AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782070379965
368 pages
Gallimard (25/05/2009)
3.73/5   15 notes
Résumé :

Un dimanche de pluie, une petite fille se réfugie sous une voûte de pierre, dans le jardin du foyer qui l'a recueillie. Terrassée par une souffrance indépassable, elle reste prostrée dans l'ombre et ne veut plus en sortir. On sollicite alors Patrick Chamoiseau, écrivain, Marqueur de Paroles, et surtout éducateur en matière de justice. Mais tandis qu'il vient au secours de l'enfant, il devine ce qu'elle ignore : cett... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Croquignolle
  13 août 2016
Lecture dense et complexe dans le monde de l'esclavage, des croyances ancestrales et des relations intergénérationnelles. Plusieurs fois j'ai failli abandonner ce roman, l'écriture ne m'étant pas du tout familière et le croisement des histoires rendant la lecture difficile.
Les époques se croisent, les destins se chevauchent, les rencontres appellent l'angoisse ou l'apaisement, le suspense s'installe petit à petit.
Dans ce cachot en cette journée de dimanche, on a envie de soulager Caroline ou l'Oubliée, de chasser la bête-longue et les fantômes, de panser les plaies et d'ouvrir les coeur.
Patrick Chamoiseau, dont c'est ma première lecture, n'hésite pas à mélanger art littéraire, psychologie et passé traumatisant d'un peuple.
Il choisit d'entrer lui-même comme personnage dans son roman pour devenir tour à tour écrivain, observateur, lecteur, éducateur, témoin ou encore passeur d'Histoire avec un grand H.
Je n'ai certainement pas pu apprécier ce texte à sa juste valeur mais je pressens dans ces mots un grand roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
de
  09 octobre 2011
Un dimanche de pluie, une petite fille se réfugie sous une voûte de pierre, dans le jardin du foyer qui l'a recueillie. Terrassée par une souffrance indépassable, Caroline reste prostrée dans l'ombre et ne veut plus en sortir. On sollicite alors Patrick Chamoiseau, écrivain, Marqueur de paroles, et surtout éducateur en matière de justice… (quatrième de couverture).
Sous les auspices de William Faulkner, Saint-John Perse et Édouard Glissant, l'imaginaire puissant, la langue colorée de l'écrivain rendent vivaces et réelles ces histoires des temps anciens, de l'esclavage et illuminent la grotte réelle des visions de cachot de l'Oubliée… L'éducateur cède la place à la force de l'imagination littéraire. C'est à la fois un hymne à la liberté et à l'écriture « L'expérience directe ne vaut rien pour l'Ecrire : elle cache le plus précieux de l'existence qui souvent ne s'accorde qu'aux fabulations expérimentales. »
La littérature comme évasion à la fois des cachots et des dimanches convenus.
« La rêverie est un des boucliers de l'enfance brisée. » C'est aussi une nécessité pour toutes celles et tous ceux qui, en pénétrant dans les mots et les phrases d'un livre, s'ouvrent des portes et des fenêtres sur des possibles, déjà entrevus mais non encore advenus.
Patrick Chamoiseau n'est pas seulement un grand conteur, c'est un écrivain qui participe au présent, sans effacer les traces, les espoirs d'hier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Nadiamilan
  28 décembre 2014
Une enfant qui se cache ou une esclave oubliée dans un cachot ? Onirique (ou plutôt cauchemardesque), terrifiant, angoissant, éblouissant.
Commenter  J’apprécie          100
Auboutdupetitmatin
  04 octobre 2020
Avec « Un dimanche au cachot », Patrick Chamoiseau nous parachute brutalement et sans nous prévenir dans la folie du 21ème siècle, dans notre médiocre modernité. Plus de petit négrillon courant pieds nus dans la Martinique des années 60…

L'homme dissèque publiquement sa schizophrénie il se sait éducateur, lecteur, écrivain, musicien raté, juriste réticent, gourmand compulsif, peintre échoué… Et encore d'autres choses. Sa curiosité naturelle mais aussi la possibilité d'accès rapide à l'information permise par la société actuelle ont fait de lui ce monstre polycéphale, dont il a du mal lui-même à définir les contours. Il s'agit de passer un dimanche dans notre cachot intérieur, face à une histoire pesante, face à nos personnalités nombreuses et torturées, parfois contradictoires, face à nous, sans échappatoire social ou commercial futile possible. Ce livre là m'a touchée.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
CroquignolleCroquignolle   30 juillet 2016
Sylvain a raison : difficile de se trouver l'identité sous l'oeil fixe d'un dimanche. Et quand il pleut, c'est pire : on est planté en soi sans échappée possible. En semaine, on dispose des compulsions que le capitalisme occidental nous a mises dans les os. Mais le dimanche, l'intensité des pubs et des centres commerciaux s'atténue quelque peu. On est alors victime d'un refoulé d'humanité qui vous plante en béance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
AMR_La_PirateAMR_La_Pirate   27 octobre 2016
J’assume du mieux possible cette espèce d’ « écrivain » que l’on a fait de moi. Tel lecteur me sacre gardien de nos mémoires. Telle lectrice s’agenouille (sans me voir) devant le dieu Goncourt qui m’aurait sanctifié et gommé ma personne. Telle autre m’intronise nostalgique de nos belles traditions. Un club du troisième âge me nomme sergent d’honneur des vieilles oralités. Une triade militante me décrète fantassin des langues créoles. Dans deux ou trois salons, je suis ou bien l’ayatollah ou bien le pape d’un coffre-fort identitaire ou chacun entrepose ses problèmes… Bien entendu, en délicieuse lâcheté, je confirme volontiers ce fatras et m’enfuis d’un pas mal assuré dessous la charge nouvelle…

Le roman est toujours improbable. Inutile de laisser penser qu’il en va autrement. Il explore la matière de la vie avec de l’improbable, que ceci est connu depuis le Don Quichotte où le sortilège naît de l’improbable lui-même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CroquignolleCroquignolle   13 août 2016
De toute façon, elle n'a pas de nom. Son nom ne se prononce pas. Il sert à la désigner mais ce qui la désigne, elle, c'est ce regard qu'elle porte à présent sur les choses.
Commenter  J’apprécie          70
CroquignolleCroquignolle   13 août 2016
Ce que confère la grâce c'est l'intuition de la beauté. La beauté est toujours neuve, c'est son signe. Elle se renouvelle et renouvelle toujours et c'est pourquoi on ne saurait la définir. Elle ne peut entraîner ni tyrannie ni barbarie quand on la cherche toujours et qu'on ne l'arrête pas.
Commenter  J’apprécie          30
CroquignolleCroquignolle   13 août 2016
Il expliquait qu'en la matière des pierres le difficile était d'identifier l'énergie de chacune, les dégager une après une pour bien les nouer ensemble, car certaines sont de nuit, d'autres de complexion solaire, certaines sont filles des arbres et d'autres pupilles de l'eau, beaucoup proviennent d'une saignée de volcan mais la plupart découragent toute lignée dans une poussière d'étoiles... Les faire tenir ensemble c'est faire que leurs ancêtres entrent en béni-commerce, et réalisent, par le dedans, un quelque chose qui tienne...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Patrick Chamoiseau (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patrick Chamoiseau
Né en 1953 à Fort-de-France, prix Goncourt en 1992 pour « Texaco », Patrick Chamoiseau est l'auteur d'une oeuvre narrative et théorique majeure où se mêlent imaginaire foisonnant et conscience politique. Les enjeux de la littérature contemporaine sont aussi au coeur de sa réflexion. Dans son dernier ouvrage « le Conteur, la Nuit et le Panier », il nous convie dans son atelier d'écrivain, observe les mystères de la création en mettant en lumière l'épaisse matière qui constitue l'oralité du conteur créole.
Au cours de ce grand entretien, Patrick Chamoiseau nous emmène à la Martinique, terreau fertile de son oeuvre, île où s'est inscrit en lui, très jeune, l'écartèlement entre le créole et la langue française, mais aussi tout le tragique de cette terre de souffrances qui porte l'histoire douloureuse des esclaves. Il revient sur ses lectures d'enfance, sa fascination pour les livres et les bibliothèques, son goût pour l'histoire, et s'attarde aussi sur des passions qu'on lui connaît moins : le dessin, la bande dessinée et la science-fiction. Il convoque, bien sûr, quelques-unes des grandes figures littéraires et intellectuelles qui le portent, Rabelais, Victor Segalen, Aimé Césaire et Édouard Glissant.
Patrick Chamoiseau dialogue avec le psychanalyste Roland Gori avec qui il évoque une autre forme d'esclavagisme, celle de notre société capitaliste dominée par un langage numérique, dont l'art et le conte pourrait être la porte de sortie. C'est la comédienne Yasmina Ho-You-Fat qui fait entendre sur la scène du conservatoire les textes de ce grand écrivain penseur de notre monde, que nous sommes heureux d'accueillir.
Un grand entretien animé par Gladys Marivat et enregistré en public le 29 mai 2022 au conservatoire Pierre Barbizet, à Marseille, lors de la sixième édition du festival Oh les beaux jours !
À lire : « le Conteur, la Nuit et le Panier », Seuil, 2021. « Manifestes », avec Édouard Glissant, éditions de la Découverte, 2021. « Frères migrants », Seuil, 2017. « Texaco », Gallimard, 1992. À écouter : « Baudelaire jazz. Méditations poétiques et musicales avec Raphaël Imbert », Seuil, 2022.
Podcasts & replay sur http://ohlesbeauxjours.fr #OhLesBeauxJours #OLBJ20
+ Lire la suite
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "L'enfant aux cailloux" de Sophie Loubière.

Comment s’appelle la retraitée de l’histoire ?

Elsa
Laurie
Isabelle

10 questions
33 lecteurs ont répondu
Thème : L'enfant aux cailloux de Sophie LoubièreCréer un quiz sur ce livre