AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : B0018GKK6Y
Éditeur : (30/11/-1)

Note moyenne : 4/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Nous n’avons pas encore dans notre base la description de l’éditeur (quatrième de couverture)
Ajouter la description de l’éditeur

Vous pouvez également contribuer à la description collective rédigée par les membres de Babelio.
Contribuer à la description collective
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
gill
  09 septembre 2013
Ouvrir un livre de Paul Chack c'est, avec quasi certitude, embarquer sur un bâtiment "gris pont", poser le pied sur un de ces bateaux de la "Nationale" qui vécurent les heures tragiques de la première guerre mondiale.
En 1932 Paul Chack est Officier, affecté au Service Historique de la Marine. Il est un écrivain talentueux. Il n'a pas encore versé dans l'antisémitisme qui le conduira au poteau d'exécution après avoir été condamné, en 1944, peu après la libération à être fusillé.
Pour l'heure, il est un de ces officiers brillants, mais intransigeants qui vécurent, embarqués, la grande guerre.
Son style est flamboyant, parfois tumultueux , quelquefois incisif mais toujours élégant. Il sait autant faire renaître la tempête que nous faire revivre les heures angoissantes de veille à l'affût du périscope ennemi ou du sillon de la torpille meurtrière.
"Branle bas de combat" est un de ces ouvrages, beaux et tragiques. Il est constitué de trois parties.
La première, "Au canal d'Otrante" est le récit, poignant, du naufrage du croiseur "Léon Gambetta", torpillé, en 1915, au large des falaises d'Otrante par l'U.5 un vieux sous-marin allemand, déjà presque déclassé, du type Holland.
C'est un véritable hommage que rend Paul Chack à ces marins, dont il cite souvent les noms. L'émotion est tangible tandis "qu'autour du navire agonisant, les embarcations, lorsqu'on a eu l'extraordinaire chance de pouvoir les mettre à l'eau, s'éloignent à force de rames pour éviter le terrible remous que fait le bâtiment à l'instant qu'il s'engloutit".....
"La troisième spéciale" relate la croisière du trois-mâts "Normandy", armé de quatre canons de 75 camouflés. En 1917, mené par le capitaine Thoumire et l'enseigne Schillemans, ce vaisseau, apparemment inoffensif, va se lancer au travers la mer de la Manche à la poursuite des sous-marins allemands.....
La troisième et dernière partie de l'ouvrage fait le récit des campagnes de pêche menées, à partir de 1917, pour faire pièce au blocus allemand opéré par les sous-marins qui frappent le ravitaillement allié.
Les eaux du Finistère et du Morbihan sont devenues meurtrières. Les pêcheurs, riverains français de l'Atlantique, ont déclaré qu'ils ne sortiraient qu'en compagnie de navires armés.
Pour créer des flottilles de patrouille et de garde-pêche, d'invraisemblables rafiots retraités, qu'on a orné de minuscules bouches à feu, sont rendus à la vie active ou achetés en Espagne, en Norvège, en Islande, partout......
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          182
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
gillgill   23 août 2013
Embarquons à son bord*, un peu après minuit.
La relève des hommes s'est faite à onze heures. 400 babordais ont regagné leur hamac et 400 tribordais les ont remplacé aux postes de veille.
La relève des officiers vient d'avoir lieu à minuit.
Sur la passerelle de navigation, Roussel, lieutenant de vaisseau, a pris le quart, doublé de l'enseigne Colbrant.
Depuis huit mois que dure le blocus, il font équipe ensemble et chacun d'eux connaît à fond les habitudes de l'autre.
Sur la passerelle arrière, celle de l'amiral, le lieutenant de vaisseau Fay, aide de camp, est de service, prêt à recevoir les nouvelles des croiseurs voisins et à leur transmettre les ordres du chef de l'escadre.
A six noeuds, le "Léon Gambetta" se traîne, cap au nord-est, toutes les lumières hermétiquement masquées.
L'Italie, neutre encore, n'a pas éteint ses phares et, par le travers bâbord, le feu de Santa Maria di Leuca, éloigné d'une trentaine de kilomètres, semble une planète scintillant presque à l'horizon.....
(extrait de "dans la gueule du loup", troisième chapitre de "branlebas de combat", volume paru aux éditions de France en 1932)

* A bord du croiseur-cuirassé "Léon-Gambetta"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : sous-marinsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1771 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre