AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Les Chroniques de Zi tome 1 sur 5
EAN : 9782092574928
224 pages
Nathan (11/01/2018)
3.46/5   56 notes
Résumé :
Au royaume des Mille Lacs, une sorcière enlève le bébé princier. Elle s'apprête à le dévorer, quand, soudain, l'enfant l'interpelle...
Bien des années après, dans un village, Phelan, un adolescent expert au maniement de l'épée, tombe amoureux fou de la farouche princesse Nara. Il lui a suffi de l'apercevoir, alors qu'elle venait visiter les Mille Lacs depuis son lointain royaume des Trois Vagues. Or le cheval de la princesse s'est emballé et l'a entraînée da... >Voir plus
Que lire après Les Chroniques de Zi, tome 1 : PhelanVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (31) Voir plus Ajouter une critique
3,46

sur 56 notes
J'ai trouvé le résumé de quatrième de couverture un peu embrouillé, car il mélange les deux parties du livre sans qu'on ne les distingue vraiment, je ne vais donc pas vous le retranscrire ici, mais vous donner ma version.

Partie 1 : Une sorcière puissante règne sur le royaume des Mille Lacs depuis plusieurs siècles. Les habitants ne sont que rarement confrontés à elle, quand elle vient kidnapper des enfants pour s'en délecter. Elle ne fait d'habitude pas grand bruit sur ce pays. Mais quand elle décide de s'en prendre au bébé princier, tout le royaume se met à ses trousses. Sans succès. le petit ange disparaît dans la forêt ensorcelée, le repère de la sorcière que nul ne peut franchir.

Partie 2 : Une quinzaine d'années plus tard, nous faisons la connaissance de Phelan et Turi, deux adolescents, meilleurs amis qui s'entendent comme chien et chat, et qui vivent dans le village de Cairnbaan, au pied du château des souverains du royaume des Mille Lacs. Il y a quelques jours, une jeune princesse venue du royaume des Trois Vagues est passée par chez eux. Phelan en est tombé sous le charme. Malheureusement, le cheval de la princesse, devenu fou, l'a emmenée dans le repaire de l'Ogre, dans les Monts Jaunes. Fou d'amour, Phelan part à sa recherche. Turi ne tardera pas à le rejoindre.

Les deux parties sont donc séparées par un bon nombre d'années, mais également par le fait que dans l'une et l'autre les personnages sont différents. On se doute qu'à un moment les protagonistes de chaque partie vont se rejoindre, mais ce n'est pas le cas pour l'instant.

Malgré le fait que je sois totalement envoutée par les albums jeunesse de Jean-François Chabas et que j'ai commencé ma lecture avec beaucoup d'enthousiasme, je ne peux pas vous cacher que je ressors de ma lecture mitigée. Mais un mitigé-positif.

L'univers de Chabas est intact. On retrouve sa plume, sa poésie, son style et des personnages au profil épique. La force d'écriture de l'auteur fait que l'on se plonge très vite et très facilement dans le nouveau monde qu'il vient de créer. Une carte en début de roman, aide bien évidemment à cette immersion. On peut d'autant mieux visualiser les déplacements de chacun. Les personnages fantastiques sont très bien dépeints, sans être trop exagéré, avec des traits caractéristiques de leur profil, mais avec tout de même un renouveau qui fait que l'on accroche. le choix des noms est également essentiel et Jean-François Chabas excelle toujours dans cet art.

Cependant, ce qui m'a un peu rendue la lecture difficile est le lien d'amitié entre nos deux héros de la deuxième partie (beaucoup plus longue que la première). Tout le temps à se chamailler, mais s'aimant tout de même. Personnellement, ça ne m'a pas du tout permis de m'identifier et du coup a rendu mon immersion dans l'histoire incomplète. J'ai également eu un peu de mal avec le fait que j'arrivais à anticiper tout ce qui allait se passer. Tous les rebondissements et retournements de situations sont classiques, sans nouveautés. Je me disais « il va être sauvé grâce à ça » ou « maintenant je parie qu'il va arriver un truc comme ceci », et c'était à chaque fois le cas. Sachant que le roman est recommandé à partir de 13 ans, je pense que les lecteurs peuvent attendre un peu plus de surprise. En revanche, je ne peux nier l'originalité de certaines créations de scènes, comme la maison près des Monts Jaunes (je ne peux pas vous en dire plus) ou les créatures loufoques rencontrées sur le chemin.
J'ai aussi un peu tiqué sur le côté trop fleur bleue pour moi qui apparaît dès la deuxième partie. Phelan qui est épris d'amour pour la princesse Nara, d'une façon trop classique et poussée à mon goût, alors qu'il n'a fait que croiser son regard. Cela me fait peur pour la suite, pour leurs retrouvailles, qui j'espère ne seront pas dégoulinantes avec un fameux « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants ».

J'aurai également voulu que ce tome soit plus conséquent et aille plus loin, car je ne comprends pas le principe de faire deux parties avec des personnages différents et qu'à la fin du roman, les protagonistes de chacune ne se soient pas encore rencontrés. Je n'attendais que ça, la rencontre de la sorcière avec Phelan et Turi, d'autant plus que le résumé de quatrième de couverture donne l'impression que ça va être le cas, mais il n'en est rien. Je suis donc un peu déçue que cette rencontre ne se profile que pour le/les volume(s) suivant(s). Ça fait également un peu long pour savoir ce qui est arrivé au bébé princier enlevé dans la première partie.

Enfin, la dernière petite critique de ma part (après j'arrête de taper dessus, c'est promis) serait pour le titre de la série. Sans rien vous spoiler d'extraordinaire, Zi est un personnage que l'on ne rencontre dans ce roman que très succinctement et qui paraît sans conséquence pour le moment, mais à la vue du titre de la série, on se doute qu'on le retrouvera plus tard. Mais ce plus tard refroidit un peu trop à mon goût. Quand j'ai découvert qui était Zi et que j'ai donc enfin pu faire le rapprochement avec le titre, j'aurais aimé que cela s'approfondisse. Je me doute que cela va se développer de façon conséquente par la suite, mais du coup on reste sur sa fin pour un premier tome (comme pour la rencontre entre la sorcière et les deux adolescents).

Pour la conclusion, rendez-vous sur notre site !
Lien : http://lebazarlitteraire.fr/..
Commenter  J’apprécie          50
Il était une fois, dans un royaume fort, fort lointain...

Tout d'abord, un IMMENSE merci aux éditions Nathan de m'avoir fait cette jolie petite surprise la semaine juste avant Noël. C'est avec une grande joie et stupéfaction que j'ai reçu ce colis de rentrée littéraire hivernale 2018 trop choupinou ! Ce qui fait que j'ai pu lire un roman de 2018, mon premier paru en cette année, mais en 2017, la grande classe de lire un roman du futur (proche, mais bon ça c'est pas grave).

Et justement, en parlant de ça, je me rends compte que je vous parle de cette lecture faite en avant-première pile au bon moment, vu que ce roman tout beau tout nouveau, avec cette couverture dans les tons rouges, à la fois sombres et doux, lumineux, qui me fait rêver, est sorti hier (11 janvier 2018) ! Quel timing parfait, je m'épate ! Et ce n'est pas juste parce que c'est un "cadeau" que j'ai eu le privilège de recevoir que je vous dis ça,-mais n'hésitez pas à vous précipiter dessus si vous le voyez en librairie !!

En effet, si, comme moi, vous aimez quand on titille votre imagination et vos souvenirs de bonnes saveurs d'enfance, de légendes venant du plus profond des âges, de créatures terrifiantes gardant des montagnes majestueuses et solitaires, de vaillant chevalier partant à l'aventure, sans peur et sans reproche (enfin, ça se discute), dans le but de sauver la veuve et l'orphelin (pardon, ça n'a rien à voir mais j'avais trop envie d'utiliser cette expression), avec sur son chemin escarpé des forêts maléfiques et dont émanent une vie propre et vibrante de chaque être et élément, des bandits des quatre chemins qui n'auront aucun scrupule à vous tailler en pièces pour votre argent et pour le plaisir d'être pourris jusqu'à la moelle, et des sorcières impressionnantes et ancestrales qui laissent échapper leur magie menaçante et remplie de haine et de rancoeur, alors ce roman est fait pour vous !

Ce début de saga aura su me mettre bien l'eau à la bouche avec une sorcière mangeuse de petits enfants et maléfique des pieds à la tête, mais qui néanmoins inspire le respect et la crainte (le mélange des deux,-on appelle ça l'admiration Anaïs), qui ouvre ce bal tumultueux et féerique, digne des contes de fées de ma plus tendre enfance et de cet enchantement provenant du genre Fantasy qui m'a toujours séduite et fait succomber, puis on continue des années plus tard en se focalisant sur le jeune et brave Phelan, un garçon fort sympathique au demeurant, dont l'amitié avec le tout feu tout flammes (bleues) Turi est touchante, drôle et amusante, qui n'aspire qu'à devenir un homme accompli, vertueux, qui rende fier sa magnifique et adorée mère, Venetia, ainsi que son respectable beau-père, Elgin, qui en a vu des vertes et des pas mûres à la guerre.

Bref, comment vous dire que je me suis immédiatement attachée à Phelan, qu'il m'a convaincue d'emblée d'embarquer dans son aventure insensée, lui qui n'a jamais eu de grands périls à affronter, malgré son aptitude au combat de cape et d'épée ?

Et pourtant, j'ai tout de suite cru en lui, en sa foi et sa conviction inébranlable de pouvoir sauver la jeune princesse qui a su capturer ses sentiments et dompter son coeur insouciant. Un coup de foudre galant et chevaleresque comme je les aime, grâce auquel Phelan va décider de maîtriser son destin et de l'embrasser, quitte à se jeter dans la gueule du loup (ou devrais-je dire de l'ogre).

Si vous avez peur de lever les yeux au ciel à cause de cette histoire d'amour arriérée et symbolique de l'idéal du Moyen Age et de Chrétien de Troyes, n'ayez crainte mes bons compagnons, que nenni dans cette aventure rocambolesque que nous offre à vivre Jean-François Chabas. Au premier abord, l'aspiration et la détermination de Phelan à sauver cette gente dame en détresse dont il ne se sent pas digne, en tant qu'humble artisan, peuvent sembler fort innocentes et irréfléchies.

Cependant, ce n'est pas que pour les beaux yeux de la sublime héritière que Phelan désire lui porter secours, c'est avant tout par altruisme : c'est son devoir humain de délivrer et de porter assistance à autrui, de n'abandonner personne à quelque danger que ce soit, de se montrer bon et généreux, de donner de sa personne à l'autre, tout simplement. C'est un message puissant passé à la jeunesse,-et je suis bien heureuse que l'auteur l'ait fait.

A petit livre, petite chronique car, effectivement, ce premier tome ne fait que deux cent pages et quelques. Néanmoins, pour ce début de saga, je trouve justement cela parfait car tous les éléments du fantastique, du merveilleux, de l'action et du mystère sont vraiment bien dosés et nous procure juste ce qu'il faut pour devenir accro et avoir envie de savoir la suite, de voir cette épopée incroyable à travers les yeux d'autres personnages d'ores et déjà phares de cette saga littéraire, telle que la bravache princesse Nara par exemple (annoncée héroïne du tome deux par ailleurs), dont on se fait une esquisse d'idée que grâce au regard idéalisé et enamouraché de Phelan, non sans raison, j'en suis sûre ; mais aussi de s'immerger dans le point de vue du singulier et fidèle ami Turi, avec son adorable ânesse Neel, voire dans celui de cette sorcière si terrifiante...

Il nous reste bien des confins à explorer et des énigmes à résoudre, à foison, autant du côté de la sorcière et de la vérité concernant l'issue du kidnapping du prince, que de celui de Phelan et du sort réservé à sa bien-aimée, qui risque d'être dévorée elle-aussi, ou bien encore de la véritable histoire du père défunt de ce dernier ou du maléfice de bégaiement du beau-père, qui recèlent encore de points sombres et floutés...

En clair, Jean-François Chabas a encore plus d'un tour dans son sac grâce à cette saga qui s'annonce prometteuse et palpitante en tous points et je suis absolument ravie d'avoir pu découvrir sa plume fascinante et déjà renommée dans le monde de la littérature jeunesse, qui, je n'en doute pas, a déjà envoûté et donné le goût de la lecture à bien des enfants déjà depuis deux décennies, et ce n'est pas avec Les Chroniques de Zi que l'auteur s'arrêtera en si bon chemin, bien au contraire. Petits et grands ont de quoi être amplement satisfaits. COUP DE COeUR ♥

... un garçon au coeur pur et fort, prêt à se montrer digne de celle qu'il aime.
Lien : https://lunartic.skyrock.com..
Commenter  J’apprécie          10
La sorcière des Mille Lacs aime avant tout manger les jeunes enfants. C'est pour elle un désir irrésistible.

Mais elle a cette fois décidé de réaliser un véritable exploit : s'emparer du bébé royal pour en faire un festin !

Des années plus tard, une jeune princesse disparaît au sein des Monts Jaunes où règne un Ogre effroyable. N'écoutant que son courage, Phaelan, un jeune villageois subjugué par sa frimousse aperçue un court instant, décide de se porter à son secours.

Il sera secondé par son ami Turi qui a la particularité d'avoir des cheveux bleus, signe que l'un de ses ascendants a un jour tué une licorne.

Un roman d'aventure avec deux formidables scènes épiques : l'enlèvement du prince qui occupe tout le début du récit et la rencontre avec les trois Ablakar.

L'auteur raconte avec merveille les forfaitures des mauvaises créatures. Il y a une joie profonde dans le récit qui transparaît jusqu'au lecteur.

Ce premier tome nous immerge dans l'univers du conte noir avec une pointe d'humour et de fantaisie. Les héros sont presque absents de ce premier tome, trop occupés à tenter de sauver leur vie.

A suivre !
Lien : http://www.nouveautes-jeunes..
Commenter  J’apprécie          160
Première lecture pour le #pumpkinautumnchallenge, avec le thème «prenez garde aux souliers pointus».

J'ai été déçue par ce roman jeunesse, surtout à cause du rythme. La première partie est lente, mais le personnage de la sorcière est assez fascinant, alors on prend son mal en patience. Et puis, quand ça devient intéressant, la partie 2 nous emmène des années plus tard et il n'est même plus question de la sorcière (à part quelques allusions). On suit un ado qui est déterminé à sauver une princesse qu'il a aperçu et dont il est tombé amoureux. Une décision hâtive et follement dangereuse, puisqu'on parle d'un ado inexpérimenté, pas d'un combattant aguerri ...

J'ai eu du mal à comprendre son acharnement à sauver une inconnue, déjà qualifiée «d'amour de sa vie». On pourrait interpréter cela comme la fougue et les sentiments parfois extrêmes des adolescents ... je pense que le crédo «montrer plutôt que raconter» aurait pu changer la donne. Si on avait assisté à leur brève rencontre, si on avait été témoin de leur échange de regard et leurs sentiments naissants, on aurait sans doute mieux compris le jeune héros et développé une certaine empathie. le début de sa quête reprend le rythme lent de la première partie, et quand enfin sont soulevées des interrogations ... ce premier tome se termine 😧

La relation entre Phelan et son meilleur ami me laisse tellement perplexe ... il manque selon moi quelques moments de bienveillance pour contrebalancer leurs bagarres ...

Et qui est Zi qui est mentionnée dans le titre ? Un personnage anecdotique pour le moment, mais qui sait, elle sera peut-être développée plus tard.

Est-ce que je lirai la suite ? Peut-être pour donner une seconde chance à cette saga mais j'ai bien eu du mal à venir à bout de ce premier tome qui heureusement est assez court. Il ne m'a pas plu, mais il a apparemment trouvé son public puisque plusieurs tomes sont déjà parus.
Commenter  J’apprécie          20
Le résumé n'est pas mensonger, mais il n'est pas tout à fait vrai non plus : on ne voit jamais la princesse Nara, juste mentionnée par les autres personnages. le coup de foudre de Phelan est un peu abusé, dans le sens où il a juste échangé un regard d'une demi-seconde (sûrement involontaire) avec elle avant qu'elle ne disparaisse. le fait qu'il clame son amour et son envie de la secourir, sa reconnaissance telle qu'elle voudra forcément l'épouser et le laisser continuer des aventures m'a donc vite saoulée.

Autant les échanges de piques avec son pote Turi sont sympa, autant Phelan en lui-même est pas mal tête à claques dans ses échanges avec les autres, surtout avec son beau-père qu'il rejette alors qu'en réalité il l'admire et que ce dernier l'aime comme son propre fils. Quant à sa maîtrise de l'épée, je ne l'ai pas vraiment vue puisqu'il l'a fait tomber au premier combat et ne s'en est jamais servi de tout le récit.

Le gros souci de l'histoire, c'est son rythme. J'ai bien aimé la partie sur la sorcière et l'enlèvement du bébé princier. Elle n'hésite pas à tuer de manière violente et fait montre de pouvoirs impressionnants, loin d'être ridicules. Ensuite, grosse ellipse et point de vue de Phelan, qui ressemble moins à un jeune héros qu'à un adolescent naïf et immature avec un délire de sauveur. Il y a forcément un lien, mais pour l'instant il n'y a pas vraiment d'indices.

Et ça parle, ça parle, jusqu'à ce qu'il il y ait un début de quête. Les mésaventures sont sympa, originales (des souris tueuses qui manient le rasoir, ça change du dragon énorme qui rase des villes), mais quand l'aventure commence vraiment, le tome se termine. Frustration.

Il y a un bestiaire sympa : les souris mais aussi des fées susceptibles, un ennemi nocturne et rusé, et surtout la sorcière qui risque de refaire parler d'elle (sinon ce serait dommage). J'ai aussi trouvé sympa que le beau-parent ne soit pas exécrable, que le meilleur ami subisse la malédiction d'un ancêtre, et que la princesse soit noire. Ça semble prometteur pour la suite : j'espère y voir de belles réflexions sur la tolérance !
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (3)
Elbakin.net
02 janvier 2019
Une découverte, mais avec un goût de trop peu si l’on s’en tient à ce seul premier volume.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Ricochet
01 octobre 2018
Zi, dont on apprend qu'elle est une jolie fée sachant danser, n'a pas fini de nous séduire !
Lire la critique sur le site : Ricochet
Actualitte
27 février 2018
Amateurs de contes de fées et de légendes populaires, vous voilà servis ! Pour son arrivée chez Nathan, Jean-François Chabas nous raconte une histoire au coin du feu, un récit mêlant aventure et merveilleux qui fera rêver et sourire le jeune public.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
La sorcière était orgueilleuse, comme le sont souvent ceux qui sont seuls dans l'existence. Elle voyait les filles et les garçons devenir des femmes et des hommes, puis vieillir, puis mourir, et elle était toujours là, elle, éternelle dans ses maléfices et sa puissance, inaccessible à la maladie, aux coups portés par les ans.
Commenter  J’apprécie          30
"Elle avait été prise de l'envie de manger le prince Irven- dont le nom signifiait 'blanc'- dès la première fois qu'elle l'avait entraperçu" (p. 14)
"la sorcière ramassa le couteau à la lame effilée, qu'elle avait encore aiguisée pour l'occasion, et le leva, désirant faire vite.
-Arlana! dit Irven, distinctement, comme s'il avait eu une voix d'adulte [...]
- Comment connais-tu mon nom?" (p. 59)
"Je cours au combat avec un compagnon chevauchant une ânesse et armé d'une fourche? Quel destin maudit..." (p. 201)
Commenter  J’apprécie          10
Tu devais être endormi depuis longtemps. Je finirai mon récit demain.
- Mère ! Vous ne pouvez pas faire ça !
- Je le peux et je le fais ! Bonne nuit mon fils.
- Votre cœur est de pierre ! Je crois que je ne vous aime plus beaucoup.
- Ce n'est pas grave, Phelan. J'aime pour deux.
Commenter  J’apprécie          20
- Pourquoi avez-vous décidé de me laisser aller ?
- P... parce que je t'aime autant que j'aime ma femme, Phelan. Parce que je te r... respecte, et que tu vas vers ton destin.
Commenter  J’apprécie          10
Frapper un cheval est une infamie. Ces animaux pèsent dix fois ton poids. Et ils leur serait très facile de te tuer. Il faut être à la hauteur de leur mansuétude, alors qu'ils nous laissent même monter sur leur dos !
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Jean-François Chabas (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-François Chabas
"La sorcière et les Manananggals" - Présentation par Jean-François Chabas
Les plus populaires : Jeunesse Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus


Lecteurs (115) Voir plus



Quiz Voir plus

quiz sur les mille ruses du renard volant

Quel personnage raconte l'histoire ?

Lillian
Dorothy
Waldo

10 questions
2 lecteurs ont répondu
Thème : Les mille ruses du renard volant de Jean-François ChabasCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..