AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Jacqueline Duhême (Illustrateur)
EAN : 9782070536566
115 pages
Gallimard Jeunesse (18/09/2002)
3.69/5   61 notes
Résumé :
Connais-tu l'Afrique ? Ses chants ? Ses légendes ? Écoute le chant des souris... Admire l'oiseau de la cascade... Sais-tu d'où vient le vent ? Veux-tu suivre le petit poussin qui va voir le roi ? Connaître l'histoire du peuple des orphelins ? Celle du pays qu'on appelle l'Écho-l'Écho ? Tends l'oreille, Blaise Cendrars va te les raconter... Des contes africains à savourer à voix basse ou à voix haute.
Que lire après Petits contes nègres pour les enfants des blancsVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
3,69

sur 61 notes
5
1 avis
4
5 avis
3
3 avis
2
1 avis
1
0 avis
C'est un petit livre intrigant pour moi à plusieurs titres. Tout d'abord, je ne retrouve pas la voix de Cendrars dans ces contes. A force de recherches, j'ai appris qu'il n'était pas encore allé en Afrique au moment de l'écriture et qu'il a écrit ces contes à partir d'anthologies dont il s'est inspiré, ou plutôt, il les a réécrit en les mêlant et les arrangeant à sa sauce. Effectivement, certains ne me semblaient pas totalement inconnus.
Ensuite, le titre qui ne laissera pas indifférent, en particulier en ce moment. Connaissant un peu Cendrars et son goût pour le monde, les cultures, les populations, il est clair que ce titre ne se veut pas ni raciste ni condescendant, ironique peut-être. le mot "nègre" est utilisé ici un peu avant le concept de "négritude" qui est un terme positif, valorisant. N'empêche, j'ai du mal à regarder ce petit livre avec son titre et son illustration de couverture sans un certain à priori. La question qui se pose est de savoir pourquoi Gallimard a voulu rééditer récemment ce recueil sans en changer le titre sachant qu'il était lu dans les écoles, ou sans au moins mettre une notice explicative de l'époque et du contexte...
Passons, pour en venir aux contes eux-mêmes, j'ai été surprise et déroutée (sans que ce soit forcément négatif) par les premiers contes qui se terminent sans morale, et même plutôt en queue de poisson.
Ces contes sont particulièrement imagés et fourmillent d'animaux, d'hommes qui n'en font qu'à leur tête ou qui sont punis injustement, et des éléments de la nature violents ou conciliants selon les événements.
Bref, j'ai trouvé cette lecture plaisante, instructive et pleine de sagesse, il y a de quoi organiser des discussions intéressantes en classe autour de ces récits.
J'ai découvert une toute autre facette de Cendrars, ici.

Commenter  J’apprécie          290
Avant d'éteindre la lumière, la télévision enfin coupée, les smartphone en silencieux et les ordinateurs stoppés, créez une ambiance feutrée et apaisante, ouvrez le livre et, sur le ton de la confidence, entamez la lecture d'un conte. Déjà le décor change, des sons se font entendre, des couleurs jaillissent et des animaux se promènent dans la chambre. Ce n'est pas un miracle, ce n'est qu'un film merveilleux projeté sur l'écran de l'imaginaire des enfants.
S'ils dorment avant la fin de l'histoire, vous finirez demain. La mission est une réussite, il n'y a plus qu'à couper la lumière.
Bonne nuit.
Commenter  J’apprécie          210
Mon édition date de 1989; le texte est de 1978.
Dix petits contes variés, en principe inspirés de contes africains. "ces histoires que se racontent les grands enfants d'Afrique pour s'amuser la nuit autour du feu et ne pas s'endormir à cause des bêtes qui rôdent".
Ma version est illustrée en noir et blanc par Jacqueline Duhême, récemment disparue 2023)
Le titre a échappé à la vigilance des censeurs actuels et tant mieux. Ce sera l'occasion de rappeler que le terme nègre n'a rien d'insultant au départ; des auteurs célèbrent la négritude!
Commenter  J’apprécie          90
Heureusement, ce recueil de contes n'a pas encore été rebaptisé en langage politiquement correct !
J'ai souvenir d'avoir lu et entendu ces contes dans mon enfance et les ai redécouverts avec surprise dans une bouquinerie d'occasion. Je me suis donc précipitée sur le recueil dont je ne me rappelais que la couverture.
On peut y lire que l'homme est rarement le plus intelligent des animaux, au contraire, il est souvent veule, cruel et stupide, se faisant aussi bien dicter sa conduite par un lapin, que détrôner par un poussin minuscule.
Commenter  J’apprécie          80
Un recueil de 10 contes joliment illustré par Francis Bernard déployant toutes les facettes de ce type de récit : enfant malin, animaux parlant, opposition de personnages (crocodile vs chacal), action se faisant et se défaisant amenant la résolution, usage de ritournelle, morale etc.
Un joli moment de lecture.
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
On le voit très bien de la piste des porteurs avant d'arriver au village Debout !- Debout ! tout près du fleuve de Glouglou-coule- toujours, dans un pays qu'on appelle l'Écho-l'Écho, tout planté de petite et de grande brousse.
Si tu coupes du bois dans cette forêt, l'écho le répète.
Sauve-toi
Commenter  J’apprécie          40
Il y avait dans un grand village un homme qui dressait des singes et un homme qui dressait un daim. Ils ne savaient faire autrement pour passer le temps. Ils ne travaillaient pas, non, mais quel sot métier !
Commenter  J’apprécie          30
Un homme raisonnable ne peut parler de choses sérieuses à un autre homme raisonnable : il doit s'adresser aux enfants.
Commenter  J’apprécie          30
Babouin, donne-moi mes noix que le vent a fait tomber. Le vent a emporté la plume que le faucon s’était arrachée pour moi. Le faucon a mangé le poisson que la chute d’eau m’avait donné. La chute d’eau a brisé les pots de terre que les termites avaient faits pour moi. Les termites ont mangé le maïs que ma mère m’avait donné. Ma mère a mangé l’oiseau que j’avais tué sous la racine, près de la cascade, sous la racine. On ne peut même plus s’amuser !
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Blaise Cendrars (73) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Blaise Cendrars
Interview de : Pierre Corbucci pour son livre : LA DISPARITION D'ARISTOTELES SARR
paru le 18 janvier 2024
Résumé du livre : Un roman aux accents tragiques qui entraîne le lecteur au coeur de la forêt amazonienne dans le combat qui oppose l'humain à la nature.
Amérique du Sud, années 1920. Lieutenant du génie, Aristoteles Sarr est chargé d'aménager une piste d'atterrissage au coeur de la forêt amazonienne. le survol de cette zone jamais cartographiée doit permettre de prolonger le chemin de fer. Convaincu du bien-fondé de sa mission, le jeune lieutenant n'a pas conscience que la jungle est animée d'une vie propre, que ses ténèbres fourmillent de dangers, et qu'à vouloir dominer la nature, on a tôt fait de s'en attirer les foudres. Aux abords de l'extravagant palais de la Huanca, dernière enclave humaine avant l'inconnu, d'étranges disparitions se multiplient.
Un roman picaresque aux mille nuances de vert, aussi puissant qu'une tragédie antique.
Bio de l'auteur : Pierre Corbucci est né en 1973. Après une enfance varoise, il étudie et enseigne l'histoire et la géographie avant de mettre sa plume au service de diverses agences de communication. Esprit curieux, mélomane avisé, voyageur alerte, il est toujours à l'affût de nouvelles histoires. Son goût marqué pour les littératures d'Amérique latine et le roman d'aventures lui donne envie d'explorer de nouveaux horizons littéraires. Fervent admirateur de Blaise Cendrars et de Gabriel García Márquez, il entraîne ses lecteurs aux confins de la jungle amazonienne à travers ce second roman.
+ Lire la suite
autres livres classés : contesVoir plus
Les plus populaires : Jeunesse Voir plus


Lecteurs (235) Voir plus



Quiz Voir plus

Cendrars

Quel est le vrai nom de Cendrars ?

Frédéric Louis Sauser
Freddy Sausey
Jack Lee
Diogène

16 questions
112 lecteurs ont répondu
Thème : Blaise CendrarsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..