AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266188623
Éditeur : Pocket (01/10/2009)

Note moyenne : 4/5 (sur 8 notes)
Résumé :

L'art de la guerre est la plus ancienne et traditionnelle des activités humaines, mais son exercice, depuis 1945 et le feu nucléaire, se manifeste surtout par des conflits irréguliers : guérillas et terrorismes dans lesquels les puissances occidentales, depuis le Vietnam, ne l'ont presque jamais emporté. L'affrontement contemporain entre insurgés et Etats n'est plus ce combat dans lequel le plus fort l'emporte sur le faible. ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Walktapus
  09 août 2010
Un livre consacré à la guerilla, dans une perspective historique.
J'ai déjà lu plusieurs livres de Gérard Chaliand, l'Anthologie Mondiale de la Stratégie, les Empires Nomades, Guerre et Civilisations. Des ouvrages que j'ai trouvés très intéressants dans leur analyse des équilibres et des dynamiques de l'Eurasie sur le long terme historique, et aussi pour aborder des cultures stratégiques qui sont généralement ignorées des visions européocentriques. Je ne connaissais pas par contre l'auteur avec sa casquette de spécialiste des guérillas.
Ce livre est consacré aux guerres asymétriques, forme la plus courante de la guerre aujourd'hui, depuis 50 ans, mises en perspective historique. Après un rapide historique de l'art de la guerre, l'auteur aborde les guerres coloniales - les guerres asymétriques du XIXe siècle - qui voyaient la victoire presque systématique de quelques puissances et la conquête de territoires immenses avec des forces réduites. Une place importante est faite à la méthode dite de la "tâche d'huile" définie par Galliéni et appliquées par Lyautey notamment au Maroc : occupation progressive et méthodique, s'appuyant sur une bonne connaissance du terrain et des antagonismes des chefs locaux, et sur des investissements améliorant rapidement le sort des populations.
La situation va changer progressivement au cours du XXe siècle. Les raisons en résident dans l'inversion du rapport démographique entre monde industrialisé et Tiers-Monde, l'adoption par les colonisés d'idéologies du vainqueur : nationalisme et marxisme, le développement de stratégies cohérentes de guérilla (avec Mao), et l'évolution de la conscience des pays occidentaux dont l'opinion publique est devenue le point de rupture. le portrait dressé est pessimiste, les exemples modernes de victoire contre des guérillas étant rares et s'expliquant par des conditions particulièrement favorables.
Un livre court et utile.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
SCOman
  22 octobre 2013
En parallèle à la baisse progressive du nombre de guerres interétatiques depuis 1945, Gérard Chaliand s'interroge sur la difficulté des troupes occidentales à l'emporter dans un contexte de guerres irrégulières. Alors que la supériorité de l'armement est systématiquement du côté des troupes régulières, ces dernières essuient des défaites cinglantes lorsqu'elles se voient confrontées à des guérillas. Comment expliquer ce paradoxe ? Pour l'auteur il faut d'abord retracer l'évolution historique de l'art de la guerre, ce qui amène à deux constats. Premièrement, et en corrélation avec la nature même de la guérilla, les populations sont aujourd'hui partie prenante des guerres asymétriques. Deuxièmement, un conflit ne peut être gagné que grâce à une volonté politique supérieure à celle de l'adversaire. S'emparer du pouvoir ne se limite donc plus à déposer par la force tel souverain ou tel leader politique, il correspond désormais à un incessant travail politique de mobilisation et d'encadrement. On le voit bien en Afghanistan ou en Irak, où la guerre ne pourra être gagnée par les occidentaux qu'en obtenant l'adhésion tacite d'une majorité de la population. Et Gérard Chaliand de pointer le concept de « dyssimétrie décisive » mis en exergue par le général français André Beaufre au début des années 1970 : un avantage stratégique, logistique et matériel, quel qu'il soit, ne peut à long terme l'emporter sur une idéologie politique exhortant à tous les sacrifices. La victoire militaire devient vaine si, au bout du compte, le vaincu n'admet pas sa défaite. Cette « dyssimétrie décisive » des guerres asymétriques découle deux grandes mutations : le renversement du poids démographique entre Nord et Sud, et, processus encore plus récent, le refus de plus en plus affirmé de la mort par les sociétés occidentales.

La démarche discursive de l'auteur s'avère pertinente dans la mesure où il appuie son analyse sur une rétrospective historique. Il revient sur l'antagonisme fondamental qui caractérisait la période située entre le IVe siècle av. J.-C. et le XVIe siècle ap. J.-C., qui n'était autre que celui entre nomades et sédentaires. de fait, c'est le foyer perturbateur issu des steppes centre-asiatiques qui déterminera pendant longtemps l'éclosion et la formation des grandes puissances caucasiennes. le retour sur la période coloniale permet également de nous éclairer sur les stratégies indirectes employées par les insurgés. Les guerres coloniales de l'époque victorienne introduisent l'apparition de la guérilla, et le parcours à travers le monde d'un Garnet Wolseley témoigne d'un empire colonial déjà en proie aux pressions centrifuges. En redonnant à la polémologie son « épaisseur historique », Gérard Chaliand s'affirme comme un spécialiste crédible des problèmes politiques et stratégiques des conflits armés.
Lien : http://leslecturesdares.over..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2
  10 décembre 2015
Les guerres irrégulières depuis trente ans changent-elles l'art de la guerre ?
Sur mon blog : http://charybde2.wordpress.com/2015/12/10/note-de-lecture-le-nouvel-art-de-la-guerre-gerard-chaliand/

Lien : http://charybde2.wordpress.c..
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Charybde2Charybde2   10 décembre 2015
La guerre d’Irak, jusqu’à la prise de Bagdad en avril 2003, est un succès opérationnel dû à l’immense supériorité technologique des États-Unis. Mais ce succès n’est pas décisif, dans la mesure où l’adversaire ne reconnaît pas sa défaite.
La guerre irrégulière, qui se traduit par la guérilla et le terrorisme, se met rapidement en place, tandis que le Pentagone ne consent pas à reconnaître l’importance du phénomène, qu’il attribue à une activité sporadique condamnée à dépérir.
L’aspect inédit de cette guerre tenait au fait que, contrairement à toutes les autres guerres irrégulières des soixante dernières années, entamées avec peu d’hommes, peu d’armes, peu de moyens financiers, peu de soutien populaire, l’insurrection sunnite était l’expression du noyau d’un État. issus des services secrets, des fedayin, ou de la garde républicaine spéciale, les éléments qui combattaient disposaient d’armes, de renseignements, de savoir-faire, de moyens et du soutien d’une partie croissante de la population sunnite, à mesure que celle-ci était politiquement marginalisée par les mesures édictées par Paul Bremer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2Charybde2   10 décembre 2015
Existe-t-il un nouvel art de la guerre ? Ou bien réside-t-il dans la capacité à constamment s’adapter à des conditions toujours changeantes, qu’il convient dès lors de s’efforcer à comprendre ? Les transformations de la guerre au cours des trois dernières décennies ont été importantes sur le plan technologique, mais la véritable révolution dans les affaires militaires concerne avant toute chose la dimension sociale de la stratégie, qui est intimement liée au contexte démographique et à l’évolution des mentalités dans les pays occidentaux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2Charybde2   10 décembre 2015
Dans l’esprit des Européens, la guerre coloniale était considérée comme une forme mineure de la guerre. L’infériorité numérique des troupes européennes, qui avoisinait généralement un rapport de un pour dix, était de règle. Mais outre leur puissance de feu supérieure, surtout à partir de 1870, elles demeuraient plus disciplinées et mieux encadrées. Si bien qu’en dehors de quelques revers, le ratio de leurs pertes et de celles de l’adversaire était en moyenne de un pour cinquante. (…) N’ayant nécessité qu’une mise modeste, la guerre coloniale a connu des succès sans commune mesure avec les moyens engagés. Les empires ont été tenus avec des forces réduites, l’Inde étant à cet égard exemplaire. La paix n’a pas régné pour autant, loin de là, mais les révoltes, fort nombreuses, sont quasiment toujours restées locales. Les Guerres grises (1978), de René Pélissier, illustrent parfaitement la fréquence quasi ininterrompue des insurrections coloniales, avec l’exemple du Portugal en Angola. (…)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2Charybde2   10 décembre 2015
La stratégie maoïste est fondée sur le temps. Seul celui-ci permet, à force d’organisation et de mobilisation, de transformer graduellement durant le combat sa faiblesse initiale en force, ou, si l’on préfère, de passer d’une stratégie de défense à une stratégie offensive. La liaison entre le politique et le militaire est ici constante. Il s’agit de s’implanter auprès de populations et dans des zones où l’on veut organiser un « contre État », au sein duquel des hiérarchies parallèles remplacent l’administration. (…) Ce progrès dépend en grande partie de la tenue des militants du parti, qui doit contraster, par un souci de respecter les populations et de les aider, avec l’armée, qu’elle soit étrangère ou représentante de l’État, qui se comporte avec brutalité avec les administrés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2Charybde2   10 décembre 2015
C’est durant ces guerres coloniales fondées sur des stratégies indirectes du côté des résistants ou des insurgés que l’on s’aperçoit que la victoire militaire n’a de sens qui si l’adversaire admet sa défaite.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Gérard Chaliand (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gérard Chaliand
https://www.librairiedialogues.fr/livre/9357467-pourquoi-perd-on-la-guerre-un-nouvel-art-occ--gerard-chaliand-odile-jacob 5 questions posées à Gérard Chaliand qui nous parle de son livre "Pourquoi perd-on la guerre ? Un nouvel art occidental" paru aux éditions Odile Jacob. Questions posées par Laurence Bellon. Réalisation : Ronan Loup.
Retrouvez nous aussi sur : Facebook : https://www.facebook.com/librairie.dialogues Twitter : https://twitter.com/dialogues Instagram : https://www.instagram.com/librairiedialogues
>Sciences sociales>Administration publique>Art et science militaires (143)
autres livres classés : GuérillasVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
407 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre