AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070320301
176 pages
Gallimard (19/01/2006)
3.31/5   59 notes
Résumé :
Pourquoi Baptiste, ancien peintre de Cour désormais oublié, tient-il à présenter à la plus grande exposition parisienne un Portrait de famille si démodé ? La touche, la composition, les vêtements des personnages, tout y est désuet ; rien, non plus, n'y semble accordé : dans cette famille figée par les années, la femme, en robe d'autrefois, a l'air d'une très jeune fille, les enfants sont des nourrissons, tous du même âge, tandis que l'artiste s'est représenté en gra... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
3,31

sur 59 notes
5
0 avis
4
5 avis
3
7 avis
2
1 avis
1
0 avis

Malaura
  15 septembre 2012
Portraitiste aimable, le peintre de Cour Baptiste V. a connu son heure de gloire quelques années auparavant.
Malheureusement, son époque est depuis longtemps révolue.
Aussi crée-t-il la surprise en présentant au Salon de Paris un grand Portrait de Famille. Sa femme et ses enfants y sont réunis autour de lui, vieillard désormais seul au monde et oublié de tous.
Cette toile maintes fois remaniée a les couleurs d'un autre temps, celles d'un homme qui a voué sa vie à son Art et pour qui le seul langage fût celui de la couleur...
Françoise Chandernagor est une conteuse d'exception.
Au gré de lignes précieuses et élégantes se déployant avec la finesse d'un trait de pinceau sur une toile, elle réussit à brosser brillamment le roman d'un portrait et, en historienne non moins talentueuse, fait revivre toute une époque ; celle des maîtres peintres et des teinturiers, celle des courtisans, des petits flagorneurs et des encenseurs à courbettes, celle encore des élèves peintres, des compagnons et des artisans qui oeuvraient pour les artistes de renom.
De la fin du règne de Louis XIV à la régence de Louis XV c'est toute la vie de Cour et les secrets des ateliers d'artistes qu'elle nous ressuscite dans des fragrances de parfum, dans des émanations de térébenthine ou dans les bouquets de couleurs d'une palette de peintre.
Peu à peu se dessine alors la couleur du temps qui passe et se respirent les effluves d'un passé qui a vu le peintre Baptiste V. s'enlisait dans l'oubli et se démoder. Tout comme aujourd'hui, les diktats des élégants de l'époque faisaient et défaisaient les modes, imposaient les tendances et présidaient aux destinées d'artistes d'un simple hochement de noble tête...
Les aspirations artistiques de Baptiste V., peintre consciencieux épris d'une vérité toute personnelle dans sa quête illusoire de la couleur et de la ressemblance, se verront mises à mal par l'émergence d'un autre courant artistique, un autre souffle créateur venant assombrir les teintes de ses si jolis portraits de reine…
Cependant, nulle amertume chez cet homme bon et généreux, nulle hostilité et nul griefs à l'encontre de ceux qui se sont détournés après l'avoir porté aux nues.
Seulement un coeur qui se serre, celui du lecteur, lorsque le lourd tissu tombe le jour du Salon de Paris, et dévoile un être seul, un artiste abandonné qui a offert sa vie à la peinture, à la couleur et à la cour royale.
Plume légère, sensibilité du ton, bonheur du style, force et finesse, l'auteur nous enchante et nous régale du début à la fin dans ce court roman d'une vie, aux miroitements et à la saveur des contes.
« Couleur du temps », un tableau plein de grâce et d'éclat…
« V*** fut-il un grand peintre ou un petit-maître ? Un coloriste-né ou un fabricant sans génie ? Nous n'en savons rien : la postérité n'a pas rendu son arrêt. Tout juste peut-on dire que V*** était déjà mort de son vivant : lorsqu'il disparut, sa belle époque était révolue, sa mode, démodée. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          450
TCHITAT92
  16 septembre 2020
Deuxième incursion dans l'univers historique de Mme Chandernagor, après l'Enfant des Lumières, lu il y a de nombreuses années, mais qui m'avait marquée.
J'ai retrouvé le style poétique et limpide de l'auteur sans déplaisir, le sujet m'a beaucoup intéressée, l'immersion dans l'intimité du peintre, son "comment peindre" était vraiment précise, réaliste, imagée.
J'ai été touchée par la trajectoire de vie de ce portraitiste de cours, qui semble plus traversé par la vie que vraiment acteur. L'histoire de son portrait de famille résume à elle seule l'histoire de sa vie.
J'ai apprécié les descriptions de la vie quotidienne du XVIIIème siècle, les us et coutumes, c'était très enrichissant sur le plan culturel.
En fait, le seul petit élément qui m'a chagrinée, c'était de découvrir, en milieu de lecture, qu'il s'agissait d'un personnage fictif... Tout paraissait si "vrai", tangible... Dommage, je voulais découvrir un peintre qui m'était inconnu, j'ai fait connaissance avec un homme virtuel... Comme quoi, l'illusion était fort réussie !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          284
Natacha851
  15 août 2013
J'ai découvert l'écriture de Françoise Chandernagor lors de ma lecture de L'enfant des Lumières.
Une rencontre appréciée!
Raison pour laquelle j'ai lu Couleur du temps.
De nouveau le charme a opéré.
C'est un véritable plaisir de la lire.
Une écriture simple, facile d'accès mais poétique et douce.
Ici, l'histoire se présente sous la forme d'un conte.
Nous suivons un homme et plus précisément un peintre de son enfance jusqu'à sa vieillesse.
Ce n'est pas un grand maître reconnu malgré le fait qu'il soit peintre du Roi. D'ailleurs, nous ne savons pas son nom. C'est Baptiste V***.
Sa vie est donc la vie d'un peintre du XVIII e siècles, sans grand coup d'éclat.
Et pourtant...pourtant, l'auteure arrive à nous tenir jusqu'au bout avec de bons moments partagés en famille, des coups dures, beaucoup d'émotions, des réflexions sur la peinture et des moments d'ateliers très instructifs.
Couleur du temps a donc été pour moi, vous l'avez compris, une lecture très appréciée. Un petit bijou tant au niveau de la forme que du fond.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
brigittelascombe
  27 novembre 2011
Après La dormeuse de Naples d'Adrien Goetz, je me suis dit, tiens pourquoi pas Couleur du temps de Françoise Chandernagor dont le thème basé sur un tableau idyllique correspondait.
Point de XIX° siècle romantique ici mais un XVIII° siècle dominé par les portraitistes de l'Académie royale pour lesquels l'amour est idéal, la séduction est idéale ou comme dans ce récit la famille est idéale.
Françoise Chandernagor a inventé son personnage, un peintre par ailleurs très crédible, Baptiste V*** dont "l'amour conduit le pinceau" avant de devenir peintre du roi.
Elle a imaginé sa vie, succession de deuils et le tableau de sa vie figeant ses enfants et sa femme dans un bonheur absolu alors que c'était l'inverse.
Ce tableau, retouché,remanié continuellement ne finit jamais sauf lorsqu'à l'orée de la mort, il s'y représente lui même en vieillard.
L'art n'est-il qu'une illusion?
Grand lecteur, alors que son épouse Sophie jouait du clavecin, il aimait raconter Peau d'âne aux enfants, obsédé par le jaune "couleur de lune", pour la robe de sa femme, il se peindra lui même en "couleur du temps" gris, "satin changeant", "pluie et vent".
Et si la vie n'était qu'un conte dominé par la force des éléments?
Oui,oui,bon....un temps tristounet!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
PHILINTHE66
  03 juillet 2021
Une écriture de qualité qui s'inscrit dans l'Histoire de France, agréable, fluide, efficace, documentée, comme je l'avais appréciée dans L'Allée du Roi. Un roman très court 162 pages, ce qui est plutôt rare chez Françoise Chandernagor, où le champ lexical de l'art pictural est développé et donne envie de s'intéresser plus sérieusement aux créations du XVIIIe siècle. le nom du peintre Baptiste V***, rappelle certains livres de l'époque où était utilisé cet artifice littéraire destiné à « faire croire » à une biographie afin de « capter la bonne volonté » du lecteur. C'est réussi pour ma part, j'ai souvent cherché à quel peintre le roman pouvait se référer ! Il est vrai que même si l'auteur prône un « personnage imaginaire », elle écrit s'être inspirée « à l'occasion, [de] Jouvenet, Lemoyne et Nattier ». D'autant que la présence des Greuze, Chardin, et Oudry participent aussi à l'artefac. Une histoire triste cependant, grandeur et décadence d'un peintre qui perd au fil du temps ce qui aurait donné un sens à sa vie, sa femme, ses enfants, sa renommée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
Florence94Florence94   15 août 2012
Le portrait d'une vie" ? On s'amusa de cette formule. "Portrait d'une vie", excusez du peu ! Ah, le vieux fou ! Croyait-il avoir achevé l'un parce que l'autre se terminait ?"

"Quand même, Monsieur, vous n'allez pas me peindre en robe de toile ! ou avec mon tablier !

- Non certes. Pourtant, je ne vous mettrai ni taffetas, ni or, ni dentelles. Je vois une jupe toute simple, un corselet uni, mais du plus joli ton du monde ! Je vous peindrai, ma Sophie, dans la robe que les fées donnèrent à Peau d'âne : couleur de lune ..."
"Oh, Monsieur, votre portrait des enfants du général Fabre, quelle beauté, quelle émotion ! C'est à fendre le cœur : ces trois orphelins face au buste de leur père, leurs pauvres visages, leurs mains enlacées, leurs regards ... Comme vous avez dû pleurer en les peignant !

- Madame, on ne peint qu'avec les yeux secs" Et il avait poursuivi sa route.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Natacha851Natacha851   12 août 2013
-(...) Je suis devenu si lent...
- Bien assez rapide, à mon goût...
- Oh, toi, tu regardes un oignon pendant des semaines avant de toucher à ton pinceau !
- J'attends de le voir autrement. Et d'oublier la manière dont les autres l'ont fait.
- Tu attends de tomber amoureux. Avoue, Siméon ! Amoureux de ton oignon ! Le "sentiment"...
- Le sentiment...Pourquoi pas ?
Commenter  J’apprécie          50
brigittelascombebrigittelascombe   27 novembre 2011
"Et moi? demanda Sophie.Ne me peindrez-vous pas aussi?
-Bien sûr,fit Baptiste,amusé.Mais il faudra me payer..En baisers.De toutes les monnaies:baisers chauds,baisers frais,baisers d'oiseaux,baisers d'enfants,baisers d'amoureuse.."
Elle consentit une avance.Il accepta le principe d'un portrait en pied.
Commenter  J’apprécie          50
brigittelascombebrigittelascombe   27 novembre 2011
On peut en murmurant des mots magiques,faire remonter les fleuves vers leur source,endormir le souffle des vents,arrêter le soleil,suspendre le cours de la nuit.
Commenter  J’apprécie          50
brigittelascombebrigittelascombe   27 novembre 2011
Vois-tu,Oudry plus j'avance en âge,plus il me semble que la peinture doit s'écarter de la sculpture:avec mes pinceaux,j'aimerais faire de la musique....
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Françoise Chandernagor (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Françoise Chandernagor
Césarée : des palmiers, un port qui ressemble à celui d'Alexandrie, un phare bâti sur le modèle de Pharos, et, au premier plan, un palais royal aux colonnades de marbre grec… Séléné, la fille de Cléopâtre, pourrait-elle se croire revenue « chez elle » dans cette Égypte dont les romains l'ont arrachée à l'âge de dix ans ? Mais Césarée n'est pas Alexandrie et c'est pour la marier en Afrique à un prince « barbare » qui gouverne la Maurétanie – un pays immense formé par l'Algérie et le Maroc – qu'Auguste vient de la libérer. À la surprise de Séléné, ce jeune monarque se révèle aussi beau et cultivé qu'il est riche et puissant. Mais on ne renoue pas la chaîne des temps. Prisonnière de son passé, sa nuit de noces tourne au cauchemar… Françoise Chandernagor nous raconte avec passion comment les jeunes époux parviennent peu à peu à s'apprivoiser, à faire de leur cour un haut lieu de culture grecque, et à fonder une nouvelle dynastie, capable de venger leurs familles respectives.
Lire un extrait : https://www.albin-michel.fr/ouvrages/lhomme-de-cesaree-9782226451156#livre-extrait
Activez la cloche pour être informé des nouvelles vidéos et abonnez vous : https://fanlink.to/AlbinMichel-YT
Nous suivre sur les réseaux sociaux : Instagram : https://www.instagram.com/editionsalbinmichel/ Facebook : https://www.facebook.com/editionsAlbinMichel Twitter : https://twitter.com/AlbinMichel Linkedin : https://www.linkedin.com/company/albin-michel
+ Lire la suite
autres livres classés : portraitisteVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2480 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre