AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Tout seul (66)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
Crossroads
  16 février 2013
"Tout seul", c'est ainsi que les hommes l'ont surnommé .
Tout seul , c'est l'état perpétuel auquel il aspire , dans ce phare , depuis près d'un demi-siècle...

Boom !
Beauté : œuvre magistrale s'il en est , véritable ode au silence et à la réflexion sur la condition d'être humain et les tourments inhérents à la différence , à SA différence .

Boom !
Contemplation : état du lecteur feuilletant ces sublimes pages bicolores au graphisme abouti et maitrisé à l'extrême . L'esprit vagabonde au gré de ces planches maritimes mutiques faisant la part belle à la méditation et au questionnement .

Boom !
Onirisme : sentiment prégnant allant de pair avec la solitude et la tristesse qui habitent cet album de bout en bout .

Boom !
Trame : dans le cas présent , épurée jusqu'à l'os , elle porte cependant , de par sa simplicité et l'engouement qu'elle suscite , la patte d'un très grand !

Boom ! Explosions mystérieuses quotidiennes tentant bien humblement de tenir la dragée haute à ces assourdissants flots impétueux battant les flancs escarpés de ce noir ilot de solitude .
Quatre lettres bien inoffensives pourtant génératrices d'évasion , de peur , de poésie , d'avenir , de liberté...

Tout Seul : à lire par le plus grand nombre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          639
Pavlik
  28 mai 2014
Tout seul est une oeuvre minérale, sans fioritures, taillée dans du granit, qu'on imagine Breton. Une oeuvre émouvante mais qui, comme l'océan, sait se faire dure. Pour autant elle ne lorgne pas du côté de la pitié ou du misérabilisme, au contraire Chabouté témoigne d'une tendresse certaine pour Tout seul, le personnage central de ce récit.

Son véritable nom n'est jamais mentionné. Les gens du coin (la Bretagne ?) l'appelle ainsi car il vit reclus, sur un phare en pleine mer. Difforme, il n'a jamais quitté son refuge depuis sa naissance. Ses parents, anciens gardiens du phare (avant son automatisation), ce sont arrangés pour qu'un pêcheur lui livre des vivres toutes les semaines. Celui-ci a récemment engagé un nouveau marin qui, intrigué par cet homme et son existence surréaliste essaye d'en savoir plus sur lui auprès de son patron. Quelle est sa vie ? Que fait-il de ses journées ?

Magnifique histoire, Tout seul évoque un peu Silence de Comès, à la différence que ce dernier est victime de la cruauté des hommes, alors que Tout seul souffre de la solitude. La force qui le maintient en vie, dans ce décors ô combien romantique pour le quidam moyen, mais qui est pour lui une prison, est la puissance de son imagination, qu'il nourrit tous les soirs en choisissant, au hasard, une page de son dictionnaire. Mais, si Tout seul rêve de liberté (il collectionne soigneusement les objets de l'extérieur que le hasard du ressac amène à lui), la décision de partir n'est pour autant pas si évidente à prendre. Car dehors menace le regard de l'autre, symbolisé par cette scène magnifique où Tout seul, ouvrant son dictionnaire, tombe sur le mot monstre ce qui le fait se regarder dans le miroir.

Très aride au niveau du texte, Tout seul se lit d'une traite et Chabouté nous livre, par ailleurs, un dessin très maîtrisé, magnifique noir et blanc, particulièrement dans les scènes nocturnes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          490
marina53
  14 février 2013
Un phare au milieu d'un vaste océan... Toutes les semaines, un bateau, chargé de deux hommes, ravitaille l'homme qui y demeure. Aucun des deux ne l'a jamais vu. On le surnomme «tout seul», parce que depuis qu'il est né, il n'a jamais quitté ce phare, ce vaisseau de granit qu'il habite. On dit de lui que c'est un monstre et pourtant personne ne l'a jamais vu. Avec pour seule compagnie son poisson rouge et son dictionnaire, il n'a d'autres occupations que de pêcher et de rêver... Au fil des pages du dictionnaire sur lesquelles il tombe par hasard, il s'imagine tout un monde selon le mot qui s'affiche devant lui.

Chabouté réussit un coup de maître avec cet album conséquent. Pas moins de 370 pages au cours desquelles, finalement, on contemple les dessins, le destin de cet homme, de ses rêves. Pourquoi quitter ce rocher alors que le vaste monde lui fait si peur?
Un album des plus surprenant dans lequel Chabouté fait la part belle à l'onirisme, l'imagination, l'humanisme, la solitude, la sensibilité, l'humour et la tendresse.
Avec ses dessins tout en noir et blanc, de superbes planches où le silence est roi, le graphisme de Chabouté se dévore des yeux... et on en prend plein les mirettes!
Un véritable exploit graphique..

Tout seul... mais quelle présence!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          440
Macha_Loubrun
  22 octobre 2013
Il vit « Tout seul » dans un phare qu'il n'a jamais quitté depuis sa naissance. Est-il vraiment un monstre ? Personne ne l'a jamais vu.

Un vieux pécheur bourru l'approvisionne régulièrement sans se poser de questions mais un jour il embauche un homme qui est bouleversé par cette situation…Une attente se crée, amplifiant l'empathie du lecteur pour cet homme mystérieux dont on découvre petit à petit le quotidien.
Pour illuminer ses journées monotones, il déjeune en compagnie de son poisson rouge et pointe son doigt au hasard sur les mots de son dictionnaire. Dès lors, son imagination s'envole, il s'enivre d'images d'un monde qu'il n'a jamais vu. de superbes dessins en noir et blanc illustrent cette BD peu bavarde où paradoxalement l'importance des mots est capitale. C'est une histoire simple, d'un grand humanisme, au cours de laquelle on croise des regards apeurés, émerveillés, curieux ou bienveillants…
J'ai tourné la dernière page submergée par l'émotion comme après avoir reçu un gros paquet de mer. Chabouté signe une portrait poignant et d'une grande force poétique qui offre un beau message d'espoir.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          333
Domi_V
  20 février 2013
Est-ce aussi une critique ? (ou un dithyrambe au talent de Chabouté ?) si je dis simplement : subjuguée !, emportée par les vagues, sous un ciel nuageux, jusqu'au coeur d'un phare, ou vit un homme qui connait une solitude si dense, qu'on est capable de la ressentir physiquement (pour autant que ce soit possible...ma chair de poule en témoigne, en tout cas).
L'infinitude de la solitude, face à la mer et son propre reflet...
Commenter  J’apprécie          223
MarcoPolo85
  06 juin 2015
Il y a la mer et son mouvement. Il y a les mouettes et leur cri insupportable. Il y a les pêcheurs allant et venant dans ces eaux turbulentes.

Et, il y a ce phare, isolé, immuable et solide, scrutant cet horizon changeant. Et, dans ce phare, est un homme y vivant reclus depuis sa naissance. Il ne connaît personne et personne ne le connaît si ce n'est ce chalutier qui lui emmène une cargaison alimentaire hebdomadaire (c'était une volonté de feu le père de cet ermite).

Les seules ouvertures sur le monde que cet homme dispose sont la mer et les déchets qui lui sont ramenés... et surtout un dico.

Ce dictionnaire lui fait imaginer des tas de situations rien qu'en s'arrêtant sur un mot et devine des femmes et des hommes en action quelque part dans le monde.

Notre ermite a une grande soif de connaître ce monde, mais il se sait prisonnier du phare, qui s'apparente plus à un mouroir qu'à un guide.

Peu de sentiments transparaissent du personnage : pas de joie, de colère ou de peine. Un peu normal quand on a personne pour se confier..

Le noir et le blanc donnent le ton d'un environnement à l'état brut, sans fioritures. Et pourtant, Chabouté arrive à y donner de l'émotion et de la tendresse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
jamiK
  02 janvier 2017
Chabouté aime les personnages solitaires, ici c'est le thème même de l'histoire. Toujours son dessin, noir et blanc, sans nuances, sec, précis, les images de phare et de la mer sont superbes. Un personnages mystérieux vit seul dans son phare, évite le monde, avec un poisson dans un aquarium et un dictionnaire pour seuls compagnons. Chabouté nous décrit ces moments de silence, de solitude avec art et poésie, uniquement avec des lignes, des aplats, des noirs et des blancs. Certes, il y a forcément peu de dialogues, peu de rebondissements, alors il faut juste prendre le temps de savourer, image par image et respirer l'air du large.
Commenter  J’apprécie          180
blandine5674
  11 août 2016
La lecture est rapide et les dessins parlants et somptueux. Mais quand cette BD est refermée, elle continue de trotter dans la tête car c'est plein de sujets qui y sont dedans. Au lecteur de les retrouver… Je dirai simplement que le bonheur n'est-il pas de se contenter de ce que l'on a plutôt que de vouloir ce que l'on a pas…
Encore un bon cru Chabouté ! Quel talent ! Un bateau de pêche, deux hommes. L'un vient d'être embauché et demande pourquoi l'autre dépose chaque semaine des paquets au pied d'un phare. Il apprend qu'un homme vit dedans depuis une cinquantaine d'années et que personne ne l'a jamais vu. Alors le solitaire, avec pour seul compagnon un dictionnaire, s'imagine le monde…


Commenter  J’apprécie          187
GrandGousierGuerin
  20 août 2015
Quelle merveille ! Cela tient presque du prodige cette manière d'exprimer l'indicible par un simple coup de crayon, presque aucune bulle de paroles : une plongée dans sur la vie d'un homme difforme qui découvre et s'ouvre à l'altérité. Comme Quasimodo ou Elephant Man, l'apparence contraste avec la richesse du coeur. C'est un livre qui marque et qu'on souhaite faire partager. Pour preuve ….
Madame GGG : C'est particulier. Ce n'est pas vraiment vers cela que j'irais. Il faudrait essayer autre chose de lui.
Commenter  J’apprécie          160
lilimarylene
  09 octobre 2017
C'est sans doute un des plus beaux livres que j'aie lus depuis plusieurs années.

Les illustrations sont magnifiques, vivantes. le découpages des vignettes est rythmé, parfait. le noir et blanc donne une ambiance toute en ombres et en émotion.

Et le contenu en tant que tel est une vague de poésie et d'émotion. Avec une touche d'humour, de tendresse. Mais aussi un côté brut qui remue, bouscule, renverse.

J'ai adoré. J'ai vraiment adoré.
Grandiose.
Commenter  J’apprécie          150


Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
2795 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre