AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253006785
Éditeur : Le Livre de Poche (31/08/1992)

Note moyenne : 3.73/5 (sur 79 notes)
Résumé :
Ce livre raconte l'histoire d'Isabelle, une femme malheureusement très laide mais dotée d'un corps de sirène. Dans ce monde fait par et pour les hommes, sa disgrâce physique fait de sa vie un cauchemard.
Isabelle souffre de voir que la femme n'est pas reconnue à sa juste valeur. Elle méprise les hommes qui, si souvent, ne voient en la femme qu'un instrument "bien pratique" ou un objet de plaisir.
Sa réussite professionnelle et surtout le véritable amo... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
ALaure
  25 mai 2008
Ce livre raconte l'histoire d'Isabelle, une femme malheureusement très laide mais dotée d'un corps de sirène. Dans ce monde fait par et pour les hommes, sa disgrâce physique fait de sa vie un cauchemard.
Isabelle souffre de voir que la femme n'est pas reconnue à sa juste valeur. Elle méprise les hommes qui, si souvent, ne voient en la femme qu'un instrument "bien pratique" ou un objet de plaisir.
Sa réussite professionnelle et surtout le véritable amour qu'elle rencontrera un jour, feront s'écrouler pour Isabelle les barrières qu'elle avait dressées entre elle et le monde mais au prix de sacrifices énormes.
Ce livre évoque à la fois le mystère de la disgrâce physique et le problème de la situation de la femme ainsi que celui de la fausse promotion qu'on lui consent enfin.
Bien qu'ayant été écrit en 1969, ce roman reste d'une cruelle réalité. En effet personne ne peut nier que, de nos jours, pour un travail et des responsabilités égales, une femme est moins rémunérée qu'un homme…
Nombreux sont les employeurs qui préfèrent, encore de nos jours, embaucher un homme sous prétexte dissimulé ou non, qu'il ne tombera pas enceint, qu'il ne passera pas de nuits blanches à veiller ses enfants malades.
Cet état d'esprit est ridicule vue que de nos jours, les papas s'occupent tout aussi bien de leurs petits bouts de choux que les mamans… Et ça, je ne suis pas la seule à en être persuadée. Reste encore à le faire évoluer les mentalités…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
litolff
  22 août 2011
Roman poignant sur la disgrâce physique et l'estime de soi : Depuis toujours, c'est-à-dire depuis qu'elle est capable de comprendre ce que cela veut dire, on lui répète qu'elle est laide. Qui, « on » ? Sa mère, sa soeur, ses camarades d'école. Isabelle Devrain a pris sa revanche en étant la plus intelligente mais, aussi bien dans le domaine du travail, les chances ne vont-elles pas de préférence aux belles, même si elles sont bêtes ? Car ce sont les hommes qui mènent le monde après l'avoir façonné à leur seule convenance : un monde masculin, dans lequel la femme n'a pas encore sa vraie place et ne sait pas (ou ne veut pas) la prendre. C'est à ce monde qu' « Isa la Laide » va se heurter comme une abeille contre la vitre. A cause de son corps de statue, elle attirera le désir et non l'amour, et il lui faudra passer par bien des épreuves et bien des rencontres avant de recevoir la réponse au mystère de la Disgrâce et qui est cet autre mystère : l'Amour. Encore cela n'ira-t-il pas sans un sacrifice déchirant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
nina2loin
  16 février 2012
Il y a 40 ans que j'ai lu ce roman , j'avais 15 ans. Il m'avait marquée à l'époque du fait du sujet qui m'ouvrait déjà les yeux sur la réalité concernant les relations hommes-femmes. Je l'avais trouvé puissant, énorme, émouvant et si bien écrit . Sujet indémodable.
Commenter  J’apprécie          140
Grecie
  11 août 2013
Il y a des personnages de roman qui s'attachent à vous et, durant toute votre vie, ne vous lâcheront plus jamais… C'a a été et ça reste pour moi le cas d'Isabelle, l'héroïne si bouleversante d'Une abeille contre la vitre. J'ai lu ce roman, qui appartenait à ma mère, il y a maintenant quinze ans, mais j'en connais encore certaines répliques par coeur et, quelquefois, je caresse en passant la tranche déjà bien abîmée du livre, je l'ouvre et le feuillette, j'en lis quelques passages… Même maintenant, le plaisir et l'émotion restent intacts.
Au-delà d'une histoire de féminisme à laquelle d'aucuns pourraient s'arrêter, c'est une réflexion aiguë et sensible sur des thèmes éternels : la mort, la maladie, l'amour, la vie... et le bonheur.
Commenter  J’apprécie          80
Arsinoai
  16 juillet 2017
Roman mettant en scène Isabelle Devrain, une femme au visage laid mais au corps parfait. je trouve que l'auteur a très bien sur cerner la façon dont cette société est injuste envers les femmes et continue à l'être de nos jours.
Isabelle, Marianne, Annie sont toutes plus ou moins à un moment donné victimes de leur condition de femme, de l'éducation qu'elles ont reçues même si c'est de façon très différente.
J'ai aimé le parcourt d'Isabelle, la façon dont elle critique ce "monde d'homme". Elle a un regard externe sur son environnement qui est très intéressant et souvent assez juste. C'est aussi un personnage très humain qui a une myriade d'émotion, on s'attache vraiment à elle. Plusieurs thèmes sont abordées: le mariage, l'avortement et quelques références à l'homosexualité.
Une histoire très poignante qui se lit rapidement.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
sigmasigma   01 mars 2013
Au premier signal de la vieillesse, l'homme est aussi le seul à savoir, quand même il le nierait, qu'il a franchi une écluse invisible mais irréversible; et il se demande alors si le but assigné n'est pas seulement d'avoir vécu, et non de vivre; et si, dociles ou rebelles, nous ne sommes pas tous des écoliers en marche vers un mystérieux examen.
Commenter  J’apprécie          50
MimimelieMimimelie   20 octobre 2013
Tu sais bien que je parle toujours un peu plus vite que je ne pense…
– C’est la seule façon de dire la vérité.
Commenter  J’apprécie          130
docaredocare   09 mars 2016
Vivre l'instant, c'est donc si difficile? Ils voudraient tous vivre déjà demain. Mais, demain, dans deux jours, ce sera hier!
Il n'y a qu'aujourd'hui qui soit intéressant. Ils perdent un jour, chaque jour...
Commenter  J’apprécie          60
MimimelieMimimelie   20 octobre 2013
Justement, non ! il n’y avait pas, sur la terre, de place pour tout le monde. Toute leur vie, les hommes se battaient afin d’entrer dans la bonne catégorie : celle des gens en place, ou d’y rester. C’était pour cela qu’ils piétinaient, flattaient, s’abaissaient ; et les femmes ne s’y glissaient jamais qu’à leur suite ou par effraction.
Commenter  J’apprécie          30
anlixelleanlixelle   01 mars 2015
Isabelle songe que si elle avait commis l'imprudence de se confier à quiconque ici, ses secrets ricocheraient encore d'une pensionnaire à l'autre, descendraient de terrasse en terrasse ainsi que l'eau d'une cascade.
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Gilbert Cesbron (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gilbert Cesbron
"Chiens perdus sans collier" de Gilbert Cesbron.
autres livres classés : laideurVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Gilbert Cesbron

Né à Paris en ?

1903
1913
1923
1933

12 questions
21 lecteurs ont répondu
Thème : Gilbert CesbronCréer un quiz sur ce livre