AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
L'école du Bien et du Mal tome 3 sur 6
EAN : 9782266249591
704 pages
Pocket Jeunesse (18/05/2017)
4.24/5   201 notes
Résumé :
Sophie a fait son choix : elle reste avec le Grand Maître, tandis qu’Agatha et Tedros sont renvoyés à Gavaldon. Mais malgré son nouveau statut de reine, elle ne parvient pas à être heureuse. Quant à Tedros et Agatha, la magie des contes semble bien les avoir abandonnés. Et si la fin restait à écrire ? Un autre dénouement que seules deux amies réconciliées pourraient sceller…
Que lire après L'ecole du bien et du mal, tome 3 : Le dernier conteVoir plus
Le pays des contes, tome 1 : Le sortilège perdu par Colfer

Le pays des contes

Chris Colfer

4.47★ (6406)

6 tomes

12 ans, tome 1 par Maita

12 ans

Nao Maita

4.21★ (562)

20 tomes

Critiques, Analyses et Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
4,24

sur 201 notes
5
13 avis
4
6 avis
3
2 avis
2
1 avis
1
0 avis
Cette saga qu'est ce que je l'aime! J'en avais énormément entendu parler sur Booksta et j'avais tant envie de la découvrir. J'en suis maintenant au tome 3 et je ne m'en lasse clairement pas! Les deux premiers tomes étaient assez court tout de même, mais à partir de ce troisième tome, là j'avoue que l'on commence à rentrer dans de sacrées briquasses. Tout ça pour mon plus grand plaisir je l'avoue. J'aime les romans courts mais les romans longs j'aime énormément également. Au moins, ça nous permet de rester bien plus longtemps dans l'histoire. Ce troisième tome m'a beaucoup plu, même si certaines choses m'ont fait tiquer mais on en reparlera de toute façon. Il y a énormément de choses qui vont désormais changer et je suis déjà impatiente de découvrir la suite!

J'apprécie vraiment beaucoup cet auteur. Il a une plume qui m'a plu dès les premières pages du premier tome. C'est fluide et surtout terriblement addictif. Finalement, une fois le nez dedans c'est si difficile d'en ressortir. Ça se dévore en un rien de temps pour le coup. L'univers qu'il a crée, il faut bien le dire, est tout de même remarquable et surtout incroyablement bien fait. Moi qui aime les contes, les méchants et compagnie, je peux dire qu'avec cette saga je suis plus que servie! J'aime ce principe d'école du bien, d'école du mal, les personnages qui finissent par vivre leurs propres contes etc. Vraiment je suis complètement fan de ça! J'avais adoré l'adaptation en film du premier tome et j'espère qu'il y aura les autres tomes qui seront adaptés!

Dans ce troisième tome, Sophie a fait son choix : elle reste avec le Grand Maître, tandis qu'Agatha et Tedros sont renvoyés à Gavaldon. Mais malgré son nouveau statut de reine, elle ne parvient pas à être heureuse. Quant à Tedros et Agatha, la magie des contes semble bien les avoir abandonnés. Et si la fin restait à écrire ? Un autre dénouement que seules deux amies réconciliées pourraient sceller…

Parlons d'abord de l'intrigue. On peut dire qu'ici on ne s'ennuie pas une seule seconde. Il y a toujours quelque chose qui relance l'histoire à un moment ou un autre. Bon par contre, il est vrai que j'ai trouvé parfois que ça devenait répétitif à certains moments. Ce n'est pas quelque chose qui a gâché ma lecture mais je me suis fais la remarque plusieurs fois. J'ai beaucoup aimé le rythme de ce tome, étant donné que l'on alterne les points de vue. On suit Agatha et Tedros de leurs côtés puis Sophie de l'autre. Je trouve que ça apporte un vrai rythme à l'histoire. L'intrigue était vachement palpitante mine de rien. Comme je viens de le dire, on ne s'ennuie pas une seule seconde tant il se passe de choses. On découvre de nouveaux personnages, on découvre la réalité sur certains personnages, on découvre également la réalité à propos de Gavaldon et j'en passe. C'est clairement le tome des révélations pour le moment. Parlons maintenant des choses qui m'ont « déplu ». le côté un peu répétitif des choses, comme je le dis juste au dessus ça n'a pas gâché ma lecture mais je tiens quand même à le souligner puisque ça m'a fait tiquer, à un moment c'est vrai que ça devient « pénible ». En fait c'est surtout du côté des personnages. Des vraies girouettes. Un coup c'est blanc, un coup c'est noir puis je reviens au blanc pour repartir au noir. Enfin décidez vous à un moment donné quand même…

D'ailleurs, parlons des personnages à présent et j'en ai des choses à dires. Commençons tout de suite par le négatif. J'ai beau adoré son personnage mais dans ce tome Tedros m'a clairement gonflé. C'est quoi cette Drama Queen?? Combien de fois j'ai pu lever les yeux au ciel en voyant ses réactions.. Sincèrement pour le futur roi de Camelot il se comporte comme un gamin avec ses caprices à deux balles et ses réflexions à la noix. Bien que ça s'améliore vair la fin, je trouve que vraiment son comportement est à chier. Il a passé son temps à se plaindre parfois de trucs vraiment nul!! Non vraiment hyper déçue de son personnage dans ce tome, même si à la fin il est bien plus agréable. Parlons de Sophie maintenant. Bon elle, depuis le premier tome, je n'aime vraiment pas son personnage. Je l'ai toujours trouvé égoïste et détestable, elle me le prouve encore une fois ici.. Même si là je crois que ça a atteint des sommets.. J'ai vraiment essayé de prendre du recul envers elle mais rien n'y fait, je ne l'aime pas le moins du monde. Elle m'énerve plus qu'autre chose au final. Ici c'est une vraie girouette, elle n'arrête pas de changer d'avis comme de chemise et alors son comportement je n'en parle même pas. Elle en a rien à secouer des sentiments des autres, elle s'en fiche royalement mais vraiment. Je crois que j'ai rarement vu un personnage aussi égoïste que celle ci.. Après j'avoue qu'à la fin de ce tome, je l'ai trouvé bien plus sympathique et je me dis que peut être dans le prochain tome je finirais par changer d'avis sur cette dernière. Place à Agatha maintenant, elle par contre, j'aime beaucoup son personnage. Elle m'a fait tellement de peine dans ce tome, on voit que c'est une personne profondément gentille. Elle n'hésite pas à se sacrifier pour le bien des autres. Ah je vous jure le comportement de Sophie envers elle ça m'a vraiment brisé le coeur. Elle ne mérite vraiment pas une amie comme elle en tout cas.. À plusieurs moments j'ai eu envie de la prendre dans mes bras pour le coup. En tout cas, elle a un sacré caractère et n'hésite pas à le montrer.. le personnage de Rafal ou le Grand Maître, je le trouve tout simplement fascinant. Il dégage une telle prestance, il possède un charisme redoutable, je suis vraiment fan de son personnage, je le trouve vraiment très bien travaillé. On découvre également de nouveaux personnages mais je n'en dirais pas plus pour éviter tout spoil mais j'ai été ravie de tous les découvrir, j'ai trouvé ça trop chouette d'avoir ces personnages mis en scène!

Même si quelques petites choses m'ont agacée dans ce tome, cette saga reste une des sagas que je préfère quoi qu'il arrive. J'aime l'univers que l'auteur a crée, je le trouve tout simplement merveilleux. On ne cesse de découvrir des choses finalement et on ne sait jamais ce qu'il va bien pouvoir se passer. C'est toujours plein de rebondissements, de révélations en tout genre et j'en passe. Ça a beau être un tome de plus de 600 pages, on ne les voit vraiment pas passer. Avec cette fin, je suis très impatiente de découvrir ce que nous réserve le prochain tome!
Lien : https://enairolf.home.blog/2..
Commenter  J’apprécie          10
Un tome dans la continuité de la série, avec de bonnes idées mais toujours de vraies invraisemblances dans le scénario.

Nos jeunes héros se retrouvent encore une fois au coeur d'un combat entre le bien et le mal.

On sent régulièrement que le manichéisme dans lequel s'est enfermé l'auteur de par sa trame initiale le brime et ne lui convient pas tout à fait. le schéma des écoles du bien et du mal est un carcan scénaristique et cela se ressent dans l'écriture. S'il y a toujours des idées intéressantes et des thèmes sympathiques qui sont abordés, le scénario n'est clairement pas toujours cohérent. C'est une faiblesse de la série depuis le premier tome et manifestement cela ne s'arrange pas. Ici, la chronologie des événements m'a vraiment laissée perplexe.

Pour exemple, Esther, étudiante de l'école du mal, est la fille de la sorcière à la maison en sucreries qui a essayé de dévorer Hansel et Gretel. Au cours de la lecture on apprend que sa mère est morte quand elle avait dans les 6-8 ans. Alors comment peut-elle, à 15-16 ans, rencontrer Hansel et Gretel qui en ont dans les 80 ? Cela fait à peine 10 ans que sa mère est morte. Les deux héros devraient être à peine plus âgés qu'elle puisqu'ils avaient sensiblement le même âge qu'Esther quand ils ont tué sa mère. La même incohérence se retrouve dans l'histoire de Hort, fils du Capitaine Crochet, qui rencontre un Peter Pan là encore grabataire alors que Hort avait 6 ans quand son père est mort, et qu'il en a lui aussi aujourd'hui 15 ou 16.

Autre incohérence, Agatha qui affirme ne pouvoir se transformer qu'en un seul animal alors que rien que dans le premier tome de la saga elle a pu se transformer à la fois en cafard et en oiseau. J'arrête là les énumérations, car les incohérences sont vraiment nombreuses quand on a une lecture attentive.

C'est vraiment dommage que ces maladresses ternissent la lecture, car pour ce troisième tome, j'ai trouvé la personnalité des protagonistes plus fouillée et intéressante. le rythme était également dynamique et les péripéties bien amenées. Un résultat en demi-teinte donc.
Commenter  J’apprécie          50
Enfin ! J'avais vraiment hâte de lire ce tome 3, si bien que je l'avais commencé en anglais ! Mais bien sûr, je le lisais beaucoup plus lentement, alors quel soulagement de le voir traduit en français !

Dans ce tome, des personnages que l'on voyait peu sont mis en avant, tel que Callis ou Hort (que je plains vraiment, le pauvre n'a pas de chance). le mystère sur les parents d'Agatha et de Sophie s'épaissit davantage, et ce n'est qu'à la toute fin que l'on apprend la vérité, tellement loin dans le livre que je me suis dit que cela n'arriverait jamais !

Que dire d'autre, à part que ce livre est réellement génial ? Peut-être encore plus que les deux autres ! En même temps, j'avais moins apprécié le tome deux (à part la fin, peut-être...). Moyennant quoi, je vous conseille fortement ce livre si prenant que vous en ferez (peut-être) une nuit blanche. En tout cas, je dis bravo à l'auteur pour son imagination, sa créativité ainsi que la manière dont il agence son ouvrage. Bonne lecture !
Commenter  J’apprécie          60
Piégées par l'affreuse Doyenne Sader, Sophie et Agatha ont, en parfaites marionnettes, joué à merveille leur rôle dans le nouveau dénouement de leur conte prévu par celle-ci. Totalement manipulées dans leur propre histoire, c'est dressées l'une contre l'autre que chacune a atteint son dénouement heureux. Agatha a choisi l'amour de Tedros son prince tant désiré, et conformément au sinistre plan de la Doyenne, Sophie, délaissée malgré tous ses efforts pour rester dans le Bien et garder ainsi sa meilleure amie, a choisi l'amour du Mal en ressuscitant par un baiser d'amour sincère, le diabolique Grand Maître… Séparées, les deux anciennes amies se retrouvent à vivre leur bonheur chacune de leur côté. Tedros et Agatha ont été renvoyés à Gavaldon tandis que le Grand Maître et Sophie s'installent dans la tour en vue de diriger la nouvelle école du Mal. Sa garantie à trouver l'amour du Mal ayant porté ses fruits, le Grand Maître compte bien mettre enfin son plan machiavélique à exécution. Seulement, son dessein semble être compromis. Voilà qu'étrangement le Storien refuse de sceller une bonne fois pour toute le Conte de Sophie et d'Agatha… Une seule explication possible : quelqu'un doute de ce dénouement. Et si leur conte n'était pas réellement terminé ?

Une deuxième super suite pour cette série si merveilleusement originale qui m'envoute de plus en plus, l'auteur nous entrainant toujours plus loin sans que l'on ne voit rien venir et multipliant les rebondissements et le suspens avec toujours le même talent. Mais cette fois-ci, en plus de nous perdre dans l'histoire, de nous surprendre et de nous faire douter comme de coutume, il enchaine révélations sur révélations, mettant au jour une intrigue de plus en plus surprenante. Ainsi, l'on retrouve à nouveau nos attachants personnages et cette atmosphère tellement particulière de conte de fées pour une super lecture assurément originale dont la fin pourrait éventuellement clore ce conte si l'on le souhaite mais dont quelques éléments présagent d'une suite que, personnellement, les surprises allant crescendo, j'ai plus que hâte de découvrir !
Commenter  J’apprécie          10
J'avais beaucoup aimé les deux premiers tomes alors c'est grâce à un joli cadeau de Noël, que j'ai pu me lancer dans cette suite. Sophie a fait son choix, elle reste à côté du Grand Maître, délaissant son amie de toujours, Agatha. Agatha quant à elle a choisi de vivre sa vie avec Tedros mais leur début de relation n'est pas aussi idyllique qu'ils le pensaient. Ils vont tous devoir se battre pour leurs valeurs mais surtout, pour le salue de leur monde.

Dans ce troisième tome, l'univers évolue vers le mal. J'ai trouvé ce changement vraiment bien pensé et c'est ce que j'attendais. En plus de cette évolution de l'univers, j'ai beaucoup aimé découvrir plus de personnages de contes. On apprend à découvrir des personnages tels que Cendrillon, le lapin d'Alice au Pays des Merveilles, Blanche-Neige ou encore Merlin. J'ai vraiment beaucoup aimé les suivre plus en profondeur et ainsi découvrir leur véritable histoire, leur version des contes que nous connaissons tous. Ce qui est encore plus intéressant, c'est que Soman Chainani nous raconte l'histoire de ces personnages après leur conte. On apprend ce qu'ils sont devenus après les événements qui les ont rendu célèbres. J'ai adoré découvrir l'histoire de ces héros et plus particulièrement celle de Cendrillon. de manière générale, Cendrillon est l'un de mes personnages préférés alors découvrir l'envers de son histoire m'a particulièrement plu.

En ce qui concerne les personnages propres à cette histoire, j'ai trouvé dommage que Sophie n'évolue pas. Elle reste fidèle à elle-même à savoir agaçante et égocentrique. Elle n'arrive pas à comprendre ses erreurs et c'est dommage. Selon moi, si elle n'évolue pas, c'est parce qu'elle s'accroche à ses peurs et du coup, elle se persuade de beaucoup de choses et perçoit mal les intentions des autres. Sa peur de la solitude est tellement forte qu'elle affecte tous ses comportements. du coup, elle prend toutes les mauvaises décisions possibles jusqu'à ne pas voir que Rafal est un être abject. Agatha quant à elle est toujours quelqu'un de bien. Plus on avance dans l'histoire, plus elle s'oppose à Sophie dans son comportement et ses valeurs. En revanche, ce qui m'énerve le plus avec ces personnages, ce que nous avons affaire à des ados mais on a l'impression que ce sont des adultes. Ils font la loi dans leur monde et surtout, ils sont ultras baraqués et bien foutus à seize ans, ce que je trouve peu crédible.

Dans le dernier conte, Soman Chainani a essayé de nous transmettre de belles valeurs. L'auteur nous montre que l'amour ne prend pas toujours la forme à laquelle on s'attend. L'amour est au centre de l'histoire que ça soit l'amour avec un grand A, l'amour paternel ou encore l'amour qui uni des frères et soeurs. Soman Chainani fait également comprendre à ses lecteurs qu'il faut se réjouir du bonheur de nos proches, qu'il ne faut pas être égoïste et penser aux autres. Ce qui est bien dans ce tome, c'est qu'il y a beaucoup de grosses révélations. J'ai été vraiment surprise parce qu'il y a certaines choses que je n'avais pas vues venir. La fin quant à elle est émouvante si bien que j'ai versé quelques larmes. Malgré tout, j'ai trouvé que le final du tome 3 aurait pu se suffire à lui-même.

Pour conclure, le dernier conte est un tome super avec beaucoup de révélations. L'univers se développe plus grâce à la tournure plus sombre qu'il prend mais aussi de part la découverte des vrais personnages de contes. A travers ses personnages, Soman Chainani transmet à ses lecteurs de jolies valeurs. Je suis curieuse de découvrir la suite afin de voir comment vont évoluer les personnages et surtout Sophie.
Lien : https://twogirlsandbooks.blo..
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
- Un nourisson me trouverait-il jeune ou vieille ?
- Vieille, parce qu'il n'est pas apte à juger.
- Et un enfant ?
- Tout dépend de son âge.
- L'impression de jeunesse ou de vieillesse dépendrait donc de certains paramètres ?
- Non ! C'est évident pour n'importe quel adulte !
- Et une fleur adulte ? Ou un poisson adulte ?
- Ne sois pas idiote. Ni les fleurs ni les poissons ne sont conscients de l'âge.
- Mais tu affirmais que n'importe quel adulte...
- Un adulte humain !
- Si c'est évident pour toi, tu es humaine, déduisit Agatha. Pourtant, tu hantes le Pont depuis des milliers d'années. Alors, tu es quoi ? Jeune ou vieille ?
- Vieille, bien sûr.
-Et si tu es moi et que je suis toi, qu'est-ce que cela fait de moi ? enchaîna Agatha en souriant.
Son reflet compris, médusé.
Commenter  J’apprécie          100
- C'est une suggestion de la Doyenne. Je regrette de ne pas y avoir pensé moi-même, ne serait-ce que pour lui ôter la satisfaction d'avoir eu une bonne idée, avait grogné Rafal au moment d'emprunter l'escalier gravé SOUS-FIFRES. Maintenant que j'ai rajeuni, elle me traite comme si j'étais incapable de diriger ma propre école. L'éffrontée m'a même dit que mes survols de la baie pertubaient ses élèves, car ils regardaient par la fenêtre pendant les défis. Hé ! Le Grand Maître, c'est moi, merci. Si j'ai envie de partir en vrille, j'ai parfaitement le droit de...
- Rafal.
Sophie l'avait interrompu sur un ton si cassant qu'il s'était arrêté et l'avait dévisagée dans la cage d'escalier.
- J'aurais aimé avoir le temps de bavasser mais, qui que soit cette Doyenne, elle attend de moi que je fasse cours ici, alors que a) tous les élèves ont mon âge, b) aucun d'eux ne m'apprécie et c) je ne connais rien à l'enseignement !
Commenter  J’apprécie          50
- Hester a raison. Tout ce que j'ai toujours eu pour moi, c'est une couronne, une fortune et un visage, murmura Tedros. Or, selon Dovey, le physique et le charme ne suffisent pas pour décrocher un dénouement heureux. Chaddick et les copains se moquaient de cette vieille chouette, alors moi aussi. Cependant, quand j'ai aperçu Sophie tout à l'heure, alors que je n'étais plus prince, j'ai compris qu'elle avait vu juste. Je me suis senti nu, impuissant... Vous pensez tous que j'ai la trouille d'être une fille ? C'est faux. J'ai juste peur d'être aimé uniquement pour mon apparence extérieure, et non pour ma personnalité. Elle est là, la pire crainte de ma vie. Que les gens ne voient en moi qu'un grand prince blond, tout droit sorti d'un livre de contes, et qu'ils en tirent des conclusions sans voir qui je suis réellement. Or, pour la première fois de ma vie, cette enveloppe a disparu. J'ai hérité d'un corps bizarre qui ne m'appartient pas. Il ne me reste que mon moi intérieur. Le Tedros qui, je le sais, ne vaut pas qu'on l'aime.
Il cligna rapidement des paupières.
- C'est ce qui est arrivé à mon père, non ? Il a poussé ma mère à voir en lui un roi le plus longtemps possible, jusqu'à ce qu'elle découvre la face cachée sous le pouvoir et la beauté... l'homme qu'il était à l'intérieur... Arthur... rien qu'Arthur, un type qui ne méritait même pas un au revoir. Et si j'étais comme mon père, Agathe ? Si ce qui se trouve sous le costume du prince ne te suffisait pas ? Voilà peut-être pourquoi, plus nous approchons de Camelot, plus tu me cherches des poux. Parce que, sous le prince... tu vois que je ne suis... que je ne suis... rien.
Il essuya ses yeux humides.
- J'ai toujours été le Prince. Sans mes repères, j'ignore comment me débrouiller. Je ne sais ni quoi dire à Sophie, ni comment la convaincre de me faire confiance, ni comment la sortir du château sans que le Grand Maître nous tué tous.
Agatha contempla son visage barbouillé de larmes.
- Moi, je ne sais pas comment récupérer ton épée.
Tedros ne put s'empêcher de rire entre deux reniflements.
Agatha nicha la tête sous son bras accueillant, sa grosse main virile enveloppant la délicate menotte de son fiancé.
- Quand je te regarde, je ne vous pas de prince. Même quand tu es au sommet de ta beauté, de ton charme et de ton attitude macho, je ne peux pas voir de prince. Car, si je vois un prince, il faudra que je vous la roi et, si je vois le roi, je serai obligée de le voir moi-même en reine... la reine du pays le plus célèbre au monde...
Elle refréna un élan de panique.
- Voilà pourquoi je résiste autant. Pourquoi je me suis confiée à la princesse Uma. Pour être avec toi, je dois faire semblant de croire que tu n'est pas un prince, imaginer que notre couple sera toujours comme au début de notre séjour à Gavaldon, une fille normale avec un garçon normal, sans royaume qui nous attendrait quelque part. Or, je ne peux y parvenir qu'en regardant de plus près, par-delà ce que j'ai sous le nez, vers le coeur et l'âme qui m'ont fait succomber. Une âme sensible, honnête et animée de sentiments profonds. Un coeur dont l'amour ressemble à un énorme soleil doré qui te réchauffe quand tu es près de lui et te laisse glacée quand il n'est plus là, si bien que tu es prêt à tout pour le retrouver.
Une larme coula sur la joue d'Agatha.
- Peu importe que tu soit un garçon ou une fille. Peu importe qui est ton père, d'où tu viens ou à quoi tu ressembles. Tu as peur que je te quitte quand je verrai qui tu es réellement, alors que c'est précisément cette partie-là de toi qui le fait rester.
Tedros la fixa, les yeux ronds et embués. À ce moment précis, bien que toujours empêtrés dans leurs nouvelles enveloppes corporelles, Agatha ne se sentait plus garçon, et Tedros ne se sentait plus fille. Lorsqu'il se pencha vers elle, elle respira son haleine mentholée et ferma les yeux.
- C'est là que tu m'expliques comment récupérer ton épée, chuchota-t-elle.
- Aucune idée, murmura t'il.
Elle savoura le goût de ses lèvres sur les siennes.
- Bien, bien ! lança une voix aiguë.
Agatha pivota et aperçu trois ombres sur le seuil. Les prunelles de Hester étincelaient dans la pénombre.
- Tu parles d'une manière de faire bon usage de son temps !
Commenter  J’apprécie          00
Dis-lui qu'elle te manque énormément. À moins qu'il ne faille d'abord t'excuser ? Comment s'excuse-t-on d'avoir gâché la vie de quelqu'un ? "Désolée, j'ai essayé de te bannir définitivement." ... "Désolée, je croyais que tu étais une sorcière" ... "Désolée, je ne t'ai jamais demandé le prénom de ta mère et je suis une amie minable..."
Commenter  J’apprécie          60
- Je suis le prince, toi la princesse et c'est mon boulot de sauver notre amie. Tu n'as qu'à poser la question à Merlin ! mugit-il d'une voix suraiguë.
- Ca y est, apprécia Merlin. On dirait vraiment une fille.
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Soman Chainani (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Soman Chainani
L'École du Bien et du Mal | Bande-annonce officielle 2 VF | Netflix France
autres livres classés : contes de féesVoir plus
Les plus populaires : Jeunesse Voir plus


Lecteurs (651) Voir plus




{* *}