AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2914096186
Éditeur : Callicéphale (04/10/2001)

Note moyenne : 3.33/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Par une belle matinée ensoleillée,

Ambre, la petite licorne,

se rend à la fontaine pour y voir son reflet

et admirer sa beauté...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
SebastienCreo
  05 mars 2014
Conte classique, où une licorne ce croit la plus belle de toute dans la forêt et durant son chemin jusqu'au lac elle y racontera d'aux animaux différents qu'elle blessera par ses paroles. La raconte d'un écureuil changera tout ça pour le meilleur ou le pire...
Commenter  J’apprécie          20
Moussaron32
  01 mai 2014
Conte étiologique pour expliquer la disparition des licornes et l'arrivée des escargots. Une licorne orgueilleuse et moqueuse sera bien punie par le lutin magicien.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Moussaron32Moussaron32   03 avril 2015
Par une belle matinée ensoleillée, Ambre, la petite licorne, se rend à la fontaine pour y voir son reflet et admirer sa beauté. En chemin, elle rencontre Bulle, le crapaud, qui semble fouiller dans les feuilles mortes.
Bonjour Ambre! salue le crapaud. Bonjour Bulle ! Que fais-tu dans ses feuilles ? Je cherche des vers bien gras pour mon petit déjeuner. Des vers ! Beurk ! C’est dégoutant ! Pas étonnant que tu sois si laid ! Je ne suis pas laid ! répond Bulle Ce marron couleur terre, ces boutons cramoisis sur ton corps, ses yeux globuleux, tu n’es pas rancunier toi !
Alors Bulle regarde la licorne ; sa crinière d’or, ses sabots luisants, sa superbe corne et sa robe d’un blanc si pur. Le pauvre crapaud se met à pleurer. Tu vois bien j’ai raison, dit Ambre et d’un pas léger elle s’éloigne, laissant Bulle à sa tristesse.
Elle continue sa route quand un bruissement attire son attention. Qui es-tu ? demande-t-elle. Je suis Châtaigne le hérisson? Et toi ? Ambre la licorne Mais..tu es recouvert d’épines ! Oui. Lorsqu’un danger me menace, je me mets en boule, en hérissant mon manteau d’épines. Il repousse tous les méchants. Je suis l’animal le plus protégé de la forêt. Ça m’étonnerait, répond Ambre. Vraiment ? Qu’as-tu de plus que moi ?
Une robe blanche et douce, sur laquelle mes amis les oiseaux se posent. Dis-moi, avec toutes ces épines, c’est plutôt dangereux de t’approcher. Tu ne dois pas avoir beaucoup d’amis !
Châtaigne en a le souffle coupé, une larme coule le long de son museau. Tu sais, reprend Ambre, la nature n’est pas juste avec tous les habitants de la forêt. Mais moi, vois-tu, elle m’a comblée.
Laissant Châtaigne à ses larmes, la petite licorne reprend son chemin. Arrivée, à la fontaine, elle s’approche doucement, et contemple son image à la surface de l’eau. Quand soudain…
Plou ! La pauvre Ambre se retrouve assise sur la berge, toute trempée, de la crinière aux sabots. Triple idiot ! hurle-t-elle, je suis toute mouillée ! Tu ne peux pas faire attention, espèce de cochon ! Sanglier ! répond l’intrus. Quoi « sanglier » demande Ambre, semblant ne pas avoir compris. Je suis un sanglier. Grognon le sanglier pour vous servir ! Eh bien Grognon le sanglier, sais-tu qui je suis ? Grognon s’arrête de nager et remonte sur la berge. Il tourne autour d’Ambre qui, remise de sa surprise, se redresse hardiment. Tu es tout simplement un cheval blanc avec une corne sur le front. Quoi ! non ! Je ne suis pas un cheval, espèce de porc poilu ! Je suis une licorne et je suis unique car je suis la plus belle des licornes de la forêt.
Oh non ! Crois-moi ! Des êtres comme toi, il y en a plein les bois. Et « la plus belle » n’exagère pas ! Vous vous ressemblez tous. Rien ne ressemble plus à un cheval cornu, qu’un autre cheval cornu. Je ne suis pas un cheval cornu, je suis une licorne, répond Ambre en explosant de colère. Si tu veux. Mais excuse-moi, j’ai faim et, cette conversation ne me remplit pas l’estomac. A plus tard cheval cornu ! Licorne ! hurle Ambre. Mais Grognon ne l’entend pas, il a déjà disparu déjà disparu dans le bosquet.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
Moussaron32Moussaron32   03 avril 2015
Quel ignorant ! bougonne la licorne Pourtant, il a raison. Ambre lève la tête et aperçoit, dans le vieux chêne Automne l’écureuil. Pourquoi dis-tu que ce sanglier a raison ? Ne suis-je pas l’animal le plus beau et le plus parfait de la forêt ? Non, tu te trompes. Vraiment ? Qu’est-ce qu’un crapaud, un hérisson, un sanglier ou un écureuil ont que je n’ai pas ? Dis-moi Ambre, peux-tu rester longtemps sous l’eau ? Non. Bulle il le peut. Peux-tu dormir tout l’hiver et ne te réveiller que pour les beaux jours ? Non.
Châtaigne, lui, il le peut. Laisses-tu des traces dans les fourrés afin que l’on sache que tu es passée ? Non. Grognon le fais lui. Et enfin as-tu partout où tu t’arrêtes une maison qui t’attend, douce et chaleureuse ? Non. Eh bien moi, vois-tu j’en ai toujours une. Peut-être que je ne peux pas faire et avoir ces choses-là, mais je reste la plus belle d’entre vous, s’emporte Ambre le coeur au bord des larmes et je suis unique ! Réfléchie bien, Ambre. Qu’as-tu de plus que les autres ? Il y a dans cette forêt une multitude d’êtres aussi magnifiques que toi. Ce n’ai pas vrai ! Tu mens !
Alors Ambre s’enfuit, dans les profondeurs des bois. Le cœur serré, elle s’arrête dans une clairière. Je peux t’aider ? Assis sur un caillou, un drôle de petit lutin la regarde. Ne pleure pas, j’ai le pouvoir de te rendre le sourire. Vraiment, Tu es minuscule, remarque Ambre. Ne te moque pas Licorne ! Je m’appelle Brocoli et si tu veux que je réalise tes vœux, ne me mets pas de mauvaise humeur ! Tu me menaces, sourit Ambre, alors écoute petit, je veux pouvoir rester longtemps sous l’eau, dormir tout l’hiver, laisser des traces afin que l’on remarque mon glorieux passage et avoir partout où je vais une maison pour me reposer. Rien que ça ? réplique Brocoli. Non ! Je veux aussi avoir plus de cornes que les autres licornes afin d’être à jamais unique. Et si tu ne réussis pas, asticot vert, je te piétine comme une brindille !
Du calme que ton souhait soit, à jamais exaucé ! Tu auras quatre cornes, tu pourras rester des heures sous la pluie, tu dormiras tout l’hiver, tu laisseras une traînée de cristal sur ton passage et tu porteras ta maison partout où tu iras ! A ces mots, Brocoli et Ambre disparaissent.
On ne revit jamais la licorne, mais depuis ce jour, on trouve de drôles de traces argentées sur les feuilles et la mousse. C’est le nouvel habitant de la forêt, Tristesse l’escargot les laisse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : transformationsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Livres et Films

Quel livre a inspiré le film "La piel que habito" de Pedro Almodovar ?

'Double peau'
'La mygale'
'La mue du serpent'
'Peau à peau'

10 questions
5141 lecteurs ont répondu
Thèmes : Cinéma et littérature , films , adaptation , littérature , cinemaCréer un quiz sur ce livre