AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2848761962
Éditeur : Philippe Rey (13/10/2011)

Note moyenne : 4.11/5 (sur 18 notes)
Résumé :
Illustrations de Ianna Andreadis.

« C'est une soirée très ordinaire, dans un coin de la ville. Les papillons sont là. Ils tourbillonnent autour des lampadaires. Comme la lune est absente, les ampoules électriques s'emparent de l’idée de lumière : ils apparaissent alors mille fois plus fascinants. Les papillons s’en exaltent, s’en approchent, et en reviennent parfois. Le plus souvent, ils s’y brûlent les ailes. L’hécatombe est massive. Des centaines de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
ATOS
  14 juin 2012
Comment ne pas être attiré par ce petit livre noir Des Editions Philippe Rey ? Comment ne pas papillonner à travers les mots étincelants de Chamoiseau ? « le papillon et la lumière » nous conte la vie des papillons de nuit et Chamoiseau légende notre vie. Ils nous ressemblent tellement ces papillons. Attirés par les feux électriques des villes, se bousculant vers toutes les obscurités engendrées par leur évidente lumière. Épuisés, foudroyés par l'envie irrésistible de trouver obstinément ce qu'ils sont venus chercher.
Et si justement la vrai connaissance naissait de la clarté de la nuit?
Il faut accepter, reconnaître l'ignorance des choses pour laisser leur intelligence nous atteindre.
Il ne s'agit pas d'accepter mais de recevoir la juste connaissance: un instant de beauté .
Ni durée, ni poids, ni mesure, ni justification. Vivre pour la beauté du geste.
Ce mouvement du devenir. Devenir c'est ne jamais cesser d'être, ne jamais y renoncer.
« Celui qui n'a pas connu la mort ne saurait prétendre avoir connu la vie. » Si l'on ne sait pas l'obscurité alors comment prétendre connaître la clarté?
« le papillon et la lumière » est la définition de ce que doit être un livre de chevet : Une lueur dans l'obscurité. Savoir sa présence, savoir qu'à tout moment elle peut nous guider. Un livre tempête qui ne cessera jamais de briller.
A noter : les "exquises esquisses" de Ianna Andreadis illustrent merveilleusement bien ce merveilleux conte philosophique.
Astrid SHRIQUI GARAIN
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Charybde2
  18 mars 2013
Une fable d'une rare beauté, à partir de la métaphore du papillon de nuit et de la lumière qui le tue.
Publiée en 2011, cette fable de Patrick Chamoiseau, sobrement et habillement illustrée par Ianna Andreadis, utilise avec brio la métaphore du papillon de nuit "irrésistiblement" attiré par la lumière artificielle qui le tuera pour proposer aux petits comme aux grands une intense réflexion sur le sens de l'existence, le rôle qui jouent la connaissance, la curiosité, les choix, la patience, l'amitié, la sagesse...
Le vieux papillon aux allures de sage-qui-se-refuse-à-guider-qui-que-ce-soit et le jeune papillon tout-fou-mais-différent composent ainsi deux personnages fort attachants, et qui n'ont pas fini de nous faire méditer, à chaque fois que la saveur de cette langue enchantée, propre au grand romancier qu'est Patrick Chamoiseau, finit de résonner en chacun.
Commenter  J’apprécie          10
LN
  19 janvier 2013
Accompagner le vol de ces papillons de nuit permet d'accéder à un monde spirituel dense, riche en questionnements philosophiques incessants. le jeune papillon ne veut pas se contenter de vivre comme les autres et risquer de se brûler les ailes aux lumières artificielles si attirantes, il préfère comprendre, réfléchir et non pas subir. Dans sa quête de la vérité, le vieux papillon va le guider, non pas en lui offrant des réponses formatées, mais en le menant vers sa propre vérité, vers son être unique et irremplaçable, vers ce qu'il est réellement. Il va le faire accoucher de lui-même comme Socrate avec ses disciples. Et peut-être qu'alors, il pourra frôler du bout des ailes la beauté…

Patrick Chamoiseau nous offre un récit original au charme indéniable, un récit nourri d'aphorismes qui pourront mener le lecteur à son tour vers sa propre lumière…

« Je n'attends rien ni personne. C'est pourquoi je ne suis jamais surpris de ce qui arrive. (…) Attendre quelque chose, s'attendre à quelque chose, soupire le vieux, n'est-ce pas fermer la porte à tout ce que l'on n'attend pas : à tous les autres possibles ? » (p. 22)

« Les croyances sont des petites traces de fortune qui permettent de conjurer l'abîme et de se donner l'impression d'avancer… » (p.24)

« La vieillesse est le lieu de l'ultime connaissance. (…) c'est elle qui permet de de donner du sens à ce que l'on a réussi, mais aussi et surtout à tout ce que l'on a raté, tout ce que l'on a jusqu'alors été incapable d'oser, de tenter ou bien d'imaginer. C'est donc le seul moyen de vivre non pas longtemps mais…complètement. » (p. 48)
Lien : http://www.lecturissime.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
bibliothequeViroflay
  06 octobre 2015
Dans ce conte initiatique, Patrick Chamoiseau nous perche sur un fil électrique, dans les décors nocturnes de nos centres villes, en compagnie de deux papillons de nuit : l'un ancien, sage et l'autre jeune, impulsif. Au fil des pages et des dessins à l'encre de Chine, nous assistons amusés à l'apprivoisement mutuel de ces deux papillons et progressons avec eux sur le sens de la vie, de nos vies…
Sophie
Commenter  J’apprécie          10
Reseau_Co_Libris
  11 juillet 2013
Etonnant petit conte poétique et philosophique écrit par un auteur décidément surprenant, peut-être élaboré à partir d'un conte persan raconté par Henri Gougaud (?). Entre le fringant et le vénérable, papillons de nuit au coeur de la ville éclairée, tombent questions, volètent réponses, s'envolent certitudes et se posent incertitudes. de jolies petites phrases ciselées, pour orner et enrichir notre quotidien, illustrées par les dessins sobres et porteurs de rêves de Ianna Andreadis : « Il n'y a que des incertitudes. Et des indépassables qu'il nous faut vivre à fond avec amour, avec bonté, avec la joie. Avec aussi quelques petites croyances qui n'ont pas plus d'importance que des ponts de lianes sèches sur l'abîme éternel. », « L'éternité est idiote, immobile et aveugle. En plus, elle ne sait pas chanter. », « Vivre est un impossible et il faut vivre au mieux cet impossible à vivre ».
Sélectionné pour le prix de l'Inaperçu 2012, visant à faire connaître des ouvrages restés dans l'ombre, et méritant plus de lumière…

Lien : http://www.reseau-colibris.fr
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
Charybde2Charybde2   01 mai 2013
« Hélas ? Pourquoi dire « hélas » quand on a conservé toutes ses ailes ?
Pour une raison très simple, mon fi...
Il se tait, toujours soucieux, abîmé dans des chimères sans fond.
- Mais laquelle ? s'impatiente le fringant.
- J'aurai gardé mes ailes mais je n'aurai pas connu la lumière. (...)
Le jeune papillon demeure comme interdit durant une bonne grappe de moments. Enfin, n'y tenant plus, il finit par demander au vieil affligé : « Papa... pourquoi regretter la lumière quand on a su conserver des ailes aussi somptueuses ?
- Parce que, mon fi, il m'a fallu choisir entre mes ailes et la lumière.
Le jeune fringant réfléchit encore, en louchant sur l'ancêtre immobile, puis il gémit : « Mais, papa, pourquoi avez-vous dû choisir entre garder vos ailes et connaître la lumière ?
- Comment aurais-je pu avoir les deux ? Interroge l'Ancien
- ...
- Ceux qui ont approché la lumière n'ont-ils pas les ailes abîmées ?
- Oui.
- Et ceux qui l'ont connue n'ont-ils pas été carbonisés ?
- Oui.
- Donc, jamais de demi-mesure. Il faut choisir... Choisir, c'est le problème.
- Pourquoi ?
- Parce que choisir, c'est renoncer à tous les autres possibles.
- On peut ne pas choisir.
- Exact, mais alors on renonce à la totalité des possibles : on tombe loin de la vie."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
coco4649coco4649   16 septembre 2013
Au bout de trois silences, le jeune reviens doucement à la charge de son vieux compagnon :
_ Quoi qu'il en soit, papa, tu devrais être content de t'en aller avec tes ailes intactes !
Pourquoi, papillon ?
_ Rares sont ceux qui à ton âge peuvent se vanter d'avoir su se préserver un tel trésor...
_ Quel trésor ?
_ Tes ailes... toutes magnifiques...!
_ Ah... oui c'est vrai, soupire le vénérable, mais hélas...
...
_Hélas ? Pourquoi dire "hélas" quand on a conservé toutes ses ailes ?
_ Pour une raison très simple, mon fi...
Il se tait, toujours soucieux, abîmé dans des chimères sans fond.
_ Mais laquelle ? s'impatiente le fringant.
_ J'aurai gardé mes ailes mais je n'aurai pas connu la lumière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
coco4649coco4649   16 septembre 2013
Une sirène de police arrache le jeune (papillon) à sa lourde réflexion. Partout dans la ville, la nuit semblait redoubler d'effort, à moins que ce ne soient les lampadaires qui renforcent leurs pires éclats bleutés. Le jeune (papillon) cherche ses mots, les aligne, les enfile, les contrôle une dernière fois et ose enfin :
_ S'il n'y a pas de "Vérité", il y a quand même "des" vérités !
_ Disons : des croyances, répond le vieux dans une sorte de sourire. Les croyances sont des petites traces de fortune qui permettent de conjurer l'abîme et de se donner l'impression d'avancer...
Des voltes de nuit se nouent et se dénouent, avant de se précipiter sur les brillances qui font trembler la ville.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
paraty62paraty62   12 septembre 2013
La vieillesse est le lieu de l’ultime connaissance. (…) c’est elle qui permet de de donner du sens à ce que l’on a réussi, mais aussi et surtout à tout ce que l’on a raté, tout ce que l’on a jusqu’alors été incapable d’oser, de tenter ou bien d’imaginer. C’est donc le seul moyen de vivre non pas longtemps mais…complètement.
Commenter  J’apprécie          20
paraty62paraty62   12 septembre 2013
Je n’attends rien ni personne. C’est pourquoi je ne suis jamais surpris de ce qui arrive. (…) Attendre quelque chose, s’attendre à quelque chose, soupire le vieux, n’est-ce pas fermer la porte à tout ce que l’on n’attend pas : à tous les autres possibles ?
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Patrick Chamoiseau (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patrick Chamoiseau
Ryoko Sekiguchi Patrick Honoré le Club des gourmets et autres cuisines japonaises. Traduire. Où Ryoko Sekiguchi et Patrick Honoré tentent de dire de quoi est composé "Le Club des gourmets et autres cuisines japonaises", présenté par Ryoko Sekiguchi, et comment a été traduit du japonais ce recueil de Kôzaburô Arashiyama, Osamu Dazai, Rosanjin Kitaôji, Shiki Masaoka, Kenji Miyazawa, Kafû Nagai, Kanoko Okamoto, Jun?ichirô Tanizaki traduits par Ryoko Sekiguchi et Patrick Honoré, à l'occasion de sa parutuion en #formatpoche aux éditions P.O.L et où il est question notamment de la traduction à deux mains, de Patrick Chamoiseau et de mangas,et des mots pour dire la nourriture et la cuisine. "Si le Japon est connu comme un pays de fine gastronomie, sa littérature porte elle aussi très haut l'acte de manger et de boire. Qu'est-ce qu'on mange dans les romans japonais?! Parfois merveilleusement, parfois terriblement, et ainsi font leurs auteurs, Tanizaki, Dazai, Kafû du XIIe siècle à nos jours, dix gourmets littéraires vous racontent leur histoire de cuisine."
+ Lire la suite
autres livres classés : contes philosophiquesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
295 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre