AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782211213752
130 pages
L'Ecole des loisirs (12/11/2014)
3.67/5   29 notes
Résumé :
La vie était douce, en Calabre, pour ces trois enfants, Giovanni, Curzio et Paola. On buvait aux fontaines, on croquait des tomates, on chantait à tue-tête. Mais une sombre histoire de vendetta laisse leur père, forgeron, sans travail. La famille décide de s’expatrier. Nous sommes en 1879, et le pays qui fait rêver la mère, très pieuse, c’est l’Amérique, à cause de la ville de San Francisco qui porte le nom de son saint préféré. Après la traversée de l’Atlantique, u... >Voir plus
Que lire après La piste cruelle Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
3,67

sur 29 notes
5
3 avis
4
6 avis
3
5 avis
2
0 avis
1
1 avis
Fin XIXème siècle, 14 ans après la Guerre de Sécession.
La famille Amati quittent Catanzaro, leur petite ville de Calabre, où la vie , comme dans beaucoup d'endroits dans le sud de l'Italie, est rude. C'est pourquoi Vittorio et Sofia partent pour les Etats-Unis pour tenter leur chance. Direction l'ouest : San Francisco ; ville qui porte le nom d'un honorable Saint pour ces paysans.
Et c'est Giovanni, l'aîné qui nous raconte leur périple.
Les membres de la famille déchantent très vite. Tous regrettent leur belle Calabre et ses valeurs de solidarité et d'entre-aise, là où ils ne trouvent qu'individualisme - ou pire - sur cette terre où tout un peuple est exterminé dans une totale indifférence.
Tout va basculer pour Giovanni, Curzio et Paola le jour où leurs parents les abandonnent.

Les chapitres sont courts, ce qui donne beaucoup de rythme à ce roman déjà court. Si je n'ai pas été particulièrement convaincue par la première moitié du récit, La piste cruelle s'est en fait avéré être un beau récit sur la résilience, la rencontre, la solitude. Et aussi une belle leçon d'humanité qui montre comment la vie peut changer grâce à une "simple" rencontre qui change vos perspectives et bouscule vos principes et certitudes.
Commenter  J’apprécie          250
Un roman sur l'immigration d'une famille italienne de Calabre vers les États-Unis et plus exactement vers San Francisco. Comme la vie est difficile pour cette famille dont le père est forgeron, la mère choisit de partir pour San Francisco car la ville porte le nom de son Saint préféré. 5 janvier 1879 le départ vers une nouvelle vie. Nous suivons la famille, sur le bateau, sur le nouveau continent et surtout les enfants Giovanni onze ans, Curzio dix ans et Paola huit ans. Ce départ va changer la vie de ces enfants, en plus de quitter leur terre natale, ils vont devoir affronter une nouvelle langue, des territoires inconnus, des animaux, la faim, la soif et surtout l'abandon de leurs parents. Mais là ne s'arrête pas l'histoire ….
C'est un roman bien écrit sur l'immigration et surtout sur les liens d'une fratrie afin de survivre sur un territoire hostile, inconnu. Un roman un peu d'aventure, sombre, réaliste mais les personnages me sont restés distant, la fin du roman donne une note lumineuse dans le destin des enfants mais cela n'a pas suffi,
Je remercie Masse critique et les éditions l'école des loisirs.
Commenter  J’apprécie          70
Une famille de Calabre part vivre en Amérique du Nord, à San Francisco, pour trouver une vie meilleure. La mère vénérant ce saint elle pense que c'est de bon augure. C'est elle d'ailleurs qui veut partir, le père très aimant suit, ainsi que les trois enfants (11, 10 et 8 ans). Mais elle déchante rapidement... La traversée, que ce soit en bateau et encore plus par la terre, se révèle difficile. le pays est très différent de ce qu'elle avait imaginé : immense, hostile, etc. Il y a encore peu d'Italiens, ainsi ils ne sont souvent pas compris et à leur tour ne comprennent pas. Ils croisent beaucoup d'ivrognes, des Indiens résignés et des Noirs mal traités. La perte d'enthousiasme de la mère, suivie rapidement de celle de sa douceur puis de sa raison, affecte toute la famille. Les enfants, et notamment l'aîné qui est le narrateur, comprennent rapidement que leurs parents sont également démunis et ne pourront pas les protéger. Tandis que sa petite soeur est terrorisée, le grand prend un rôle de protecteur et s'efforce de garder courage et raison. Un matin, ils se découvrent abandonnés par leurs parents. de multiples dangers les guettent : la faim, la soif, les animaux enragés, les humains mal intentionnés, etc. Ils doivent leur survie à la force du grand frère, mais aussi à la chance.
Ils finissent par rencontrer un homme providentiel, qui sauve leurs corps mais aussi leurs esprits ! C'est un Autrichien parlant plusieurs langues, curieux, plein de joie, à la fois très sage et blagueur. Grâce à cette personne rare, qui va les élever, ils apprennent à lire, mais aussi quantité de belles valeurs. Ils ne sauront par contre jamais ce qui est arrivé à leurs parents.
On admire la force mentale et le courage du narrateur. L'aspect historique est très intéressant, de même que les allusions au sort des Indiens. le récit est bien écrit. Assez court, les chapitres s'enchaînent et il se lit très rapidement. Une belle fin.
Commenter  J’apprécie          20
Comme une vieille histoire de querelles entre familles rend la vie en Calabre de plus en plus difficile, la mère Amati prend la décision, en 1879, d'entrainer son mari et leurs trois enfants de l'autre côté de l'Atlantique, vers San Francisco, la ville qui porte le nom de son saint préféré. Mais la traversée des États-Unis s'avère tellement rude et éprouvante qu'elle perd rapidement la raison. Les deux parents alors disparaissent, laissant leurs trois enfants, Giovanni, Curzio et Paola, seuls en plein désert hostile.
J'ai adoré ce livre, entre roman d'aventure et conte initiatique où l'on suit avec une certaine angoisse mêlée d'espoir la terrible épopée de ces enfants livrés à eux mêmes dans un inconnu menaçant où plantes, animaux et même humains peuvent être des plus redoutables.
Je découvre avec ce livre la belle écriture de Jean-françois Chabas, l'histoire prenante et émouvante de ses jeunes personnages et l'univers riche et singulier qu'il a réussi à créer ici en quelques pages.
Un roman que l'on peut proposer aux jeunes lecteurs dès 12-13 ans, et qui peut être l'objet de réflexions et discussions autour de l'Histoire des migrations, le rêve américain, les États-Unis de la fin du 19e.
Commenter  J’apprécie          50
Un livre dur émotionnellement, qui raconte à travers les yeux de Giovanni, 11 ans, la terrible aventure de l'émigration de sa famille de l'Italie vers les Etats-Unis.

Le style est fluide, les thèmes abordés sont riches et se fondent sur la véritable histoire des USA. On sent que l'auteur a envie de gratter le vernis et de montrer le vrai visage de l'Amérique et des massacres sur lesquels elle s'est construite. Thèmes pas forcement évident d'ailleurs à appréhender pour des enfants, mais, c'est fait avec réalisme.

Un mot enfin sur la couverture du livre. Elle est magnifique et illustre parfaitement l'histoire ici racontée : l'engouement qu'à pu entrainer la quête -souvent illusoire- d'une vie meilleure à l'autre bout du monde. Cette femme qui porte son enfant dans les bras a une telle énergie qu'on ne doute pas un instant qu'elle va constituer le moteur principal de toute sa famille. Mais face à la barbarie des hommes et à la dureté de l'environnement, comment résister?
Un très beau livre que je conseille également aux adultes.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
-Pourquoi êtes-vous parti de chez vous, a demandé Paola.
-Il y a un certain nombre de gens qui la-bas ne portent pas les Juifs dans leur coeur. J'ai souhaité trouvé un endroit où ce serait différent. Et puis j'avais besoin d'espace. Qu'est-ce-qu'une vie sans aventures ? Je vous le demande ? Une tristesse sans fin !
Commenter  J’apprécie          160
Nous ne le savions pas encore, mais la bonté de Salomon Weizmann s'est étendue sur nous comme un voile bienfaisant. Il était de ces très rares personnes donnant l'impression que dans la vie non seulement tout est possible, mais que les efforts nécessitant la réussite ne provoquent aucune souffrance. Salomon Weizmann cultivait sa joie au quotidien, avec obstination, comme l'homme fort entretient ses muscles : il saisissait chaque occasion de se réjouir, en exprimait tout le suc, et paraissait en revanche digérer les peines comme une autruche un réveil.
Commenter  J’apprécie          80
Nous aurions pu déménager à Crotone ou Cosenza, rester en Calabre, enfin, mais Mère avait déclaré qu’il était temps de partir pour l’Amérique, à San Francesco, comme elle disait à l’époque. Cela signifiait vendre tous nos biens, et s’en aller à l’aventure avec trois enfant. J’avais onze ans, Curzio, dix, et Paola venait de fêter sa huitième année.
Personne dans notre famille n’avait une idée, même vague, de ce qu’était l’Amérique. La décision du départ a été prise le 5 janvier 1879. Jour effroyable entre tous, qui a vu le commencement de notre perte.
Commenter  J’apprécie          50
Lorsqu’un drame se produit, on éprouve le besoin viscéral d’en comprendre le mécanisme. Mais je crois qu’il s’agissait d’un mélange indiscernable entre la fantaisie capricieuse de Mère, la faiblesse de Père, les difficultés financières, et peut-être – surtout – cet espoir déraisonnable, confinant à la superstition, qu’entretiennent tous ceux qui partent vers un ailleurs lointain, rêvant éveillés de quelque terre promise où tout deviendrait facile.
Commenter  J’apprécie          60
La survenue de la folie chez quelqu'un qu'on aime terrifie plus que tout autre événement sur cette terre. La personne s'éloigne de nous à l'instar d'un navire mal amarré au quai ; les courants de la démence sont si violents, si maléfiques qu'on est saisi d'une horreur impuissante.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Jean-François Chabas (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-François Chabas
"La sorcière et les Manananggals" - Présentation par Jean-François Chabas
autres livres classés : immigrationVoir plus
Notre sélection Jeune Adulte Voir plus


Lecteurs (65) Voir plus



Quiz Voir plus

quiz sur les mille ruses du renard volant

Quel personnage raconte l'histoire ?

Lillian
Dorothy
Waldo

10 questions
2 lecteurs ont répondu
Thème : Les mille ruses du renard volant de Jean-François ChabasCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..