AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
L'école du Bien et du Mal tome 1 sur 6
EAN : 9782266249560
480 pages
Pocket Jeunesse (07/05/2015)
3.86/5   570 notes
Résumé :
Kidnappées par une sombre nuit d'orage, Sophie et Agatha intègrent l'école du bien et du mal... Un lieu très spécial, où on forme les personnages de contes de fées. Pantoufles de verre et chevelure blonde soyeuse, Sophie est sûre de devenir princesse. Tandis qu'Agatha, cynique et solitaire, toute de noir vêtue, se voit déjà en sorcière. Pourtant, rien ne se passe comme prévu... Et si l'erreur de casting révélait leur vraie nature ?
Que lire après L'école du Bien et du Mal, tome 1Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (116) Voir plus Ajouter une critique
3,86

sur 570 notes
J'avais envie de lire une réécriture de conte de fées. La couverture comme le résumé de l'Ecole du Bien et du Mal m'avaient plu. L'histoire semblait classique mais pouvait donner de belles choses. Qu'en est-il ?

J'ai acheté ce livre en VO je l'ai globalement apprécié. Il s'agit d'un détournement des contes traditionnels qui présupposent que les personnages de conte, antagonistes comme princes ou princesses. L'auteur a ainsi envoyé Sophie, la belle petite blonde, dans l'école du Mal, alors qu'elle rêvait de devenir une princesse et de se marier. Agatha, cynique et solitaire avec son look gothique est donc envoyée à l'école du Bien.

Le premier attrait du livre est que l'auteur maîtrise très bien son sujet. Il ré-utilise le vernis Disney (jolies princesses, méchants laids) en le mélangeant avec la violence sordide des contes originels. Ainsi, l'Ecole n'hésite pas à transformer les étudiants les moins performants en animaux et créatures aux services des meilleurs, leur offrant un destin horrible. Il se moque ouvertement des clichés en créant des règles absurdes. Si une Princesse n'est pas invitée par un Prince, elle meurt. Tout bêtement. Un Prince sans compagne reçoit juste une mauvaise note.

Les personnages sont très réussis. Agatha notamment, avec son caractère cynique, qui se retrouve au milieu des cruches un peu niaises qui ne rêvent qu'au mariage, est particulièrement attachante. Il y a aussi son caractère profondément loyal qui en fait un personnage très réuni. Dommage qu'elle ne soit pas aussi développée que Sophie. Car Sophie joue un rôle très important. Il est plus complexe de s'attacher à elle tant son caractère égocentrique et superficiel est prégnant. Elle chouine, elle maltraite ses proches, elle est de bonne volonté mais souvent à côté de la plaque. A vrai dire, il est facile de passer à côté de son développement. Elle passe de jeune fille persuadée d'être la bonté incarnée, apprentie sorcière à contre-coeur, sorcière qui se laisse gagner par la jalousie et l'amertume etc... avec une certaine subtilité. C'est un personnage qui évolue de manière assez fluide.

Le scénario est assez bien mené, avec des trouvailles et du mystère. J'aime beaucoup l'idée du stylo qui écrit seul les contes, des tableaux qui se dessinent au fil de l'histoire. Il y a cependant un problème pour moi : le livre est un peu trop long, pour un premier tome notamment. Il y a des moments où l'histoire est très confuse et on a du mal à comprendre ce qu'il se passe. Il y a beaucoup d'épreuves, d'étapes qui se succèdent et qui auraient gagné à être épurés. le roman aurait gagné à se délester de 100 voire 150 pages pour être plus concis et éviter un long flottement au milieu de l'histoire. Ces défauts s'expliquent très certainement car il s'agit d'un premier roman pour Soman Chainani.

Mais heureusement, le final est absolument extraordinaire. Un climax rempli d'action, d'émotions et de révélations. C'était vraiment très bien ficelé et très bien écrit. Grâce à cette fin, je vais me procurer les autres tomes pour découvrir la suite des aventures de Sophie et Agatha.

En somme, un bon livre qui bénéficie d'une certaine créativité. Des personnages bien écrits, un univers plutôt riche et un final explosif viennent équilibrer un milieu de livre un peu longuet et une écriture un peu confuse par moments.

Lien : https://www.lageekosophe.com
Commenter  J’apprécie          371
L'école du Bien et du Mal, c'est l'histoire de deux jeunes amies, Sophie et Agatha, qui vivent à Gavaldon, un village étrange entouré de bois infranchissables, où tous les quatre ans, la nuit du onzième jour du onzième mois, à minuit pile, disparaissent deux enfants, l'un bon et l'autre mauvais, qui sont envoyés dans la mystérieuse école du Bien et du Mal où ils sont éduqués afin de devenir un personnage du prochain conte de fée qui paraîtra à Gavaldon. Sophie, aux allures de princesse, est persuadée de finir dans l'école du Bien et Agatha, fille solitaire, sera probablement dans celle du Mal. Seulement, rien ne se passe comme prévu…

Un premier tome qui nous assure une série merveilleusement originale ! L’histoire développe au départ une vision assez manichéenne, mais se révèle au final elle-même un conte, une morale sur les apparences et sur le bien et le mal. Ainsi, au début tout semble un peu caricaturé et prévisible, puis, très vite, tout évolue, tout s'enchaîne… L’auteur arrive à nous faire douter, à nous perdre complétement dans l’histoire et à nous prendre par surprise à plusieurs reprises, créant maints rebondissements et du suspens. L’on finit complétement envouté par cette intrigue très originale qui s’impose au sein d’un univers à l’atmosphère vraiment spéciale de conte de fées, qui peut rebuter mais que j’ai personnellement adoré ! Enfin, les personnages sont bien définis et attachants et le tout est bien écrit pour au final, malgré ces quelques longueurs du tout début, une super et surtout surprenante lecture ! J'ai hâte de voir ce que la suite va donner même s’il pourrait éventuellement se suffire à lui-même si l’on le souhaite.
Commenter  J’apprécie          280
J'ai abandonné ma lecture à la moitié du roman.

Le pitch : Tous les quatre ans, deux adolescents du village de Gavaldon sont kidnappés. Leur ravisseur n'est autre que "le Grand Maître", directeur d'une école formant les Gentils et les Méchants des contes de fées. Une fois enlevés, ces enfants ne reviennent jamais au village.
Sophie rêve d'intégrer cette école pour devenir une princesse et épouser son prince charmant. Pour cela, elle s'efforce de paraître gentille aux yeux de tous, et se sert en particulier d'Agatha, le bouc émissaire du village, en prétendant s'en faire une amie.
Vous vous en doutez bien, les deux jeunes filles vont être les élues/victimes du Grand Maître et atterrissent dans l'Ecole du Bien et du Mal. le problème, c'est qu'il semblerait au premier abord que le patron se soit trompé dans l'attribution des écoles, au grand dam de Sophie qui fait son entrée dans la promo des Méchants, alors qu'Agatha débarque chez les Gentils.
Chacune aura alors un objectif en tête : Sophie veut échanger sa place avec Agatha, tandis que cette dernière ne cherche qu'à les ramener toutes les deux à la maison.

Le titre et le résumé ne m'intéressaient pas plus que ça, mais les échos que j'en ai perçu étant très favorables et enthousiastes, j'ai décidé de donner une chance à ce roman. Très mauvaise idée...

Je n'ai rien aimé dans cette histoire, si ce n'est les illustrations qui parsèment les chapitres.

L'histoire est plate et d'un ennui sans nom. C'est du vu et revu, mais sans étincelles. Les "péripéties" s'enchaînent sans aucun temps mort, encore et encore. L'auteur a voulu trop faire selon moi. Je n'ai pas non plus aimé sa façon de nous faire découvrir son univers. En gros, dès qu'il avait besoin de le faire, il faisait parler un personnage qui s'y connaissait, souvent un enseignant, ce qui rendait l'ensemble fade et ennuyant.

J'ai détesté ces clichés stupides comme quoi le Mal était forcément laid, puant et psychopathe, tandis que le Bien pétait des arcs-en-ciel et s'habillait tout de rose, tout en chantonnant bêtement. Et puis d'abord, le monde est gris okay ? Ni tout blanc, ni tout noir, alors pourquoi une telle dichotomie ?

Si je fais abstraction de cette division entre gentils et méchants, le roman reste incohérent. Les "gentils" sont uniquement imbus d'eux-mêmes, frivoles, superficiels et narcissiques. Les filles sont des princesses qui ne pensent qu'à épouser un beau prince en se tirant dans les pattes, tandis que les princes se provoquent en duel pour un oui ou pour un non. QI proche de la carotte. Les méchants ne sont pas beaucoup plus intelligents non plus...

Côté personnages, le duo principal m'a sérieusement posé problème. Les deux filles ne sont pas amies, Agatha le dit elle-même au début du roman, car elle sait que Sophie se sert d'elle. Elles n'ont rien en commun, et tout au long du récit, Sophie ne cesse de mépriser sa camarade.
Ça m'a franchement énervée qu'elles continuent de se présenter comme les meilleures amies du monde...

Le triangle amoureux branlant, on en parle ? Il tombe comme un cheveu sur la soupe. le prince est un âne suffisant et stupide, et Sophie est encore plus stupide de dire Amen à tout ce qui sort de sa bouche...

Bref je n'ai pas pu me résoudre à finir le roman, déjà que je lisais en diagonale après avoir enduré les cent premières pages...
Je déconseille fortement. que ce soit pour les jeunes lecteurs ou pour les lecteurs plus avertis.
Commenter  J’apprécie          177
Cela faisait un moment que j'attendais que l'école du bien et du mal tome 1 soit disponible à la bibliothèque.

J'avais déjà vu le film plusieurs fois sur Netflix et j'avoue que ça a un peu freiné ma progression 😅.

On ressent dès le départ la différence de caractère entre Sophie et Agatha. On voit tout de suite que Sophie est complètement égoïste et égocentrique alors qu'au contraire Agatha est plus généreuse et se remet beaucoup en question quand Sophie prétend que c'est sa faute. Et bien-sûr, c'est plutôt elle qui devrait se remettre en question. Je me suis bien plus attachée au personnage d'Agatha que de Sophie et j'ai été ravie de voir sa transformation (par contre dans le film, elle est bien plus belle que sur la couverture).

L'histoire est écrite à la troisième personne mais ça n'empêche pas de bien rentrer dans l'histoire et ça fait plaisir !! Elle est également bien menée de façon à ce qu'il n'y ait pas trop de blabla et pas trop d'action d'un coup.

C'était aussi très plaisant d'entrer dans un univers très original. Un école du Bien et une école Mal avec quelques reprises de contes de fées, c'est stylé ! Les clichés sur le Bien et le Mal était poussés aux extrêmes et on se rend compte à quel point certains sont stupides.

Pour finir avec la fin, pour le coup j'avoue que si j'avais pas déjà vu le film, j'aurais rien compris. Un personnage apparaît pouf comme ça alors que dans le film il crée une logique avec le personnage.

Bref, c'est un livre que je voulais lire depuis longtemps et que j'ai lu avec enthousiasme, l'univers, les personnages tout est bien construit (sauf pour la fin). J'ai beaucoup aimé.
Commenter  J’apprécie          210
Tous les quatre ans de la onzième nuits du onzième mois des enfants du village de Gavaldon sont kidnappés pour être envoyés dans l'école du bien et du mal, qui forme nos futurs héros et méchants de conte de fées.
Cette année sont kidnappées deux meilleures amies qui sont le jour et la nuit. Sophie belle comme une princesse et Agatha froide et solitaire au cheveux couleur corbeau est destinée a être une sorcière. Mais problème Sophie va dans l'école du mal et Agatha dans l'école du bien.
A l'occasion de la sortie du troisième tome de cette trilogie j'ai relus ce premier tome et mon avis n'a toujours pas changé.
J'ai adoré ce principe d'école de conte de fées, même si beaucoup de gens l'on déjà revisité. Dès qu'on parle de conte je suis toujours nostalgique mais j'ai beaucoup apprécié que l'auteur casse les codes. Les gentils sont juste des figures de beauté sans profondeur, en particulier, les futures princesses qui ne pense qu'à leur physique. Elles sont naïves et sans beaucoup de gentillesse, d'apathie et de générosité. Elles ne savent pas ce débrouiller toute seule, il leur faut un prince et cela montre le grand contraste avec Agatha qui n'hésite pas à se mettre en danger pour obtenir des informations et sauver ses amis.
J'ai beaucoup plus aimé les méchants qui avait un meilleur fond, le problème c'est qu'on leur a collé une étiquette "Tu dois faire du mal". C'est pour cela qu'ils sont ainsi on voit bien que l'amour leur est étranger.
Après j'ai trouvé dommage que l'auteur ne nous donne pas assez de descriptions physique, des personnages secondaires, des châteaux j'avais du mal à me repérer et les actions étaient floues. Même si l'auteur décrit très bien les émotions et les sentiments de ses personnages.
Je me suis très vite attachée aux personnages comme les élèves de la chambre 66, Tedros le fils du roi Arthur que j'ai trouvé adorable , j'avais envie de l'aider même si parfois il a fait des choix qui mon fortement énervée.

Parlons de Sophie et Agatha, je vais commencer par Sophie qui est celle que j'ai le moins apprécié même si elle a des bonnes attentions, qu'elle ne voit pas le mal qu'elle fait et elle est extrêmement égoïste. J'avais du mal a la comprendre même si elle m'a parfois fait beaucoup de peine.
J'ai aimé Agatha, la suivre dans ses aventures avec elle ont comprend la définition du bien et elle sort des clichés de la princesse elle m'a fait rire et je me suis retrouvée en elle.
Mais le plus important dans l'histoire c'est leur amitié qui les détruit mais qui les rend aussi plus forte je l'ai trouvé parfois cruelle mais tellement belle. Et même si elles sont différentes le jour a besoin de la nuit et vice versa. Elles sont un équilibre.
Commenter  J’apprécie          133

Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
- La première fois que j'ai annoncé à mon père qu'une fille me plaisait, il m'a badigeonné de miel et enfermé une nuit entière dans la tanière d'un ours. Je n'ai jamais recommencé.
- La première fois que je l'ai dit à ma mère, elle m'a fait cuire une heure au four, raconta Mona. Maintenant, je ne pense plus aux garçons.
- Et moi, la première fois, mon père a tué le type.
Commenter  J’apprécie          490
- Je ne suis pas une princesse!
- Si tu le dis.
Elle découvrit alors ses jambes salement écorchées, d'où s'échappaient des flots de sang vermeil.
Tedros sourit.
- Un... deux... trois...
Elle s'évanouit dans ses bras.
- Aucun doute, c'est une princesse.
Commenter  J’apprécie          490
- Pour distinguer le Bien du Mal, il existe cinq règles, enchaîna le gnome avant de les écrire en l'air avec sa baguette fumante.
1. Le Mal attaque. Le Bien défend.
2. Le Mal punit. Le Bien pardonne.
3. Le Mal fait souffrir. Le Bien aide.
4. Le Mal prend. Le Bien donne.
5. Le Mal hait. Le Bien aime.
Commenter  J’apprécie          412
ATTENTION SPOILER !!!








Les élèves se réunirent autour de Sophie, qui agonisait dans les bras d'Agatha. Bouleversée, cette dernière tentait en vain d'enrayer l'hémorragie.
Tedros se précipita.
- Je vais vous aider.
- Non, hoqueta Sophie. Juste Agatha.
Respectueux, il se mit en retrait. Agatha la serra contre sa poitrine, les mains trempées de sang.
- Tu es en sécurité, maintenant.
- Je ne... veux pas... faire le Mal.
- Tu n'es pas Mauvaise. Tu es humaine.
Sophie esquissa un sourire.
- Seulement quand tu es avec moi.
Ses paupières papillotèrent.
- Non... Pas encore !
- Sophie ! Sophie, je t'en prie !
- Agatha, lâcha-t-elle dans un dernier soupir. Je t'aime.
- Attends !
Un vent glacé éteignit les derniers flambeaux. Le château noirci du Bien s'estompa dans le brouillard.
Terrassée, Agatha embrassa les lèvres froides de son amie.
Des plumes noires frissonnèrent. Devant des camarades horrifiés, elle posa sa tête sur le cœur silencieux de Sophie et pleura dans un silence terrible. Près d'elles, le Storien devint gris, sa mission accomplie.
Tandis que que les enseignants consolaient leurs élèves, Agatha continua de tenir le corps de son amie. elle était incapable de la laisser partir. La jour humide de sang, elle écouta les pleurs résonner autour d'elle, le vent balayer le champ de bataille, ses halètements s'atténuer contre un cadavre.
Et un battement de cœur !
Les lèvres de Sophie rosirent.
Sa peau se réchauffa.
Le sang s'effaça de sa poitrine.
Son corps retrouva toute sa beauté. Choquée, elle rouvrit de splendides yeux émeraude.
- Sophie ?
Son amie effleura son visage et sourit.
- Qui a besoin d'un prince dans notre conte ?
Commenter  J’apprécie          50
Selon mon père, les Méchants sont incapable d'aimer. C'est dégoûtant et pas naturel.
Sophie déchiffra ses pattes de mouche.
- " Pour congeler un toujours, refroidir son âme...."
- Donc il m'est formellement impossible d'aimer.
-"Au maximum. Prononcer ensuite les mots..."
- Mais si je pouvais aimer, je t'aimerais
Commenter  J’apprécie          260

Videos de Soman Chainani (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Soman Chainani
L'École du Bien et du Mal | Bande-annonce officielle 2 VF | Netflix France
autres livres classés : contesVoir plus
Les plus populaires : Jeunesse Voir plus


Lecteurs (1530) Voir plus



Quiz Voir plus

L'école du bien et du mal

Comment s'appelle le petit Cupidon de Sophie?

Crim
Grim
Mim

5 questions
47 lecteurs ont répondu
Thème : L'école du Bien et du Mal, tome 1 de Soman ChainaniCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..