AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2351182715
Éditeur : Almora (18/09/2015)

Note moyenne : 4/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Ce livre présente la vie et l'oeuvre de Lilian Silburn (1908-1993), une des plus grandes indianistes françaises, spécialiste du shivaïsme du Cachemire, du tantrisme et du bouddhisme. En 1950, à Kanpur, en Inde, Lilian Silburn rencontre Radha Mohan Lal Adhauliya, un grand maître soufi ; rencontre décisive qui la conduira à faire de nombreux et longs séjours auprès de lui jusqu'à sa mort en 1966. Philosophe de formation, Lilian Silburn s'est très tôt tournée vers les ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (1) Ajouter une critique
Danieljean
21 juin 2016
Ce livre rend compte avec des textes de Lilian Silburn de son extraordinaire parcours. La profondeur de son être transparaît dans les commentaires de ses traductions et cet ouvrage permet de comprendre comment et pourquoi. J'aime la pensée de cette femme et son travail. Non seulement elle nous donne accès à des textes fondamentaux mais en plus dans une langue magnifique.
Commenter  J’apprécie          00
Citations & extraits (5) Ajouter une citation
DanieljeanDanieljean07 septembre 2015
Ne croyez pas que c'est par négligence que je ne vous ai pas écrit depuis deux ans que je suis en Inde mais la première année je n'aurai pu vous décrire que la beauté du Kaśmīr, mon amour de l'Inde, c'était déjà trop.

Puis la seconde année cela devint impossible car en avril dernier j'ai rencontré ici à Kanpur, par un miraculeux concours de circonstances ce qu'on nomme ici un guru, un guide spirituel et ce que j'ai tant désiré depuis le Crotoy et même avant, je le réalise... et bien au-delà de mes plus folles espérances.

Jamais je n'avais espéré trouver un tel mystique et saint et non pas un, mais plusieurs : son père fut un saint, son guru, un soufi de près de cent ans vit encore, son oncle, merveilleux également est mort, son frère aîné est également très grand, et il y en a d'autres...

Du fond du cœur, c'est saint Jean de la Croix que je désirais retrouver, l'humilité chrétienne, le dénuement intérieur au-delà de toute vision etc.

En avril dernier je suis venue pour la première fois chez le guru, mon esprit critique alerté et je l'ai soumis comme les autres à de nombreuses épreuves ; inutile de vous dire que les photos et écritures de sa famille et de ses maîtres m'ont émerveillée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
DanieljeanDanieljean07 septembre 2015
Mais cet amour sans désir qui s'ignore est plus grand encore, il fait partie de la voie douloureuse, des nuits et peu nombreux sont ceux qui l'éprouvent, tous les autres disciples ne connaissent que la félicité. Ce fut un grand bonheur pour mon guru quand il a vu il y a un mois que telle était ma voie, semblable à la sienne…
Commenter  J’apprécie          60
DanieljeanDanieljean24 décembre 2015
eules les Upanishad parlent de plénitude et je vais essayer de vous montrer que c'est la même chose (espérant que bientôt vous le ressentirez). C'est comme si quelque chose de très positif creusait en vous des cavernes pour mieux les remplir par la suite [...]. Ce vide de toute opération sensible et mentale est indispensable car vous pénétrez dans un domaine très nouveau, semblable à une nuit, où rien de familier ne peut vous guider. C'est pourquoi le guide est nécessaire. Au début on a l'impression d'un vide mais en réalité c'est une plénitude, seulement l'esprit n'est pas assez affiné pour prendre conscience de cette vie trop subtile. Saint Jean de la Croix parle des Israélites qui, habitués aux nourritures grossières, restaient insensibles au goût délicieux de la manne céleste. Peu à peu, ce vide se transforme en douceur, en félicité, et revêt toutes les formes de la vie mystique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
DanieljeanDanieljean24 décembre 2015
Śūnya, la vacuité sans cesse accrue est l'essentiel du Bouddhisme, c'est ce qui en fait une mystique, le reste étant plutôt moralité. Même vacuité chez saint Jean de la Croix auquel vous faites allusion dans votre lettre. Patañjali dans ses Yoga sūtra définit le samādhi comme "le vide de toute fluctuation mentale". Le yoga aussi est donc bâti sur ce vide. Les musulmans ont fanā’*, pas de baqā’* sans fanā’, le vide. Le désert aride des Noces spirituelles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
DanieljeanDanieljean24 décembre 2015
Ce vide est fondamental : c'est la trame sur laquelle tous les états mystiques se tissent ; c'est lui qui, à mon avis, caractérise la vie mystique, la séparant de la vie pieuse et religieuse : pas de vide pour l'homme pieux mais des états d'exaltation amoureuse, joyeuse, tandis que ce terrible vide marque le mystique.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : correspondanceVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il Juif ?

Oui
non
il était Zen
catholique

10 questions
853 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre