AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782757875261
288 pages
Éditeur : Points (14/03/2019)

Note moyenne : 3.35/5 (sur 57 notes)
Résumé :
Une étude américaine a prouvé que caresser un chat diminuait le risque d'infarctus, mais il n'est pas encore dit que cela arrêtait les balles : le propriétaire d'un bar à chats lillois est retrouvé gisant dans une mare de sang au milieu de ses matous. Comble de l'infamie, le chat star du commerce, Ruru, manque à l'appel. La commissaire Romano est mise sur le coup, assistée de son adjoint Tellier ? aussi terre à terre qu'elle est spirituelle et borderline. Étrangemen... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (30) Voir plus Ajouter une critique
sabine59
  26 mars 2018
Un grand merci aux éditions Seuil et à Babelio pour l'envoi de ce livre, je me suis régalée à le lire!
Un policier atypique, ça me plait! Je ne connaissais pas l'auteure, qui a écrit déjà d'autres romans, mais pas dans cet univers.
Atypique, oui, car j'ai beaucoup ri, quel humour! Les situations sont décrites très souvent de façon assez désopilante, les portraits des personnages sont eux aussi hilarants. Un petit exemple; évoquant son adjoint, le pur Thellier,"la commissaire Romano avait beau être immunisée contre son accoutrement miteux, elle ne put retenir un soupir. Le pull violet peluché qui lui arrivait au nombril , manifestement victime d'une erreur de lavage laissait entrevoir un large pan de tee-shirt jaunâtre, à coup sûr victime d'une autre erreur de lavage."...
Atypique par son enquête aussi. Il y a certes un meurtre , celui de Nicolas Peyrard mais déjà cette victime est retrouvée au milieu de matous, dans un bar à chats lillois... et sa veuve pleure la disparition de ...Ruru, superbe persan et pas celle de son mari! Gangs, ami de jeunesse du mort qui a réussi à la télévision , arnaque politique , on part un peu dans tous les sens! Mais quand c'est la commissaire Romano qui mène le jeu, on se réjouit.
Car oui, autre élément original: ce personnage déjanté, féministe ,célibataire séductrice, au franc-parler, à la brusquerie de surface qui cache en fait une humanité désarmante. On suit avec plaisir ses pérégrinations, ses intuitions, ses interrogatoires loufoques. Et ses réflexions pleins de bon sens sur la société. Les autres membres de son équipe ne sont pas en reste, question originalité !
Et petit plus pour moi, Lille, que j'adore, mise en scène de même que d'autres villes du Nord comme Bailleul, dans ce livre.
Vraiment un excellent moment à passer ! Je recommande vivement de découvrir l'univers décalé et si humoristique de Sophie Chabanel!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          352
kuroineko
  22 mars 2019
Après celle du chien, de Don Winslow, La griffe du chat! Pas de jaloux comme ça. Affectionnant particulièrement les chats, le titre ne pouvait que m'attirer. Et l'histoire semblait prometteuse avec cette enquête sur fond d'humour.
Autant le dire tout de suite, dans cette catégorie, j'ai préféré le style de Sophie Hénaff avec son Poulets grillés, à celui de Sophie Chabanel. Avantage de l'antécédent? Il y a de ça sans doute.
Une fois cela dit, j'ai malgré tout lu sans déplaisir ni ennui La griffe du chat. L'équipe de policiers, la commissaire Romano en tête, est assez singulière. le comportement de la fraîchement veuve prête à sourire dans son ton mélodramatique autour de la disparition de Ruru, persan obèse star de son Café des chats, tandis que son époux refroidit à quelques centimètres d'elle.
Les personnages du roman, flics y compris, sont outrés et/ou caricaturaux. Romano marque l'esprit par son côté cash, sexuellement libérée, volontiers grossière, gourmande et impliquée avec ses adjoints. L'enquête en devient presque un prétexte pour la galerie de portraits et les commentaires acides que ne manquent pas de faire la commissaire.
La griffe du chat change des polars très noirs et des thrillers ultra violents à grands coups de serial killer. Il offre une sympathique lecture détente, où la spécialiste du management Sophie Chabanel en profite pour glisser quelques conseils par le biais de son héroïne. Mais attendre plus de cette histoire serait source de déception. Alors un petit café, un chat sur les genoux et c'est parti pour les Hauts de France.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
Cath_perrin
  20 mai 2020
Nicolas Peyrard, propriétaire de l'unique bar à chat de Lille, est retrouvé mort dans sa cave. Sa femme est éplorée, surtout parce que son chat préféré, Ruru, a disparu.
La commissaire Romano est célibataire, mais les hommes séduisants ne manquent pas. Elle ne dédaigne pas non plus un verre de vin de temps en temps. Pas en service, bien sûr, mais ce n'est pas de sa faute si un appel intervient lors du pot de départ d'un collègue.
Un livre qui se lit facilement, distrayant et léger, avec de l'humour aussi. Une lecture agréable même si la fin ne surprend pas vraiment.

Lien : https://dequoilire.com/la-gr..
Commenter  J’apprécie          200
Sharon
  30 mars 2019
Les bars à chats, ce sont de bonnes idées. Cela dépend ce que l'on en fait. A Rouen, le bar à chats sert à socialiser les chats qui appartiennent à une association et à les faire adopter, selon des règles très précises. le règlement est très strict également – pour le plus grand bien des chats. Ici, à Lille, le but est surtout de surfer sur une vague marketing juteuse, en proposant avant tout de magnifiques chats de race à caresser. D'ailleurs, le propriétaire du bar ne cache pas tout le bien qu'il pense de son entreprise, alors ???
Il ne peut plus protester, il a été assassiné. le plus beau chat du bar a également disparu ! le voleur et le meurtrier sont-ils une seule et même personne ?
Je ne veux pas trop en dévoiler sur ce roman très plaisant à lire, roman de la solitude et de la difficulté à se construire, à assumer ses actes. Sur fond de magouilles politiques, l'enquête nous montre qu'il n'existe pas de petits profits : tous les coups sont permis. Toutes les bassesses sont possibles pour parvenir à ses fins, toutes les petites lâchetés aussi.
Pessimiste ce roman ? Sous des couleurs humoristiques, oui : assumer ses actes est important, on ne le redira jamais assez, oser parler aussi, même si c'est facile à dire, derrière son bureau, en tapant un article de blog.
Tendresse particulière pour l'enquêtrice, qui assume son mode de vie. Tendresse aussi pour la solitude du voleur de chats. Oui, même quand son identité est connue. Il n'est pas le pire individu de cette histoire.
Combien de temps tiendrai-je sans lire la suite ?
Lien : https://deslivresetsharon.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
argali
  05 mai 2018
Qu'ont en commun Bailleul, un cadavre, un bar à chats, un persan de concours disparu, un trio d'ados à la « Jules et Jim », un mémorial de la Première Guerre mondiale et une vedette du petit écran ? Rien en apparence sauf Nicolas… Encore faut-il savoir quel lien les unit. C'est ce que va tenter de résoudre le commissaire Romano, jeune femme déterminée et indépendante qui gère son équipe avec une fermeté bienveillante.
Lorsqu'elle arrive sur les lieux, tout semble penser que Nicolas s'est suicidé. La détresse émotionnelle de sa femme qui pleure… son chat disparu… ferait presque penser à Romano qu'il a eu de bonnes raisons d'en finir. Mais n'est-ce pas justement ce qu'on voudrait lui faire croire ? Suspicieuse, elle va chercher dans les moindres recoins, dans chaque faille ce que l'on tente de lui cacher. Sa mort a-t-elle un lien avec son enfance ou la mort de son père ? Avec ses fréquentations ? Faisait-il de l'ombre à quelqu'un ?
L'enquête que nous donne à suivre Sophie Chabanel est aussi l'occasion de déambuler dans les rues de Lille, une ville que je connais bien et que j'apprécie, d'évoquer le passé de Bailleul, d'Arras, de l'Artois et du Nord en général, notamment les grandes batailles de la Première Guerre mondiale et de jeter un oeil critique sur les relations humaines dans lesquelles l'homme peut être parfois si vil et égocentrique.
J'aime me plonger quelques fois dans la collection « Cadre noir » du Seuil qui sort des codes du polar actuel, toujours plus noirs et plus sanglants, pour nous proposer des récits plus soft où pointe un brin d'humour.
J'ai rencontré l'auteure, Sophie Chabanel, au boulevard du polar et l'échange spontané et chaleureux que nous avons eu m'a donné envie de découvrir son premier polar. Elle sait y faire pour rendre ses personnages attachants, distillant au fil des pages des informations sur leur caractère et leur vie privée qui les rendent humains. J'ai particulièrement aimé sa commissaire caustique et franche cachant une certaine tendresse pour ses partenaires parfois un peu lourds. Atypique, elle renouvelle agréablement le genre et c'est pour moi le point fort du livre.
Elle sait aussi rendre une histoire attrayante en dosant les rebondissements et les effets. Quant à son écriture, elle est fluide et cinématographique, comme un bon téléfilm policier. Tout concoure à nous faire passer un agréable moment de lecture, le chat sur les genoux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
Cath_perrinCath_perrin   20 mai 2020
Le lieutenant quitta la pièce auréolée de sa gloire. Au moins, elle était débarrassée de lui pour le reste de la journée. Toujours voir le bon côté des choses.
Commenter  J’apprécie          20
Dominique_LinDominique_Lin   25 mars 2018
« Je ne le reverrai plus jamais », hoquetait la femme effondrée sur la banquette, à trois mètres du corps étendu par terre. Elle tenait sa tête dans sa main gauche, tandis que son
bras droit, en attelle, restait stoïque à côté d’elle, curieusement désolidarisé de son corps en émoi. Sous le T-shirt fuchsia, sa poitrine volumineuse se gonflait et dégonflait au
rythme des hoquets. Au repos, elle devait être impressionnante ; en mouvement, elle était spectaculaire.
La commissaire Romano s’en voulut de cette observation, du niveau de ses collègues hommes. Avec toutefois une circonstance atténuante : ses minuscules seins l’avaient longtemps complexée et elle en gardait une fascination pour les fortes poitrines – image d’un destin qu’elle ne connaîtrait pas.
Elle se mordit la lèvre, hocha doucement la tête et s’efforça de prendre l’air grave de circonstance, malgré l’environnement sonore qui ne facilitait pas le recueillement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
thisou08thisou08   18 avril 2019
Après la destruction quasi complète de Bailleul, les élus de la municipalité avaient décidé de restaurer le grand bâtiment à l'entrée de la ville, quelques mois après que la dernière bombe avait éclaté ( façon de parler, bien sûr ; les bombes, il en remontait encore régulièrement des champs alentour ).
P174
Commenter  J’apprécie          50
sabine59sabine59   25 mars 2018
Sur la porte du café des chats, une feuille A4 avait été scotchée:" Fermé pour convenance personnelle, réouverture jeudi 12 mars." Une expression inattendue pour évoquer un mari décédé, la veuve était décidément une personnalité créative.
Commenter  J’apprécie          50
naiisnaiis   02 mai 2018
Romano avait l'idée d'équiper son bureau et une partie de l'open space en matériel sportif, en observant chez certains agents une brioche peu compatible avec la poursuite de criminels en fuite. ...Dans son commissariat on pédalerait. Le mouvement facilitait la réflexion: la preuve, Kant s'était promené tous les jours de sa vie pour chercher des idées.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Sophie Chabanel (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sophie Chabanel
A l'occasion du Quai du Polar 2019, rencontre avec Sophie Chabanel autour de son ouvrage "Le blues du chat" aux éditions du Seuil.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2305876/sophie-chabanel-le-blues-du-chat
Notes de Musique : Bibliothèque Audio Youtube
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : chatsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
15950 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre
.. ..