Accueil Mes livres Ajouter des livres
Découvrir
Livres Auteurs Lecteurs Critiques Citations Listes Quiz Groupes Questions Prix Babelio
EAN : 9782226240040
448 pages
Albin Michel (01/03/2012)
  Existe en édition audio
3.67/5   123 notes
Résumé :
Rome la rouge, Rome la sanglante a vaincu. Lorsque Séléné, la fille de Marc Antoine et de Cléopâtre, y pénètre, enchaînée à son jumeau lors du triomphe d’Octave, elle n’entend que les hurlements de la foule et les cris des prisonniers qu’on traîne.

La petite captive, bientôt seule survivante de sa fratrie, est confiée à Octavie, sœur du nouveau maître et première dame de Rome, mère nourricière de nombreux orphelins de haute lignée. Séléné grandit au... > Voir plus
Acheter ce livre sur

Lireka Fnac Amazon Rakuten Cultura
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
3,67

sur 123 notes

sld09
  11 juin 2021
Après Alexandrie et le couple mythique Cléopâtre et Marc Antoine, Françoise Chandernagor nous entraîne dans la Rome d'Octave Auguste. Et c'est vrai qu'on a l'impression qu'on nous parle davantage de la "grande Histoire" que de Séléné qui semble souvent rester au second plan et n'être qu'un prétexte pour parler de la Rome d'Auguste, d'Octavie et des grandes familles en concurrence pour la moindre miette de pouvoir. L'auteur le reconnaît d'ailleurs elle-même dans les notes en fin de livre : il lui a été difficile de ne pas laisser l'héroïne qui tient une si petite place dans les livres d'Histoire être éclipsée par tous les grands personnages au milieu desquels elle évolue.
Comme lors de ma première lecture, j'ai moins aimé le deuxième tome que le premier, mais cela reste un excellent roman historique, érudit et fourmillant de détails historiques, très agréable et facile à lire grâce la plume pleine d'énergie de Françoise Chandernagor.
J'ai maintenant hâte de découvrir le troisième et dernier tome de la Reine Oubliée.
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          20 0
Cath36
  14 décembre 2012
Le second livre d'une trilogie est souvent le maillon faible de l'histoire : il joue le rôle de pivot et nous laisse sur notre faim tout en nous paraissant traîner en longueur. "Les dames de Rome" ne fait pas exception à cette remarque mais il est tout de même passionnant quant à son analyse du pouvoir, son portrait d'Auguste tracé au scalpel et aux descriptions des personnages qui l'entourent dont les fameuses dames(respectivement épouse et soeur du prince), qui, pour être femmes et donc en théorie exclues de toute forme de gouvernance, n'en exercent pas moins un pouvoir occulte -et d'autant plus redoutable- à travers l'influence qu'elles exercent sur le prince et une pratique assez efficace de l'empoisonnement (du genre ni vu ni connu.)
Vu à travers le regard d'une jeune égyptienne exilée Rome nous apparaît sous un autre angle que celui sous lequel nous l'avions étudié à l'école : à la fois monstrueuse (on finit par se demander qui sont les "barbares" des étrangers ou des romains), puissante (elle invente la colonisation avant l'heure) et civilisatrice (plutôt de force que de gré, mais bon ) elle semble violemment brutale et vulgaire aux yeux du raffinement et de la douceur de l'Orient. Séléné, fille de Cléopâtre et de Marc-Antoine, parvient à se faire une place au milieu de la famille d'Auguste (non sans larmes) jusqu'au moment où elle va devoir s'en arracher, ce qui sera l'histoire du troisième tome. En dépit d'inévitables longueurs j'ai trouvé cet épisode captivant et j'attends avec impatience de pouvoir terminer l'histoire de cette jeune princesse oubliée de tous.
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          12 1
dancingbrave
  03 avril 2014
Roman très soigné quant à la forme littéraire, au support historique et la vraisemblance de l'immersion dans le monde romain antique. Françoise Chandernagor manie son art avec grand talent, mais comme elle le reconnaît elle-même, mettre en avant un personnage secondaire de l'histoire (Cléopâtre Séléné) pour en faire un personnage principal alors qu'il évolue au milieu de ceux qui ont marqué la grande histoire par leurs personnalités et leurs destins imposants relève de la mission difficile voire impossible. Et c'est bien de cette gageur que souffre le roman. Cléopâtre Séléné est étouffée par l'ombre d'Auguste et par les agissements intrigants des dames de Rome de sorte que, même si sa destiné est bien mise en avant, elle apparaît presque incongru, un peu comme un cheveu dans la soupe.
Mais l'exercice est vraiment très périlleux et, à mon sens, l'auteur reste vraiment méritante dans son art de nous faire vivre tous ces personnages dans une réalité exceptionnelle et, cerise sur le gâteau, la suite du destin de notre Cléopâtre Séléné se dessine en point d'interrogation et donc sur un suspens qui va nous faire trépigner jusqu'à la parution du troisième volume du cycle.
petit résumé si vous le souhaitez:
Cléopâtre Séléné et ses frères sont emmenés à Rome pour « participer » au triomphe d'Octave, participer en tant que prises de guerre.
Ptolémée, sont petit frère ne supportera pas la fatigue, la maltraitance, il mourra durant le triomphe, sous les yeux de sa soeur. Son frère Alexandre hélios, ne lui survivra guère.
Cléopâtre Séléné ne souhaitera plus dès lors que venger ses frères en tuant Auguste et rêvera de faire survivre les Ptolémée dont elle est la dernière survivante.
Nous la suivrons après son adoption par Octavie, soeur d'Auguste et nous vivrons les nombreuses intrigues menées par ces dames de Rome qu'étaient Octavie et Fulvia sa femme pour placer leurs enfants comme héritier d'Auguste.
Lentement Séléné saura absorber cette culture romaine qui lui paraît bien barbare et saura devenir la protégée d'Octavie et ainsi se voir offrir la perspective de survivre en tant que descendante de la Grande Cléopâtre par l'inespéré mariage au roi de Maurétanie, Juba.
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          9 0
Corboland78
  18 mars 2012
Françoise Chandernagor, née en 1945, est une écrivaine française Membre de l'Académie Goncourt, elle est la fille d'André Chandernagor, ancien député de la Creuse et ministre du gouvernement Pierre Mauroy. Son roman Les Dames de Rome, qui vient de paraître, est le second volet d'une trilogie nommée La Reine oubliée.
Le roman s'ouvre sur l'arrivée à Rome des trois enfants de Cléopâtre et de Marc Antoine exhibés lors du triomphe d'Octave, avant d'être confiés à Octavie, soeur aînée d'Octave et première dame de Rome, qui vit entourée d'enfants : ceux qu'elle a eu avec Antoine et ceux qu'il avait eus avec sa première épouse. Après la disparition brutale de ses frères qu'on suppose assassinés, Séléné va grandir au milieu de cette tribu impériale, faisant lentement sienne la culture romaine. Si on marie à peine pubères les autres filles selon des jeux d'alliances complexes, Séléné reste une paria. Octavie qui s'est attachée à la petite prisonnière va pourtant manigancer pour lui faire épouser Juba, roi de Maurétanie, de l'autre côté de la Méditerranée, bouleversant le destin de la dernière des Ptolémée.
Je dois avouer que le bouquin m'a été offert, ce qui signifie que je ne l'aurais pas lu de ma propre autorité. Vous devinez où je veux en venir. Je me suis ennuyé à mourir comme rarement, à la lecture de ce roman ! Ces histoires de familles avec des mômes venus de partout par filiation ou carrément adoptés, très peu pour moi. Ca a beau être de l'Histoire, c'est d'un ennui mortel. D'ailleurs l'écrivaine s'en doute, puisqu'elle écrit (page 63) « On s'y perd, hein ? On s'embrouille ? Pas étonnant ! ». Je sais que je ne serai pas compris et même décrié, mais passez-moi l'expression qui résume parfaitement ma pensée en peu de mots, c'est un roman pour bonnes femmes !
L'idée de romancer l'Histoire pour la rendre compréhensible au plus grand nombre est très bonne et louable, le problème c'est que l'écriture est quelconque et qu'on se noie dans cette foule de personnages présentés un peu mièvrement. du coup on obtient l'effet inverse à celui recherché, ces petites histoires nous fatiguent ou ennuient et on regrette la grande Histoire lue dans les bouquins scolaires, un comble !
Cette sensation est confortée par la longue Note de l'auteur, en fin d'ouvrage, où Françoise Chandernagor reprend son roman en trente pages, mais sous l'angle historique pur, références et état des connaissances actuelles sur le sujet, et là c'est réellement passionnant.
Un roman complètement raté, ou à peu près, pour un cours d'Histoire réussi in extremis.
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          5 1
michdesol
  13 juin 2021
Octave – futur Auguste – a vaincu Marc Antoine et Cléopâtre qui ont mis fin à leurs jours. Restent les enfants. Césarion, fils de César et Cléopâtre, est assassiné : s'il n'a même pas 17 ans il demeure trop dangereux pour l'avenir.
Restent les trois autres, les enfants de Cléopâtre et Marc Antoine, dont Séléné. Ils seront emmenés en captivité à Rome et participeront au Triomphe du vainqueur en tant que prises de guerre. Seule Séléné survivra.
En ces temps, les enfants étaient les jouets de l'Histoire et des instruments aux mains des vainqueurs.
L'auteure suivra la destinée de Séléné pendant son exil romain. Elle sera confiée à la garde d'Octavie, soeur d'Auguste. Si Séléné reste le fil rouge de la trilogie « La reine oubliée », dans cet opus le personnage central est Auguste. Françoise Chandernagor nous en fait un portrait saisissant et un tableau vivant et aigu des moeurs politiques romaines de la fin du 1er siècle avant JC. Voilà un roman historique bien documenté, fondé sur une forte érudition, honnête et sensible.
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          11 0


critiques presse (3)
Lexpress   11 avril 2012
Un beau morceau d'histoire romaine.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Lexpress   14 mars 2012
On suit avec curiosité les tribulations de Séléné au milieu de toutes ces matrones.
Lire la critique sur le site : Lexpress
LePoint   07 mars 2012
Vie quotidienne, cultes, divertissements, condition des femme et des enfants, complots et vilenies, Françoise Chandernagor raconte tout avec une verve sans pareille.
Lire la critique sur le site : LePoint
Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
Cath36 Cath36   14 décembre 2012
De toute façon, nous ne coucherons pas Auguste sur le divan... Cet homme qui sut mieux que personne préserver les apparences pour ménager les imbéciles, et instaurer la monarchie sous couvert de restaurer la république, cet homme qui inventa le chiffrage des correspondances et préparait par écrit ses conversations les plus intimes, est un inquiet. Constamment sous tension. Son mot préféré ? Auctoritas. Avec son double sens : celle qu'on exerce sur soi avant de l'exercer sur autrui. Dès que le jeune chef s'autorise à se relâcher, il compense en resserrant son emprise sur ceux qui l'approchent. Avant de céder au plaisir, il lui faut renforcer sa domination jusqu'à la cruauté ; seul l'abaissement du partenaire le rassure sur son propre abandon.
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          6 0
Cath36 Cath36   13 décembre 2012
Peut-être s'est-elle un jour rappelé cette fable d'Esope apprise ailleurs, il y a longtemps... : l'histoire d'un homme assis sur le rivage d'une mer houleuse et qui essayait de compter les vagues ; en les comptant il s'embrouillait, s'énervait ; survint un renard qui lui dit : "Pourquoi t'attrister à cause des vagues qui sont passées ? Recommence à compter à partir de maintenant...."
Commenter   J’apprécie          12 0
Corboland78 Corboland78   18 mars 2012
Julie, tendre et libertine, généreuse et fantasque, sera la plus belle des « cent fleurs » poussées sur le terreau de la dictature paternelle, la plus belle et la plus aimée du peuple romain. Pour l’heure, n’écoutant que son bon cœur, elle se désole pour sa cousine Marcella. Elle n’a pas voulu, dit-elle, lui prendre son vieux mari. Et si on lui avait demandé son avis, elle aurait autant aimé, quant à elle, épouser Iullus, qui a vingt ans et qui n’est pas laid.
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          3 0
cathcor cathcor   18 août 2012
Rien de plus révélateur qu'un mensonge: l'adulte ment pour dissimuler et, en mentant, il dévoile la conscience douloureuse qu'il a de ses manques, de ses fautes, de ses désirs honteux. Ces faiblesses qu'il nous découvre par le soin qu'il met à les cacher, un adversaire habile peut en jouer...
Commenter   J’apprécie          5 0
morin morin   14 mai 2012
Séléné a vu disparaître la digue de Baïès et la masse sombre du cap Misène. Aussi longtemps qu'elle a cru pouvoir deviner au loin la pointe de Baulès, elle est restée à l'arrière du navire. Puis elle est descendue dans l'entrepont.
De son passé, elle n'emporte que le gobelet de Césarion - en bois de Maurétanie-, la bague "Méthès", son vieux Pygmée, et une statue sans tête du pharaon Thoutmosis dont elle ne connaît même pas le nom;
Elle se répète les imprécations de Didon : "Lève-toi, inconnu né de mes os, mon vengeur !"
La vie est devant elle. Sur l'autre rive.
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          2 0

Videos de Françoise Chandernagor (20) Voir plus Ajouter une vidéo
Césarée : des palmiers, un port qui ressemble à celui d'Alexandrie, un phare bâti sur le modèle de Pharos, et, au premier plan, un palais royal aux colonnades de marbre grec… Séléné, la fille de Cléopâtre, pourrait-elle se croire revenue « chez elle » dans cette Égypte dont les romains l'ont arrachée à l'âge de dix ans ? Mais Césarée n'est pas Alexandrie et c'est pour la marier en Afrique à un prince « barbare » qui gouverne la Maurétanie – un pays immense formé par l'Algérie et le Maroc – qu'Auguste vient de la libérer. À la surprise de Séléné, ce jeune monarque se révèle aussi beau et cultivé qu'il est riche et puissant. Mais on ne renoue pas la chaîne des temps. Prisonnière de son passé, sa nuit de noces tourne au cauchemar… Françoise Chandernagor nous raconte avec passion comment les jeunes époux parviennent peu à peu à s'apprivoiser, à faire de leur cour un haut lieu de culture grecque, et à fonder une nouvelle dynastie, capable de venger leurs familles respectives.
Lire un extrait : https://www.albin-michel.fr/ouvrages/lhomme-de-cesaree-9782226451156#livre-extrait
Activez la cloche pour être informé des nouvelles vidéos et abonnez vous : https://fanlink.to/AlbinMichel-YT
Nous suivre sur les réseaux sociaux : Instagram : https://www.instagram.com/editionsalbinmichel/ Facebook : https://www.facebook.com/editionsAlbinMichel Twitter : https://twitter.com/AlbinMichel Linkedin : https://www.linkedin.com/company/albin-michel
+ Lire la suite
autres livres classés : roman historique Voir plus
Acheter ce livre sur

Lireka Fnac Amazon Rakuten Cultura





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2480 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoire Créer un quiz sur ce livre