AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2748902386
Éditeur : Agone (22/09/2015)

Note moyenne : 4.36/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Comment le système Foxconn – les usines chinoises qui produisent iPhone et PlayStation – expérimente et met en œuvre les pires formes d’exploitation.
Foxconn est le plus grand fabricant du monde dans le domaine de l'électronique. Ses villes-usines, qui font travailler plus d'un million de Chinois, produisent iPhone, Kindle et autres PlayStation pour Apple, Sony, Google, Microsoft, Amazon, etc. En 2010, elles ont été le théâtre d'une série de suicides d'ouvri... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Vermeer
  23 mars 2019
"C'est à ce prix que vous mangez du sucre en Europe" disait un esclave mutilé à Candide au XVIIIème siècle. Aujourd'hui, à quel prix possédons-nous portables, bijoux technologiques censés nous faciliter la vie, voire nous libérer?
Cette" technologie libératrice" repose sur l'esclavage moderne de millions d'individus en Chine ou ailleurs. Ces textes, analyses et témoignages nous font entrevoir les conditions de vie épouvantables dans les usines Foxconn à Shenzen dans le sud de la Chine.
Quinze heures par jour, une pression terrible, pas de législation sociale, des individus déracinés, isolés, venant des campagnes, individus au service des machines de l'usine et de leurs cadences infernales.
Une vague de suicides par défenestration touche l'usine en 2010. La direction répond par des grillages qui accentue l'aspect carcéral ou par de nouvelles délocalisations.
La liberté, la communication, la solidarité, la créativité permises selon des dirigeants de la Sillicon Valley par ces merveilleux objets technologiques ont un prix humain terrible... ( y compris en Occident) sans parler du coût écologique.
A faire lire aussi à nos ados...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
alzaia
  14 novembre 2016
et me voilà... avec mon ordinateur fabriqué selon toutes vraisemblances par quelques unes de ces petites mains de chez Foxconn, à balancer citations, critiques et en apprécier d'autres... à communiquer virtuellement (alors que les ouvriers de ces chaînes sont interdit de communiquer entre eux pendant leur temps de travail), à avoir la sensation d'une fenêtre sur le monde (alors que ces hommes et ces femmes sont parqués dans cités aux fenêtres grillagées pour éviter leurs suicides)... Que ferai-je quand mon ordinateur me lâchera pour ne pas alimenter ce système ?
ce livre est une chape de plomb; il poisse tous les objets modernes qui m'entourent, de l'ombre de l'esclavagisme que subissent tous ces anonymes exploités et tués à petits feu par Thierry Gou (et de fil en aiguilles tous les cadres de son "empire")... non je ne crois pas qu'ils courent volontairement vers leur servitude, je trouve cet angle de vue étriqué aujoud'hui ; Foxconn est l'un des plus grand employeur mondial et s'ils venaient s'installer en Europe et y proposer du "travail" (tripalium/torture) la plupart de la population ouvrière se jetterait sur "l'aubaine"... la production industrielle qu'a crée Thierry Gou, a aussi vraisemblablement tué alentours toute issue permettant de refuser cette torture. Il a,( ils ont tous ces "industriels", les moyens de faire ployer la masse... j'assimile ce type de pratique industriel à des actes mafieux; c'est la mafia qui gère la planète et les hommes qui y vivent, ici où là... bas
un lien pour plus d'informations à ce sujetUne étude universitaire chinoise a conclu que les usines chinoises de Foxconn « peuvent être comparées à des camps de concentration
En savoir plus avec ce lien , où il est dit que d'après une étude universitaire les usines Foxconn peuvent être comparée à des CAMPS DE CONCENTRATIONS
http://tpe-apple.webnode.fr/a2-a/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Godefroid
  01 novembre 2015
Depuis Rousseau, les critiques de la techniques qui ont annoncé cette prophétie – la soumission de l'homme à la machine – se sont succédés. Elle se réalise aujourd'hui d'une double façon de manière criante, et les objets dont il est question illustrent parfaitement la chose: ici, des occidentaux esclaves de leurs gadgets électroniques – smartphones et consorts, et là bas, en Asie, une main d'oeuvre enchainée à un outil de production dans des conditions que les pires esclavagistes de l'histoire ne renieraient pas. Ce sont les conditions de vie de ces derniers que ce petit opuscule explore au travers de témoignages poignants. Dans ce 21e siècle qui a érigé la "communication" comme l'outil roi des possédants, ce petit livre contribue à nous faire voir ce qui se cache derrière un simple objet de consommation que la publicité nous enjoint d'acquérir sous peine d'être largués (sentence terrible !) : l'asservissement ignoble de populations entières et, entre autres, l'exploitation sans aucune retenue des ressources naturelles. Mais pour ce 2e aspect, il faudra se reporter à d'autres ouvrages. Une incitation à réveiller notre esprit critique complètement anesthésié par le matraquage exercé par la publicité, la nébuleuse médiatique et même notre personnel politique qui, tous, ne veulent que notre bien dans la consommation effrénée de saloperies inutiles et polluantes dans tous les sens du terme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
hhenry
  04 juin 2016
C'est une enquête qui fait froid dans le dos! Car au final nous sommes tous responsable! Une enquête qui donne envie de jeter son smartphone pour ne plus exploiter des millions de personnes à l'autre bout du monde.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
RusenRusen   01 mai 2016
Et si l'ensemble des infrastructures nécessaires à la production de tous les téléviseurs, ordinateurs, iPads, appareils photos et téléphones que nous utilisons étaient relocalisées sur nos territoires ? Voyons un peu : mines de terres rares, d'or, de cuivre et d'étain, forages pétroliers, usines chimiques, construction de nouvelles centrales électriques, multiplication des prélèvements d'eau, usines de circuits électroniques et d'assemblage, déversements toxiques à chaque étape de la production. Regarder cela en face, ne pas le perdre de vue, n'est-ce pas un préalable indispensable à toute réflexion sur la "liberté", l'"autonomie", la "solidarité" et la "créativité" que tout ces objets sont censés décupler ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
ZilizZiliz   16 septembre 2016
J’ai avalé une lune de fer
Qu’ils appellent une vis
J’ai avalé ces rejets industriels, ces papiers à remplir pour le chômage
Les jeunes courbés sur des machines meurent prématurément
J’ai avalé la précipitation et la dèche
Avalé les passages piétons aériens,
Avalé la vie couverte de rouille
Je ne peux plus avaler.
Tout ce que j’ai avalé s’est mis à jaillir de ma gorge comme un torrent
Et déferle sur la terre de mes ancêtres
En un poème infâme.

- poème de Xu Lizhi, qui s’est suicidé le 30/09/2014.
[Ouvrier de 24 ans, il adorait les livres et rêvait d’être bibliothécaire.
Il décrit dans des poèmes sa vie à FoxConn (groupe industriel taïwanais spécialisé dans la fabrication de produits électroniques).]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
RusenRusen   01 mai 2016
La fable platonicienne, permise par l'essor de l'informatique, d'une économie fondée sur les "idées" n'a pas seulement participé à forger "le nouvel esprit du capitalisme" : elle a aussi aussi accompagné une division mondiale du travail qui repose, dans les pays riches, sur l'évacuation pure et simple de la production des biens matériels alors même qu'ils sont de plus en plus nombreux, de plus en plus voraces en énergie et en matière fossiles, de plus en plus rapidement obsolètes. Ce qui, en une génération, a créé la situation paradoxale dans laquelle nous sommes : le monde de l'usine et du travail à la chaîne n'a jamais été aussi éloigné du quotidien et de l’imaginaire des classes moyennes mondialisées alors même que le nombre d'usines et de travailleurs à la chaîne sur la planète n'a peut-être jamais été aussi élevé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
alzaiaalzaia   14 novembre 2016
"Croissance, Ton nom est souffrance"

Parmi les principales entreprises de la chaîne de production mondiale basées en Chine figure Foxconn, multinationnale Taïwanaise de la sous-traitance Electronique. Foxconn est [un] nom commercial (...) avec un effectif de 1.4 millions de travailleurs, est la plus grand entreprise du secteur privé en Chine et l'un des premiers employeurs au monde. (...) Foxconn était synonyme de réussite industrielle légendaire jusqu'en 2010 quand une vague de suicides très médiatisée dans ses usines et ses dortoirs a attiré l'attention du monde entier(...) Tian Yu 17 ans, fait partie des salariés qui ont tenté de mettre fin à leur jour.
Le 17 mars 2010, vers 8 du matin, après seulement 37 jours de travail, Yu se jetait du quatrième étage du dortoir de l'Usine Longhua sur le site Foxconn. Elle a miraculeusement survécu mais avec trois fractures de la colonnes vértbrale, quatre fracture de la hanche et une paralysie des membres inférieurs.
(...) Son parcours personnel, envisagé dans le contexte plus large de la vague de suicides à Foxconn, offre un aperçu sur les conséquences humaines des conditions de travail dans les chaînes d'approvisionnement mondialisées des exportateurs chinois. Le pendant de la fascination contemporaine pour l'électronique est, dans la production, un régime fondé sur l'autocratie managériale et la corvée du travail à la chaîne (...)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
stekasteka   24 septembre 2015
J'ai souvent pensé que la machine était mon seigneur et maître et que je devais lui peigner les cheveux, tel un esclave. Il fallait que je passe le peigne ni trop vite ni trop lentement. Je devais peigner soigneusement et méthodiquement, afin de ne casser aucun cheveu, et le peigne ne devait pas tomber. Si je ne faisais pas bien, j'étais élagué.
Commenter  J’apprécie          80
Video de Jenny Chan (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jenny Chan
Dr. Jenny Chan from the University of Oxford speaking on the future of Chinese migrant workers - at CHEW Conference, 2015.
autres livres classés : appleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Classiques en Chine

Hymne aux femmes de toute condition dans une société féodale, ce chef d'oeuvre de la littérature classique chinoise fait évoluer plus de 400 personnages. De quel roman s'agit-il ?

L'histoire des trois Royaumes
La Cité des femmes
Epouses et Concubines
Le rêve dans le pavillon rouge

10 questions
65 lecteurs ont répondu
Thèmes : chine , littérature chinoise , culture chinoiseCréer un quiz sur ce livre