AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2841565408
Éditeur : Editions du Rouergue (16/01/2004)

Note moyenne : 4.12/5 (sur 4 notes)
Résumé :

Quand la prof de français a demandé aux élèves d'inventer un conte de fées, les jumeaux de la classe, John et Lisa, ont tout de suite expliqué qu'eux, ce qu'ils préfèrent, ce sont les contes de fous. Car les contes de fous, ils connaissent. Par exemple, leur père, tout le monde pense que c'est un homme charmant. Mais John et Lisa savent que certains jours, il se transforme en jaguar féroce et même en ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Ziliz
  08 juillet 2015
Consigne du jour en français : écrire un conte de fées. Mais les jumeaux John et Elsa ne croient pas aux belles histoires, ni même aux dénouements heureux quand tout va mal. Depuis le temps que leur mère promet qu'ils vont partir pour échapper au père colérique, alcoolique et violent : "Elle a dit que justement elle va tailler la route très bientôt, qu'il ne faut pas s'en faire et qu'on va divorcer dans quelques instants. Il lui manque juste un peu d'argent. Soi-disant." (p. 65)
Alors, à défaut de conte de fées, Elsa écrit un conte de fous, un Hansel et Gretel revisité, sans espoir, calqué sur leur quotidien cauchemardesque. Son frère et elle se débattent et s'engluent dans une toile familiale tissée par un père toxique. Leur mère a perdu tout courage de lutter, Elsa ne voit pas de solution, chaque tentative ne peut qu'aggraver leur cas. Raconter aux copains, c'est prendre le risque de n'être pas cru ou pire, que le père soit dénoncé et alors gare aux représailles : "Et là, rien que d'imaginer une main qui sonne chez nous pour dire à mon père que ses enfants se plaignent de lui, je m'évanouis d'horreur et je préfère encore mourir tout de suite que de continuer à penser à ce qui arrivera après, quand la porte sera refermée." (p. 77)
Voilà, Isabelle Chaillou parle ici de ce qui se passe parfois derrière les portes, et cela peut être tellement effrayant qu'on préfère ignorer, parce qu'agir est trop compliqué et/ou risque de mettre le feu aux poudres...
L'auteur, prof de français dans un collège, secoue son lecteur à partir de sujets graves sur l'adolescence. Je l'ai constaté avec 'HS', roman jeunesse sur l'homosexualité d'une jeune fille. On retrouve ici des adolescents en souffrance, tentés par le suicide comme issue à leurs difficultés.
Je ne savais rien des sujets abordés dans ce 'John et moi' en le commençant, sinon que ce court roman était terrible. Il l'est, en effet, même si les idées et les reparties de la formidable petite narratrice peuvent nous arracher de loin en loin de pâles sourires...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Juin
  17 mai 2015
Ils sont deux, jumeaux, frère et soeur. Les contes de fée ils n'y croient plus et refusent d'en écrire un . Parce que leur vie c'est un conte de fous. Ils le clament haut et fort. Enfin pas si haut que cela, la crainte est trop présente. Les représailles seraient plus terribles que la peur.
Pourtant tout le monde le dit. C'est un homme si charmant.
Et que faire pour sortir de cet enfer. Priez le dieu de Sophie auquel il ne croit pas. Mais qui sait.... Donner une lettre à la boulangère qui est si gentille....Passer un coup de fil pour recevoir de la pub.
C'est Isa qui raconte leur histoire à John et à elle. Elle parle Isa, beaucoup, elle fait des marchés avec elle-même pour éloigner la foudre ou l'ogre, on ne sait plus très bien...Elle apprend le silence. Elle l'écrit à 4 mains le conte de fous aussi pour Mme Chauffroid, l'institutrice.
Ce sera l'histoire de Jim et Lisa.
"Qu'est-ce qu'il était une fois ? " Terrible conte !!
Terrible histoire, écrit comme on parle, qui se mélange, enfle, hurle, pleure et se tait de ne pouvoir dire.
Un livre écrit au scapel, qui semble brouillon tant les choses doivent être dites. Qui ne fait pas sourire, à aucun moment. Parce que comme le dit Isa
" J'ai peur. Franchement"
Et c'est vrai que c'est une putain d'histoire cette histoire là.



