AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782226397140
216 pages
Albin Michel (27/02/2019)
4.07/5   22 notes
Résumé :
Résumé :

Amélie Nothomb, morte ?

Elle ne se souvient de rien. Voici pourtant qu'une dénommée Plectrude lui annonce la sinistre nouvelle. Elle lui révèle également qu'une identité posthume est attribuée à chacun au terme d'une cérémonie. L'un ira au paradis des cinéastes et l'autre au paradis des boulangers, par exemple.
L'éternité est moins longue lorsqu'on échange autour d'une passion commune... Amélie s'attend donc à retrouve... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
AgnesLenoire
  05 mars 2019
Marianne Chaillan est philosophe, mais quoi de mieux qu'une fable pour initier à la philosophie ? C'est ce qu'elle veut nous montrer avec cette fiction dont Amélie Nothomb est l'héroïne. Amélie est morte ; elle sera assignée à un paradis qui correspond à sa vie, après une cérémonie de répartition ; elle espère être affectée au paradis des écrivains, mais contre toute attente, on lui affirme qu'elle est philosophe et que sa destination est la zone « philosophie ». Amélie fait appel.
S'ensuit un jugement où défilent les philosophes les plus prestigieux, qui vont tous défendre le caractère éminemment philosophique de l'oeuvre de l'écrivaine. Hannah Arendt, la première, se présente à la barre pour y défendre le caractère philosophique du roman Acide sulfurique, où est développée, selon elle, une théorie de « la banalité du mal », puis Levinas, Cicéron, Sartre, Spinoza, Hegel, Heidegger, Jankélévitch, Nietzsche évoquent à leur tour l'écrivaine.
Elle serait plutôt stoïcienne dans le crime du comte Neville pour Cicéron, alors que Sartre y voit une philosophe de la liberté humaine, et Spinoza une philosophe du déterminisme sans fatalisme. Levinas parle de « la fatigue d'être, ou d'avoir à être » d'Amélie dans Journal d'hirondelle. Dans Stupeur et tremblements, Hegel repère la reconnaissance d'autrui à travers le conflit avec Fubuki ; Spinoza, à nouveau, voit son fameux conatus dans le désir devant rester inassouvi dans Biographie de la faim. Jankélévitch affirme que dans La nostalgie heureuse le retournement de cette nostalgie devient un vide zen. Dans Métaphysique des tubes, Heidegger fait une lecture de la vie avec la mort : une existence « sous la lumière de la finitude ». Enfin Nietzsche voit dans Ni d'Eve ni d'Adam une grande réflexion sur la question du langage.
Où ira Amélie Nothomb ? Quel paradis lui sera accordé ? Ne dévoilons pas la fin ! Mais si vous êtes lecteur ou lectrice de A. Nothomb, et si vous êtes tenté.e de réviser les grandes pensées des philosophes sous une forme fictionnelle agréable, n'hésitez pas, c'est pour vous !

Lien : https://blogs.mediapart.fr/a..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
LettresItBe
  26 janvier 2020
Alors que Soif, le nouveau roman d'Amélie Nothomb sorti en pleine rentrée littéraire 2019, était pressenti pour le Goncourt en marquant le grand retour de son auteure, Marianne Chaillan proposait il y a peu d'aller encore plus loin à la rencontre de la Dame au chapeau. Avec Ainsi philosophait Amélie Nothomb (Albin Michel), plongez dans l'oeuvre d'une auteure que l'on ne connait jamais vraiment !
# La quatrième de couverture
Amélie Nothomb, morte ? Elle ne se souvient de rien. Voici pourtant qu'une dénommée Plectrude lui annonce la sinistre nouvelle. Elle lui révèle également qu'une identité posthume est attribuée à chacun au terme d'une cérémonie. L'un ira au paradis des cinéastes et l'autre au paradis des boulangers, par exemple. L'éternité est moins longue lorsqu'on échange autour d'une passion commune... Amélie s'attend donc à retrouver Stendhal et Virginia Woolf au paradis des écrivains. Stupeur ! Elle se retrouve au paradis des philosophes, aux côtés de Platon et de Nietzsche ! S'agit-il d'une erreur ? En faisant appel de cette décision, Amélie va subir un drôle de Jugement dernier au cours duquel viendront témoigner les illustres gloires de la philosophie, depuis Spinoza jusqu'à Sartre.
Écrit « à la manière » d'Amélie Nothomb, ce conte philosophique de Marianne Chaillan est un voyage aussi drôle que méditatif qui invite le lecteur à découvrir autrement l'oeuvre de la romancière mondialement célèbre.
# L'avis de Lettres it be
Il y a plusieurs mois, nous vous parlions déjà de Marianne Chaillan sur Lettres it be, plus précisément de son essai Ils vécurent philosophes et firent beaucoup d'heureux paru en 2017 aux Éditions des Équateurs. Dans ce remarquable texte, l'auteure et professeure de philosophie à Marseille sondait la force philosophique de l'ami Walt Disney. Avec Ainsi philosophait Amélie Nothomb, c'est l'auteure connue à travers le monde entier qui passe sur le grill. Et de quelle manière…
Amélie Nothomb est morte. Elle s'attend, sans crainte aucune, à intégrer le paradis des écrivains. Et là, surprise : on l'annonce plutôt du côté du paradis des philosophes ! C'est le point de départ de ce nouvel essai signé Marianne Chaillan. Pourquoi une telle situation ? La philosophe fait le pari de mettre en lumière sur près de 200 pages toute la réflexion philosophique des romans d'Amélie Nothomb.
Arendt, Sartre, Nietzsche… On en croise du beau monde à la barre dans ce procès philosophique d'Amélie Nothomb. Outre l'aspect romanesque de ce texte, savoureux de bout en bout, Marianne Chaillan invite son lecteur, une fois encore, à percer les mystères de la philosophie sous l'angle des romans de Nothomb, de Riquet à la houppe en passant par Stupeur et tremblements et tant d'autres. Et c'est vrai qu'à raison d'un roman sorti par an, il y a de quoi faire ! Avec une complexité réduite mais un intérêt grandissant, Marianne Chaillan parvient à dompter des concepts philosophiques parfois ardus pour les rendre accessibles à chaque lecteur. Malgré cela, nous sommes bien loin d'une vulgarisation tiède : on réfléchit, on est invité à penser, on fait fonctionner la boîte à neurones mais toujours avec le sourire.
De toute évidence, Marianne Chaillan confirme sa place dans les philosophes d'aujourd'hui à garder dans le coin de l'oeil. Avec Ainsi philosophait Amélie Nothomb, on ne peut que saluer cette initiative à deux visages : un hommage à l'une des auteures francophones les plus lues au monde, et une porte ouverte vers la philosophie qu'il serait regrettable de ne pas franchir.
Retrouvez la chronique en intégralité sur Lettres it be
Lien : https://www.lettres-it-be.fr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ValdeMontparnasse
  07 septembre 2019
J'ai bien aimé ce livre qui met en lumière l'aspect philosophique des oeuvres d'Amélie Nothomb. En effet, elle qui est morte et pensait se retrouver au paradis des écrivains littéraires se retrouve au paradis des... philosophes !
Chaque philosophe interviewé ( Socrate, Alain, Kierkegaard...) lors du jugement devra plaider en cette faveur ou non, avec des arguments sur l'aspect philosophique de chacune de ses oeuvres passée au peigne fin.
Ou vous découvrirai les oeuvres d'Amélie Nothomb sous un autre angle...
Je le relirai, car il est assez dense. Une chose est certaine, cela donne envie de lire ou relire des oeuvres de ces philosophes !
Commenter  J’apprécie          90
Descollinesdepapier
  19 avril 2019
Ce livre est passionnant ! Il s'adresse aux lectures d'Amélie Nothomb, comme aux non-initiés, car il résume toujours très justement l'oeuvre dont il est question. Une chose est sûre, il m'a donné envie de lire et de relire Nothomb ! Marianne Chaillan fait preuve d'un culot extraordinaire : d'abord elle tue Amélie Nothomb, ensuite elle se glisse dans la peau de Sartre, Spinoza ou Nietzsche pour analyser son oeuvre ! L'ouvrage est érudit mais il reste très accessible. Il est passionnant de voir les grands thèmes des oeuvres de Nothomb analysés sous leur portée philosophique !
Lien : https://descollinesdepapier...
Commenter  J’apprécie          70
RGClaire
  17 mai 2020
Distrayant et ludique ! Je ne connais pas Amélie Nothomb ou si peu. Cette lecture me permet d'appréhender ces écrits, m'en donne même le goût de la lire ! Lecture vraiment agréable, facile et rapide appelant à se remémorer brièvement les préceptes de différents philosophes.
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (1)
LeSoir   29 avril 2019
Rien de cruel dans le geste de Marianne Chaillan dont le livre ludique et addictif n’a qu’un but : prouver que la romancière belge est une philosophe.
Lire la critique sur le site : LeSoir
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
ValdeMontparnasseValdeMontparnasse   17 août 2019
Voilà qui paraît en effet parfaitement clair à vous entendre, Cicéron. Et nous vous remercions de votre témoignage. Souffrez désormais que nous donnions la parole à un penseur qui ne fait pas du livre d' Amélie Nothomb la même interprétation que vous. C'est à vous, Sartre ! Expliquez- nous : à vous croire, Amélie Nothomb, loin d'être stoicienne, est une philosophe de la liberté humaine.
Commenter  J’apprécie          70
ValdeMontparnasseValdeMontparnasse   15 août 2019
Un livre peut changer une vie. Il peut la sauver. Amélie en était évidemment persuadée depuis longtemps. Mais découvrir que ses propres livres pouvaient avoir pour d'autres la vertu que ceux de Rilke ou de Nietzsche, par exemple, avaient eue pour elle suscitait une émotion difficile à mettre en mots.
Commenter  J’apprécie          82
ValdeMontparnasseValdeMontparnasse   15 août 2019
(Dans la préface de Raphaël Enthoven)

Certains livres donnent à penser, comme on offre une cerise au mangeur de gâteau.
D'autres se trouvent d'emblée à la croisée du coeur et de l'esprit.
Les premiers sont des thèses maquillées en récits, dont les personnages sont des ombres qui pensent. Les seconds sont (principalement) l'oeuvre d'Amélie Nothomb.
Commenter  J’apprécie          50
RGClaireRGClaire   17 mai 2020
Si on y réfléchit, ne peut-on pas considérer que dans le suicide il ne s'agit pas de se donner à soi-même la mort mais d'essayer d'esquiver cette dernière ? En choisissant le suicide ne signe-t-on pas son refus d'une mort qui pourrait nous frapper à notre insu, sans notre consentement ? […] il faut distinguer : la mort, ce n'est pas le décès ni le trépas, c'est un mode d'être, c'est exister sous la lumière de la finitude. Tant que nous vivons, nous sommes mourants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LiraddictLiraddict   23 janvier 2020
Chapitre consacré à "Le fait du prince ".
Pourquoi devrions-nous lire Le Fait du Prince comme un traité existentialiste ?
.....
Lorsque l'on est croyant, on est conduit à penser que Dieu joue dans la création de l'homme le même rôle que les ingénieurs de Jaguar dans la création de la voiture, c'est-à-dire que l'homme réalise un certain concept qui était dans l'entendement de Dieu. De ce fait, on considérera aussi que, pour l'homme, l'essence précède l'existence. Mais si l'on est athée, ce qui est mon cas (quoique la continuation de mon existence après m'a mort ne manque pas aujourd'hui de m'interpeller), il faut penser les conséquences de l'absence de Dieu. S'il n'y a pas de Dieu, alors il n'y a pas de concepteur qui détermine au préalable l'essence de l'homme ! L'homme existe d'abord, et il se choisit où se définit ensuite. Et il se définira comme il le souhaitera. C'est à lui et à lui seul qu'il revient de déterminer son essence. Vous comprenez maintenant, je l'espère, ce que je veux dire quand je soutiens que, pour l'homme, l'existence précède l'essence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Marianne Chaillan (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marianne Chaillan
Philosophe et professeur de philosophie à Marseille, Marianne Chaillan est l'autrice de plusieurs ouvrages sur ce que l'on appelle la culture pop, notamment Harry Potter ou Game of Thrones, vus par les grands philosophes. Aujourd'hui, elle publie "Où donc est le bonheur", aux éditions Équateurs.

Retrouvez l'intégralité de l'interview ci-dessous : https://www.france.tv/france-5/la-grande-librairie/
autres livres classés : essaiVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
654 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre