AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782234025752
249 pages
Éditeur : Stock (02/03/1993)

Note moyenne : 3.84/5 (sur 16 notes)
Résumé :
Dans Ma vie, le seul livre qu'il ait jamais écrit, Marc Chagall raconte son enfance, sa jeunesse et ses années d'apprentissage jusqu'en 1922.

Né â Witebsk, la ville qui ne cessera de le hanter (le livre lui est d'ailleurs dédié), il va grandir dans le quartier juif, entre son père qui met des harengs dans la saumure et sa minuscule mère: "Je voudrais dire que c'était quelque part en elle que s'était caché mon talent, que c'est par elle que tout m'a é... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Wiewowas
  10 février 2019
Mon Chagall toujours rêveur et toujours rattrapé par la réalité… Couples d'amoureux, animaux, isbas, le magicien, le violoniste, le rabbin… C'est la métaphore poétique qui triomphe dans la peinture de Chagall et qui me séduit tant. Pourquoi la vache est-elle verte et pourquoi le cheval s'envole-t-il dans le ciel ? Ses camarades communistes se demandaient : « Quel rapport avec Marx et Lénine ? »
Ce livre est le fruit de l'amour de Marc et Bella. C'est elle qui a traduit l'autobiographie de Chagall. Ce n'est pas une biographie complète, loin de là, car elle s'arrête à l'année 1922. En 1923 Chagall émigre à Paris. Je rappelle quand même quelques dates : Chagall est né en 1887, à Vitebsk. Dans sa ville natale, en 1909, Chagall fait connaissance de Bella Rosenfeld, sa future femme, fille de bijoutier. En 1915, toujours à Vitebsk, il l'épouse. L'année 1931, c'est la parution de son autobiographie Ma vie, dans la traduction de Bella. 1937 Chagall acquiert la nationalité française.
Il y deux Chagall comme il y la vie avec Bella et après Bella où le climat s'assombrit. En 1944 Bella meurt d'une infection virale. J'imagine parfois que la chance de la vie de Chagall n'était pas dans son génie mais dans sa rencontre de Bella, son inspiratrice et sa beauté éternelle. Ce n'est qu'avec elle qu'il vit l'idylle poétique exprimée dans son autobiographie : « Enfin seuls à la campagne. Bois, sapins, solitude. La lune derrière la forêt. le cochon dans l'étable, le cheval derrière la fenêtre, dans les champs. Le ciel lilas. »
Les phrases spontanées de Chagall contredisent souvent les historiens d'art. C'est pour cela que le livre est intéressant. Il témoigne de l'humour discret de Chagall et de son insouciance et confirme que notre vie est un étalage d'illogismes. Chagall quitte la Russie ennuyeuse et malheureuse et pourtant son repli sur lui-même fait toujours revenir son enfance dans son oeuvre. Il refuse le côté trop intellectuel du cubisme et pourtant la méthode géométrique de l'éventail est bien présente dans ses créations. Dans ses écrits, il aborde le peuple juif dont il est issu avec une douce moquerie et une supériorité nonchalante d'un homme du monde et pourtant le juif errant ne quitte jamais son univers créatif. À tel point qu'on lui reproche la tendance à l'autonomie des motifs au détriment de leur puissance expressive : toujours les mêmes réminiscences au cours des différentes décennies, les motifs qui ne servent plus que d'étiquette, de moyen d'identifier la toile comme « un Chagall » et font dissiper l'aura d'étrangeté enveloppant Chagall… Enfin, Chagall refuse les absurdités politiques qui ont suivi la révolution russe et pourtant, l'ironie du sort, la famille Chagall emménage un jour avenue d'Orléans, dans un appartement avec un mobilier oriental qui avait déjà abrité Lénine !
Comme aucun autre artiste du 20éme siècle Chagall sut tout concilier : les différentes communautés religieuses et artistiques. Sa faculté d'intégration est comme une promesse d'un monde fraternel et paradisiaque.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10010
Nowowak
  06 septembre 2020

On dit que le merveilleux chez Chagall provient de la fusion du profane et du divin. Sa quête repose sur la grandeur de l'homme universel dans un monde peuplé de fleurs, d'anges, de dieux et d'animaux familiers. Est-ce la raison pour apercevoir des vaches sur un toit russe ou des amants qui s'envolent ? le ciel est son terrain de jeux, son principal horizon. Son travail ressemble à un art insensé, nouveau, rénovateur, parfois naïf. "Un mercure flamboyant, une âme bleue, jaillissant sur ses toiles", à une époque qui chante des hymnes à l'art technique, qui divinise le formalisme. S'adonner à la peinture fut une façon de voyager, de quitter Witebsk, une ville (natale) qu'il jugeait ennuyeuse.
Chaque peintre cache une muse. Chagall rend hommage dans sa biographie à son épouse. "Bella, matin et soir, portait dans mon atelier de doux gâteaux de sa maison, du poisson grillé, du lait bouilli, diverses étoffes décoratives, même des planches qui me servaient de chevalet. J'ouvrais seulement la fenêtre de ma chambre et l'art bleu, l'amour et les fleurs pénétraient avec elle. Toute vêtue de blanc ou tout en noir, elle survole depuis longtemps à travers mes toiles, guidant mon art." L'a-t-il peinte en s'éloignant des lois de la gravitation, en créant des silhouettes blanches, fluides, évanescentes, presque liquides, des apparitions en apesanteur qui se dérobent dans ses toiles ?
Plus libre que ne l'est l'avant-garde, Chagall retient la concrétisation géométrique de l'espace et ne sacrifie ni le coloris ni le choix de ses thèmes au raidissement des formes. il vous inonde les yeux de lumière. Il choisit la difficulté et ne tombe pas dans l'abstrait mais dans le rêve aux traînées d'ange. Une sorte d'esthétique du surnaturel le guide, une charte du flamboyant. Elle s'affranchit de toute contrainte linéaire dans un lyrisme coloré où figures et espace fusionnent dans un monde habitué aux chimères.
Nowowak
Lien : https://brunosanmarcomovingp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          471
raynald66
  05 février 2014
Bonne biographie de Chagall, un de mes peintres préférés dont j'aime les peintures et aussi les céramiques, qui relate son enfance à Witebsk, sa rencontre avec Bela, son arrivée à Paris (la Ruche). Quand j'ai commencé ce livre, je n'ai pas pu le fermer avant de l'avoir lu entièrement en une soirée, que du plaisir !!!
J'ai trouvé pleins d'anecdotes savoureuses que j'ai mis en "citations".
Extrait =
L'essentiel, c'est l'art, la peinture, une peinture différente de celle que tout le monde fait. Mais laquelle ? Dieu, ou je ne sais plus qui, me donnera-t-il la force de pouvoir souffler dans mes toiles mon soupir, soupir de la prière et de la tristesse, la prière du salut, de la renaissance ?


Commenter  J’apprécie          150

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
WiewowasWiewowas   10 février 2019
Je réunis plusieurs citations en une seule à la manière de Chagall lui-même qui place ses souvenirs et visions sur la même toile en éventail :

Muni de mes vingt-sept roubles, les seuls que j’aie reçus de mon père dans ma vie (pour mon enseignement artistique), je m’enfuis, toujours rose et frise, à Pétersbourg, suivi de mon camarade. C’est décidé.

Je m’appelle Marc, j’ai l’intestin très sensible et pas d’argent, mais on dit que j’ai du talent.

Seule la grande distance qui sépare Paris de ma ville natale m’a retenu d’y revenir immédiatement… C’est Louvre qui mit fin à toutes ces hésitations… Ici, au Louvre, devant les toiles de Manet, Millet et d’autres, j’ai compris pourquoi mon alliance avec la Russie et l’art russe ne s’est pas nouée. Pourquoi ma langue, elle-même, leur est étrangère.

À commencer par le marché où, faute d’argent, je n’achetais qu’un morceau d’un long concombre, l’ouvrier dans sa salopette bleue, les disciples les plus zélés du cubisme, tout témoignait d’un goût net de mesure, de clarté, d’un sens précis de la forme.

Mais mon art, pensais-je, est peut-être un art insensé, un mercure flamboyant, une âme bleue, jaillissant sur mes toiles.

Personnellement, je ne crois pas que la tendance scientifique soit heureuse pour l’art. Impressionnisme et cubisme me sont étrangers. L’art me semble être surtout un état d’âme.

Époque qui chante des hymnes à l’art technique, qui divinise le formalisme

Mes tableaux enflaient dans la Potsdamerstrasse, tandis que tout près on chargeait les canons.

Vitebsk est « un pays bien à part ; une ville singulière, ville malheureuse, ville ennuyeuse »

Vous avez vu chez moi ce vieillard en prière ? C'est lui. C'était bien, lorsqu'on pouvait travailler tranquillement. Parfois ce tenait devant moi une figure si tragique et si vieille, qu'elle avait plutôt l'air d'un ange. Mais je ne pouvais pas y tenir plus d'une demi-heure... Elle puait trop.

Elle (Bella, épouse de Chagall), matin et soir, portait dans mon atelier de doux gâteaux de sa maison, du poisson grillé, du lait bouilli, diverses étoffes décoratives, même des planches qui me servaient de chevalet. J’ouvrais seulement la fenêtre de ma chambre et l’art bleu, l’amour et les fleurs pénétraient avec elle. Toute vêtue de blanc ou tout en noir, elle survole depuis longtemps à travers mes toiles, guidant mon art.

Vêtu d’une chemise russe, une serviette de cuir sous le bras, j’avais bien l’allure d’un fonctionnaire soviétique.

Je pense que la révolution peut être grande tout en conservant le respect de l’autrui.

Ce qui d’abord m’a sauté aux yeux, c’était une auge. Simple, carrée, moitié creuse, moitié ovale. Une auge de bazar. Une fois dedans, je la remplissais entièrement.

Le cirque est un spectacle magique, qui passe et fond comme un monde.

L’essentiel c’est l’art, la peinture, une peinture différente de celle que tout le monde fait. Mais laquelle ? Dieu, ou je ne sais plus qui, me donnera-t-il la force de pouvoir souffler dans mes toiles mon soupir, soupir de la prière et de la tristesse, la prière du salut, de la renaissance ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
raynald66raynald66   05 février 2014
Rencontre avec Bela =

Son silence est le mien. Ses yeux, les miens. C''est comme si elle me connaissait depuis longtemps, comme si elle savait tout de mon enfance, veillait sur moi, me devinant du plus près, bien que je la voie pour la première fois. Je sentis que c'était elle ma femme.
Son teint pâle, ses yeux. Comme ils sont grands, ronds et noirs !
Ce sont mes yeux, mon âme.
Commenter  J’apprécie          111
raynald66raynald66   05 février 2014
Mes chers, vous voyez, je suis revenu vers vous. Je suis triste ici.
La seule chose que je désire, c'est faire des tableaux et encore quelque chose. Ni la Russie impériale, ni la Russie des Soviets n'ont besoin de moi.
Je leur suis incomprehensible, étranger.
Je suis certain que Rembrant m'aime
Commenter  J’apprécie          100
raynald66raynald66   05 février 2014
Voici la mansarde d'Apollinaire, ce Zeus doux.
En vers, en chiffres, en syllabes courantes, il traçait pour nous un chemin.
Il sortait de sa chambre d'angle, souriait peu farouchement et ses yeux doux et mystérieux chantaient la volupté.
Il portait son ventre, comme un recueil d'oeuvres complètes et ses jambes gesticulaient comme des bras.
Commenter  J’apprécie          80
raynald66raynald66   05 février 2014
Tant d'années se sont écoulées depuis qu'elle est morte !
Où es tu, maintenant, petite mère ? Au ciel, sur la terre ?
Je suis ici, loin de toi. Je serais plus à laise, si j'avais été plus près de toi ;
au moins, aurais je regardé ton monument, touché ta pierre.
Ah ! maman. Je ne peux plus prier et je pleure de plus en plus rarement.
Mais mon âme pense à toi, à moi, et ma pensée se consume dans le chagrin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Marc Chagall (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marc Chagall
Marc CHAGALL & son fils David Mc NEIL
autres livres classés : autobiographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1005 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre