AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2709635402
Éditeur : J.-C. Lattès (30/09/2015)

Note moyenne : 3.84/5 (sur 16 notes)
Résumé :
En 1852, à l'âge de seize ans, Cixi (également appelée Tseu-Hi) fut retenue comme l'une des nombreuses concubines de l'empereur Xianfeng. A la mort de celui-ci en 1861, leur fils de cinq ans lui succéda sur le trône. Aussitôt, avec la complicité de l'impératrice officielle qui n'avait pas d'héritier mâle, Cixi organisa un coup d'Etat contre les régents, ce qui fit d'elle la véritable souveraine de la Chine.
Se fondant sur des sources disponibles depuis peu, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
isabelleisapure
  19 juin 2016
Jung Chang nous propose de faire la connaissance de Cixie qui régna sur la Chine pendant près de cinquante ans avec une poigne de fer.
Née en 1835 dans une famille mandchoue plutôt à l'aise financièrement, Cixie passe son enfance dans une petite maison des Hu-tong, réseau d'étroites et paisibles ruelles au coeur de Pékin.
Rien ne laissait supposer que la fillette serait choisie par l'empereur Xianfeng en 1852 pour rentrer dans le harem impérial et deviendrait l'une des femmes les plus importantes de son époque. Sa chance fut de donner le premier descendant mâle à l'empereur, à quoi s'ajouta, pour sa fortune, le fait que l'impératrice Zhen la prenne sous son aile afin de la protéger des jalousies ambiantes.
Avec un sens inné pour les affaires d'état, elle prendra à la mort de l'empereur le pouvoir en fomentant un véritable coup d'état avec le soutien de Zhen.
Quand Cixi accède au pouvoir, elle demande l'aide des Anglais et des Français pour pacifier la Chine, en butte à des révoltes suite à la guerre de l'opium. L'ouverture des ports et le commerce avec les Occidentaux ont découlé de cet affrontement. Elle comprend très vite les retards de son pays et combien les échanges commerciaux vont permettre l'enrichissement de celui-ci. Elle saura gérer diplomatiquement son Grand conseil, où siègent réformateurs et fonctionnaires réactionnaires formés à l'école de Confucius. Néanmoins, elle dotera son pays d'une armée et d'une marine modernes, permettra l'installation du télégraphe, de l'électricité, du chemin de fer et cela non sans peine, la Chine etant un objet de convoitises pour les Européens, les Russes et, plus encore, pour les Japonais.
Ce livre est avant tout la passionnante biographie de l'une des femmes les plus puissantes de Chine.
Pour ma part, j'y ai vu le destin hors norme d'une une pionnière du pouvoir féminin, championne de la libération moderne de la femme, créatrice d'une refondation de la puissance chinoise.
L'écriture fluide en permet une lecture tout à fait agréable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
Florel
  23 novembre 2015
Je croyais que c'était un roman, ce ne fut pas le cas. du coup j'avais un peur de rien comprendre à ce livre, car je ne suis pas experte de la Chine. Crainte absurde, car même sans de réelles connaissances sur ce pays ce livre est parfaitement compréhensible et se lit aussi facilement qu'un roman. En effet, il est clair, simple et l'auteur glisse de temps à autre quelques rappels pour rappeler au lecteur qui est le personnage et quel est sa fonction.
Le livre :
Comme l'indique le livre nous allons aborder ici la vie de Cixi. Qui est Cixi ? Au départ une jeune fille dans le gynécée de l'empereur chinois Xianfeng qui un jour va devenir impératrice douairière (avec la femme officielle de feu l'empereur) grâce à la succession de son fils Tongzhi sur le trône de Chine et un coup d'état. Mais vous vous en doutez pour qu'un livre s'attarde sur cette femme ce n'est pas parce qu'elle fut femme et mère d'empereur, pour rentrer dans l'histoire ce n'est généralement pas suffisant.
En fait si ce livre s'attarde sur ce personnage puissant et fort c'est bien parce qu'elle a marqué la Chine de par sa politique.
Et quelle est sa politique ? Une politique d'ouverture sur l'extérieur, d'enrichissement, de modernisation; avènement chemin de fer, renouvellement armée, école,... Quoi qu'il en soit loin de l'idée que suppose cet article sur Herodote.net, même s'il est vrai qu'au début elle se heurtera au conservatisme des chinois.
D'ailleurs, on dit souvent que cette période de modernisation a commencé après la guerre avec les puissances étrangères (guerre des Boxers) qui ont tous cherché à récupérer un morceau de la Chine, d'où la guerre en fait. Cela étant c'est un raccourci où je mets en garde, car la modernisation du pays se fera avant cette guerre et même avant la fameuse « réforme des cent jours » qui devait ouvrir selon des historiens la Chine sur une ouverture de type japonais, et que pour beaucoup Cixi a empêché par le fait qu'elle a dépossédé de ses pouvoirs l'empereur Guangxu (son neveu qui a succédé à son fils décédé).
En fait elle n'a pas cherché à empêcher les réformes ni à refermer la Chine sur elle-même d'ailleurs. Mais son neveu étant faible de caractère et étant un pantin aux mains de conseillers peu scrupuleux, serait vite devenu un empereur fantoche aux mains des japonais qui avaient des vus sur la Chine, et Cixi ne supportant pas de voir une ingérence japonaise en terre chinoise comme ils l'ont fait en Corée peu avant, a préféré « détrôner » officieusement son neveu l'empereur - qui par ailleurs avez pour projet de l'assassiner – pour sauvegarder la dynastie et la Chine. Il est vrai cependant que les réformes seront plus importantes après cette période de trouble.
Comme vous le voyez avec ce petit aparté et même sans connaître l'histoire chinoise ce livre apporte une autre histoire de la Chine et de cette impératrice. Elle n'est pas cette impératrice hostile voire incompétente que peuvent laisser paraître d'autres sources, au contraire ! Elle a initié la Chine à l'ouverture, elle a envoyé à l'étranger d'innombrables chinois, participé à l'éducation du peuple, favoriser la presse, et n'a pas hésité à offrir des postes clés à des étrangers. D'ailleurs à la fin de sa vie/son règne, elle lancera des réformes pour faire de la Chine une monarchie constitutionnelle, hélas la dynastie ne lui survivra que de 3 ans.
Bon, tout ça c'est très bien, mais ce livre va plus loin encore puisqu'on va aussi découvrir tout ce qui faisait le pays à cette époque : son conservatisme ; ses révoltes ; certaines de ses coutumes que ça soit les déplacements royaux, les obsèques, les morts ; la mentalité par moment assez superstitieuse, archaïque (voir combattants guerre des Boxers, ou rumeurs sur les chrétiens) voire extrêmement fidèle aux pays, ou encore le contexte international autour de cette Chine ancienne et à la fois nouvelle. Car oui ! l'histoire de ce livre ne s'arrête pas à la Chine, par exemple l'auteure abordera très vite la question de l'esclavage chinois dans certaines partie du globe.
Bref. C'est vraiment un livre enrichissant pour celui qui ne connaît pas la Chine ou pour celui qui connaît de cette impératrice ce qui est communément admis. Là, il y a fort à parier que la personne reverra du tout au tout ses positions.
En résumé c'est un livre que je conseille car d'une part il est très bien fait et facile d'accès (j'ai oublié de dire qu'il y a même des photos dedans), d'autre part parce qu'il apporte de riches connaissances sur l'Asie, et ensuite parce qu'il est juste très intéressant. C'est vraiment le livre qu'on lit avec plaisir de par la richesse de ses sources, son écriture, son renouveau d'une vision…
Lien : http://voyagelivresque.canal..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
marieclaude64
  29 décembre 2015
Cixi a 16 ans lorsqu'elle devient la concubine de l'empereur Xianfeng. A la mort de celui ci, elle organise un coup d' Etat sans effusion de sang. Elle fait reconnaître empereur son fils Tongzhi. Elle devient ainsi impératrice douairière avec l'impératrice officielle Zhen. Elle va désormais diriger la Chine d'abord derrière son fils et ensuite derrière son fils adoptif Guangxu.
La Chine est un immense pays arriéré, convoitée par les puissances occidentales. L'objectif de Cixi est triple : s'assurer le pouvoir avec l'appui de certains dignitaires, avec la mise en oeuvre d'une politique modérée qui limite l'utilisation de la force et de la cruauté. le deuxième volet de sa politique vise les relations avec les occidentaux. Il faut limiter leurs ambitions territoriales. Mais, la Chine doit s'incliner par manque de puissance militaire et céder au Japon la Mandchourie et aux occidentaux des ports avec des concessions. Mais, l'ouverture à l'Occident est indispensable. Les exportations , les taxes douanières permettent à la Chine de s'enrichir. Dernier objectif : la modernisation du pays. Cela veut dire construire des voies ferrées, envoyer des jeunes étudier à l'étranger, recevoir les ambassadeurs étrangers à la Cour.
La biographie de Jung Chang permet de suivre la vie quotidienne de Cixi. Nous pénétrons dans les appartements des femmes de la Cité interdite. Jamais, Cixi ne pourra franchir certaines portes, de nombreuses pièces lui sont interdites. Une grande partie de la Cité interdite lui est inconnue. Toujours dissimulée derrière un paravent, elle peut voir les hauts dignitaires et les ambassadeurs se prosterner devant l'empereur. Nous la suivons sur les chemins de l'exil vers le Palais d'été sa résidence favorite. Elle est suivie par des centaines de serviteurs et les célèbres eunuques. Certains sont très-et même trop- proches d'elle et le paieront de leur vie. Comme c'est la coutume chez les mandchous, elle n'a pas les pieds bandés. Elle interdit cette coutume en Chine mais l'application en est très lente. Elle essaie d'ouvrir la Cour impériale à l'extérieur. Elle invite les femmes des délégations étrangères. Elle se lie en particulier avec la femme de l'ambassadeur américain Sarah Conger. Elle accepte que Katharine Carl fasse son portrait. Elle se fait photographier. Elle adore la musique et les interminables opéras chinois. Elle peint et fait de la calligraphie.
Mais qui est réellement Cixi ? Une concubine ambitieuse ? Une femme aux remarquables qualités politiques malgré sa maîtrise limitée de l'écriture chinoise ?
Cixi a eu beaucoup de détracteurs. Jung Chang exagère peut être ses qualités. Cependant, son livre nous permet de mieux connaître l'histoire mouvementée de cet immense pays. Une plongée dans une Chine disparue et qui fait encore rêver.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
griboouille
  20 juin 2018
Cixi, femme qui mérite d'être connue et reconnue car en avance sur son temps, son pays et quelque part féministe.
On peut aussi dire que c'est une main de fer dans un gant de velours.
Ce livre écrit à la manière d'un roman retrace l'histoire de cette femme mais aussi de la Chine. Personnellement j'ai appris beaucoup de choses : notamment que les Européens, les Japonais et autres Russes ont voulu dépecer la Chine et franchement je me dis qu'heureusement cette femme a su manoeuvrer pour tenir tête à tout ce petit monde. de plus, à cette époque une femme au pouvoir c'était mal vu.
En plus de se battre au niveau mondial il a fallu qu'elle se batte contre les siens et les vieilles coutumes.
Bref, c'est un livre riche d'enseignements, bien écrit (des fois les biographies historiques sont imbuvables) et accessible à tous ceux qui s'intéressent à ce pays.
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (1)
LaPresse   08 mars 2016
Fruit d'un travail de 10 ans, cette nouvelle interprétation, plus féministe, remet quelques pendules à l'heure.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
OlivOliv   02 juillet 2017
De fait, les rapports du prince Gong et le retrait des troupes franco-britanniques de Pékin venaient de convaincre Cixi que la Chine pouvait très bien entretenir avec l'Occident des relations amicales. Elle fit en tout cas son possible pour y parvenir. Elle se posa en toute honnêteté des questions cruciales : une politique d'ouverture et de commerce avec l'étranger nuirait-elle forcément à la Chine ? N'y aurait-il pas de bénéfices à en tirer ? Ne pourrait-on pas en profiter pour résoudre les problèmes internes de l'empire ? Une telle fraîcheur d'analyse donna le ton du règne de Cixi, qui s'apprêtait à sortir la Chine de l'impasse où l'avaient conduite la haine dévorante de l'empereur Xianfeng envers les Occidentaux et un siècle de repli sur soi. Cixi allait engager l'empire sur une nouvelle voie en l'ouvrant à l'extérieur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
OlivOliv   04 juillet 2017
L'invention moderne la plus notable dont la Chine ne voulut ni en 1875 ni les années suivantes fut encore le chemin de fer. On touchait là presque à la religion de l'empire. Déplacer les nombreuses tombes d'ancêtres édifiées avec dévotion par les familles dans le respect du "feng-shui" et disséminées par tout le pays eût été hors de question. On ne pouvait pas songer non plus à les laisser en l'état à proximité d'une voie ferrée : la population chinoise était convaincue que le passage des trains troublerait le repos des morts. Cixi elle-même tenait les tombes pour sacrées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
OlivOliv   06 juillet 2017
Le répertoire de l'opéra de Pékin s'élargit considérablement sous l'impulsion de Cixi. Elle remit au goût du jour des drames passés de mode. Elle fit exhumer des livrets des archives de la cour en vue de leur adaptation aux airs à la mode. Ce fut en se pliant de son mieux aux directives de Cixi que Wang Yaoqing, un acteur et compositeur, donna une plus grande ampleur musicale à l'opéra de Pékin. Encouragé par les largesses de Cixi, il révolutionna le genre en accordant enfin aux personnages féminins (interprétés par des hommes comme lui) des rôles dignes de ce nom. La tradition les cantonnait jusque-là aux utilités : les acteurs incarnant des femmes ne jouaient pas la comédie mais se contentaient d'entonner un chant guindé. L'apparition des premiers rôles féminins dans un opéra de Pékin constitua une innovation sans précédent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
griboouillegriboouille   19 avril 2018
Le christianisme, qu'il tenait malgré tout pour une doctrine valable, lui répugnait en raison de l'hypocrisie qui s'y attachait : "Les occidentaux prêchent "l'amour de Dieu" et "l'amour de l'humanité" en ayant vraiment l'air d'y croire. A côté de cela, ils déclenchent des guerres, armés de canonnières et de canons, en vue de conquérir des peuples par la force, en plus de répandre l'opium, un poison pire que la peste, parmi les Chinois - rien que par appât du gain. Il semblerait que l'amour de Dieu ait moins de réalité que l'amour du gain."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Jung Chang (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jung Chang
Cette année encore, Gérard Collard et les libraires de la Griffe Noire vous proposent à l'apporche des fêtes de fin d'année, plusieurs idées cadeaux sous forme de coffrets :
COFFRET DE NOEL
Coffret histoire poche

Le secret du docteur Barry de Sylvie Ouellette aux éditions de Borée
Au XIXe siècle au Royaume-Uni, le médecin James Miranda Barry brille autant par son intelligence que par ses excentricités. Tempétueux et avant-gardiste, il sème le trouble sur son passage et ne laisse personne indifférent. Mais ce que nul ne soupçonne alors, c'est que James Miranda Barry est... une femme. Engagée dans l'armée comme médecin militaire, elle va sillonner les colonies britanniques, se retrouvant dans des situations parfois cocasses et connaître des histoires d'amour aussi intenses qu'improbables. Mais comment vivre continuellement en camouflant son corps de femme ? Comment concilier sa véritable nature et cette vocation dévorante ? le destin incroyable d'une femme tenace et passionnée.
https://www.lagriffenoire.com/86135-romans-le-secret-du-docteur-barry.html

L'impératrice cixi de jung chang aux éditions Tallandier
En 1852, à l?âge de seize ans, Cixi (également appelée Tseu-Hi) fut retenue comme l?une des nombreuses concubines de l?empereur Xianfeng. À la mort de celui-ci en 1861, leur fils de cinq ans lui succéda sur le trône. Aussitôt, avec la complicité de l?impératrice officielle qui n?avait pas d?héritier mâle, Cixi organisa un coup d?Etat contre les régents, ce qui fit d?elle la véritable souveraine de la Chine. Se fondant sur des sources disponibles depuis peu, Jung Chang remet en cause la réputation de despote conservatrice de l?impératrice. Car le règne extraordinairement long de Cixi vit la naissance de la Chine moderne. Sous sa férule pendant près de quarante ans, ce pays médiéval vit l?avènement du chemin de fer, de l?électricité, du télégraphe et d?une armée à la pointe du progrès. Avec un sens aigu de la narration, qui contribua au succès des Cygnes sauvages, l?auteur entraîne ses lecteurs au c?ur du magnifique Palais d?été, et du harem de la Cité interdite de Pékin, où Cixi vivait entourée d?eunuques.
https://www.lagriffenoire.com/82501-poche-l-imperatrice-cixi-la-concubine-qui-fit-entrer-la-chine-dans-la-modernite.html

L'Aviatrice de Paula McLain aux éditions Livre de Poche
Beryl Markham a deux ans lorsque sa famille s'installe au Kenya en 1904. Abandonnée par sa mère, qui ne supporte pas leurs conditions de vie spartiates, elle est élevée par son père ? entraîneur de chevaux de course ? et par les natifs de la tribu Kipsigi. Une éducation non conventionnelle qui fait d'elle une jeune femme farouche et audacieuse, se moquant de la bienséance. Elle divorce trois fois, vit une grande passion avec Denys Finch Hatton, l?amant de la romancière Karen Blixen. Beryl Markham sera la première aviatrice à accomplir un vol transatlantique en solitaire d'est en ouest. Avec pour décor les paysages majestueux de l'Afrique du début du XXe siècle, Paula McLain nous livre l'histoire d'une femme hors du commun, l?une des plus singulières de son temps, qui n'aspire qu'à être libre. Un roman ébouriffant. Amélie Cordonnier, Femme actuelle.
Une passionnante biographie romancée. Pascale Frey, Elle.
https://www.lagriffenoire.com/76336-divers-litterature-l-aviatrice.html

La maison jaune de Martin Gayford et Cécile Chartres aux éditions 10-18
Pendant l'automne 1888, Paul Gauguin et Vincent van Gogh se sont retranchés dans une maison arlésienne aux murs jaunes pour y boire, discuter, se disputer, et bien sûr créer... de l'amitié à la guerre fratricide, retour sur un épisode aux accents de tragédie moderne. Entre les mois d'octobre et de décembre 1888, deux des plus grands peintres de l'histoire ont partagé une petite maison jaune aux angles irréguliers dans la ville d'Arles. Pendant neuf semaines, Vincent van Gogh et Pau
+ Lire la suite
autres livres classés : chineVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
614 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre