AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
L'école du Bien et du Mal tome 6 sur 6
EAN : 9780062695215
Harper Collins (02/06/2020)
4.21/5   33 notes
Résumé :
Prenez des gentils, des méchants, un ou deux princes charmants, mélangez, inversez tous les rôles et vous obtiendrez un conte de fées revisité, drôle, rythmé, qui vous rendra heureux pour toujours !
Par-delà le Bien et le Mal, par-delà les fins heureuses... le conte de Sophie et d'Agatha arrive à son terme. Le tournoi imaginé par le roi Arthur départagera les deux prétendants au trône, au cours de trois épreuves. Qui sera couronné maître de Camelot et gouvern... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique

La saga se clôture avec cette brique de 700 pages, achevant ainsi l'arc "Les années Camelot", la seconde trilogie de la série, composée des tomes 4-5-6.

Depuis l'assassinat de Rhian par lui-même, Japeth s'apprête à épouser Sophie, gardée sous le contrôle des soeurs Mistral. Il ne reste qu'un seul cygne sur le Storien, preuve que le peuple porte foi aux dires du dictateur en devenir qui continue de faire son show de boucane en vue de faire renaitre l'amour de sa vie, Aric. Disons les choses simplement, les choses augure mal pour Tedros, Agatha et leurs alliés. Merlin a été retrouvé sous forme de bébé babillant, plus personne ne crois en Tedros et on se retrouve au coeur de nombreux secrets liés à la filiation de plusieurs personnages importants. Arthur a décidé , autrefois, de consulter l'avenir et devant la multitude de possibilités, a mit au point trois épreuves pour les héritiers en lisse. Trois épreuve qui mettront à mal certaines vérité et nécessiteront de nouvelles alliances. Qui finira sur le trône de Camelot?

Ça y est, on est dans la dernière ligne droite de cette longue aventure au pays malmené des contes. Si la plupart des personnages ont murit, certains peinent encore à sortir de leurs préjugés. On retrouve toute la bande habituelle, mais aussi les alliés des autres tomes, ça fait beaucoup de monde à la messe, comme ont dit. À un moment, je dois dire que la présence des secrets devenait un peu confondante, et j'avais peur que leur nombre finissent par faire oublier certains détails à l'auteur. Je note quelques petites erreurs, notamment l'incohérence temporelle de la mère de Hester, assassiné à il y a plusieurs décennies selon l'âge de Hansel et Gretelle, mais à peine une décennie selon l'âge d'Hester.

On comprend dans ce tome la complexité de scénario derrière autres tomes, car on réalise que tout ce bazar a commencé tôt. Il y a beaucoup de monde d'impliqué, beaucoup d'axes aussi. Mais au final, tout fini par s'emboîter somme toute correctement et ça fait sens.

On retrouve les thèmes habituels: amitié, amour, compromis, quête identitaire, collaboration, stratégie, mais s'ajoutent la sororité dans ce tome, dans sa forme solidaire et non filiale. On a aussi plus d'introspection et de constats pertinents de la part des protagonistes, plus matures et confrontés plus que jamais dans leurs convictions.

Encore un tome hautement créatif, avec des scènes magiques parfois époustouflantes et des clin d'oeil amusant aux contes classiques. L'aspect créativité et imaginatif sont des éléments forts dans la série.

Je trouve que ce tome là se démarque plus dans sa tribune féminine. cette fois, les femmes sont presque toujours en avant, unies, guerrières, affirmées. J'aime le fait que c'est aux pires heures de conflit qu'elles se découvrent un courage et une volonté de s'affranchir des règles injustes qui manque à ceux qui on été les plus favorisés. J'ai beaucoup aimé. Bon, au final, c'est quand même le traditionnel fils de Roi qui fini sur le trône, mais il n'y serait pas sans cette foison de personnages féminin fortes et courageuses.

Aussi, je remarque la présence de couples gays beaucoup plus ici. L'ultime Méchant est d'ailleurs amoureux d'un jeune homme. le fait d'avoir un Méchant aussi cruel et sournois que Japeth se retrouver à oeuvre au nom d'un amour véritable a de quoi faire sourire, ça n'arrive pas souvent. Surtout d'un homme à un autre.

Je constate qu'arrivé à la fin, il y a un nombre assez important de personnages qui sont morts...Tout-de-même, c'est plus violent que le laissait supposer le premier tome.

Je souligne un détail qui m'a un peu asticoté ( c'est très pointilleux de ma part, mais bon, je suis une personne très minutieuse) : il y a des invraisemblances quand au développement de l'enfant. Je pense aux jumeaux nouveaux nés, capables de fixer, sourire, copier, ouvrir les yeux bien grand, tous des choses qui arrivent plus tard dans le développement de l'enfant. Les bébés humains nouveau-né ont une très mauvaise vue et somme toute, ne font pas grand chose. Merlin aussi, dans ses stade de croissance, avait soit des avances ou de gros retard de langage. Bref, les personnages enfants manquent de crédibilité. Je sais: Détail.

J'ai beaucoup aimé cette saga qui malmenait beaucoup de stéréotypes, prêtait aux Héros des visages plus humains, vulnérables et faillibles; Voir qu'un Bien trop bien pouvait carrément nuire alors qu'un Mal, même le pire, avait des racines communes au bien qu'en à ses motivations; toute cette question autours des rôles de genre, social ou affectifs aussi allègrement questionnés et malmenés ( je pense notamment au fait que deux amies peuvent s'aimer autant qu'un couple d'amants); le fait que les agents du Mal et du Bien coexistent et parfois s'unissent parce qu'au final, ces deux entités n'existent jamais seules; bref, toute cette base philosophique, sociale et psychologique était intéressante. Les histoires de coeur pouvaient parfois tourner en rond, ceci-dit, mais c'était à peut près le seul reproche que je formulerais.

S.Chainani a également, à l'instar de M.Meyer avec ses chroniques Lunaires, donné une vraie tribune aux personnages de Conte féminin, trop longtemps cantonnées aux rôles ingrats de support, de trophée ou d'élément décoratif.

Je continue de penser que les couvertures de ces romans sont parmi les plus belles que j'ai vu!

Pour un lectorat du troisième cycle primaire (10-12 ans), même si je crois que certains thèmes parleront plus aux ados de 13 ans et plus.

Bon, la fin...la Fin plutôt, était correcte, mais je l'ai trouvée abrupte. Après l'hécatombe de personnages tombés au combat, je trouve le final un peu léger.

Commenter  J’apprécie          50

C'est la fin d'une aventure qui a commencé il y a un peu moins de deux ans. Chaque tome de cette saga a été un coup de coeur, et c'est également le cas pour celui-ci. Ce sixième tome ne m'a pas déçu, malgré mes attentes plutôt hautes. Il est rempli de magie, d'aventures et de révélations. L'univers est toujours aussi riche, aussi bien construit et développé. Cet univers est indéniablement l'un de mes univers favoris en fantasy. Et l'intrigue est palpitante, trépidante. Toujours en mouvement. L'auteur ne se perd pas dans ses nombreuses sous-intrigues; elles s'entremêlent toutes efficacement, ce qui fait que l'auteur ne m'a pas perdu non plus.

L'évolution des personnages est tellement passionnante à suivre. Au fur et à mesure de ma lecture de la saga, j'ai réussi à prendre mes distances avec mes personnages favoris pour les étudier un peu plus objectivement. Hester, Anadil et Dot forment l'un des meilleurs trios littéraires que j'ai pu rencontrer: elles sont fortes, déterminées, et loyales les unes envers les autres. Sophie et Agatha sont deux personnages dont les différences s'estompent progressivement. Elles font toutes les deux des erreurs mais feraient tout pour protéger celles et ceux qu'elles aiment. Tedros est probablement celui dont l'évolution m'a le plus agréablement surpris. Il devient un jeune homme malin et fidèle. Et le villain est l'un des personnages les plus recherchés, complexes et énigmatiques de cet univers.

Fermer les portes de cet univers a été un peu difficile. Après tout, j'ai vécu de folles péripéties avec ces personnages. Mais je ne ferme pas totalement les portes. Je sais que je retournerais vers eux un jour.

Commenter  J’apprécie          00

MA-GIS-TRAL ! Encore une fois, l'auteur a réussi à réinventer les contes et m'entrainer dans une histoire qui m'a tenue en haleine pendant toute ma lecture ! Tout ce qui s'est passé ponctuellement dans les tomes précédents trouve un lien logique et on comprend en fait que la racine des choses était enfoncée bien loin dans l'histoire, ce qui en fait un monde riche et passionnant. Mais plus encore, l'auteur a réussi à réinventer les contes de fées en prouvant que tout n'est ni tout noir ni tout blanc. On y voit des alliances entre bons et vilains, des amitiés au coeur de ceux qui devraient être le mal, de l'amour même que peut ressentir le mal le plus pur, comme on l'avait déjà croisé dans les tomes précédents.

Les héros ont des personnalités intéressantes, quelle que soit leur provenance. Ils sont tous torturés et ont tous des secrets, ce qui fait qu'on peut facilement se sentir proche d'eux, notamment dans leur recherche de leur développement personnel, notamment pour Tedros et Agatha. J'ai beaucoup aimé que les femmes aient été plus encore que d'habitude mise à l'honneur. C'est toujours un peu le cas puisque les héroïnes principales restent Sophie et Agatha, mais là, on a pu voir beaucoup d'autres personnages féminins qui étaient un peu effacés dans les tomes précédents sortir de leur cocon et avoir un rôle majeur dans la quête.

Pour le synopsis et sans trop vous en dire : le trône de Camelot a été usurpé par un serpent et le Roi Arthur a lancé un ultime tournoi aux prétendants afin que seul le véritable lion puisse monter sur le trône. de voyage dans le passé en métamorphoses, courses poursuite en tapis volant, combats sanglants, morts douloureuses, ruses à foison et acceptation d'eux-mêmes et de leurs erreurs, ce dernier tome nous embarque vraiment dans une épopée épique digne des contes arthuriens pour savoir qui deviendra le seul et véritable Roi !

En terme de réécriture de contes, c'est sans aucun doute un chef d'oeuvre et j'en suis toute triste de refermer ce monde dans lequel j'ai pris tant de plaisir ! A lire sans tarder pour tous les amateurs de fantasy !


Lien : https://youtu.be/gMx_7deAHis..
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (1) Ajouter une citation

A ses yeux, les gâteaux avaient toujours été une joie éphémère, futile. Là, il lui avait suffi d'une bouchée pour en comprendre toute l'importance. en fait, c'était la vie qui était éphémère, futile, tant qu'on ne s'autorisait pas à la savourer même dans les instants les plus légers et les plus anodins. Elle sentit les larmes couler, comme si elle avait ouvert une porte interdite. Comme si elle avait à la fois perdu et retrouvé quelque chose.

Commenter  J’apprécie          00

Videos de Soman Chainani (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Soman Chainani
Payot - Marque Page - Soman Chainani - Un monde sans princes
autres livres classés : contesVoir plus
Notre sélection Jeune Adulte Voir plus




Quiz Voir plus

L'école du bien et du mal

Comment s'appelle le petit Cupidon de Sophie?

Crim
Grim
Mim

5 questions
45 lecteurs ont répondu
Thème : L'école du Bien et du Mal, tome 1 de Soman ChainaniCréer un quiz sur ce livre