AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean Cassou (Autre)
EAN : 9782070372560
640 pages
Éditeur : Gallimard (22/01/1981)

Note moyenne : 3.74/5 (sur 35 notes)
Résumé :
« Un vieux bohémien amena Précieuse et se plaçant devant André lui dit : "Cette fillette, qui est la fine fleur de toute la beauté des gitanes d'Espagne, nous te la livrons pour épouse ou pour amie. Mais sache qu'une fois choisie, tu ne dois chercher d'autre aventure auprès des autres femmes, mariées ou pucelles. Parmi nous, bien qu'il y ait beaucoup d'incestes, on ne compte aucun adultère ; et s'il y a quelque friponnerie chez notre propre femme ou chez l'amie, nou... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Virgule-Magazine
  19 juin 2015
Cervantès est le premier auteur à écrire des nouvelles en langue castillane (en espagnol). Les thèmes des Nouvelles exemplaires sont variés : certaines nous content des histoires d'amour, d'autres sont picaresques, c'est-à-dire qu'elles nous entraînent dans l'univers pittoresque des picaros, ces voleurs, filous et vagabonds, qui vivent, en marge de la société, de larcins, d'escroqueries et de tromperies en tout genre. Tout cela ne manque pas de piquant, et Cervantès joue de l'ironie en virtuose.
Commenter  J’apprécie          20
Cleante
  02 mars 2013
Vraiment à recommander. Je ne les ai pas toutes lues mais c'estun univers propre à Cervantès qui, en quelque sorte, est encore en avance sur notre propre temps (en même temps c'est le cas des écrivains en général). En tout cas, on ne regrette pas!
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
MozzaBasilicMozzaBasilic   03 avril 2020
Dans la nouvelle "La Petite Gitane".

Je n'ai qu'un joyau, que j'estime plus que la vie, c'est mon intégrité, c'est ma virginité, et il n'est pas question que je la vende contre des promesses ou des cadeaux ; elle serait bel et bien vendue, en effet. Si on pouvait m'acheter, je ne vaudrait pas grand-chose. Les artifices et les tromperies ne pourront pas non plus me la voler. Au contraire, je préfère l'emporter dans la tombe, et peut-être au Ciel, que lui faire courir le risque d'être agressée ou manipulée par des chimères, des imaginations impossibles. La virginité est une fleur qui, si c'était possible, ne devrait pas même se laisser offenser en imagination. Comme la rose coupée au rosier se fane vite, et facilement ! L'un la touche, l'autre la sent, l'autre arrache ses pétales : elle finit déchirée par des mains grossières. Monsieur, si vous venez pour ce seul trésor, vous ne pourrez l'obtenir qu'attaché aux liens, au nœud du mariage. Si la virginité doit s'incliner, en effet, ce doit être sous ce joug sacré, car dans ce cas ce ne serait pas la perdre, mais la faire fructifier dans un négoce qui promet d'heureux gains : si vous vouliez être mon époux, je serais votre épouse. Mais bien des conditions, bien des vérifications doivent précéder.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
genougenou   07 octobre 2013
"Cette fillette, qui est la fine fleur de toute la beauté des gitanes d'Espagne, nous te la livrons pour épouse ou pour amie. Mais sache qu'une fois choisie, tu ne dois chercher d'autre aventure auprès des autres femmes, mariées ou pucelles. Parmi nous, bien qu'il y ait beaucoup d'incestes, on ne compte aucun adultère ; et s'il y a quelque friponnerie chez notre propre femme ou chez l'amie, nous n'allons pas en faire plainte à la justice ; nous sommes nous-mêmes juges et bourreaux de nos épouses ou amies. Nous les tuons et enterrons dans les montagnes et les déserts, aussi aisément que si c'étaient des animaux nuisibles. Il n'est parent qui les venge, ni père qui nous en demande raison. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
oliviersavignatoliviersavignat   01 juin 2020
Il s'appuya un jour, avec de grandes précautions, à la boutique d'un libraire, et dit à celui-ci :
"Votre métier me plairait fort s'il n'y avait en lui un défaut."
Le libraire lui demanda quel était ce défaut, il répondit :
"Les simagrées que font vos pareils lorsqu'ils achètent le privilège d'un livre et la supercherie qu'ils font à son auteur si par hasard ils impriment un livre à ses dépens, car au lieu de mille cinq cents, ils en impriment trois mille exemplaires et quand l'auteur pense qu'on vend ses livres, ce sont ceux du libraire qui se vendent."

Le licencié de verre
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Virgule-MagazineVirgule-Magazine   19 juin 2015
Celui que tu vois ici, au visage oblong, aux cheveux châtains, au front lisse et dégagé, aux yeux allègres et au nez recourbé, quoique bien proportionné ; la barbe d’argent, qui fut d’or il n’y a pas vingt ans ; les moustaches longues, la bouche petite […] ; celui-ci, dis-je, est l’auteur de la Galathée et de Don Quichotte de la Manche […]. Il s’appelle communément Miguel de Cervantès Saavedra ; il fut soldat durant de longues années, et cinq ans et demi captif, où il apprit à prendre patience dans les adversités. Il perdit la main gauche, d’une arquebusade, à la bataille navale de Lépante, blessure que, toute laide qu’elle puisse paraître, il tient pour belle, car il l’a reçue dans la plus mémorable et plus haute occasion que connurent les siècles passés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Virgule-MagazineVirgule-Magazine   19 juin 2015
Je me donne (et cela est juste) pour le premier qui ait fait des nouvelles en langue castillane. Car les nombreuses nouvelles qui sont imprimées en cette langue sont toutes traduites de l’étranger. Et celles que voici me sont propres, je ne les ai ni imitées ni volées. Mon génie les engendra, ma plume les mit au monde, et elle vont grandissant dans les bras de l’imprimerie.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Miguel de Cervantes (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Miguel de Cervantes
Miguel de Cervantès : Numance par Jean-Louis Barrault (1954 - Lectures à une voix / France Culture). Émission “Lectures à une voix”, proposée par Michel Polac. Avec Jean-Louis Barrault. Réalisation : Guy Maxence. Peinture : Portrait imaginaire de Cervantes (il n'existe aucun portrait authentifié). Présentation des Nuits de France Culture : « L’émission que nous allons entendre est un de ces trésors qu’on trouve dans les archives de l’INA. Il s’agit d’une pièce de théâtre intitulée “Le Siège de Numance”, écrite par Miguel de Cervantès : le père des aventures de “Don Quichotte de la Manche”. Basée sur une histoire vraie, celle de la très héroïque et tragique résistance, pendant vingt ans, des habitants de la ville hispanique de Numance assiégée par les Romains. Numance fut vaincue face à l’armée conduite par Scipion : l’homme qui détruisit Carthage. Et les habitants de Numance choisirent de se suicider plutôt que de se rendre. Cette pièce, un des chefs-d’œuvre de l’histoire du théâtre européen, avait été montée, du 22 avril au 6 mai 1937, dans une adaptation scénique de Jean-Louis Barrault, avec des décors et des costumes d’André Masson, sur une idée de Georges Bataille. À cette époque, tout le monde partageait l’avis de la journaliste Jeanine Delpech, qui écrivait dans “Les Nouvelles littéraires” : « Ces citoyens qui défendent leur liberté menacée par des généraux habiles, ces hommes mal équipés, affamés, résistant avec un désespoir farouche à une armée aidée par toutes les ressources de la Rome impériale, cette Espagne tragique qui a inspirée à Masson des décors dépouillés et hallucinants : comment ne pas évoquer Madrid et la guerre d’aujourd’hui ? » En 1954, Jean-Louis Barrault enregistra pour le Club d’essai, au théâtre Marigny qu’il dirigeait alors avec son épouse Madeleine Renault, la pièce de Cervantès. Pour accompagner cette lecture à une voix, dans laquelle Jean-Louis Barrault interprète tous les personnages, Pierre Boulez avait composé un arrangement musical impressionnant. Cet enregistrement, aussi sublime qu’émouvant, vient tout juste d’être restauré. Mais si tout est audible, certes, il vous faudra peut-être parfois tendre l’oreille, car Jean-Louis Barrault se déplace sur la scène et, ce qu’on appelle “les niveaux sonores” ne sont pas encore, à cette époque, complètement égalisés. Attention : chef-d’œuvre radiophonique. »
Source : France Culture
+ Lire la suite
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature espagnole et portugaise>Romans, contes, nouvelles (822)
autres livres classés : littérature espagnoleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Don Quijote de La Mancha

C'est un roman du siècle d'Or.

XV ème Siècle
XVI ème siècle
XVII ème Siècle
XVIII ème Siècle

10 questions
89 lecteurs ont répondu
Thème : Don Quichotte de Miguel de CervantesCréer un quiz sur ce livre