AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Cédric Cham (Autre)
EAN : 9782377221103
320 pages
Jigal (15/09/2020)
4.36/5   37 notes
Résumé :
Lukas coule une vie tranquille aux côtés de Camille et de leur fille Léana. Jusqu’au jour où tout vole en éclats : il est interpellé, et dans la foulée mis en garde à vue pour homicide involontaire... Voulant protéger son frère Eddy, Lukas va endosser une lourde faute qui n’est pas la sienne. Un choix terrible ! Pris dans cette spirale infernale, il se retrouve placé en détention provisoire. Fiché, numéroté. Écrou 52641. Ici, il va tenter de survivre entre Rudy et A... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
4,36

sur 37 notes
5
18 avis
4
1 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis

Tête baissée. Poignets enserrés dans des menottes. Ballotté au gré des secousses. Lukas ferme les yeux. Évite de penser à ce qui l'attend. À sa famille qu'il a abandonnée. À cette angoisse qui le paralyse. Au choix qu'il a fait de protéger son petit frère, Eddy. Bientôt se profile la maison d'arrêt. Escorté par deux policiers puis enfermé dans un box, Lukas refoule ses sanglots. Une fois les formalités faites, le capitaine Calhoun procède à l'interrogatoire. Lui demande s'il reconnaît bien les faits qui lui sont reprochés. L'accident le matin-même. le piéton renversé. le délit de fuite. Lukas reconnaît tout. Ce n'est que lorsqu'il apprend que le jeune piéton est décédé qu'il mesure la gravité de ce qu'a fait Eddy et qu'il va devoir assumer maintenant. Écrou 52641, une cellule qu'il va devoir partager et des règles en prison dont il ignore les codes...

Cédric Cham, avec sa plume vive et intense, ses phrases courtes, nous ferre dès les premières lignes. Pris en étau, presque enfermé, à l'instar de Lukas, l'on suit, haletant, presque suffocant, la longue descente aux enfers du jeune homme. En payant pour la connerie de son frère, Eddy, qu'il tient à protéger par-dessus tout, même avant sa femme et sa fille, Lukas, en franchissant les portes du pénitencier, n'a aucune idée de ce qui l'attend, même après avoir été mis au fait par ses codétenus. Car la prison a ses propres lois et règles. Des lois qu'il devra, bien malgré lui, suivre, s'il veut en comprendre les rouages, la vie à l'extérieur lui paraissant alors de plus en plus loin, l'éloignant aussi de ce qu'il est. Un personnage très fort pour qui l'on éprouve une profonde empathie. Autour de lui, Eddy dont on suit les coups de sang ou encore les parents du jeune garçon qui ne se remettent pas de la mort de leur fils, bien au contraire. L'on sent poindre, au fil des pages, des drames à venir, des vengeances à assouvir, des actes déraisonnables. Cédric Cham nous offre un roman d'une extrême noirceur, tout à la fois éprouvant et poignant...

Commenter  J’apprécie          6819

Décidément, je pense que Cédric Cham va faire partie de mes auteurs favoris !

Encore une fois, j'ai été happée par sa plume noire chargée d'émotions.

Dans ce roman, l'auteur nous plonge dans l'univers brutal du monde carcéral.

L'histoire met en scène Lukas, un homme rangé qui voit sa vie basculer suite à une interpellation.

La cause : homicide involontaire.

Pour préserver son petit frère Eddy, Lukas va assumer cette terrible responsabilité alors qu'il est innocent.

Placé en détention provisoire, il va devoir affronter la prison et ses codes, ainsi que les règles implicites entre détenus. Tandis qu'à l'extérieur, Eddy sombre davantage au milieu de personnes dangereuses...

Le rythme de ce livre est extrêmement bien mené avec des chapitres courts.

Progressivement, l'auteur introduit un panel de personnages où chacun a son importance. D'ailleurs, quand l'un d'eux entre en scène, Cédric Cham parvient à créer l'univers de celui-ci et à faire qu'on s'y attache en l'espace d'un chapitre de trois pages.

Un coup de maître !

Ainsi, les personnages sont profonds et intenses. On compatit pour leurs blessures passées et leurs espoirs futurs. C'est un des points forts que j'ai adoré dans ce roman.

À travers Lukas, on vit l'enfermement physique et psychologique, où chaque jour est un nouveau combat avec des moments d'angoisse et de désespoir. Mais dans ce monde violent et impitoyable existe aussi l'amitié, la solidarité et la loyauté.

Plus aguerri au fil des pages, Lukas est avant tout un homme brisé, envahi par la culpabilité d'être loin de la femme qu'il aime et de leur enfant.

Son dévouement envers son frère aura-t-il une limite ?

L'ensemble est traité avec crédibilité et justesse puisque l'auteur n'enjolive pas notre société pour dramatiser ce qu'il se passe derrière les barreaux.

Au contraire, il nous montre bien que la criminalité peut être présente partout et que le monde carcéral n'est qu'une extension de notre propre civilisation.

Un grand merci aux éditions Jigal Polar pour leur sympathie et leur confiance. Merci également à Babelio pour sa Masse Critique qui nous permet de découvrir ce genre de pépite.

Commenter  J’apprécie          606

" Mort à vie" est un roman sur la culpabilité mais vu la collection dans laquelle il est publié vous vous doutez bien que ce roman n'est pas un essai en psychologie. Nous passons une bonne partie du livre en prison auprès de Lukas. Lukas qui accepte de se faire accuser à tort. Durant une bonne partie de ce livre, on est donc dans l'univers carcéral qui n'épargne personne, pas même le lecteur. Parallèlement on suit l'évolution de son frère Eddy, celui pour lequel Lukas est plongé dans l'ombre de sa vie puisqu'il est privé de liberté et rongé par la culpabilité.

Ce livre est dur et comme, on s'en sans doute ce n'est pas la finesse qui caractérise l'univers carcéral mais Cédric Cham (que je découvre) explore l'âme humaine avec finesse.

J'ai eu beaucoup de plaisir à lire ce roman qui montre jusqu'où le poids de la culpabilité peut mener. Cedric Cham partage un regard intéressant

Commenter  J’apprécie          370

Vous cherchez un cadeau de Noël original ?

J'ai trouvé la box idéale.

Ça s'appelle Mort à vie et c'est Cédric Cham qui vous invite... en prison. Enfin, quand je dis qu'il vous invite c'est pour pas vous faire peur, évidemment.

Sinon, je vous le dis tout de suite, vous en aurez pour votre argent, c'est du tout inclus.

Arrestation, interrogatoire, transfert, fouille, entrée en cellule, promenade, mitard, avec le personnel compétent qui va avec, qui prend soin de vous et activités physiques au programme, vous ne trouverez pas une agence de voyages qui vous proposera mieux.

Votre guide s'appelle Lukas.

Jeune cadre, marié, une petite fille, il ne devrait pas se trouver là.

Mais bon, il a choisi.

Je n'en dirai pas plus.

Attendez-vous quand même à un séjour mouvementé, on est chez Cham, pas à Disneyland...

Vous allez aussi rencontrer quelques flics qui traquent les trafiquants en tous genres.

Cédric ne perd pas les bonnes habitudes et va vous faire participer à son atelier MacGyver, entendez par là, qu'avec quelques serflex, rouleau de scotch, un cutter, un marteau et quelques bouteilles vides, il va vous apprendre à fabriquer un instrument de torture dont il a le secret. Évidemment ce genre d'activité est à déconseiller aux enfants et aux personnes sensibles.

Bref, vous l'aurez compris, Mort à vie, c'est du lourd.

Du polar noir, addictif, comme l'auteur sait si bien en écrire, avec des personnages pour qui on finit par avoir peu d'empathie tant ils prennent un malin plaisir à se rendre antipathique.

Si au début,  on se demande bien ce que Lukas vient faire dans cette galère, on comprend que finalement on n'échappe pas à son destin.

C'était écrit... et quand c'est écrit par Cédric Cham, autant vous dire que ça fait mal aux tripes.

Un conseil, gardez votre trousse de secours à portée de main, vous allez voir quelques plaies à cautériser.

Moi, je range ma caisse à outils, jusqu'au prochain opus...

Commenter  J’apprécie          190

Finalement ce roman noir de Cédric Cham aurait très bien pu prendre le titre de son dernier livre à savoir « Broyé »(Jigal Polar 2019). Tout ça pour vous dire que l'auteur continue sur la même lignée sombre et glaçante, oscillant entre cynisme brutalité et cruauté.

Lukas mène une vie tranquille et rangée, un boulot stable, une femme et un enfant, tout le contraire de son frère Eddy qui mène une vie entre défonce, boite de nuit et très mauvaises fréquentations.

Et puis, un jour, après avoir bien tiré sur la ficelle, Eddy, le vilain petit canard fait une énorme connerie et appelle son frère à la rescousse.

Cette fois ci Cédric Cham choisit d'aborder les rapports de famille entre frères et l'univers carcéral ensuite. Jusqu'où peut on aller pour protéger l'autre, que faire lorsque l'un dérape ?

A partir d'un mensonge, d'une responsabilité endossée, la vie des deux frères va basculer irrémédiablement.

Immédiatement pour l'un, et lentement mais sûrement pour l'autre. Les additions seront lourdes à régler et inévitables ; à un moment on passe tous à la caisse.

Rédemption et culpabilité sont au centre de cet opus à la noirceur grandissante au fur et à mesure que l'on tourne les pages. La mise en abîmes se met en route comme un rouleau compresseur et va conduire nos différents protagonistes vers une spirale infernale. Eddy et Lukas, Nina, Marie et Benjamin, Kader. Mort à vie ou Vie à mort, le résultat est le même ; des vies gâchées et broyées à partir d'un choc, d'un bruit, d'une vie que l'on raye brutalement, un gamin écrasé et réduit en bouillie un matin vers 8h.

Avec ce drame, Cédric Cham nous fait entrer en prison comme si on y était, du franchissement des portes au numéro d'écrou, en passant par les usages et les coutumes de ce milieu bien spécial. C'est précis et sans fioriture, sans fausses idées, mais sans angélisme non plus. Pour un innocent, franchir ce point de non retour est un choc violent et s'adapter à la prison est pratiquement impossible. Soit on est fort, soit on est faible, pas de compromis, pas d'échappatoire, des repères évanouis, un cerveau en compote, des règles qui changent, et une illusion permanente : survivre pour sortir à moins que ce soit l'illusion de survivre !

Qui mieux que l'auteur pouvait nous offrir cette plongée en détention, un monde qu'il connaît bien. Ses mots sont simples, efficaces et tranchants.

Et puis comme Lukas, lorsque l'on a la chance d'en sortir, en sort on indemne ? Peut on reprendre le cours de sa vie d'avant, récupérer femme et enfant, reprendre le boulot ? Remords et réhabilitation, deux mots qui ne vont pas forcément bien ensemble, que l'on soit innocent ou coupable ! La prison marque au fer rouge, détruit les neurones et torture les âmes.

Derrière les barreaux, on s'enfonce, on plonge pour toujours dans une autre vie et on bascule, personne n'y échappe.

Ce pur roman noir qui prend toute sa signification dans les dernières pages est un glissement infernal vers des destructions programmées multiples. Tous seront impactés. Les flics désabusés ne pourront que constater les dégâts, eux qui soulèvent un peu plus chaque jour cette boue merdeuse qui recouvre la société et s'étend partout.

L'éditeur, Jigal polar, nous informe dans son communiqué de presse je cite « Cédric Cham ne fait jamais dans la dentelle ». Non seulement je valide à 200%, mais je crois aussi qu'avec sa plume, il nous montre que derrière les murs de la prison, il y a une petite lueur d'espoir, une certaine forme de solidarité à défaut d'humanité.

Des gens se retrouvent là du jour au lendemain, suite à un accident, une mauvaise décision, ou un crime. Tous sont coupables, mais il peut y avoir quelquefois des innocents, et cela pourrait être vous, moi, ou quelqu'un de votre entourage.

A méditer !

Cédric Cham sur WHOOZONE.COM

Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
Le corps s’adapte. L’esprit s’adapte. À tout. Même au pire. Surtout au pire.
La privation appelle la douleur. La douleur appelle la rage. La rage appelle la violence.
Et la rage, il l’avait. Un peu plus chaque jour.
Commenter  J’apprécie          220
Parfois, l’amour, c’est aussi ça. Être capable de s’en aller. Avant qu’il ne soit trop tard.
Arracher le mal, avant qu’il ne gangrène tout.
Commenter  J’apprécie          320
L’indifférence fait mal. Le silence laisse libre cours à toutes les interprétations. Nourrit les non-dits. Engraisse les incompréhensions.
Commenter  J’apprécie          270
L’ouverture se referme déjà derrière eux. Bloquant la lumière du jour.
Un jour où le soleil lutte contre les nuages.
Un jour où le ciel se pare de couleurs.
Un jour où le ciel a des teintes d’ecchymoses.
Commenter  J’apprécie          160
C’est tellement plus facile d’être en rage contre les autres que de s’interroger sur soi-même !
Commenter  J’apprécie          272

Videos de Cédric Cham (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Cédric Cham
Une cavale à la vie à la mort !
Un thriller palpitant, noir, sanglant, percutant, intense… Un rythme endiablé… Une formidable histoire d'amour… Cédric Cham n'y va pas par quatre chemins : chaque page est un challenge, chaque jour est un combat ! Pas de fioritures, juste des faits, des hommes et des femmes qui vont tenter de sortir de la fange dans laquelle ils sont englués ! Et pour ça, il va falloir affronter une terrible adversité. Ça pourrait être un film, tant les images restent scotchées sur votre rétine. Ça va vite, ça va fort, ça fait mal et c'est pourtant bourré d'émotions… Parce que cette fuite en avant est le moteur d'une nouvelle raison de vivre ! Cédric Cham nous entraîne dans un hors-piste douloureux et en tension permanente. C'est sec, violent, jusqu'au-boutiste et particulièrement réaliste. Et comme toutes les lignes de fracture, ça laisse dans la bouche une certaine amertume ! Mais quel bouquin !
http://polar.jigal.com/?page=liens&p=210
+ Lire la suite
autres livres classés : accidentVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1338 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre