AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Vasco tome 5 sur 30
EAN : 9782803605972
48 pages
Le Lombard (07/06/1996)
3.78/5   16 notes
Résumé :
Le fougueux Siennois est à Nuremberg. Suite au massacre de paysans, de nombreuses questions se posent dans l'opulente ville allemande. Les "barons" que tout accuse, sont-ils réellement coupables ?
Que lire après Vasco, tome 5 : Les BaronsVoir plus
Vasco, tome 1 : L'Or et le fer par Toublanc

Vasco

Frédéric Toublanc

3.08★ (1133)

30 tomes

Lefranc, tome 1 : La grande menace par Martin

Lefranc

Jacques Martin

3.29★ (3652)

33 tomes

Jhen, tome 1 : L'or de la mort par Payen

Jhen - BD

Hugues Payen

3.62★ (964)

18 tomes

Alix, tome 1 : Alix l'intrépide par Martin

Alix

Jacques Martin

3.08★ (7413)

41 tomes

Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Je le redirai à chaque tome, pour apprécier la série "Vasco" à sa juste valeur il faut accepter les us et coutumes de la BD franco-belge à l'ancienne ici version Hergé (et/ou être passionné d'Histoire, franchement ça aide beaucoup), donc pas la peine de râler sur tel ou tel truc qui appartiennent à une autre époque de la bande dessinée où les auteurs n'avaient guère leur mot à dire face aux préjugés d'une autre époque encore plus ancienne à laquelle appartenaient leurs éditeurs… Voilà pour la mise au point !


Ce 5e tome intitulé "Les Barons" et paru en 1987 aurait pu être nommé « Les Maîtres-chanteurs de Nuremberg »… Pour des raison de confidentialité, le Burgrave Hohenzollern a préféré emprunter aux banquier italiens plutôt qu'allemands mais le voici à cours de liquidités et de bijoux de famille à solder. Vasco est donc missionné pour évaluer si leur client est encore solvable vu que celui-ci se refuse à vendre ses terres et ses titres alors que ce dernier est victime de chantage depuis des années et des années (ses fils Frédéric et Rudolf étant accusés d'avoir brûlé vif un trentaine de villageois pour des motifs aussi égotiques aussi futiles que vulgaires). Dès les premières pages il est abandonné en pleine forêt par ses hôtes et est sauvé d'une meute de loup par Jorg le braconnier censément être le présumé maître-chanteur de la famille Hohenzollern…
Un tome bien rempli et bien construit : le Burgrave est antipathique à souhait, ses fils sont trop bêtes pour être de fins criminels, Jorg fait tellement figure d'intermédiaire voire de menu-fretin qu'il y a forcément un commanditaire derrière lui, et ce n'est pas Birgitt la fille du forgeron devenue muette suite au drame qui va renseigner notre enquêteur italien. Pour ne rien gâcher la tension monte entre l'aristocratie et la bourgeoisie quand le Burgrave convoqué par les élites autoproclamées de Nuremberg fait quasiment le siège de la ville, et on entre dans la lutte des classes quand le Burgrave fait entrer le prolétariat dans le conflit ! Et puis nous sommes en plein carnaval où toutes les valeurs et toutes les hiérarchies sont inversées avec des gens masqués qui déambulent et chahutent dans toutes les rues de la ville, et puis il y a un Roméo noble et une Juliette roturière qui essayent de convaincre leurs familles respectives de les laisser vivre leur amour au grand jour… Et au final on se doute bien que derrière tant de haine il y a forcément une histoire de vengeance ! Alors évidemment en 48 pages on ne peut pas multiplier inconsidérément les personnages pour créer des fausses-pistes génératrices de suspens supplémentaire, donc fatalement on finit par deviner plus ou mois tôt l'identité du véritable maître-chanteur, le bourreau qui cache encore plus de lourd secrets que sa victime pour la simple raison que les événements l'ont fait passer de victime à bourreau…
Dégoûté par la vérité, Vasco quitte les lieux du drame en pleine révolution sociale. Quel gâchis pour les personnages mais quel album pour lecteurs, sans doute l'un des meilleurs de la série !


PS : le fait que sur Babelio Sachenka soit le seul en plus d'être canadien à avoir chroniqué cette série historique à tous les sens du terme de la BD franco-belge est à la limite du scandale !
Commenter  J’apprécie          281
Que voilà un excellent tome !

Vasco Baglioni – que je trouve de plus en plus ressemblant à son « cousin » des Rois Maudits, Guccio Baglioni, interprété par Jean-Luc Moreau – nous emporte dans le sud du saint Empire Romain, entre le château des Hohenzollern (https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3e/Burg_Hohenzollern_ak.jpg/1280px-Burg_Hohenzollern_ak.jpg) et la ville de Nuremberg (toujours aussi belle de nos jours soit dit entre nous). L'intrigue trouve sa source dans une tragédie familiale à laquelle sont mêlés des personnages célèbres tels les Hohenzollern (ancêtres de Frédéric II et Guillaume II de Prusse, pour les plus célèbres) et les banquiers Fugger. Vasco est mandaté pour négocier un prêt aux Hohenzollern, mais surtout pour découvrir la vérité sur la tragédie. L'histoire aurait pu faire l'objet d'un roman de la série Grands Détectives de la maison d'édition 10/18 : amour, trahison, assassinat de masse, vénalité, tout y est. de bonnes doses d'action aussi, bien que la mise en dessin de l'action soit le gros point faible de Gilles Chaillet.

Mais le véritable intérêt de l'album se situe, comme d'habitude, dans les décors médiévaux absolument sublimes, que l'auteur reproduit ou extrapole avec précision. Les vêtements d'époque ne sont pas en reste. Lire Vasco, c'est comme se plonger dans un livre sur « la vie au moyen-âge ». Je suis content qu'il ait choisi un pays fascinant et peu exploité dans sa période médiévale.

Prochain album : retour à Venise.
Commenter  J’apprécie          304
Après les premiers tomes, qui se déroulaient en Italie, en Grèce et en Anatolie, les aventures de Vasco se déplacent plus au nord, en Allemagne. le jeune commis-banquier se rend auprès du comte Hohenzollern qui sollicite un énième emprunt à la banque Tolomeï afin de faire taire des mauvaises langues. Ce chantage odieux le ruine petit à petit mais lui permet de maintenir son autorité sur les barons qui se montrent de plus en plus revendicateurs et qui cherchent par tous les moyens à s'abroger certains de ses pouvoirs. Vasco y joue les détectives tout en risquant sa vie à quelques reprises. Ce cinquième album continue à démontrer la rigueur avec laquelle Gilles Chaillet reconstitue l'histoire. L'architecture du sud de l'Allemagne est très différente de celle du sud. Pareillement pour la végétation, les forêts. Et, pour la première fois, y voit de la neige ! Anecdote : quand je suivais mon cours sur la littérature jeunesse, ma professeure avait avancé l'idée que Chaillet poussait son souci du détail jusqu'à vérifier si les dates auxquelles les aventures se déroulaient permettaient qu'il y ait une pleine lune la nuit ou pas. Je n'ai pas été en mesure de valider cette information mais je me plais à y croire.
Commenter  J’apprécie          250
Quel bonheur de retrouver Vasco, qui pour moi représente l'assurance de passer un bon moment de lecture. L'intrigue est bien menée avec des rebondissements. Les graphismes des paysages sont magnifiques avec une multitude de petits détails. Ici, Vasco Baglioni est dépêché par la banque Tolomei pour enquêter sur une sombre histoire de chantage à Nuremberg. Une histoire passionnante.
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
- Johanna, combien de fois devrais-je te répéter de montrer plus de retenue dans ton mode vestimentaire!?
- Mais, Père, pourquoi cacher ce que Dieu m'a donné? Ce serait lui faire méchante injure!
Commenter  J’apprécie          160
- Baglioni, je vous présente le bonheur de ma vie : ma fille Johanna!
- Voilà présence qui, à n'en point douter, constitue le plus bel ornement de votre foyer!
Commenter  J’apprécie          180
- Le nez d'un Lombard est plus fin que la truffe d'un chien de chasse!
Commenter  J’apprécie          150

Lire un extrait
Videos de Gilles Chaillet (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gilles Chaillet
Bande annonce de "Vinci"
autres livres classés : bande dessinéeVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (56) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5216 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *}