l'homme et la femme

Également laids également nus

Lui moins gras qu'elle mais plus fort

Les mains sur le ventre et la bouche en tire-lire

VI

Elle

Le pain de son sexe qu'elle fait cuire trois fois par jour

Et la pleine outre du ventre

Tirent

Sur le cou et les épaules

VII

Je suis laid!

Dans ma solitude à force de renifler l'odeur des filles

Ma tête enfle et mon nez va bientôt tomber

VIII

J'ai voulu fuir les femmes du chef

J'ai eu la tête fracassée par la pierre du soleil

Dans le sable

Il ne reste plus que ma bouche

Ouverte comme le vagin de ma mère

Et qui crie

IX

Lui

Chauve

N'a qu'une bouche

Un membre qui descend aux genoux

Et les pieds coupés

x

Voici la femme que j'aime le plus

Deux rides aiguës autour d'une bouche en entonnoir

Un front bleu

Du blanc sur les tempes

Et le regard astiqué comme un cuivre

Commenter  J’apprécie          173

Trouées

Échappées sur la mer

Chutes d'eau

Arbres chevelus moussus

Lourdes feuilles caoutchoutées luisantes

Un vernis de soleil

Une chaleur bien astiquée

Reluisance

Je n'écoute plus la conversation animée de mes amis qui se partagent le nouvelles que j'ai apportées de Paris

Des deux côtés du train toute proche ou alors de l'autre côté de la vallée lointaine

La forêt est là qui me regarde et m'inquiète et m'attire comme le masque d'une momie

Je regarde

Pas l'ombre d'un oeil

(Le Formose)

Commenter  J’apprécie          100

Bombay-express

La vie que j'ai menée

M'empêche de me suicider

Tout bondit

Les femmes roulent sous les roues

Avec de grands cris

Les tape-cul en éventail sont à la porte des gares.

J'ai de la musique sous les ongles.

(...)

Au revoir au revoir

Je suis né dans cette ville

Et mon fils également

Lui dont le front est comme le vagin de sa mère

Il ya des pensées qui font sursauter les autobus

Je ne lis plus les livres qui ne se trouvent que dans les

bibliothèques

Bel A B C du monde

Bon voyage !

Que je t'emporte

Toi qui rit du vermillon

Avril 1914

Commenter  J’apprécie          50

6 – Sur la robe elle a un corps

Le corps de la femme est aussi bosselé que mon crâne

Glorieuse

Si tu t'incarnes avec esprit

Les couturiers font un sot métier

Autant que la phrénologie

Mes yeux sont des kilos qui pèsent la sensualité des femmes

Tout ce qui fuit, saille avance dans la profondeur

Les étoiles creusent le ciel

Les couleurs déshabillent

« Sur la robe elle a un corps »

Sous les bras des bruyères mains lunules et pistils quand les eaux se déversent

dans le dos avec les omoplates glauques

Le ventre un disque qui bouge

La double coque des seins passe sous le pont des arcs-en-ciel

Ventre

Disque

Soleil

Les cris perpendiculaires des couleurs tombent sur les cuisses

EPEE DE SAINT-MICHEL

Il y a des mains qui se tendent

Il y a dans la traîne la bête tous les yeux toutes les fanfares tous les habitués du bar Bullier

Et sur la hanche

La signature du poète

Février 1914

3064 – [Poésie/Gallimard n° 17, p. 83]

Commenter  J’apprécie          20

Ailerons de requin confits dans la saumure

Jeunes chiens morts-nés préparés au miel

Vin de riz aux violettes

Crème au cocon de ver à soie

Vers de terre salés et alcool de Kawa

Confiture d'algues marines

(Menus, dans Documentaires)

Commenter  J’apprécie          72

Videos de Blaise Cendrars (69) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Blaise Cendrars
C à vous en intégralité https://bit.ly/CaVousReplay C à vous la suite en intégralité https://bit.ly/ReplayCaVousLaSuite — Abonnez-vous à la chaîne YouTube de #CàVous ! https://bit.ly/2wPCDDa — Et retrouvez-nous sur : | Notre site : https://www.france.tv/france-5/c-a-vous/ | Facebook : https://www.facebook.com/cavousf5/ | Twitter : https://twitter.com/CavousF5 | Instagram : https://www.instagram.com/c_a_vous/ L'Oeil de Pierre Lescure - Les vers de Cendrars, la voix de Trintignant
autres livres classés : poésieVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus






Quiz Voir plus

Cendrars

Quel est le vrai nom de Cendrars ?

Frédéric Louis Sauser
Freddy Sausey
Jack Lee
Diogène

16 questions
91 lecteurs ont répondu
Thème : Blaise CendrarsCréer un quiz sur ce livre