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          72
lejardindestephanie
  18 juillet 2014
Fin d'après-midi d'été, tu attrapes un livre qui traîne là, tu ne lis pas la quatrième, un petit roman jeunesse facile et rapide à lire te dis-tu.
Rapide à lire, sans conteste.
Facile, loin de là. Il creuse ton âme et tes souvenirs comme peu de livres y sont parvenus.
Il tourneboule tes entrailles, il te tire les larmes, il te révolte, tu le cajoles, tu voudrais dire à John et Lisa qu'on survit, comme eux tu ne crois pas aux contes de fées mais tu sais les contes de fous.
C'est un livre jeunesse que tu n'arrives pas à ranger avec les autres livres jeunesse. Parce qu'aucun enfant ne devrait avoir à lire ces lignes-là, parce que tout cela devrait demeurer loin de l'enfance, parce que tu veux le tendre à la belle âme à qui il sera utile mais éviter qu'il ne tombe sous les yeux de celui ou celle qui à la chance de croire aux contes de fées et qui ne sait rien des contes de fous.

Lien : http://ausautdulivre.blogspo..
Commenter  J’apprécie          63
SD49
  01 juin 2017
John et moi. Moi c'est Elsa la soeur jumelle de John. C'est leur force d'être deux face à leur peur, face à leur père.
Cette histoire est triste, personne de devrait avoir à vivre ça.
"Et plus ça va et plus elle pleure. Et plus elle pleure et moins ça va. Et John a ajouté qu'il croyait au malheur et que notre mère avait un genre de maladie du malheur." p .62
C'est terrible d'avoir toujours peur dès qu'on rentre chez soi.
"-Tais-toi, n'en parle à personne. Fais-moi confiance, il a crié très bas." p.87
Un livre très bien écrit et certaines expressions font sourire malgré tout. 
"De quoi, ils parlaient, trop tard pour comprendre, je me suis approchée le plus loin possible." p.114
Ce livre est une belle réussite sur un sujet difficile.
Lien : http://www.pagesdelecturedes..
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
ZilizZiliz   08 juillet 2015
- Et puis au cas où tu le saurais pas, m'a-t-elle annoncé fièrement, Jésus exauce.
- Ça veut dire quoi ? je lui ai demandé.
- Ce que tu veux, si tu le demandes dans une prière, Jésus te le donne.
- Rigole ! j'ai dit.
- Parole ! elle a répondu.
- Prouve ! j'ai redit.
- Ma grand-mère s'est cassé une jambe et même un drôle de truc, le col du fémur. J'ai fait une prière et le lendemain elle a commencé la rééducation, et maintenant elle marche. Comme toi et moi.
- Rigole... j'ai dit.
- Juré ! elle a dit.
- Et pour les notes ? j'ai demandé.
- Faut quand même pas abuser, elle a répondu, Jésus c'est pas le genre à te rajouter des points pour rien. Faut y mettre du tien alors il te donne un coup de main. Exemple, si tu bosses vraiment deux heures sur ton devoir et que tu fais une prière, sûr que t'auras la moyenne, mais si tu ne travailles pas, compte pas dessus !
- Et si t'avais voulu que ta grand-mère elle y passe ? j'ai redemandé.
- T'es folle ou quoi ? elle a crié, toute rouge.
- C'est pour parler, j'ai fait. Je la connais même pas ta grand-mère, alors tu vois.
(p. 50-51)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
ZilizZiliz   10 juillet 2015
- Est-ce qu'ils vous forcent pour les colos ? a demandé Pierre. Vous voyez, moi, le premier juillet je dois dégager pour un mois, tout est toujours prévu, faut que je me casse pour qu'ils puissent se retrouver à deux ! Ils disent que tous les couples en ont besoin, ces cons-là !
- Oui mais tu vas avec eux en août, alors viens pas te plaindre, a dit Luis.
- Bon, et à part la colo, on peut pas dire que t'as des problèmes, non ?
- Non, a admis Pierre, mais je suis pas sûr qu'il y a beaucoup de choses qui vont bien non plus.
Là j'ai éclaté de rire. J'avais jamais pensé qu'on pouvait se plaindre parce que les choses ne vont pas aussi bien qu'on voudrait ! Franchement ça me serait pas venu à l'idée. Moi je sais quand ça va bien et ça dépend que d'une chose [absence du père violent]. Quand ça va pas mal, ça va bien. Un point c'est tout.
(p. 38-39)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
JuinJuin   17 mai 2015
Voilà : on était tranquillement en train de regarder un dessin animé et on a eu une attaque aérienne en plein dans la gueule et on pouvait pas descendre aux abris vu que des abris il n'y en a pas et que les grands sont plus forts que les petits. Physiquement ça ne fait aucun doute.
Commenter  J’apprécie          10
JuinJuin   17 mai 2015
J'ai peur j'ai peur j'ai peur j'ai peur j'ai peur
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : contesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Littérature jeunesse

Comment s'appelle le héros créé par Neil Gailman ?

Somebody Owens
Dead Owens
Nobody Owens
Baby Owens

10 questions
1068 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , enfantsCréer un quiz sur ce livre