AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791035401153
Éditeur : Audiolib (11/09/2019)
Édition audio (Voir tous les livres audio)

Note moyenne : 3.46/5 (sur 161 notes)
Résumé :
[LIVRE AUDIO]

Jeanne est une femme formidable. Tout le monde l’aime, Jeanne.
Libraire, on l’apprécie parce qu’elle écoute et parle peu. Elle a peur de déranger la vie. Pudique, transparente, elle fait du bien aux autres sans rien exiger d’eux. A l’image de Matt, son mari, dont elle connaît chaque regard sans qu’il ne se soit jamais préoccupé du sien.
Jeanne bien élevée, polie par l’épreuve, qui demande pardon à tous et salue jusqu’aux ré... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (93) Voir plus Ajouter une critique
Ladybirdy
  21 juin 2019
Une joie féroce, c'est d'abord le titre qui m'a attirée vers ce roman. Un titre prometteur et certainement engagé et dynamique. Ensuite l'auteur, Sorj Chalandon, une référence tout de même.
C'est tout d'abord une histoire grisounette, autour de la maladie. Jeanne apprend qu'elle est atteinte d'un cancer du sein. Les citations affluent sur le cancer, la maladie, de belles citations. Auprès de son mari Math, elle espère trouver le soutien qu'elle mérite. Il n'en est rien. Son mari se montre agressif et austère devant la maladie. Jeanne se tracasse de perdre un sein, Math ne supporte pas l'idée que sa femme soit chauve. Tout est dit. Jeanne se retrouve très vite seule, abandonnée par son époux. À l'hôpital où elle entame ses chimios, elle fait la rencontre de Brigitte. Attentionnée, prévenante, empathique, les deux femmes se lient d'amitié. Deux autres femmes viennent se greffer autour du duo malade, Assia et Melody. Toutes ces femmes ont plus d'un point en commun. Si le cancer a pris possession de leur corps, la maternité est un trou béant pour chacune d'elles. Entre celles qui ont perdu un enfant et Assia dont son ventre reste inlassablement vide, les quatre femmes se lient dans une amitié à fleur de peau ombrée par les secrets que chacune garde en elle.
Tout était bien parti jusque là. Un portrait touchant autour de Jeanne, autour de ses difficultés (même si elles sont assez survolées). Arrivent l'histoire des autres amies et là, c'est le flop de mon côté. Leurs histoires ne m'ont absolument pas passionnée. C'est encore pire quand l'histoire prend alors des allures de thriller, de folie peu crédible quand on est malade. Il n'est nullement question de joie féroce dans ce roman, ou du moins, je ne l'ai pas ressentie.
La maladie est très vite occultée, l'auteur s'attarde sur le plan que mettent en place les quatre amies pour sauver l'une d'entre elles. C'est long et j'avoue avoir passé des pages tant toute cette partie ne m'a pas convaincue. Je ne m'y suis attachée à aucune femme. On nous parle de cancer, on nous promet de la joie puis on nous file des amphétamines insipides en guise d'actions mollassonnes.
Bref, un roman qui m'a ennuyée et pas vraiment convaincue.
#UneJoieFéroce #NetGalleyFrance
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10925
palamede
  12 août 2019
Après l'annonce de sa maladie, pleine d'angoisse à l'idée de ce qui l'attend, Jeanne doit encore subir le lâchage de son bel âtre de mari. Pourtant alors que tout semble aller au plus mal, elle rencontre lors de ses séances de chimiothérapie, trois femmes, trois blessées de la vie qui l'entraînent dans une folle aventure, qui après l'avoir effrayée pourrait bien sauver le reste de son existence.
Bien sûr sentir sa fin proche donne une perspective différente. Dès lors pour celles qui n'ont plus rien à perdre, pourquoi ne pas devenir des hors la loi, s'embarquer dans un mauvais coup pour une bonne cause. Un ressort de l'histoire, il faut bien le dire, assez improbable d'un Chalandon qui n'est pas rebuté par les sujets déprimants... le lecteur je ne sais pas. En tout cas, le réalisme de la première partie est franchement angoissant, alors que la solidarité féminine y est tout à fait emballante. Quant à la deuxième partie, je dirais qu'elle tient de la haute fantaisie. Mais après tout pourquoi pas...
#UneJoieFéroce #NetGalleyFrance
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          787
viou1108
  16 juillet 2019
Jeanne, 39 ans, vient d'apprendre qu'elle a un cancer du sein. Elle, la libraire discrète et effacée, qui s'excuse presque d'exister, se voit lâchée par son corps. Puis par son mari, qui fuit, indisposé par la future calvitie de sa femme, apeuré par l'idée de la mort, surtout, tout à coup si proche. Jeanne doit donc affronter seule sa maladie, son traitement. Mais à l'occasion d'une séance de chimio, elle fait la connaissance de Brigitte, puis de Mélody, toutes deux malades aussi, et enfin d'Assia. En plus du cancer, ces quatre compagnes de douleur partagent un mal d'enfant, de maternité. Mais pour l'une d'elle, tout espoir n'est pas perdu. Et nos quatre mousquetaires en perruques et turbans de s'embarquer dans une aventure aussi improbable que rocambolesque, comme une tentative désespérée de pied-de-nez à la souffrance. de là à dire, comme Jeanne dans son journal, qu' "ensemble elles ont détruit le pavillon des cancéreux pour élever une joyeuse citadelle", je ne suis pas convaincue. Je n'ai pas ressenti beaucoup de joie de vivre dans cette histoire, ou alors très fugacement. de la révolte, de la colère, du désespoir et un besoin (effectivement féroce) de revanche sur le sort, ça, sans aucun doute. Mais je me faisais une autre idée de la joie. En fait, je m'étais fait une autre idée de ce roman avant de le lire, d'où mon impression de décalage. J'attendais un récit de la transformation de Jeanne-la-grise en femme, si pas flamboyante, au moins épanouie et confiante en elle, après un combat difficile contre elle-même, sa maladie et ses démons. Mais ce n'est pas ce que j'ai lu. Evidemment, Jeanne n'est pas la même à la fin, mais la focale a été davantage dirigée sur le "coup" fomenté par ces quatre drôles de dames, au point que le reste est passé à l'arrière-plan. Et puis je n'ai pas réussi à croire à cette histoire ni à m'attacher à ses personnages. Erreur de casting en ce qui me concerne.
En partenariat avec les Editions Grasset via Netgalley.
#UneJoieFéroce #NetGalleyFrance
Lien : https://voyagesaufildespages..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          645
Bazart
  19 août 2019
Journaliste à Libération pendant plus de trente ans, désormais au Canard Enchainé, Sorj Chalandon, lauréat du grand prix du roman de l'Académie française pour Retour à Killybegs, est revenu à la rentrée littéraire 2017 avec le jour d'avant un éblouissant roman, peut etre le meilleur de son oeuvre, malgré une absence totale dans les prix littéraires de l'époque.
A la lecture de son dernier roman, on peut se demander ce qui a bien pu arriver à cet auteur dont j'avais aimé les précédents romans "Mon Traitre" ou "le quatrième mur", ?
A-t-il trop regardé La casa del papel ? A-t-il voulu montrer son soutien à tout prix au mouvement #metoo avec un roman très féministe dans lequel les femmes tiennent le beau rôle et les hommes sont très très ( très) méchants, lâches, violents, sans la moindre parcelle d'humanité? A t- il eu marre de ses univers très noirs et très nihilistes pour nous trousser un feel good book finalement optimiste mais qui se moque de toute crédibilité narrative? Nul ne le sait, mais toujours est il que le résultat laisse assez pantois surtout quand on misait énormément sur cet auteur dans la rentrée littéraire de cette année
Si l' on pourra être ( un peu) touché notamment dans sa première partie par le personnage de Jeanne et la façon dont on vit l'annonce de son cancer et dont elle vit son traitement, et que l'auteur sait encore écrire et trousser de belles formules, l'intrigue a un côté très "bigger than life" , très outrancière et surtout pétrie de bons sentiments qui font passer Anna Gavalda pour une cynique..
Entre la cancérologue italienne qui sort des phrases comme des mantras, le gentil commissaire, le mari sans nuances, les ex tous affreusement salauds, et les amies de Jeanne vraiment trop caricatures, il nous a été impossible de croire à cette histoire qui plaira peut etre à ceux qui sont plus réceptifs aux feel good books ; les autres attendront le retour du romancier nuancé et profond qui nous avait habitué à tant mieux... Sorj Chalandon a visiblement voulu changer de braquet pour cette rentrée 2019 mais hélas, celui ne lui a pas bien réussi !

Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          638
isabelleisapure
  20 août 2019
Fidèle lectrice de Sorj Chalandon, j'ai choisi de lire ce livre sans rien en connaître au préalable.
Il y a une poignée d'auteurs en qui j'ai une telle confiance, que la quatrième de couverture n'influence en rien mon choix, ni la certitude du plaisir à venir.
Mais là, je dois dire que j'ai été surprise.
Lire sous la plume de Chalandon l'histoire banale et dramatique de Jeanne atteinte d'un cancer, quittée par un mari aussi lâche qu'ignoble me laissait entrevoir la déception d'un rendez-vous raté avec l'un de mes écrivains favoris.
Dans la première partie du roman, nous suivons Jeanne avec sa peur, son chagrin, ses premiers pas dans le traitement qui la laisse épuisée, la solidarité et le soutien d'autres femmes malades.
C'est grâce à elles que Jeanne va trouver la force nécessaire pour repousser le malheur qu'elle connaît et qu'elle ne veut plus, elle qui a perdu son fils âgé de sept ans.
Rire pour ne plus pleurer pourrait être la devise de ces guerrières bien décidées à ne rien lâcher, surtout pas la vie.
« Elle et les autres se moquaient de la maladie. Elles riaient de la mort. Allaient à la chimio comme d'autres à la manucure. C'était dur pourtant. Chacune souffrait, pleurait, poussait un cri de douleur au moment du lever mais aucune ne se plaignait. »
Lorsque l'auteur change de braquet pour nous entraîner dans un thriller aussi original qu'imprévu, j'ai compris que j'avais à nouveau entre les mains « un grand » Chalandon.
Ce livre est une magnifique leçon de courage, une belle histoire d'amitié et qu'importe les incohérences que ne manquent pas de souligner certains lecteurs sur l'improbabilité de ce braquage mené avec l'énergie du désespoir.
Un coup de coeur que j'ai terminé en larmes.
Merci à NetGallet et aux Editions Grasset.
#UneJoieFéroce #NetGalleyFrance
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5112

critiques presse (6)
LaPresse   13 septembre 2019
Sorj Chalandon signe ici une belle fable sur la maladie, sur le courage et la solidarité qu’elle suscite dans les vies de celles qui en sont atteintes. Beau et inspirant.
Lire la critique sur le site : LaPresse
LeJournaldeQuebec   10 septembre 2019
Dans ce neuvième roman, l’ancien grand reporter Sorj Chalandon aborde un sujet très différent de ses thèmes habituels : comment la maladie peut parfois aider à se sentir plus vivant que jamais.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Actualitte   29 août 2019
Croustillant dehors, avec son style étincelant, plein de larmes dedans. Et de rires, aussi. Pour son neuvième roman, Sorj Chalandon emprunte la voix d’une femme qui se découvre atteinte d’un cancer et se voit embarquée pour une traversée tempétueuse.
Lire la critique sur le site : Actualitte
LaLibreBelgique   27 août 2019
C’est toujours un plaisir de lire les romans de Sorj Chalandon. On retrouve ce sentiment avec Une joie féroce qu’on lit d’une traite, même si la construction du livre est cette fois curieuse, faite comme trois histoires mises bout à bout, au tons très différents.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
LaCroix   23 août 2019
Dans ce nouveau roman, écrit d’une plume sensible et fiévreuse, l’écrivain nous fait toucher du doigt ce que peut être la « sororité » – l’équivalent au féminin de la fraternité. Sans jamais tomber dans le voyeurisme, il continue son exploration de la folie des hommes, de ses peines, ses joies et ses douleurs.
Lire la critique sur le site : LaCroix
Culturebox   20 août 2019
Une joie féroce est un hommage au courage des femmes, un roman imprégné de colère, dans lequel on retrouve l'écriture du romancier journaliste, engagée, faite d'un mélange de chair et de lyrisme, mais avec un peu moins de souffle que ce à quoi il nous avait habitués.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Citations et extraits (47) Voir plus Ajouter une citation
amandine_kokoamandine_koko   20 septembre 2019
Courageuse. Je n'entendais que ça. Courageuse pourquoi ? Parce que je passais à la librairie en souriant ? Parce que j'allais acheter une baguette pas trop cuite en cherchant ma monnaie ? Parce que je marchais sur le trottoir, au milieu de tous les bien-portants ? Quel courage ? Je n'étais pas courageuse, je résistais. Je faisais avec. Je me levais le matin avec la peur au ventre. J'avais le sein tailladé, un boîtier sous la peau, du poison rouge plein les veines, le crâne chauve, la bouche douloureuse, le cœur qui martelait, des envies de vomir, les articulations douloureuses, le ventre torturé. Je n'étais pas courageuse, je marchais droit devant. Et comme je le pouvais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
TlivrestartsTlivrestarts   16 septembre 2019
J'ai imaginé renoncer. La voiture était à l'arrêt. Brigitte au volant, Mélody à sa droite, Assia et moi assises sur la banquette arrière. Je les aurais implorées. S'il vous plaît. On arrête là. On enlève nos lunettes ridicules, nos cheveux synthétiques. Toi, Assia, tu te libères de ton voile. On range nos armes de farces et attrapes. On rentre à la maison. Tout aurait été simple, tranquille. Quatre femmes dans un véhicule mal garé, qui reprendrait sa route après une halte sur le trottoir.

Mais je n'ai rien dit. C'était trop tard. Et puis je voulais être là.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
marie-dedmarie-ded   11 septembre 2019
- tu ne peux pas quoi, Matt?
il a inspiré longuement. Posé une main sur son front comme s'il interrogeait une fièvre.
Sa voix brisée.
- toi, ta maladie, nous? Je ne sais pas. Je ne peux plus.
Commenter  J’apprécie          00
FleurDuBienFleurDuBien   10 septembre 2019
Après les feux de l'amour, reste un grincement de sommier.
Commenter  J’apprécie          30
Jean-DanielJean-Daniel   08 septembre 2019
J'ai observé mes jambes ballantes, mes pieds nus, le sol carrelé. Je me suis dit que j'étais en guerre. Une vraie. Une bataille où il y aurait des morts. Et que l'ennemi n'était pas à ma porte mais déjà entré. J'étais envahie. Ce salaud bivouaquait dans mon sein.
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Sorj Chalandon (79) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sorj Chalandon
Extrait de "Une joie féroce" de Sorj Chalandon lu par Valérie Muzzi. Editions Audiolib. Parution le 11 septembre 2019. Pour en savoir plus : https://www.audiolib.fr/livre-audio/une-joie-feroce-9791035401153
autres livres classés : braquageVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Sorj Chalandon

Combien de romans a écrit Sorj Chalandon jusqu'à présent (mars 2014) ?

2
4
6
8

11 questions
72 lecteurs ont répondu
Thème : Sorj ChalandonCréer un quiz sur ce livre