AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782246824695
240 pages
Éditeur : Grasset (12/05/2021)
3.11/5   14 notes
Résumé :
Une femme libre, ça ne paraît pas grand-chose. Mais pour certains, c'est déjà trop. Comme un vice à corriger. C'est ce que va découvrir Esperanza Running-Wolf, 45 ans, directrice de musée vivant sur la côte Ouest des Etats-Unis, femme indépendante, fraîchement séparée du père de sa fille, qui s'apprête à devenir procureur général de son Etat. Quand le roman s'ouvre, elle profite de sa liberté retrouvée, sort et couche avec qui elle veut, notamment ce chanteur aux ai... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Didili
  27 juin 2021
Lecture en partenariat avec NetGalley sur ma liseuse, je les en remercie !
En début de lecture, j'ai découvert une lecture "punchy" avec beaucoup de phrases en anglais.
Mais heureusement pour moi, l'auteur Laurent Chalumeau, a toujours traduit celles-ci à l'intérieur même de son texte.
Ouf, j'étais sauvée et finalement ça n'a pas nuit à ma lecture que j'ai bien appréciée.
Dans un langage moderne et que je qualifierais de "Punchy" j'ai lu ce livre avec avidité.
J'ai suivi les aventures sexuelles/ sentimentales et multiples d'Espéranza.
L'amour / le cul, le cul / L'amour et VICE versa quoi !
La vie est souvent menée par ces deux bouts de vices finalement et Espéranza va alors, en subir les désagréments ...
Les personnes ne sont jamais ceux que l'on croit, ou ceux que l'on espère...
Tous possèdent des VICES de forme, voir des VICES cachés. L'auteur sait très bien jouer avec ce sens polysémique, mais ce n'est pas vicieux, vicieuse qu'elle retient.
Je vous laisserais découvrir le fin mot de cette histoire qui s'accélère surtout sur le dernier quart du livre. D'ailleurs c'est pour moi "un vice de forme" car le dénouement et l'action finale sont vraiment trop condensés dans la toute dernière partie. Oui, dommage car les deux tiers du livre étaient pour moi très bien déroulés.
Une belle mise en exergue des relations virtuelles entre homme et femme.
Le portrait d'une femme que j'ai tout de même trouvé un peu "masculanisé" en quelques sortes par l'auteur. Laurent Chalumeau a mis de côté beaucoup de la vie de mère d'Espéranza...
Un livre traversé par une bande son très rock folk, je vais me pencher sur les titres mis en avant, yeapah !
Une lecture un peu gâchée par la fin de l'histoire, mais une lecture que j'ai su apprécier par son côté "punchy", qui mets en avant une héroïne un peu différente. Une femme qui a ses propres vices et les assume !
Merci à NetGalley pour cette lecture, les éditions Grasset
et Laurent Chalumeau !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Litteraflure
  10 juillet 2021
Vice est vif. La prose court à la vitesse d'une Ford Mustang. Autant prévenir tout de suite, c'est plus qu'un roman, c'est un objet multimédia avec des postures « making of » de l'auteur et la playlist des titres à la fin.
Esperanza a quarante balais et un taux de désirabilité supérieur à la moyenne. Elle n'a voulu ni de la carrière politique de son homme ni des absences qui la caractérisent et finissent par avoir raison de son mariage. Madame se cherche, entre fausses joies et plans cul, à lo(u)voyer entre vrais « bad boys » et faux « nice guys »; l'entre deux, paraît-il, n'existerait pas. Elle veille à ne pas laisser les sentiments précipiter sa confusion. Comme le faisait remarquer Bob Dylan (p129), « love » est un mot trompeur, de quatre lettres, comme la plupart des grossièretés, fuck, cunt, shit… Quand on est belle et sexy aux États-Unis, on a la vie compliquée. Celles qui veulent sortir du rang en payent le prix, car les bonnes âmes ont la gâchette facile. Dès qu'il vous arrive un truc, personne ne s'étonne, parce que « les femmes comme elles »…
Vice est souvent jubilatoire avec de grands moments de lucidité (ex : p12, p41, p128) et des tirades désabusées bien envoyées.
La même histoire dans les Deux-Sèvres, je ne suis pas certaine… mais là, ça fonctionne. Je n'ai même pas été saoulée par la multitude des citations et des phrases en anglais. Au contraire, ça m'a amusée, comme voir un film en langue originale et me dire que la VF aurait été catastrophique.
Bilan : 🌹🌹
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
lyanea
  12 mai 2021
Avis : PERCUTANT
La première surprise à la fin du livre, c'est d'avoir oublié que c'est un auteur homme qui a écrit ce roman psychologique à ressort thriller. La deuxième, c'est de se dire que parler de la liberté et de l'indépendance des femmes peut encore être le thème d'un roman de littérature général. Rien n'est acquis.
Je n'avais jamais lu du Laurent Chalumeau ; ce sera un auteur que je suivrai. Pourquoi ? Parce qu'il y a dans ce livre le goût d'apporter son regard, la fougue du pourfendeur des choses bien comme il faut et l'envie de dénoncer. Avec un rythme soutenu, une écriture qui pulse, des aphorismes à n'en plus finir, de l'action, de l'introspection, des monologues intérieurs qui nous parlent, il met en scène un univers qu'il organise ici autour de la liberté essentielle de la femme : celle de vouloir être vrai.
Espéranza, 45 ans, directrice de musée est la femme d'un homme s'apprêtant à devenir procureur général de son État. Elle a mis sous le boisseau durant des années sa chère liberté, pour vivre une existence de mère sage et d'épouse comblée. Mais ce temps-là s'achève et le naturel revient au galop avec le goût des aventures et des amants éphémères et multiples. Ce serait simple si Espéranza Running-Wolf ne voulait pas — comme toute femme diront certains—, le beurre et l'argent du beurre. Alors, elle va chercher à vivre pour elle, les yeux grands ouverts mais saura-t-elle trouver les limites ? Se perdra-t-elle et que perdra-t-elle ? Dans la bonne société de la côte ouest des États-Unis, est-il possible pour une femme de faire ce qu'elle veut, en particulier de son corps ?
La lecture s'aimante autour du personnage principal, ravageuse en diable, et l'intérêt ne décroit jamais tellement ses interrogations permanentes et ses dialogues intérieurs pimentent les actions et les rencontres. Elle nous entraîne dans son sillage voluptueux avec le seul but de nous faire répondre à la question : l'envie de liberté chez une femme est-il un vice ? Mais aussi de nous interroger sur la violence intrinsèque des hommes. Il faut s'accrocher, au début et avec les flashbacks, mais ça explose de toutes parts ; j'adore la façon qu'a l'auteur de décortiquer les relations et de garder le suspens, le montant même crescendo. La musique, surtout country, à toutes les pages ou presque, accompagne et scande la recherche de la place de la femme, interrogation récurrente. On navigue dans la tête et dans le coeur mais toujours articulé autour et dans la vie de tous les jours.
Bravo Laurent Chalumeau pour avoir donner leur chance à tous les hommes, du meilleur au plus tordu. Bravo pour votre écriture hardie, dérangeante, jouissive, aux dialogues savoureux.
Ce roman fera la joie des amateurs de lectures hautes en couleur.


Lien : https://www.facebook.com/Lya..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Bill
  12 mai 2021
Un tour sur les propositions de NetGalley, m'y a fait repérer ce roman de Laurent Chalumeau, dont je me souvenais avoir apprécié le premier roman, 'Fuck'.
Avec 'Vice', il nous emmène aux Etats Unis et plus précisément au Nouveau Mexique, où l'action se déroule entre Albuquerque et Santa Fe, deux de mes villes préférées ...
L'héroïne, Esperanza Running-Wolf -Carter est une femme libre, enfin presque parce qu'elle est en instance de divorce, mais en raison de la campagne électorale en cours, les conseillers en communication de son mari lui ont conseillé de repousser le divorce jusqu'après l'échéance! 
Mais cela ne l'empêche pas de vivre sa vie de directrice de musée, de bien s'occuper de sa fille (en campagne électorale, son futur-ex-marie a du mal à assurer ses tours de garde), de rencontrer des artistes, d'accompagner sa copine / esthéticienne à son concours de rodéo, de flirter avec les beaux gosses tout en écoutant de la musique country, musique que son père, indien ET ex-marine, lui a fait aimer ! 
Des aventures un peu border-line, des prétendants pas très clean, Esperanza nous embarque dans un tourbillon virevoltant extrêmement bien servi par l'écriture de Laurent Chalumeau.
Un texte jubilatoire, un style sec et rapide, un propos féministe, des paroles de chansons country, qui m'ont fait ressortir ma collection de CD de Willie Nelson, une ode à la liberté ...
Un auteur que j'ai redécouvert avec plaisir et dont je vais m'empresser de rechercher les autres productions... sans attendre 20 ans ! 
Un grand merci à Netgalley, qui m'a permis de recevoir cet ouvrage, ainsi qu'aux Editions Grasset 
#Vice #NetGalleyFrance
Lien : http://les-lectures-de-bill-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
lesjolismotsdeclem
  24 mai 2021
Vice : (nom masculin) (d'après le roman) « Pas au sens d'activité criminelle liée à l'industrie du sexe. Ou de tendance malsaine induisant des pratiques dégradantes […]. « Vice » au sens de défaut, de trucs qu'on fait mais qu'on ne devrait pas parce qu'ils ne sont pas forcément excellentissimes pour soi. »
Boulevard de la Mort. Un Tarantino sous forme de road movie déjantée, donnant la part belle à des héroïnes de caractères, sans peur et avec un fort désir de vengeance à quiconque viendra les déranger. D'autant plus que ce quiconque se trouve être un psychopathe de la pire espèce.
Thelma et Louise. L'un de mes Ridley Scott préféré. Deux femmes en weekend pour fuir le quotidien d'un homme abusif, qui se transforme en une cavale mémorable. Cher prix à payer que la défense de leur liberté et de leur vertu.
Vice. Mon premier roman de Laurent Chalumeau. Esperanza Running-Wolf son héroïne qui se met en danger par le simple fait d'être libre, sans entraves et d'embrasser ses désirs, quels qu'ils soient. Ces femmes ont cela en commun de ne croiser que des sociopathes, qui semblent s'octroyer le droit de vie et de mort sur elles.
Un roman comme un scénario de film. L'histoire d'une vie racontée à son esthéticienne et amie durant les soins prodigués, sous forme de flashback. Mêlant pêle mêle sentiments, actions et réflexion. Celui de la protagoniste mais également celui du narrateur.
Une lecture en un seul bloc, pour ne pas perdre le film, de ses échanges en franglais, ponctués de musique de Country. Et cette sensation lancinante de lire un scénario, que l'on va entendre à tout moment un « Action ! » et que la caméra va s'amuser à nous perdre, à zoomer sur un détail insignifiant ou passer la scène en traveling à une vitesse folle.
Vice ou une lecture atypique. Il m'aura fallu une trentaine de pages pour me prendre au jeu de l'intrigue et de l'écriture incisive et à vif de Laurent Chalumeau, qui manie habilement le verbe et nous subjugue. Si vous commencez Vice, soyez certains de ne pas être en mesure de le poser avant la fin.
Bonne lecture à vous !
Lien : https://lesjolismotsdeclem.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
LeSoir   14 juin 2021
« Vice », c’est un rodéo dans le Far West. Mais avec des conséquences tragiques pour Esperanza, qui croyait pouvoir disposer de sa vie et de son corps.
Lire la critique sur le site : LeSoir
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
DidiliDidili   28 juin 2021
Pour le reste, le "crime d'honneur" reste identique : gitane, noire, américaine ou africaine, l'héroïne est, comme l'écrit le photographe, " une femme qui paye le prix de sa liberté". Et le voilà parti à rhapsodier ; " Marginale, insoumise qui transgresse les codes sociaux, sa liberté la rend littéralement insupportable aux hommes, d'où sa "nécessaire" élimination. Pourquoi l'indépendance d'une femme après avoir su être si séduisante aux yeux des mâles, devient pour eux une menace scandaleuse."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
DidiliDidili   28 juin 2021
"Ben oui. Dans les rom-coms, ce sont tous les contretemps qui donnent de la valeur à l'histoire que vivent ensuite nos deux héros - quand elle commence enfin, après le happy-end. Avant ça, l'inévitabilité de leur amour se mesure précisément à la somme des obstacles qu'ils doivent surmonter. En gros, si une relation en vaut vraiment la peine, d'abord, la vie te teste pour vérifier que tu la mérites bien. Du coup, parfois, des éléments contraires sont en fait la promesse d'une merveilleuse histoire - alors, paradoxale, la promesse, je te l'accorde, Mais n'empêche. Tu me suis ? "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
DidiliDidili   28 juin 2021
Dieu merci, rien de tel ne se produit. Silence radio total. Aucun ex-camarade de sexe n'entreprend de monnayer ses souvenirs. De l'intérêt de préférer l'homme marié. Pour ses propres motifs, le conjoint buissonnier n'a plus envie qu'elle de briser l'incognito.
Commenter  J’apprécie          20
PsychikFabPsychikFab   28 juin 2021
"She walks the walk and talks the talk, hottest thing in town". Elle fait ce qu'elle dit et dit ce qu'elle fait, la plus bandante du coin. On est loin du Éric Rohmer en noir et blanc initialement prévu, soudain.
Commenter  J’apprécie          20
lyanealyanea   12 mai 2021
Prendre, ma fille, surtout prendre. Prendre ce qu’il y a à prendre. Et ne pas s’encombrer. Un autre défaut. Sauf qu’en fait, non. Ça, ça n’est pas un vice. Ça c’est juste la vie.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Laurent Chalumeau (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Laurent Chalumeau
Laurent Chalumeau : "L'arrivée du CD a tué la notion de morceau de fin de face"
autres livres classés : Country (musique)Voir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Arts et littérature ...

Quelle romancière publie "Les Hauts de Hurle-vent" en 1847 ?

Charlotte Brontë
Anne Brontë
Emily Brontë

16 questions
807 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , art , musique , peinture , cinemaCréer un quiz sur ce livre