AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782377220441
280 pages
Jigal (10/09/2018)
4.37/5   60 notes
Résumé :
Vrinks, fiché au grand banditisme, finit de purger une longue peine en centre de détention quand on lui annonce brutalement que le corps mutilé de sa fille Manon a été retrouvé dans un fleuve. Fou de rage, il ne pense plus qu’à s’évader pour la venger…
Amia, jeune femme d’une vingtaine d’années, prisonnière d’un sordide réseau de prostitution, réalise soudainement qu’elle va être mère ! C’est peut-être le signal qu’elle espérait pour trouver la force de fuir... >Voir plus
Que lire après Le fruit de mes entraillesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (27) Voir plus Ajouter une critique
4,37

sur 60 notes
5
20 avis
4
5 avis
3
0 avis
2
1 avis
1
0 avis
Avec ce livre, deux mots ont suffi à éveiller ma curiosité : « Noir et sauvage ».
Cette mention sur la couverture annonçait du lourd... Et la promesse a été tenue !

C'est très rare qu'un thriller me fasse frémir dès la première phrase. Oui, l'auteur ne tergiverse pas. Il nous percute l'esprit avec ses mots tranchants et ce, dès le départ.
En ouvrant ce livre, on est plongé sans attendre dans une ambiance totalement dérangeante.
Les trois personnages principaux que l'on suit sont extrêmement attachants.
J'ai ressenti beaucoup d'empathie pour Amia, une jeune femme sous l'emprise d'un réseau de prostitution qui tente d'échapper à ses tortionnaires.
Le personnage de Vrinks, un détenu fiché au grand banditisme, tient la place centrale dans ce roman. On compatit à son envie de vengeance et d'évasion lorsqu'il apprend le meurtre atroce de sa fille.
Alice, la flic en charge du dossier Vrinks, est un personnage bouleversant. Son histoire personnelle ne peut que toucher le lecteur.

C'est la première fois que je me suis retrouvée totalement incapable de prendre partie en lisant une histoire. Ici on aime autant le bandit que la flic qui le traque. Impossible de trancher! Je souhaitais que l'un et l'autre réussisse sa mission.
Le style d'écriture de l'auteur fait qu'on a du mal à lâcher ce livre. Il est très prenant. Les chapitres sont courts et les phrases condensées. Les mots sont durs et pénétrants.
Cédric Cham aborde des thèmes obscures et sordides qui mettent mal à l'aise.
On sent que tout est réfléchi et que rien n'est écrit au hasard.

L'histoire est très rythmée avec de nombreux changements de décors tels qu'on a parfois l'impression de regarder un bon film d'action.
L'auteur ne lésine pas sur les petites descriptions piquantes qui font parfois grimacer.
Comme ce livre est un quasi coup de coeur, je reste assez pointilleuse sur certains détails.
J'ai aimé la page de fin avec la « Bande originale » où l'on peut écouter les musiques que l'auteur a imaginé pour certains passages du roman. Cette idée renforce encore cette impression d'avoir regardé un film en lisant ce livre.

C'est sanglant, bestial et viscéral.
Amateurs de thrillers, foncez !

Merci aux éditions Jigal Polar pour cette superbe découverte et merci à Babelio pour la Masse Critique qui m'a permis de découvrir cet auteur talentueux.
Commenter  J’apprécie          694

Lorsque le surveillant lui annonce un parloir, Simon Vrinks, fiché au grand banditisme, s'en étonne. Cela fait un bon bout de temps que personne n'est venu lui rendre visite. Il est d'autant plus surpris d'y voir Héléna, son ex-femme qui ne lui parle plus depuis 5 ans. Les pensées se bousculent alors dans sa tête et Vrinks pressent que ce qu'elle a à lui dire ne va pas lui plaire. Et pour cause, elle est là pour lui annoncer la mort de leur fille, Manon, son corps retrouvé dans le fleuve. Dès lors, Vrinks n'a plus qu'une idée en tête : s'évader, même si sa longue peine touche à sa fin, et venger sa fille...
Amia n'en peut plus de vivre ainsi. Embrigadée dans un réseau de prostitution, subissant les exigences de ses clients, elle rêve d'échapper à tout cela. C'est lorsqu'elle se rend compte qu'elle est enceinte qu'elle décide de s'enfuir...
Alice Krieg est lieutenant de police de la BNRF. Un père qu'elle n'a jamais connu, pas d'homme ni d'enfant dans sa vie. Son leitmotiv : son boulot. En charge du dossier Vrinks, elle se lance, tête baissée, dans la traque de ce fugitif, tentant par là même d'oublier un autre combat, inégal celui-là...

S'il n'a pas été là comme père lorsque sa fille était encore en vie, Simon Vrinks compte bien, cette fois, assumer son rôle et venger celle qui comptait le plus pour lui. Sur sa route, il croisera, par hasard, Amia. Jeune prostituée, elle non plus n'a plus rien à perdre. Tous deux en cavale. Tous deux avec cette même urgence de s'enfuir. Alice, flic de choc déterminée, court après Simon mais aussi sa vie, espérant qu'aucun des deux ne lui échappe. Trois héros que Cédric Cham n'épargne pas, bien au contraire. Cabossés, bousculés, broyés dans leur âme et dans leur chair et pourtant plus que jamais vivants. Trois destins liés auxquels l'on s'attache dès les premières pages malgré la noirceur ambiante, l'inéluctable tragédie qui se profile. "Le fruit de mes entrailles" nous prend aux tripes, nous habite littéralement, nous entraîne dans un tourbillon de violence, de vengeance, de rage mais aussi de souffrance. Une plongée dans les abîmes que la plume de l'auteur, vive et forte, décrit parfaitement.
Un roman marquant tout autant que les personnages...
Commenter  J’apprécie          710
Cham, cham, cham, chamois d'or.
Vous vous souvenez de ce fromâge à pâte molle ?
Cherchez pas le lien de parenté avec Cédric CHAM , y en a pas.
Le gars fait dans le direct, droite/gauche, sans préavis.

Vrinks a pas eu d'bol.
Pour s'être fait serrer après un énième braquo, avoir été condamné à croupir en taule, il n'imaginait pas pouvoir tomber plus bas.
Il aurait dû.

Amia a pas eu d'bol.
Un proxo un rien tortionnaire et un avenir tout tracé dans le Kama Sutra tarifé.
Pas une vie, juste une petite mort.
Un plan de carrière d'enfer, en enfer.
Puis survient la fuite, salvatrice, désespérée.
Celle du courage exacerbé motivé par une petite lueur au bout de ce tunnel cauchemardesque aux péages incessants.

Alice Krieg a pas eu d'bol.
Mais comme son nom l'indique (Allemand seconde langue, siou'plaît), elle est en guerre.
Flic combattant l'injustice.
Fille combattant l'absence de figure paternelle.
Femme face à la maladie.

Trois salles, trois univers.
Cédric CHAM en DJ, autant vous dire que ça promettait d'ambiancer.
Et ça l'a fait.

Le fruit de vos entrailles est béni, a-t-on coutume d'entendre entre deux sermons dominicaux.
Faux, dans les grandes largeurs.

Cham écrit sur la vengeance, la rédemption, l'espoir.
Un style à l'image de son récit, abrupt, percutant, peu enclin à concourir pour le prix « mélodie du bonheur ».

La mélodie aurait tendance à se jouer en sous-sol, stand tir aux pigeons.
À balles réelles, les balles, sinon la fête est moins folle.

Je découvre Cédric CHAM et son univers sans concession.
C'est dur, ça fait mal, mais qu'est-ce que c'est bon.
Commenter  J’apprécie          443
Coup de coeur polar 2018
Lorsque, au parloir, son ex-compagne annonce à Simon Vrinks, la mort de sa fille Manon, dans des circonstances mystérieuses et dramatiques, celui-ci n'a plus qu'une idée en tête, sortir de tôle et venger cette fille qu'il n'a pas su protéger.
En cavale, il croise la route d'Amia, une pute en fuite.
L'auteur nous entraîne dans le sillage de ce duo qui va s'allier pour le meilleur et pour le pire, à la fois traqueur et traqué,  parce que les flics sont à leurs trousses, bien sûr.
Le nouveau Cedric Cham démarre sur les chapeaux de roues, accrochez-vous, n'oubliez pas votre casque de moto surtout, on est loin du respect des limitations de vitesse et jusqu'au bout il garde le rythme soutenu d'une lecture addictive.
Dans le fruit de mes entrailles, notre couple va croiser de belles ordures (enfin, belles, ce n'est pas vraiment le mot adapté, au contraire) la lie de notre société, le pire de l'humanité.
Quand les déviances et la folie des hommes conduisent à  des monstruosités.
Mais à un point, vous ne pouvez même pas vous imaginer. Je vais vous faire un aveu, tellement les salauds sont pourris dans ce roman que je me suis rêvé à aider Simon et Amia dans leur soif de vengeance. (J'allais dire justice  c'est dire).
J'ai aimé le côté Bonnie and Clyde (les braquages en moins) chez Simon, ce père qui s'en veut d'avoir été égoïste et absent, et Amia, cette jeune femme qui cherche à se reconstruire loin de l'enfer des trottoirs sous la plume efficace de l'écrivain.
Avec un cocktail violence, sexe, drogue et alcool, Cham vous broie les tripes (et pas que les vôtres d'ailleurs), faites lui confiance, il sait faire.
Tiens, il a même ressorti sa caisse à outils (les fans de Cédric comprendront...)
Je sors la signalétique,  rectangle blanc et interdiction aux ames sensibles.
Un roman noir et sauvage, (là je n'invente rien, c'est marqué sur la couverture, et c'est vrai, je confirme) dans la veine de ce que l'auteur a déjà produit avec talent.

Merci aux Editions Jigal et à Babelio pour cet intense moment de lecture.




Commenter  J’apprécie          200
💜COUP DE COeUR💜

Et bien là c'est un gros coup de coeur ! Cédric Cham va rejoindre F. Thilliez dans mes auteurs édités chouchou. On va suivre trois personnages principaux : Amia, Vrinks et Alice dans un thriller décapant. le roman débute sur Amia et pour nous mettre dans l'ambiance de suite l'auteur ni va pas par quatre chemins :
"Le type s'agite sur son corps et, à chaque ahanement, lui envoie une haleine rance, chargée d'oignons et de vin. Des gouttes de sueur perlent de son front, viennent s'échouer sur elle.
Amia attend. En fixant le plafond. Concentrée sur un point. Une tache sur la peinture. Peut-être une mouche morte. Écrasée. Comme elle, sous le corps obèse."
On a une description des acteurs détaillées et sur un bout de leur vie dans les premiers chapitres. Ensuite s'enchaînent pour chacun une route semée d'embûches. Pour Alice une enquête, pour Amia fuir et pour Vrinks la vengeance. Je n'en dirais pas plus sur l'histoire bien corsée. Sachez simplement que ce roman n'est pas pour les âmes sensibles.
"Pourquoi est-ce si surprenant? Les gens sont prêts à tout acheter à tout vendre. Il y en a qui paient des fortunes pour acquérir des reliques de tueurs en série. Il y en a bien un qui a répondu à une annonce pour se faire castrer et déguster ensuite son sexe en compagnie de son tortionnaire… alors, des gens prêts à payer pour commettre un meurtre ou pour mourir devant la caméra…"
Phrases courtes, rapides, dures, des situations qui nous tordent les boyaux, nous révoltent, nous attristent. de l'amour mais aussi du sexe, de la violence. L'histoire qui prend son envol et les liens qui s'affirment, un rythme en cascade. de rebonds en rebonds l'auteur nous entraîne dans son sillon, nous happe. On ne peut que ressortir écorchée, à vif, de cette histoire. Complètement addictif, je l'ai lu en deux temps, on ne le lâche pas comme ça !
Ceci est le troisième livre de l'auteur que je lis et je dois dire qu'avec "La promesse" et "Du barbelé sur le coeur" j'avais été conquise par son écriture, mais ici on monte "encore" d'un cran, ce titre est parlant et les personnages tout à fait convaincants.
Voilà, j'en suis revenue complètement anéantie et pour les amateurs de ce style, foncez… ne passez pas à côté de cette pépite.
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
Une larme coule le long de sa joue. Elle la fait disparaître d’un revers de main. Pas question de s’apitoyer sur son sort. De jouer les victimes. Elle doit rester forte, garder les idées claires. Ne pas se laisser submerger par des angoisses idiotes. Seulement se laisser le temps de digérer la nouvelle. De se faire à l’idée qu’une masse grossit en elle. Une tumeur, planquée dans son sein, qui a déjà commencé à la dévorer. C’est ça le pire. Cette sensation qui n’en est pas forcément qu’une, d’être rongée de l’intérieur par un corps étranger et vivant. Un parasite doté de sa propre intelligence et ne visant qu’un objectif : vous déloger pour occuper de plus en plus de terrain, peu importe les dégâts. Elle qui a toujours pris soin de se forger un corps sain... Et pourtant, il est là. Abrasant. Enragé.
C’est une guerre qu’Alice va devoir mener, même si aujourd’hui elle se sent complètement désarmée.
Commenter  J’apprécie          410
Hélèna ne s’est jamais habituée et ne s’habituera jamais. La honte de franchir la porte. De passer à la fouille. Proscrire les vêtements avec des pièces métalliques pour ne pas affoler le portique de détection, pour ne pas exciter les surveillants. Attendre parqués comme du bétail. Au milieu des familles désemparées, des conjointes maquillées à outrance et vêtues sans pudeur. Respirer l’odeur viciée. Mélange de sueur, de crasse et de misère. Une atmosphère malsaine qui prend aux tripes et ne vous lâche plus.
Commenter  J’apprécie          270
L'ancienne méthode de contrôle : un coup de tampon sur le dos de la main. Comme en boîte de nuit. On n'arrête pas le progrès. Même en détention. Et Vrinks se marre. Un rire chargé d'amertume. Lui qui a débuté dans une vieille maison d'arrêt familiale. Avec des dortoirs collectifs. Comme dans les stalags allemands. Aujourd'hui, c'est serrure automatique, vidéosurveillance, biométrie... Bref, un bon moyen de déshumaniser encore davantage la détention. Plus de caméras, donc moins de surveillants. Le calcul est facile et le résultat ne se fait pas attendre.
Commenter  J’apprécie          230
Et les caméras vidéo ? Une véritable aubaine finalement. Merci madame le procureur de la République ! Une agression de surveillant, en dehors du champ des caméras : relaxe pour faute de preuves. La rumeur a circulé plus vite qu’une traînée de poudre. Tu veux foutre sur la gueule d’un maton ? Pas de problème, tant que tu es dans l’angle mort. Et des angles morts, il y en a un paquet.
Commenter  J’apprécie          280
Une évasion est toujours possible. Quel que soit l’établissement. La véritable question n’est pas la faisabilité, mais le « comment ». Et le « comment » dépend d’une multitude de facteurs : la configuration des lieux, les moyens mobilisables aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur, le temps de préparation, le degré de risque acceptable et enfin le professionnalisme des équipes de surveillants.
Commenter  J’apprécie          270

Videos de Cédric Cham (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Cédric Cham
Une cavale à la vie à la mort !
Un thriller palpitant, noir, sanglant, percutant, intense… Un rythme endiablé… Une formidable histoire d'amour… Cédric Cham n'y va pas par quatre chemins : chaque page est un challenge, chaque jour est un combat ! Pas de fioritures, juste des faits, des hommes et des femmes qui vont tenter de sortir de la fange dans laquelle ils sont englués ! Et pour ça, il va falloir affronter une terrible adversité. Ça pourrait être un film, tant les images restent scotchées sur votre rétine. Ça va vite, ça va fort, ça fait mal et c'est pourtant bourré d'émotions… Parce que cette fuite en avant est le moteur d'une nouvelle raison de vivre ! Cédric Cham nous entraîne dans un hors-piste douloureux et en tension permanente. C'est sec, violent, jusqu'au-boutiste et particulièrement réaliste. Et comme toutes les lignes de fracture, ça laisse dans la bouche une certaine amertume ! Mais quel bouquin !
http://polar.jigal.com/?page=liens&p=210
+ Lire la suite
autres livres classés : cavaleVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (139) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2858 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *}