AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782842194772
142 pages
La Baleine (02/09/2010)
2.75/5   8 notes
Résumé :

Paris, 2030. Le Poulpe a 70 ans. Vous le pensez à la retraite ? Lui-même y croit fermement...

Mais il suffit que Chéryl et lui gagnent à la Loterie Nationale Obligatoire une séance de Porn-incarnation, pour qu'il replonge, malgré quelques douleurs lombaires, dans une nouvelle enquête.

Les Omnimorphes, clones à tout faire aux facultés d'incarnation, sont victimes d'un mystérieux tueur, et ceci dans l'indifférence générale d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
bibliomanu
  13 novembre 2010
Après le désastre nommé MACNO, je pensais que les éditions Baleine avaient définitivement tiré un trait sur leurs prétentions à éditer de la science-fiction. Jusqu'à ce jour du mois de septembre où le 269ème Poulpe, signé Antoine Chainas, est paru.
Poulpe ? Chainas ? Hum... tout ceci sonne plutôt polar à première vue mais vous l'aurez maintenant deviné, 2030 : l'Odyssée de la poisse est un livre qui mêle les deux genres.
Gabriel Lecouvreur a soixante-dix piges. Ça fait belle lurette qu'il ne s'immisce plus dans les faits divers qui gangrènent notre monde. Son corps le lâche petit à petit, la vieillesse le poursuit de ses tourments. A la rigueur, le seul plaisir qu'il s'octroie encore, c'est de se rendre au au Pied de Porc à la Sainte Scolasse même si le lieu n'est plus aussi authentique qu'auparavant. Maria est décédée, Vlad a été expulsé, Gérard n'a pas perdu de son bas-goût mais il roule en fauteuil et de Léon le chien, il ne reste que son hologramme. La clientèle se tâte le nombril, s'écoute parler, ne manque pas lâcher son fiel – il y a malheureusement des choses qui ont la peau dure - sur certains parasites qui leur polluent l'existence : les Omnimorphes, ces clones dénués d'émotions et de sentiments. Les humains ont la possibilité de s'incarner en eux s'ils ont un jour la chance de gagner à la Loterie Nationale Obligatoire dont le prix des billets est directement prélevé sur les fiches de paie. Dans la plupart des cas, leur utilisation revêt un caractère pornographique.
Depuis quelque temps, les Omnimorphes sont apparemment la cible d'un déséquilibré qui s'amuse à les rayer de la surface de la Terre. Beaucoup se désintéressent de leur sort quand ils ne s'en réjouissent pas. C'est vrai, après tout ils sont trop nombreux, ils piquent le boulot des autres, des vrais humains... vous aurez compris le discours pour l'avoir déjà subi un jour ou l'autre, si ce n'est régulièrement.
Il n'en faut pas plus que la photo de la dernière Omnimorphe exécutée pour que Gabriel reparte sur les sentiers de l'investigation. Cette femme, il l'a vue quelques instant plus tôt à travers le corps d'emprunt qu'il utilisait lors de sa séance de Porn-incarnation avec Cheryl. Sa dulcinée aux cheveux devenus blancs avait finalement réussi à le convaincre de renouer avec les plaisirs de la chair quand bien même ceux-ci devaient passer par l'intermédiaire de clones. On ne gagne pas tous les jours à la loterie...
... comme on n'a pas toujours la chance de lire un bon Poulpe. Comment dire ? Les éléments relevant de la science-fiction n'ont rien de novateur, sentent même un peu le réchauffé. J'ai plutôt eu l'impression qu'Antoine Chainas - une fois n'est pas coutume en ce qui concerne les auteurs qui se sont frottés au Poulpe – faisait dans l'exercice de style, qu'il s'amusait. Alors je n'ai à priori rien contre ça mais j'aurais au moins souhaité que l'histoire repose sur quelque chose de solide, qu'elle ne soit pas aussi translucide que du papier à cigarettes mouillé. Dans cette aventure du Poulpe, tout arrive sans qu'on sache trop pourquoi, les raccourcis sont faciles, abrupts.
Chose étrange, c'est le deuxième livre de commande d'Antoine Chainas que je lis, après Six pieds sous les vivants – vraiment bien, celui-ci – et j'ai à nouveau trouvé un personnage de libraire qui n'en était pas réellement un. Bizarre, non ? Ne comptez pas sur moi pour dire qu'Antoine Chainas manque d'imagination, je n'y crois pas une seconde au regard de ses autres livres mais le parallèle m'a paru si flagrant que je ne manque pas de m'interroger. Les vrais libraires sont-ils une espèce en voie de disparition ? Allez savoir...
Avec une bonne idée de départ, 2030 l'Odyssée de la Poisse n'est finalement rien d'autre qu'une soupe de clins d'oeil. Certains d'entre eux m'ont fait rire, d'autres me sont certainement passés au dessus de la tête. Tous en revanche ont fait en sorte d'enlever la saveur qu'on aurait été en droit d'attendre de cette aventure du célèbre octopode.
La science-fiction chez Baleine, c'est décidément pas encore ça...
Lien : http://bibliomanu.blogspot.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
PierreF
  13 mars 2011
Je vais faire court, comme le nombre de pages de ce roman, format Poulpe oblige. Et ne croyez pas que l'intrigue est survolée, que la description de ce monde futuriste est esquissée. Antoine Chainas réalise un coup de force en nous transportant loin dans le temps, grâce à sa structure mais aussi son style précis, épuré et efficace. Il laisse ses descriptions minutieuses pour une vision cauchemardesque répondant à ce vieil adage : Panem et circenses. L'idée (géniale) est d'insérer en tête de chaque chapitre des encarts qui décrivent mieux que de longs paragraphes comment les gens vivent, à coups de publicités, programmes télévisuels ou comptines.
Ce futur est une société fasciste, qui dirige, guide ses citoyens par l'omniprésence des média et des loisirs. Il y a autant de pauvres qu'aujourd'hui, autant de racisme qu'aujourd'hui, autant de grosses sociétés opaques qu'aujourd'hui. La culture en est absente, plus personne ne lit de livres, et le top du loisir, c'est de pouvoir faire des choses extravagantes ou extraordinaires par clone interposé. La vision du futur made in Chainas est noire, très noire, pas réjouissante du tout. Ne croyez pas qu'il n'y a pas d'humour, les clins d'oeil sont nombreux et j'ai souri souvent.
A coups de chapitres ultracourts, le livre se lit très vite, s'avale presque goulûment, car le suspense est très bien mené et prenant. On est dans un remake de I robot, Blade Runner et Minority Report à la fois, avec des citations de 2001, le fantastique livre de Arthur C. Clarke. On retrouve les obsessions de Antoine Chainas, ses réflexions sur la vie, la mort, les sentiments, les sensations, mais avec moins de passages choquants que dans ses romans de la série noire. En fait, ce Poulpe est de très bonne facture et c'est aussi une bonne introduction au monde littéraire de Chainas. C'est un roman fantastique pour passer deux heures de détente et de réflexion. Et puis, ça coûte 8 euros, ça ne coûte pas cher pour un voyage dans le futur.
Lien : http://black-novel.over-blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Michaal1313
  15 octobre 2015
Le Poulpe est de retour, mais en plus vieux ! Un roman de gare qui ne vous emmène pas plus loin que le temps d'un (court) voyage. En même temps, on ne s'attend pas forcément à autre chose quand on connait la série. Pour les amateurs du genre.
Commenter  J’apprécie          20
Zoelle
  25 février 2014
Le Poulpe a 70 ans mais tien perdu de sa légendaire curiosité. En 2030, la vie se vit au travers le corps de clones...tous conçus sans émotion... ou presque
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   06 septembre 2016
Dans quatre milliards d’années, l’astre, après avoir brûlé ses réserves d’hydrogène, produirait un gigantesque flash d’hélium qui provoquerait l’évaporation complète des mers du globe. Il gonflerait jusqu’à deux cent cinquante fois sa masse actuelle, se transformerait en géante rouge, laissant jaillir sur des années-lumière des milliards de tonnes de poussière et de gaz, engloutirait Mercure, Vénus, puis la Terre, Mars et Jupiter. Quelques millions d’années plus tard, il s’effondrerait et évoluerait en naine blanche.
Alors, il s’éteindrait progressivement, sans bruit, jusqu’à devenir naine noire.
Alors, ce serait comme si le néant n’avait jamais cessé d’exister.
De loin, ce n’est rien, et de près, c’est quelque chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   06 septembre 2016
Ce sont les gens qui prenaient possession de lui qui le faisaient jouer comme il jouait. Avec leurs sentiments. Avec leurs rêves, leurs regrets, leurs espoirs… Lui, c’était juste un Omnimorphe. Une enveloppe, un médium très performant, mais rien de plus. Sans aucune émotion, aucun Souvenir …
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   06 septembre 2016
On prétendait que les Omnimorphes étaient parfois persuadés de l’inexistence des êtres humains. Que, par une sorte de retournement, leur réalité demeurait la seule pertinente et que les hommes eux-mêmes ne constituaient plus qu’une part des songes qui leur servaient de rétribution. C’est en tout cas ce que disait la rumeur. D’aucuns considéraient qu’ils étaient dangereux.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   06 septembre 2016
Il y eut une bousculade. Des cris. Des humains qui se battaient avec des humains. Aussi surprenant que cela puisse paraître, des usagers avaient pris sa défense. Georgie profita de la confusion pour disparaître et gagner le quai.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   06 septembre 2016
L’être humain teste les effets de l’explosion atomique sur une population civile. Le potentiel de destruction globale par fission nucléaire atteint sa masse critique.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Antoine Chainas (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Antoine Chainas
Une seconde boîte à question avec Antoine Chainas, à l'occasion de la remise du Grand prix de littérature policière 2014, qu'il s'est vu décerné pour le magistral et très intense "Pur". ( à La Bibliothèque des littératures policières.)
autres livres classés : poulpeVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2340 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre