AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2848654236
Éditeur : Sarbacane (03/11/2010)

Note moyenne : 3.41/5 (sur 17 notes)
Résumé :
En toute logique, le héros de ce roman aurait dû devenir champion d'échecs. Naturellement surdoué, il est pris en charge par le soporifique professeur Martini, qui veut lui assurer une carrière. Et pour " achever sa formation ", le voilà envoyé en ville... sauf qu'il loge au Paradis, un bar de supporters de foot à deux rues de l'Enfer, l'établissement rival. Intrigué, et même fasciné, il demande au fils du patron, Mickey - " comme Mickey Falcon, le plus grand défens... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Takalirsa
15 juin 2014
La première partie (où le héros découvre les échecs) peine à démarrer, mais ensuite on retrouve ce style incisif qui fait l'originalité d'Axl Cendres, entre délire et philosophie. Comme à son habitude, l'auteur dépeint quelques personnalités originales comme la Mémé du narrateur, qui roule ses cigarettes sans filtre partout où elle va et ne rate aucun épisode des Feux de l'amour, Mickey le footeux au regard qui flambe et sa soeur Anita la belle sauvage, sans oublier Stéphanie de Bamako la transsexuelle !
Mais le plus intéressant, c'est le rapprochement entre deux mondes en apparence opposés. Les salles froides et silencieuses des tournois d'échecs contrastent avec les tribunes chaudes et bruyantes des stades, et le héros passe allègrement des unes aux l'autres. L'enthousiasme des supporters le fascine et l'intrigue à la fois : "Pendant une bonne partie de la nuit, je les ai entendus chanter, rire et hurler. Et je me suis demandé comment c'était possible, de ressentir un bonheur pareil." Et là est bien l'enjeu de ce roman : analyser la psychologie du supporter afin de comprendre les implications, bien souvent inconscientes, d'une telle passion.
Et de la capacité d'analyse, il en a notre joueur d'échecs ! Il comprend vite que "supporter une équipe, c'est ne plus jamais être seul". Que lorsqu'on avait souffert dans la vie, on méritait de "gagner le droit d'être heureux", ne serait-ce qu'à travers l'émotion procurée par la victoire de son équipe. Que c'était un peu ça d'ailleurs, la raison d'être de la règle du hors-jeu : quel mérite y aurait-il à marquer quand on est seul face au gardien ? le fait de s'être battu face à un joueur adverse avant d'atteindre les buts accordait au contraire de la valeur à l'action. de même, "les personnes qui ont trop de choses sans les avoir méritées devraient être déclarées Hors-Jeu." Finalement "le foot était comme la vie". Tout comme l'absence d'arbitrage vidéo rendait les décisions parfois injustes, la vie l'était souvent...
Et n'allez pas croire que les échecs soient si différents du foot ! Ils peuvent sembler un jeu individuel, "mais en réalité, ils demandent un grand sens du collectif" : il faut associer les pièces pour les faire travailler ensemble. Pareil pour une équipe de foot qui ne saurait se contenter d'aligner des individualités fortes.
Oui, au foot comme aux échecs, comme dans la vie, il faut se trouver un but. Un but pour pouvoir espérer, pour pouvoir supporter la souffrance, pour se donner des raisons de se battre, car "quand on ne craint ou qu'on espère plus rien, le jeu n'en vaut plus la chandelle". Au foot comme dans la vie, il faut entretenir la passion, mais attention à celle qui, dérivant en haine, transforme le supporter en hooligan...
De belles réflexions, donc, dans ce roman ! Dommage que la fin se termine de façon un peu abrupte.
Lien : http://www.takalirsa.fr/eche..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Follepicarde
16 avril 2017
n roman dont les premières pages m'ont enchanté. l'humour est grinçant, l'écriture fine. Hélàs ( trois fois hélas) le récit perd un peu d'intérêt quand on arrive " au paradi ", le bar de supporteurs. Les jeux de mots n'ont plus la même saveur ( exercice de style ?) , le propos devient footballistique. Et juste quand je me disais que vraiment, c'était décevant, l'auteur me cueille par surprise avec un thème grave, u peu arriver comme un cheveu sur la soupe. le roman a fin tragique, qui pose un vrai débat. le final est cependant complètement tiré par les cheveux. Dommage. Trois fois dommage
Commenter  J’apprécie          00
BookClub_des_cinq
05 juin 2012
Roman sympathique, agréable à lire sur un adolescent qui veut vivre pleinement sa passion pour les échecs et qui en chemin rencontre une autre passion, le football ou plus exactement supporter de foot, mais aussi l'amour.
Commenter  J’apprécie          10
hashtagprofdoc
21 décembre 2016
Approche originale : mêler les échecs et le foot comme deux passions qu'on peut associer. Lecture facile où on voit le narrateur grandir, avec des références drôles (les feux de l'amour), la découverte de l'amitié et de l'amour, et une tragédie, mais aussi comment dépasser la tragédie.
Commenter  J’apprécie          00
Silene
03 août 2012
AXL Cendres est une de mes découvertes de l'année et je ne me lasse pas des textes plein de vie, d'humour pince-sans-rire et d'humanité qu'elle écrit. Ici, encore, un beau portrait de jeune homme un peu amoché mais curieux de ce qui l'entoure au point de se passionner pour la vie de supporter quoiqu'il excelle dans un bien autre domaine. Se moquant des préjugés, traitant l'adolescence à contre-courant en imaginant des situations ubuesques pour dire simplement le bazar qu'on a dans la tête à cet âge-là, l'auteur réussit une fois de plus à créer la magie et de tous ces petits morceaux d'absurde; à faire émerger un univers complet, construit et touchant. Quelques passages méritent de devenir culte, les personnages sont fabuleux avec deux gros coups de coeur, pour la grand-mère d'une part, pour Stéphanie de Bamako surtout.
Lien : http://callioprofs.com/Calli..
Commenter  J’apprécie          10
Citations & extraits (3) Ajouter une citation
SileneSilene03 août 2012
Je me suis dit aussi que les personnes qui méritent le plus le bonheur sur cette Terre, c'est sans doute les héros des Feux de l'amour, parce qu'ils n'arrêtent pas de courir de catastrophe en catastrophe ; ma Mémé devait en avoir vu de drôles, dans sa vie, pour trouver leurs malheurs crédibles.
Commenter  J’apprécie          30
TakalirsaTakalirsa15 juin 2014
Hep, les gars ! interpellait alors quelqu'un. Vous savez pourquoi que Jésus, il a pas pu jouer le match Jérusalem-Bethléem ?
Ceux qui connaissaient la réponse se marraient déjà.
Parce qu'il était suspendu !
Commenter  J’apprécie          30
SileneSilene03 août 2012
Il était né avec une tare qui constitue une tragédie en soi : il avait la vocation sans le don.
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : échecsVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
2407 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre