AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070300631
155 pages
Éditeur : Gallimard (27/05/1970)

Note moyenne : 4.2/5 (sur 25 notes)
Résumé :
Les Armes miraculeuses est un recueil de poèmes d'Aimé Césaire paru en 1946 aux éditions Gallimard et comprenant la plupart des poemes publiés par Aimé Césaire entre 1941 et 1945 dans la revue Tropiques.

De 2009 à 2011, elle figure au programme de l'agrégation de lettres modernes au sein du thème de littérature comparée intitulé "Permanence de la poésie épique au XXe siècle".

Source : WIKIPEDIA
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
chartel
  24 février 2016
L'influence surréaliste est patente dans ces poèmes composés d'associations libres et incongrues (Annonciation est dédié à André Breton et Tam-Tam I à Benjamin Péret). L'inspiration ducassienne est aussi frappante. Comme dans les Chants de Maldoror, Césaire plonge sa plume dans les mondes obscurs de notre pensée. Les monstres marins: squale et céphalopodes, y côtoient les vies grouillantes qui pullulent sous nos pieds ou dans nos corps. Tout le lexique microbien, médical, animal et végétal est ainsi convoqué. A tel point que J'ai dû lire ce recueil avec un dictionnaire sous les mains. Cet univers prend une coloration tropicale bien entendu. L'Afrique et les Antilles portent leurs armes miraculeuses dans ce recueil qui exploite toutes les formes poétiques qui s'offraient aux auteurs aventureux du début du XXe siècle. Césaire a même composé une tragédie à la manière antique, avec un choeur récitant, qui occupe plus de la moitié du livre.
Commenter  J’apprécie          100

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
PiatkaPiatka   14 novembre 2013
Nous frapperons l'air neuf de nos têtes cuirassées
Nous frapperons le soleil de nos paumes grandes ouvertes
Nous frapperons le sol du pied nu de nos voix.

Premiers vers du poème Perdition
Commenter  J’apprécie          610
jsgandalfjsgandalf   19 septembre 2013



Tam-tam II

Pour Wifredo.

à petits pas de pluie de chenilles
à petits pas de gorgée de lait
à petits pas de roulements à billes
à petits pas de secousse sismique
les ignames dans le sol marchent à grands pas de trouées
d'étoiles
de trouée de nuit de trouée de Sainte
Mère de Dieu
à grands pas de trouée de paroles dans un gosier de bègue
orgasme des pollutions saintes
alleluiah


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
DanieljeanDanieljean   28 décembre 2018
Nous frappons l’air neuf de nos têtes cuirassées
nous frapperons le soleil de nos paumes grandes ouvertes
nous frapperons le sol du pied nu de nos voix
les fleurs mâles dormiront aux criques des miroirs
et l’armure même des trilobites
s’abaissera dans le demi-jour de toujours
sur des gorges tendres gonflées de mines de lait
et ne franchirons-nous pas le porche
le porche des perditions ?
un vigoureux chemin aux veineuses jaunissures
tiède
où bondissent les buffles des colères insoumises
court
avalant la bride des tornades mûres
aux balisiers des riches crépuscules
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
coco4649coco4649   26 janvier 2019
œil fascinant mon œil…


œil fascinant mon œil
et la mer pouilleuse d’îles craquant aux doigts des roses
lance-flamme et mon corps intact de foudroyé
l’eau exhausse les carcasses de lumière perdues dans le couloir
  sans pompe
des tourbillons de glaçons auréolent le cœur fumant des corbeaux
nos cœurs
c’est la voix des foudres apprivoisées tournant sur leurs gonds de
  lézarde
transmission d’anolis au paysage de verres cassés c’est
les fleurs vampires à la relève des orchidées
élixir du feu central
feu juste feu manguier de nuit couvert d’abeilles mon
désir un hasard de tigres surpris aux soufres mais l’éveil
stanneux se dore des gisements enfantins
et mon corps de galets mangeant poisson mangeant
colombes et sommeils
le sucre du mot Brésil au fond du marécage
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
dahudahu   04 septembre 2012
à la 61 e minute de la dernière heure
la ballerine invisible exécutera des tirs au coeur
à boulets rouges d'enfer et de fleurs pour la première fois
Commenter  J’apprécie          90

Videos de Aimé Césaire (66) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Aimé Césaire
Charles de Gaulle à la Martinique en 1964. Réaction d'Aimé Césaire.
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
858 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre