AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782226441966
Albin Michel (21/08/2019)
3.83/5   9 notes
Résumé :
Surnommée « l’île du bout du monde », Jura a longtemps été la plus isolée des Hébrides écossaises. C’est sur ce bout de terre inaccessible que le journaliste François Saint-Réal est venu chercher refuge, après avoir été confronté, des banlieues françaises au champ de bataille d’Alep, aux hommes qui désignent l’Occident matérialiste comme leur pire ennemi, jusqu’à éprouver une étrange fascination pour leur combat.
Est-ce un hasard si George Orwell choisit cet... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Zazaboum
  10 octobre 2019

D'un côté : François Saint-Réal est journaliste pour L'Indépendant. Il est fasciné et intrigué par celles et ceux qui s'engagent dans le jihad, qu'ils soient issus du monde arabe, de l'Europe ou particulièrement de la France. Il mène son enquête de Paris à Alep, en passant par Beyrouth. Ses articles reflètent cet intérêt et donnent à penser à la DGSI (lutte anti-terrorisme française) qu'il fait lui-même partie d'une mouvance islamiste.
« Et Saint-Réal, partagé entre sa sensibilité d'Occidental agnostique et décadent, imprégné, malgré lui, de la croyance au caractère sacré de la vie, et sa trouble fascination pour la vitalité féroce des fous de Dieu, brûlait de rencontrer ces soldats d'Allah qui faisaient si bon marché de la vie des infidèles comme de la leur. »
De l'autre : Deborah McRuari est analyste au GCHQ (renseignements britanniques). Depuis un an elle travaillait sur le phénomène de conversion et de radicalisation des femmes en Grande-Bretagne et est chargée d'une mission au sein de l'unité JTRIG (Joint Threat Research Intelligence Group) où l'éthique n'est plus de mise : traquer Saint Real !
J'ai eu du mal avec la longue partie où François Saint-Real cherche à s'identifier dans diverses philosophies tant ses idées et ses comportements sont antinomiques. Non pas parce que c'est mal écrit mais parce que je suis allergique à la philo !
François Saint Real et Deborah McRuari vont se retrouver sur l'île de Jura dans l'archipel des Hébrides intérieures en Ecosse, île dépeuplée surnommée « Ile du dernier homme » où Georges Orwell avait séjourné à la fin de sa vie et y avait écrit 1984.
Bruno de Cessole donne à penser qu'il est fan de Georges Orwell et semble bien connaître sa vie. Savoir qu'il partage avec nous au travers de ses personnages. Il a semble-t-il beaucoup de savoir sur notre société et ses travers.
Le style est très fluide quand il s'agit d'aborder le sujet des terroristes islamistes, leurs idées et leurs exactions. L'auteur ne donne pas dans le voyeurisme et ne cherche pas à choquer le lecteur, il constate et décrit ce qui est avéré !
Globalement j'ai beaucoup aimé ce livre et il m'a fait passer par pas mal d'émotions. Il est difficile de rester de marbre devant le sujet abordé même si la partie roman-thriller est bien présente et sort le livre de l'ornière rébarbative que pourrait avoir le côté géo-politique.
Je recommande sa lecture car tout en étant très au fait de notre époque et sans concession face à nos sociétés contemporaines, il est rédigé comme un roman et donc d'abord facile.
DÉFI RENTRÉE LITTÉRAIRE 2019
CHALLENGE ABC 2019/2020
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
sontse
  06 juin 2021
L'auteur met en scène deux personnages principaux, un journaliste Saint-Réal et Deborah employée par le service de renseignement électronique britannique qui fait partie des « grandes oreilles » dont tout le monde a dû entendre parler après les révélations de Snowden, et qui permettent d'écouter sans restrictions des citoyens de tous les pays, ce qui nous renvoie à 1984 le roman d'Orwell paru en 1949.
La cinquantaine pour l'un, la trentaine pour l'autre. L'un vit en France , l' autre en Grande Bretagne. Ils s'ignorent jusqu'à ce que la DGSI demande aux service de renseignement britannique de mener une enquête sur Saint-Réal, confiée à Déborah. le lecteur est invité à entrer dans toutes les manigances orchestrées par ce service, notamment par un individu particulièrement pervers, sans aucune rigueur.
Pourquoi cette enquête ? Saint Réal, grand lecteur, à la personnalité ambivalente, reporter qui a roulé sa bosse dans divers pays, mais particulièrement au Moyen Orient, est interpellé par ces jeunes d'origine arabe et également des français qui partent renforcer les rangs de Daech. Il en rencontre 3 à Trappes, fait un article sur ce sujet, est déçu par tous ces acteurs de la vie publique, et de la politique qui au lieu de tenter de comprendre ce qui se passe, préfèrent instrumentaliser le terrorisme. Comme le directeur de son journal qui ne pense qu'à ce qui permettra d'augmenter le tirage du journal,
Saint Réal part en Syrie, en 2014, à Alep détruite, pour rencontrer des combattants extrémistes, puis un imam qui a prêché en France. Suite à son retour, la DGSI qui a arrêté des suspects qui se préparaient à un attentat, pense qu'il y est mêlé,
Les anglais qui mènent l'enquête avec toutes sortes de procédés d'espionnage électronique aidés par la DGSI qui installe des micros chez lui, lancent des fakes news sur la toile, qui le désigne comme une proie pour tous les fanatiques qui pensent qu'il les a trahis. Déborah n'y est pour rien, elle a refusé ce rôle, car elle a trop de doutes sur sa culpabilité.
Alors que tout cela se trame contre lui, Saint Réal part en Ecosse pour une semaine de vacances chasser le cervidé dans l'île de Jura où il est avéré qu'Orwell y aurait écrit 1984.
C'est dans cette île que vont se rencontrer Saint Réal et Deborah.
Le roman est intéressant à plus d'un titre. Bien écrit, érudit sans en rajouter, il permet de découvrir des oeuvres si on le veut bien. Palpitant aussi. Il met l'accent sur les guerres du Moyen Orient, de leur déclenchement, des lâchetés du monde politique et de leur implication,
Saint Réal est un type plein de contradictions et d'interrogations, mais honnête, tout comme Déborah. D'autres, sont de vrais salauds, de ces hommes qui organisent le malheur du monde, qui acceptent avec légèreté les « dégâts collatéraux ». C'est un livre actuel qui nous propose d'ouvrir les yeux sur le monde dans lequel on vit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
LeFigaro   04 octobre 2019
Avec son troisième roman, Bruno de Cessole entraîne le lecteur au cœur de la complexité, des nuances, des paradoxes qui échappent aux fiches signalétiques et aux rapports de police.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
ZazaboumZazaboum   06 octobre 2019
Si chères étaient devenues les places, si redoutable le risque du chômage au sein d’une profession aussi menacée que les dernières populations de rhinocéros noirs, que nombre de journalistes avaient opportunément abdiqué leur esprit critique et leur liberté de parole. Pas plus qu’il ne se reconnaissait dans son pays, Saint-Réal ne se trouvait d’affinités avec des confrères qui ne pensaient qu’en troupeau et ne chassaient qu’en meute. Des moutons qui bêlaient les pauvres slogans de la pensée unique mais qui, à l’occasion, se changeaient en hyènes, traquant avec hargne les déviants et les réfractaires au camp du Bien. Le cercle de la vertu autoproclamée avait banni de la presse toute pensée hétérodoxe. Sous la plume des éditorialistes de tout bord, Saint-Réal ne s’étonnait plus de lire les mêmes commentaires, les mêmes éloges et les mêmes dénonciations. Le plus drôle ou le plus pathétique était que ces gardes-chiourme aux ordres de l’orthodoxie se présentaient comme des parangons d’insoumission. Le comble du conformisme s’avançait sous l’étendard flatteur de la révolte.

page 121

DÉFI RENTRÉE LITTÉRAIRE 2019
CHALLENGE ABC 2019/2020
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ZazaboumZazaboum   08 octobre 2019
C’est du foutoir que nous avons installé au Moyen-Orient, par stupidité, arrogance et cupidité, qu’a surgi le terrorisme islamiste, dont nous n’avons pas fini de subir les ravages. Aujourd’hui, à cause du climat de peur généralisé chacun se méfie de son voisin, dès qu’il a un faciès suspect, arabe ou pakistanais. À Stroud, que tu connais bien, j’ai remarqué que des gens changent de trottoir quand ils croisent une femme en burqa. Comme tu le disais, la parano est partout, pas seulement au GCHQ… Résultat, il n’y a plus de présomption d’innocence. Le moindre individu qui fréquente des sites suspects ou qui regarde régulièrement Al Jazeera est soupçonné d’être un terroriste virtuel. C’est pourquoi j’estime que les lanceurs d’alerte sont utiles, s’ils forcent nos gouvernants à respecter un peu les lois dont ils sont supposés être les garants.
page 38

DÉFI RENTRÉE LITTÉRAIRE 2019
CHALLENGE ABC 2019/2020
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SepoSepo   02 novembre 2019
Description de Nouakschott, capitale de la Mauritanie:

"Malgré lui, il ne pouvait s'empêcher d'aimer d'un goût frelaté ces villes anarchiques et pouilleuses du tiers-monde, aux limites imprécises, aux bidonvilles mouvants, aux rues et aux trottoirs défoncés, jonchés d'ordures, aux maison ou aux immeubles hérissés de poutrelles et de fers à béton, qui donnent l'impression d'être précaires, inachevées, en perpétuel devenir. Mais où la vie, misérable, et pourtant joyeuse, à l'encontre des métropoles musées de la vieille Europe, cimetières des prétentions d'une civilisation exténuée, grouille comme une fourmilière."
p.14/15
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SepoSepo   03 novembre 2019
"Le comble du conformisme s'avançait sous l'étendard flatteur de la révolte."
p.143
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Videos de Bruno de Cessole (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bruno de Cessole
L'émission intégrale : https://www.web-tv-culture.com/emission/bruno-de-cessole-l-ile-du-dernier-homme-51589.html
Passionné à la fois d?histoire et de littérature, Bruno de Cessole se voyait enseignant. Il deviendra finalement journaliste en presse écrite, son nom apparaissant dans les pages du Figaro, de L?Express, du Point ou de Valeurs actuelles. Il fut également directeur de la Revue des Deux-mondes. Portant un regard sans complaisance sur notre monde, Bruno de Cessole écrit pour témoigner, transmettre, inviter à la réflexion. Amoureux de la langue, il ne cède rien à la facilité, sûr que le choix des mots et la construction des phrases contribuent à la portée du message. A ce titre, il a été primé par l?Académie française pour l?ensemble de son ?uvre. Exigeant dans ses choix littéraires, Bruno de Cessole a mis longtemps avant de publier le roman qu?il avait glissé dans un tiroir. En 2008, sort « L?heure de la fermeture dans les jardins d?Occident », évoquant à la fois la littérature et la philosophie à travers le regard d?un étudiant désabusé. L?année suivante, dans un roman épistolaire sur la psychologie de l?amour maternel, il raconte le destin de Charles de Sévigné, fils mal aimé de la célèbre marquise. Dix ans plus tard, Bruno de Cessole revient en librairie dans un autre registre, avec « L?île du dernier homme ». Voici François St Réal, c?est un journaliste d?aujourd?hui. Il a roulé sa bosse dans tous les pays du monde dont le chaos s?est emparé. Enquêtant sur la radicalisation islamiste, il éprouve une étrange fascination pour ces hommes et ces femmes qui mettent le monde à feu et à sang au nom de dieu. A tel point que les services secrets français et britanniques s?intéressent à lui. En Angleterre, Deborah McRuari est même chargée de suivre ses moindres faits et gestes. Dès lors, la vie de St Real ne sera plus qu?une longue fuite en avant le menant jusqu?à une île du bout du monde battu par les vents où notre héros cherchera à se retrouver lui-même. A travers ce personnage à la fois cynique et désabusé, lumineux et tragique, Bruno de Cessole nous offre un instantané saisissant et glacé de notre époque contemporaine où liberté et sécurité ont perdu tout sens. Portée par une écriture travaillée mais rythmée, glissant de nombreuses références littéraires au fil du récit, Bruno de Cessole offre ici un formidable livre, à la fois thriller politique, roman d?espionnage, polar sociétal et réflexion sur nos sociétés. « L?île du dernier homme » de Bruno de Cessole est publié chez Albin Michel.
+ Lire la suite
autres livres classés : documentVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus





Quiz Voir plus

Complétez ces titres très... connus

Bouvard et... (Gustave Flaubert)

Pécuchet
Trébuchet
Peruchet

10 questions
22 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre