AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782213654423
304 pages
Éditeur : Fayard (24/08/2011)

Note moyenne : 2.67/5 (sur 3 notes)
Résumé :

      «Un petit sentier mousseux m’a conduit derrière deux gros rochers. Là, j’ai stoppé net. Une fille était allongée à l’abri, nue, couleur caramel, avec de grosses lunettes de soleil sur le nez. Si je ne m’étais pas excusé, elle ne m’aurait pas vu. Elle n’a même pas cherché à se cacher, elle a souri et s’est redressée doucement.     
– Vous parlez toujours avec un accent ?     

Sa voix tintait comme du cristal. À vue de nez, el... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
SylvieT
  24 juin 2011
A nous les petites anglaises !
Alors qu'il accompagne son fils, qui part pour un an à Dublin, au terminal de l'aéroport, le narrateur se plonge dans son passé. Trente cinq ans plus tôt, c'est lui qui partait pour un séjour linguistique en Angleterre, et qui recevait les recommandations de ses parents.
Ce roman pourrait se vouloir nostalgique, mais je l'ai trouvé plutôt fataliste. Des amitiés que se sont créées lors de ce voyage, aucune n'a perdurée.
Un roman qui reprend les clichés des voyages scolaires en Angleterre : des familles accueillantes ou les jeunes se suivent au même rythme tous les ans, la nourriture pas des plus alléchantes (heureusement que John a découvert les « sugar puffs », des céréales pour se remplir l'estomac !), les petites anglaises (de tout âge ) dévergondées….
Entre découverte du pays et découverte de soi, ce séjour sera pour John très certainement un moment charnière de sa vie.
Les personnages, que ce soit les familles, les copains, la prof, sont tous à leur manière atypique, chacun y va de son histoire de son petit secret…
le petit plus du roman est la touche d'humour dans le ton, et son style qui mélange expressions anglaises et françaises.
A noter aussi, un hommage à la littérature, à travers le personnage de Melle Dudoignon, la prof qui vit par procuration ses rêves dans les romans dont elle se nourrit.
Ma préférence allant au roman noir, je n'ai que très rarement des coups de coeurs sur de la littérature blanche, mais l'écriture, le ton m'ont fait ici passer un bon moment.
Un roman qui paraitra à la rentrée, que je vous suggère de lire…
Quelques citations de-ci de-là,:
« – have you been before in England ? a marmonné Mr Montaigu.
Si j'étais déjà allé en Angleterre ? Ouaip, bien sûr. Many times. Mais j'ai dit non; je ne tenais pas à pousser la convivialité plus loin.”
« En avouant son infortune, l'argent englouti par ses parents pour lui rendre la vie supportable, elle nous avait prouvé que l'enthousiasme bénéficie d'un bel emballage, mais que son contenu laisse à désirer. Comme au cinéma, elle faisait défiler en arrière-plan des paysages pendant que les acteurs restent immobiles au premier plan. Assimiler la transparence au mensonge. le propre de l'homme »
« J'ai fini par les oublier Ce n'est pas qu'on oublie vraiment, mais on oublie de se souvenir. »
« L'avantage des caprices, c'est qu'ils durent plus longtemps que l'amour. »
Lien : http://leschroniquesdhistoir..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
lilimarylene
  27 août 2011
Un voyage linguistique ! Voilà un thème qui m'a tout de suite séduite, ayant moi-même passé une année d'Erasmus en Allemagne. Et le début du roman ne m'a pas déçue : humour, mélange amusant entre le français et l'anglais, ton insolent du jeune John et famille d'accueil zarbi qui semble cacher un secret. Mais peu à peu, mon intérêt a ramolli comme des céréales dans du lait, car j'ai trouvé cette histoire un peu longuette, et les interactions entre les personnages ainsi que leur histoire ne m'ont pas intéressée. Les frotti-frotta avec les petites Anglaises, c'est amusant au début, mais à la longue, ça devient vite lassant. Une lecture que j'ai donc eu plutôt hâte de terminer, et qui n'est pas allée au bout de ses promesses selon moi.
Lien : http://surlestracesduchat.bl..
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (2)
Bibliobs   03 octobre 2011
Il y a derrière les sucreries mielleuses de «Sugar puffs», une petite amertume qui reste dans la bouche, un goût de fin de cycle. Il est toujours cruel de voir ses enfants s'éloigner. Pour François Cérésa, c'est une partie de nous-mêmes qui nous abandonne et nous laisse mutilés. Remède à la mélancolie? Les céréales !
Lire la critique sur le site : Bibliobs
LeFigaro   23 septembre 2011
Roman d'apprentissage égrenant ses regrets avec pudeur, Sugar Puffs saisit les ombres et surtout les lumières de ses personnages dans toutes leurs nuances. Beautiful !
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
lilimarylenelilimarylene   26 août 2011
- Je vais te faire goûter un truc, m'a dit Victor. Tu m'en diras des nouvelles.
Je goûte donc. C'est sucré, croustillant. Un délice. Des céréales. Rien à voir avec les corn-flakes. Victor m'a expliqué que c'étaient des grains de blé soufflés, enrobés de miel, à consommer avec du lait. Des Sugar Puffs. Une boîte rouge. Plus tard, aux rayons des ménagères, chez Kellog's, ça s'est transformé en Crousty Miel, puis Honey Smacks. [...] Là-bas, en Angleterre, les Sugar Puffs furent ma révélation, ma madeleine, mon Amérique à moi, ma nourriture de base, matin, midi et soir [...].
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de François Cérésa (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de François Cérésa
La montre d'Errol Flynn sélectionné pour le prix Interallié 2019
Dans la peau d'un pirate
« Un jour, a Juan-les-Pins, mes parents et moi etions sur le port. Juche sur les epaules de mon pere, je regardais les bateaux a quai. En voyant un homme en blanc sur une passerelle, ma mere, qui tenait un petit bouquet de jasmin a la main, a dit : “C'est Errol Flynn.” Elle s'est approchee de lui et lui a donne son bouquet. Il l'a pris, l'a hume, l'a accroche au revers de son veston et a dit dans un francais impeccable : “C'est un beau cadeau. Merci, madame.” Intimidee, ne sachant plus quoi dire, elle a alors balbutie : “Avez- vous... l'heure ?” Errol Flynn a eclate de rire. Puis, detachant le bracelet de la montre qu'il portait au poignet, il la lui a tendue avec un grand sourire : “Je n'en ai pas besoin, je ne suis jamais a l'heure.” »
Depuis le jour de 1957 ou Robin des Bois en personne a donne sa montre a la mere de Patrick, ce dernier est devenu un inconditionnel. Au point de calquer sa conduite sur celle du heros de L'Aigle des mers et de Capitaine Blood, sportif, seducteur et parfait gentleman. Meme gout de l'aventure, des betises, des filles... et des boissons raides.
Devenu journaliste, Patrick decide de faire reparer la montre. Jamais il n'aurait cru que cet objet, tel un philtre magique, lui donnerait acces a l'intimite de l'une des plus grandes stars de Hollywood...
http://www.editionsecriture.com/livre/la-montre-derrol-flynn/ #prixInterallie #ecriture #Ceresa
-----
Ne en 1953 a Cannes, Francois Ceresa est l'auteur de plus de trente romans recompenses de nombreux prix. "Poupe" (Le Rocher, 2016), consacre a son pere, a ete salue par la presse. Chez Ecriture, ont paru "Merci qui ?" (2013) et "Les Princes de l'argot" (2014).
+ Lire la suite
autres livres classés : linguistiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1912 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre