AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782371141049
128 pages
Éditeur : Envolume (31/08/2021)
4.17/5   18 notes
Résumé :
Une rencontre, une belle rencontre. Inespérée. Mais très vite, des fausses notes, des fêlures, trois fois rien, des mots qui font mal, inutilement... Questionnements, doutes, c’est pire de jour en jour, jusqu’à l’évidence criante : "Tu" est sous emprise.


Animatrice d’ateliers d’écriture (notamment à Sciences Po Nancy) et désormais enseignante en Français Langue Etrangère, Ève Chambrot décide en 2012 de jouer avec ses propres mots. Pour elle, l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
4,17

sur 18 notes
5
7 avis
4
7 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis

babounette
  26 septembre 2021
TU - Eve Chambrot - Récit - Éditions Envolume - Lu en septembre 2021.
Un tout grand merci aux éditions Envolume pour l'envoi du livre TU d'Eve Chambrot dans le cadre de la Masse Critique Babelio de septembre 2021.
Merci aussi à Nicolas de Babelio et à toute l'équipe.
TU, et IL, TU est la narratrice. IL est l'homme qui détruit TU. Aucun prénom ni nom ne sont écrits.
Vous avez déjà deviné où je vais en venir.
TU est professeure, elle s'éprend follement de IL lors d'une rencontre chez des amis. TU est plutôt discrète. IL est plutôt du genre "mas-tu vu", IL est beau, IL a une cours autour de lui, c'est un pianiste renommé.
TU n'imagine pas un instant qu' IL va jeter un regard sur elle. Elle se tient en retrait, observe, mais ne va pas vers IL. C'est IL qui vient vers TU.
IL a déjà compris qu'elle était une proie.
Et c'est le début d'une belle histoire aux yeux de TU.
Mais...
Au fil du temps, IL montre son vrai visage, le visage d'un manipulateur pervers narcissique.
TU s'interroge, pense que c'est elle qui ne le comprend pas, doute, se sent seule, se sent mal mais... elle l'aime.
Oh, IL ne frappe pas, non, pas de coups, pas de traces.
Des mots. Simplement des mots. Des mots qui frappent, des mots qui ne s'effacent pas, des mots qui humilient, des mots qui insultent. Des mots qui sont invisibles aux yeux de l'entourage. Car IL est malin.
"Ça rabote.
Ça mine, ça ronge.
Ça use" page 7
J'ajoute que ça peut tuer aussi les mots.
C'est le jeu du chat et de la souris, IL est parfois gentil, drôle, et ses mots alors rassurent TU.
Et puis, sans crier gare, les mots de IL sont mordants, cinglants, méchants.
"Tu tournes en rond, accablée, comme un poisson pris dans une nasse. Tu voudrais fuir, tu te cognes contre le grillage, tu cherches l'issue" page 85
TU pense qu'elle devient folle, elle maigrit, elle va mal, elle se sent disparaître.
Mais TU commence à comprendre, elle a la force de le mettre dehors et reprend petit à petit sa vie en mains, juste avant qu'il ne soit trop tard pour elle.
Quelques années plus tard, TU croise IL par hasard dans la rue, TU l'aime toujours !
" Tu sais très bien ce que tu ferais, s'il te regardait à nouveau avec le flamboiement du désir. Tu brûlerais"
Cette phrase est la dernière de ce récit, j'espère que TU ne retomberas pas dans son piège.
Eve Chambrot, en quelques pages bien senties nous explique le parcours de TU et sa lente descente dans le piège tendu par IL par le simple pouvoir des mots.
Nulle plainte dans dans ce récit. Juste des faits.
Des mots qui font mal, pour rien, pour le plaisir de faire souffrir, pour réduire à néant une personnalité jusqu'à ne plus être qu'un petit fantôme errant sans fin.
Parmi les lecteurs-lectrices babelionautes, il y en a qui se reconnaîtront peut-être dans cette lecture.
J'ai lu TU d'une seule traite, sans reprendre mon souffle cet après-midi. Ma critique est à chaud.
Et, bizarrement, lire TU m'a fait du bien.
TU est qualifié de roman, mais je le mettrais plus dans le récit.
Eve Chambrot est enseignante, elle a aussi animé des ateliers d'écriture (notamment à Sciences PO Nancy) . TU est son cinquième livre.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7318
latina
  27 juin 2021
Constat glaçant d'une descente aux enfers brûlante : quand un manipulateur, pervers narcissique, prend le pouvoir sur une femme instruite et raisonnable.
L'amour n'est qu'affaire de sentiments, et la raison ici n'a pas de place. C'est bien vrai !
Eve Chambrot, par la netteté de ses phrases, par l'acuité de ses mots, par la franchise de ses ressentis, atteste ce qui existe.
Insidieux. Coupant. Tranchant. Affolant. Et je ne vous dis pas la fin !
Entendons-nous bien : Il ne s'agit pas ici de violence physique. Ce sont les mots qui blessent, et les attitudes. le mépris, l'indifférence, les sourires charmeurs quand la proie se dérobe…
Ce roman très court est à lire par les victimes de ces hommes, afin qu'elles se rendent compte qu'elles ne sont pas seules.
Il est à lire aussi par celles qui « jamais au grand jamais » ne tomberont dans ces rets infâmes, bien trop intelligentes qu'elles sont !
Il est à lire enfin par toutes les femmes, pour savoir comment agir « au cas où », comment aider une amie, une connaissance…
Je remercie les éditions Envolume pour leur proposition de lecture, avant l'arrivée en librairie fin août de cette année, et pour leur demande de critique. Je le fais d'autant plus joyeusement que j'ai adoré. J'aime beaucoup cette auteure très fine, Eve Chambrot, dont j'ai déjà lu « le noeud de pomme » et « La bonne distance ». J'avais dit dans une précédente critique que c'était une auteure à suivre, eh bien, j'ai eu raison.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4613
Billie72
  05 septembre 2021
« Le coeur a ses raisons que la raison ne connaît pas »
Tu, c'est l'histoire d'une rencontre, d'un coup de foudre, puis d'une lente et insidieuse descente aux enfers, quand par le seul usage de mots, de soupirs et de mimiques savamment dosés un manipulateur parvient à établir une emprise totale sur une femme instruite et équilibrée.
Une fois n'est pas coutume, j'ai envie de faire un parallèle avec un autre roman, Trancher de Amélie Cordonnier, qui a également pris le parti d'utiliser la deuxième personne du singulier : tu. Plus original que le « je » ou le « elle », le « tu », loin d'opérer une distanciation, donne au texte une puissance incroyable.
« Tu » comme « se taire ». Se taire et encaisser, se taire et se sentir coupable, se taire et s'oublier, se taire et disparaître, dans son propre regard comme aux yeux des autres.
Derrière les mots d'Ève Chambrot, j'ai aussi revu les images du bouleversant film de Maïwenn, Mon roi, avec Emmanuelle Bercot et le magnétique Vincent Cassel.
Ève Chambrot décortique avec finesse les mécanismes du bourreau et de la victime. Son écriture est ciselée et incisive, poétique et captivante. À l'image de « tu » devenue prisonnière de sa vie, le lecteur se retrouve prisonnier d'un texte impossible à lâcher, avec l'étrange impression de partager l'intimité et les tourments de cette jeune femme.
Un roman d'une glaçante intensité qui ne peut pas laisser indifférent, une lecture nécessaire et édifiante que je vous recommande.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          183
dujardinso
  27 septembre 2021
Ève Chambrot m'a littéralement séduite avec son roman "Tu", un thriller psychologique court et efficace qui décrit les mécanismes d'une relation toxique avec une précision chirurgicale.
"Tu" est une véritable descente aux enfers. Ce roman est construit de manière très originale : l'auteure s'adresse directement à la victime anonyme. Il y a Tu et il y a Il.
Tu ne voit pas venir l'emprise qu'Il lui impose. Tu trouve à Il des excuses. On excuse Tu. On se dit que Tu veut persister à croire en cet amour inespéré. Et puis, on s'aperçoit vite qu'Il est en réalité un pervers narcissique dans toute sa noirceur. Et Tu se laisse embobiner dans cette relation néfaste. Pour autant Tu est une femme cultivée, intelligente et fine.
Toutes les femmes n'ont heureusement pas vécu une relation aussi toxique. Moi, oui. C'est sans doute la raison pour laquelle ce récit psychologiquement violent m'a profondément émue et troublée.
Commenter  J’apprécie          00
valaire
  19 septembre 2021
Je remercie Mass critique de Babelio et les éditions Envolume pour l'envoi de ce roman. Tu est un roman court, intense qui raconte l'itinéraire d'une femme prise dans un amour destructeur. du début de la relation jusqu'à la fin, l'auteure nous raconte les souffrances et l'emprise d'un homme au combien pervers.
On rentre dans un univers particulier avec un narrateur personnage qui est construit autour d'un Tu. le point de vue est original même si parfois il m'a un peu gênée. Il pose une certaine distance sans doute importante pour l'auteure. En tout cas, la descente aux enfers de cette femme intelligente se tisse peu à peu avec des mots précis, ciselés. Il y a dans ce texte une recherche de vérité. Les chapitres sont ponctués de quelques phrases où les mots griffent la page mais agissent aussi comme un pansement qui peu à peu cicatrice la douleur.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
valairevalaire   19 septembre 2021
Il avait tout de suite vu tes failles, dès le premier soir, dès la première minute peut-être, pendant que tu le regardais, en adoration déjà. Il s'y était engouffré.

Tu le comprends enfin.
Commenter  J’apprécie          10
palamedepalamede   28 juin 2021
Ça rabote.
Ça mine, ça ronge, ça use.

Les mots rabotent, rongent. Ils ont ce pouvoir. Ils tarabustent sous la surface des choses, ils vous transforment en l’ombre de vous-même. Ou parfois en quelqu’un d’autre.

Caressants à l’inverse, ils font briller l’argenterie de votre ego. Ils endorment, rassurent, consolent. C’est selon. Le problème, c’est que l’on ne choisit pas. Les autres disent bien ce qu’ils veulent. Et après c’est trop tard : les mots sont prononcés. Tu connais ça par cœur, depuis le temps.

Tu l’as rencontré chez des amis musiciens. Des soirées où l’on buvait pas mal, quoique de manière élégante. C’est lui que tu as vu en premier, en pénétrant timidement dans le salon : tu ne sais jamais comment arriver, ni comment partir d’ailleurs. Il fumait, observant les autres avec une moue nonchalante. Il dominait le groupe par sa stature, Il intriguait par son silence, Il irradiait. Une prestance lumineuse, une classe folle, et toi, aveuglée dès la première seconde. Les autres femmes le regardaient de biais.

À un moment ou un autre de la soirée, la plupart d’entre elles étaient venues bourdonner autour de lui, un verre à la main. Il semblait trouver ça tout à fait naturel : Il régnait. Toi, tu l’observais depuis la cuisine, incapable de te joindre au groupe excité qui l’entourait. C’est pourtant vers toi qu’il s’était dirigé ensuite, te demandant pourquoi tu restais seule, debout devant l‘évier. Tu n’en revenais pas. Surtout ne pas lui déplaire, avais-tu pensé brièvement. À cet instant-là, tu ne savais même pas qui Il était, sinon tu aurais perdu tout courage. Vous avez quitté la soirée ensemble et Il t’a raccompagnée dans une invraisemblable voiture couleur sang qui vrombissait comme un avion. Fin de la scène 1 : les anges et le paradis, les trompettes, le nectar, les dorures.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          242
dianahincureadsdianahincureads   12 septembre 2021
« Chaque jour est un exercice de renoncement.
Renoncement aux choses, aux gens.
À toi-même. »

« Tu peines à trouver comment te situer, de quelle façon, à quelle distance.
Tu remâches de vieilles humiliations.
Tu vomis de la colère.
Masi c’est peut-être de ta faute, depuis le début. »
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : atelier d'écritureVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

L'écologiste mystère

Quel mot concerne à la fois le métro, le papier, les arbres et les galères ?

voile
branche
rame
bois

11 questions
160 lecteurs ont répondu
Thèmes : écologie , developpement durable , Consommation durable , protection de la nature , protection animale , protection de l'environnement , pédagogie , mers et océansCréer un quiz sur ce livre

.. ..